TESTAMENT - Low (Atlantic) - 12/05/2012 @ 22h24
Tout ou presque fonctionne par cycles, la musique n'échappe pas à cette loi naturelle: l'inspiration, le succès, les phénomènes de mode... A la fin des années 80 Testament a cassé la baraque d'entrée en proposant 2 grosses tueries devenues des classiques: The Legacy et The New Order. Problème, le gang d'Oakland ne parvient pas à se renouveler. Certes on trouve toujours une paire de titres imparables sur les 2 albums suivants, mais le groupe semble dans le brouillard, avec un niveau de composition inégal, des choix pas toujours pertinents et même une production foireuse (Practice What You Preach). De plus les temps changent. Chaque décennie apporte son lot de groupes innovants et de phénomènes amenés à durer (sous-genres) ou pas (plans marketing). 3 des 4 membres du Big Four se sont d'ailleurs remis en question et rencontrent un succès croissant, sans parler des jeunes loups aux dents longues (Sepultura, Pantera).
Pour les Californiens, le choix était simple: évoluer ou crever.

Et c'est un fait, le guitariste Alex Skolnick s'impatiente. Lui qui tentait de les convaincre de sortir du carcan du thrash 80s depuis longtemps, il obtient gain de cause en 1992, avec leur mésestimé et incompris 5ème album:
The Ritual. Testament propose sur cet opus un metal groovy aux tempos considérablement ralentis, doté d'une atmosphère mélancolique presque onirique. Cette évolution inattendue n'est pas du goût des fans (le metalleux est du genre conservateur, toute tentative d'évolution étant souvent impitoyablement sanctionnée). C'en est trop pour Alex Skolnick qui rejoint un Savatage endeuillé, et le batteur Louie Clemente que la musique n'intéresse plus. Testament recrute 2 ex-Forbidden, Glen Alvelais et Paul Bostaph, avec qui ils enregistrent un EP live, Return to the Apocalyptic City, chargé de démontrer que l'énergie thrash est toujours là. Mais Paul Bostaph devient le batteur officiel de Slayer et le courant ne passe pas avec Glen Alvelais. En 1993 Testament est au plus bas.

Pourtant le groupe va trouver un nouveau souffle et nous surprendre. Testament débauche le soliste James Murphy (ex-Death et Obituary pour n'en citer que 2) alors occupé à lancer son groupe: Disincarnate. Après réflexion il accepte de les rejoindre à titre permanent. Pour le choix du batteur les californiens sont plus prudents et font appel à John Tempesta (ex-Exodus et futur/ex-White Zombie, Prong, Helmet, The Cult) comme batteur de session. L'avenir leur donnera raison, le siège derrière le kit étant visiblement éjectable. Côté production après avoir testé Tony Platt, Testament fait appel à l'inconnu GGGarth (Garth Richardson) qui vient de bosser avec les Melvins (!) et à l'incontournable Michael Wagener pour le mix (Accept, Megadeth, Metallica, Ozzy, Skid Row). On va lever le suspens de suite, les choix de Testament tant pour les remplaçants que les techniciens sont les bons. Carrément.

A l'époque j'ai découvert Testament via une poignée de titres grâce au tape-trading (Sins of Omissions, The Legacy, etc) et aimé ce que j'ai entendu. Donc quand Low, 6ème album du groupe, est sorti, je ne me suis pas posé de questions, même après lecture d'une chronique mitigée dans Hard Force. Et je n'ai pas regretté mon choix. Ce qui marque dès les 1ères mesures, c'est la prod, surpuissante et moderne. Oui moderne. C'était LE point faible du groupe, désormais le problème est réglé. Il fallait bien ça pour mettre en valeur la boucherie proposée par le nouveau Testament. Plus qu'un nouveau départ c'est une véritable renaissance, tant l'évolution est flagrante et le groupe méconnaissable. Certes Eric Peterson signe toujours la plupart des compo, mais l'impact des nouvelles recrues est flagrant. Jamais Testament n'a été aussi agressif et puissant, avec une envie d'en découdre bien réelle.

D'entrée de jeu on se fait cueillir par un John Tempesta très affûté en mode 'poulpe berserk' et un groove de folie. Le bassiste Greg Christian n'avait jamais été aussi présent sur un album de Testament, l'influence de Pantera a du aider. Quant à Eric Peterson et James Murphy, ils nous offrent une orgie de riffs et de leads avec une énergie et un plaisir communicatif. Les axemen sont inspirés et la richesse des arrangements et des effets parsemant l'album le prouve. Il y a beaucoup à entendre sur cet album, ce qui n'est pas surprenant quand on sait que James Murphy est aussi à l'aise dans le thrash/death que le prog ou la fusion. Quant à Chuck Billy, à l'instar des zicos, il nous offre sa meilleure performance, la plus variée et maîtrisée. Il exploite pleinement ses capacités et ça fait plaisir, car il growle aussi bien qu'il chante, tout en gardant son style immédiatement reconnaissable. Putain j'adore ce mec.

Un tiercé de titres en béton ouvre les hostilités avant la splendide power-ballade Trail of Tears (tradition héritée de Souls of Black) qui aère idéalement l'album. Les titres suivant sont bourrés de puissance de mélodies et de groove au croisement des genres heavy, thrash et death. Certains sont plus efficaces que d'autres (la monstrueuse intro de Dog Faced Gods vous collera au mur) mais globalement l'album est sans déchets et la pression ne retombe presque jamais. Sur l'instrumental Urotsukidoji (célèbre manga mélangeant l'horreur et le sexe) les cordistes enchaînent les soli, avec une large place accordée à la basse et des vocaux déformés qu'on doit à Eric Peterson et James Murphy. Le dernier tiers de l'album est celui où le groupe se permet le plus d'innovations, avec un Chasing Fear mélangeant le thrash/death aux expériences faites sur The Ritual, un Ride qui remporte la palme du titre le plus frénétique et speed, et enfin Last Call, une sorte de complainte instrumentale désenchantée et bluesy avec de nouveau Greg Christian à l'honneur.

La conclusion elle est simple: John Tempesta et James Murphy ont abattu un boulot fantastique et sauvé Testament. C'était le quitte ou double, si Low avait été merdique le groupe n'aurait probablement pas survécu.
Mais les Californiens ont digéré de nouvelles influences et se les sont appropriées pour nous proposer le meilleur album possible (et accessoirement mon préféré). La suite l'a prouvé Low n'était que le 1er chapitre d'une trilogie qui va rendre ses lettres de noblesse au groupe, repositionnant Testament dans la 1ère division qu'il n'aurait jamais du quitter. Parce que tu vois le Testament des 90s c'était de la grosse tuerie. Tu vois.


Rédigé par : forlorn | 1994 | Nb de lectures : 1567


Auteur
Commentaire
evil
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2012 à 08h06 - (27455)
Putain d'album que j'écoute régulièrement, je l'ai écouté cette semaine, le cycle revient. James Murphy fait des merveilles, par exemple sur le titre instru, qui est assez proche de ce que James a sortu en solo. Le son global est lourd, c'est le premier Testament avec une grosse prod. L'album n'est pas parfait, au début y'a quelques années en 1994 j'ai eu du mal, mais ça le fait bien quand même.

dareka
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2012 à 08h42 - (27456)
Album de Testament que je préfère aussi. Je ne sais pas s'il n'est pas parfait, mais il est assurément d'une très très grande qualité. Le groove est constant, la voix puissance et au phrasé souvent original, les textes agressifs, les riffs et les patterns recherchés, et la batterie tout simplement orgasmique de groove (oui, deux fois le même mot). Chasing Fear et Ride, énergiques comme elles sont, me semblent par contre peu judicieusement placées en fin de l'album.

M'enfin, voilà aussi un album à (re)découvrir absolument.



vincesnake
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2012 à 12h45 - (27460)
Un album que j'ai trop longtemps mis de coté.
une bombe ! et effectivement une superbe prestation des zicos et de Chuck Billy !

YouMustPay
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2012 à 16h53 - (27465)
skeud indispensable



sev
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2012 à 19h14 - (27466)
Très bon album, même si je préfère Demonic ou The Gathering. Il y a quelques titres moins bons que les autres, l'album est assez hétérogène, mais il y a des musts dessus.

smh
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2012 à 19h47 - (27467)
Excellente chronique.



trashercorpse
Membre enregistré
Posté le: 14/05/2012 à 10h03 - (27469)
Allez Forlorn , fait pas ton encyclopédie :D nan, je rigole , très bien la chronique ^^

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 14/05/2012 à 13h54 - (27470)
L'album qui montrait que Testament, c'était du musclé !!



forlorn
Membre enregistré
Posté le: 14/05/2012 à 15h02 - (27472)
@ trashercorpse: Va plutôt pécher du poisson, t'as un concert de la Mouette demain héhé...

Sinon j'ai oublié de préciser que les choeurs sont assurés par un certain Damien Gallegos.

Et je suis d'accord avec dareka pour dire que l'ordre des titres aurait pu être revu (Ride et Chasing Fear auraient du être balancé plus tôt, le contraire pour Trail of Tears) mais bon c'est de l'ordre du détail ça

matthieullica
Membre enregistré
Posté le: 14/01/2014 à 19h52 - (30446)
Dans mon top 5 metal of the universe. Je possède cet album en LP, CD, K7.
Il comporte tout ce que j'aime ou presque dans un album de metal.
L'écouter, c'est faire un tour de grand huit.

Inspiré, musical, racé. Arrangements de folie. Batterie lourde, puissante et efficace. Son dantesque et remarquablement bien équilibré rendant justice à tous les musiciens présents sur ce disque d'orfèvre.

Pochette réalisée par Dave McKean (triptyque Low -Demonic - The Gathering) avant-gardiste à l'époque.

John Tempesta a accompli sur Low le même tour de force que Joe Cangelosi sur Cause For Conflict de Kreator.

J'ai découvert le disque en même temps que le film "L'exorciste".
Je ne peux dissocier les deux œuvres dans ce sens ou les images du film viennent avec le côté "malin" du disque.

BIEN AU-DESSUS d'un Burn My Eyes pour ma part. Car efficace ET mélodique. Brillant.

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 14/01/2014 à 20h07 - (30447)
John Tempesta a accompli sur Low le même tour de force que Joe Cangelosi sur Cause For Conflict de Kreator.

Très juste!

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 06/06/2014 à 13h00 - (30972)
Je viens de recevoir le cd, commandé pour remplacer ma k7 copiée âgée de 20 ans :). Ta kro est très juste forlorn, ils ont bien remonté la barre avec celui-là et ont enfin acquis un son béton. Dommage qu'il soit sorti à une époque de vaches maigres pour le metal. En tous cas bien meilleur que du Divine Intervention ou Burn My Eyes.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker