AGRESSOR - Neverending Destiny (Noise) - 08/04/2012 @ 11h28
Ah ! La grande époque de l’audiotel !

Pour les plus nostalgiques d’entre nous, voilà un (coûteux) service qui a procuré son lot de frissons ! Non, je ne fais pas référence aux nombreux 36 65 qui promettaient de chauds moments entre adultes consentants mais plutôt au numéro magique qui permettait d’écouter en avant-première les nouveautés dispensées dans le dernier Hard Rock Mag. Un simple (et coûteux on ne le dira jamais assez) appel sur ce 36 65 permettait donc de se régaler d’un extrait des albums chroniqués dans le numéro en cours. Juteuse et judicieuse idée à l’heure où il n’existait pas vraiment d’autres alternatives pour découvrir un album avant de passer à la caisse… à moins de se faire prêter ledit album par un pote plus fortuné.

Allez, j’en vois qui sourient dans le fond, et ils ont raison : oui, le son était franchement dégueulasse mais l’intention, elle, était louable… même si non dénuée d’intérêt puisque comme je l’évoquais plus haut : la facture en fin de parcours faisait bobo. J’en ris de bon cœur maintenant mais je me rappelle que ces appels furent l’objet de nombreuses réprimandes en bonne et due forme de la part de ceux qui recevaient la missive de France Telecom en fin de mois : mes parents ou mes grands-parents. Mais que voulez-vous, j’étais alors un incorrigible rejeton doublé d’un vicieux récidiviste ! Et puis c’était aussi l’occasion de s’en payer une bonne tranche au passage, ben oui, imaginez la réaction de ma grand-mère pénétrant dans son salon et découvrant son petit fiston headbanguant comme un sauvage, le haut-parleur nasillard de l’Alcatel à fond les ballons, air guitar à bras déployés et grunts bien profonds en guise de râle d’approbation. Ca y est vous y êtes ? Au feu les pompiers, le schizo est de retour !

Bref, je sais, je blablate mais sans l’audiotel, votre dévoué serviteur n’aurait jamais eu vent de ce qui fait l’objet de notre chronique du jour : le « Neverending Destiny » des french pilonneurs d’AGRESSOR. Et dieu sait qu’il serait passé à côté de quelque chose parce qu’il tenait là l’une des plus belles pièces de death/thrash du début des années 90. Je n’étais visiblement pas le seul à penser ça puisque leur label, Noise pour ne pas le citer, avait quand même sorti l’artillerie lourde pour mettre la bête en boîte, à savoir le Sky Trak studios de Berlin (pinpin) où CORONER, SABBAT, DESTRUCTION, VOIVOD ou encore CELTIC FROST avaient alors enfanté leurs œuvres diaboliques… jolie carte de visite s’il en est, isnt’t it ? Ajoutez à cela un artwork sci-fi du meilleur effet signé Philippe Druillet (« La Nuit » et « Salâmmbo » parmi tant d’autres œuvres magnifiques) et vous avez sur le papier un argumentaire marketing capable de convaincre le plus réticent des chevelus !

Mais au-delà de l’emballage, c’est bien sûr le contenu qui provoque enthousiasme et admiration. Comment rester de marbre devant le génie de ce cher Alex Colin-Tocquaine ? Subtil, léché, puissant et carré, son jeu insuffle un quota de technique compatible avec l’utilisation de mélodies vengeresses… comme en témoignent avec justesse le doublé du chef « Paralytic Disease »/ « The Unknown Spell » (et son solo héroïque) qui montrent à quel point l’ami Alex manie son manche avec virtuosité !
HPG (on a les références que l’on mérite paraît-il) a du souci à se faire.
Pas encore convaincu ? Ben voyons, le galopant « Dark Power » ou l’hypnotique « Bloodfeast » caramélisent les esgourdes de ceux et celles qui imaginaient encore avoir à faire à un énième ersatz de MORBID ANGEL ou ENTOMBED.
Eh bien non, ici on est en France môssieu ! On sait aussi faire du bon death/thrash sans se palucher sur les prods du Sunlight des tropiques !

Derrière Alex (sans mauvais esprit), le duo Pinck/Luret suit méchamment, avec méthode et application. Le tout est bien heavy, sans fioritures… et certifié sans blastbeats puisque ceux-ci ne sont pas encore la règle en 1990 et c’est tant mieux ! Faites place à un thrash hyper incisif, oubliez la compotée gore bilieuse aux relents de putréfaction d’un « Butchered at Birth » ! Non, AGRESSOR remet à l’honneur les premières œuvres de KREATOR et SODOM avec dignité, sans trop appuyer sur la pédale old-school car l’emprunt à ces sonorités sert avec justesse un enrobage death simple et efficace, in your face, toujours redoutable et non moins technique !

Bien sûr, on sent que le groupe en a encore sous le capot mais voilà un très bon premier album qui ouvre la voie à deux autres, parus en 1992 et 1994, absolument phénoménaux, plus fouillés, plus complexes.
Certes, 1990 ne marque pas encore l’âge d’or du death made in France me direz-vous, 1992 restant à mon sens la plus belle année qu’ait connu le mouvement chez nous : « Signs of the Decline », « Abject Offerings », « Towards Beyond » et « Contamination Rises » portent le style à son zénith créatif, mais quand même, avec le recul et ses 22 ans de bouteille, ce « Neverending Destiny » reste un sacré morceau de barbaque métallique sur lequel je vous invite à vous faire les crocs sans tarder !

D’autant plus qu’il est l’heure de réviser ! En effet, après MERCYLESS et son retour inespéré d’entre les morts, c’est au tour d’AGRESSOR de revenir des limbes puisqu’Alex Colin-Tocquaine a annoncé le retour aux affaires pour 2012 ! Une tournée commune ? Tiens, en voilà une idée qu’elle est bonne !

Dis, Jean-Marc, tu voudrais pas, toi aussi, remettre sur pied le MASSACRA de la grande époque ?
Enfin je dis ça, je dis rien…


Rédigé par : TarGhost | 1990 | Nb de lectures : 1768


Auteur
Commentaire
r/ik
Membre enregistré
Posté le: 08/04/2012 à 16h43 - (27323)
massacra sans FRED...



tonio
Membre enregistré
Posté le: 08/04/2012 à 19h09 - (27325)
Je le possède toujours en k7 celui là. Album écouté et réécouté jusqu'à l'overdose, notament le morceau "Dark power" qui a accompagné beaucoup de mes fiesta quand j'étais un jeune branleur de 16/17 ans. Plus de 15 années plus tard j'aime toujours autant ce skeud, nostalgie...




jaquouille
Membre enregistré
Posté le: 08/04/2012 à 19h32 - (27327)
je l'avais acheté à sa sortie... impossible de savoir où je l'ai mis ou à qui je l'ai prêté...



TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 08/04/2012 à 20h01 - (27331)
rip fred you're right.

Demaquillator
Membre enregistré
Posté le: 08/04/2012 à 20h09 - (27332)

idem, en cassette .
Hate de les revoir en concert
Avec Loudblast, ils sont nos deux titans !

Les cd & dvd Symposium of Rebirth , Medieval Rites & Deathreat tournent souvent sur mes platines,

seuls les jalouses tantouses du forum Spirit of métôl osent mettre un pénible 13/20 au bijou Symposium of rebirth, j'en reviens pas ^^




hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2012 à 08h17 - (27343)
Un des premiers compacts achetés pour ma part, je l'ai usé jusqu'à la corde mais je trouve qu'il a pris un petit coup de vieux.



Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2012 à 10h44 - (27344)
Album fabuleux. Discographie énorme.



turlusiphon
IP:92.133.68.219
Invité
Posté le: 13/04/2014 à 08h32 - (30855)
Amusant le flash back sur le service audiotel (de HRM...), je me souviens avoir appelé une ou deux fois vers 93 - 94.

Album acheté en vynile il n'y a qu'une dizaine d'années, pas mon préféré du groupe même s'il est bon.

Raoul Volfoni
Membre enregistré
Posté le: 14/04/2014 à 19h29 - (30863)

Le minitel, c'était plutôt 36 15?

Je n'avais pas accroche a l'epoque mais quand Medieval Rites est sorti, j'ai pris ma baffe et j'ai tout refait a l'envers.
Excellent album que je conseille egalement



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker