SEPULTURA - Chaos A.D. (Roadrunner) - 31/03/2012 @ 17h54
« Chaos A.D
Tanks on the streets
Confronting police »


Ces quelques mots, qui ouvraient cet album mythique ont marqué beaucoup d’entre nous d’une manière irréversible. Je me souviens qu’à l’époque, même les gros fans du Sepultura « bourru », disaient aimer les « hits » de cet album à savoir « Refuse/resist », « Territory », « Propaganda » etc etc… Bien sûr, l’ambiance plus « hardcore » et moins thrash ne plaisait pas à tout le monde mais elle amena beaucoup de monde au metal « extrême » et a permis ainsi à toute une génération de découvrir toute une panoplie de groupes violents.
Je vous préviens direct, je vais ranger l’objectivité au placard pour cette kro car même après toutes ses années, je kiffe toujours autant cet album.

« Ouvrez grand votre cœur et supportez Sepultura (…) Nous tenions absolument qu’ils soient avec nous pour cette tournée ».
Phil Anselmo live pendant la tournée « Pantera/Sepultura » aux USA.

« Nous avons pleins de points communs. C’est un groupe fabuleux. »
Evan Seinfield Biohazard

« Pendant longtemps Sepultura a été mon groupe favori. Je les adorais vraiment. »
Robert Flynn Machine Head

« Il y a toujours des groupes qui tuent... Sepultura par exemple, sont les meilleurs du genre... et ils expérimentent »
James Hetfield à la sortie de "Reload"

J’ai découvert Sepultura avec cet album et pour moi, à cette époque, les Brésiliens étaient crédibles à 100 % dans le costume du groupe inventif, brutal, sincère avec des crocs prêts à dévorer n’importe quel public, aussi exigeant soit-il. Comme le disent les citations plus haut, Sepultura plaisait à tout le monde…avec quelques réserves pour certains.

« Ah voilà encore une invention de la presse !! Je n'ai rien contre Sepultura... J’avais juste fait remarquer que les vieux Sepultura sonnaient comme du Slayer mais je n’ai pas de problème avec le groupe, ni avec ses membres. J’ai d’ailleurs rencontré Max et il est très sympa. Il paraît que leur dernier album (Chaos AD) est bien… faudrait que je l’écoute »
Tom Araya (Slayer) à la sortie de "Divine Intervention"

« Je l’ai écouté moi et c’est vrai qu’il est bon… ils ont enfin trouvé leur identité et ce n’est plus une copie de Slayer »
Paul Bostaph (Slayer) à la sortie de "Divine Intervention"

Le groupe était très souvent comparé à Slayer, qui sans être vraiment agressif, parlait des Brésiliens avec une condescendance paternaliste assez exaspérante quand on aimait les quatre de Belo Horizonte (et ici, je cite Araya et Bostaph parce que quand c'était King et Hanneman qui en parlaient... ils étaient beaucoup plus nuancés). Il est vrai que Sepultura a été influencé par Slayer : c’est indiscutable et cela s’entend très bien sur les vieux albums.
Cependant, dès « Beneath The Remains », ils avaient trouvés leur voie et faudrait aussi ne pas oublier que les Slayer n'étaient pas les seuls à jouer du Thrash à la belle époque. « Arise » était majestueux et « Chaos AD » avait scellé leur personnalité dans un bain métallique bien trempé.
Il se murmurait aussi que les Slayer se méfiaient aussi des quatres pistoleros, alors leurs concurrents sérieux pour la première place des groupes « méchants et crédibles».
Slayer ne s’est jamais vraiment fait distancer par Sepultura, mais ils ont eu chaud aux fesses plus d’une fois, particulièrement à cette époque-ci. Lombardo était parti et « Divine Intervention » n'avait pas convaincu tout le monde. Sepultura, eux étaient en pleine bourre et se distinguaient par des prestations très spectaculaires, violentes et originales.
Sepultura avait aussi pour lui son côté exotique avec ce qu'ils appelaient parfois leur metal du Tiers Monde et ils polémiquaient moins que Slayer, particulièrement performants eux, dès qu'il s'agissait de s'exprimer sur de multiples sujets douteux.
Pour autant, et avec leur discours humaniste, Sepultura n'était pas un groupe de gonzesses.
Je vous parle d'un temps où Max jouait vraiment de sa guitare, où il portait pendant un an le même treillis et où il se bastonnait souvent. Il avait alors un charisme incroyable, il était dur, crade et vraiment habité par sa musique. Lorsqu’il chantait, il avait ses cheveux sur le visage comme un bon vieux chanteur de death et il braillait avec un timbre unique (et une seule corde vocale il faut le rappeler !). Avec ses rangos pourries de chez pourries, son bide naissant et sa B.C Rich de campagne, Max était aussi menaçant qu'il apparaissait sympathique.

"Yo Donington... We're Sepoultoura from Braasssiilll !!! Territory !!!"
Ouverture du "discours" introductif à Territory à Donington '94

L’album était très attendu car « Arise » (l’album précédent) avait réalisé de très bons scores dans le monde entier. Les Brésiliens étaient donc accompagnés d’une petite foule impatiente d’entendre les nouvelles tribulations métalliques des quatre affreux. A l’époque ce qu’il y avait vraiment d’intéressant dans le groupe c’était l’image particulière qu’ils dégageaient.
Sepultura ne ressemblaient pas aux groupe de Metal classique. Pas de pentacles, de gros nichons ni de fêtes à profusion décrites dans les chansons (mais dans la réalité et à cette époque Max était un sacré fêtard). Différent de beaucoup de groupes, Sepultura avait une filiation certaine avec les grands groupes de Thrash, les Coreux nerveux et le punk radical.
Les lyrics parlaient d’injustices, du mal des opprimés, de rébellion et de la nécessité de ne pas se laisser endoctriner. Ils envoyaient du coup plein de poseurs au tapis. « Third World Posse » aimaient-ils à écrire sur leurs amplis quand ils jouaient en live.
Le groupe était fier de représenter le Brésil (bien que la plupart des Brésiliens trouvaient le groupe inintéressant et absolument pas représentatif de leur culture) dans un style musical dominé alors par les Américains et les Européens. Mais leur nationalité n’aurait pas suffi pour conquérir le monde. « Chaos A.D » était un album original... et impérial.

« Au départ, nous voulions nous différencier de tout ce qui se faisait au Brésil. Nous détestions la lambada et consorts. Nous voulions être radicaux, brutaux et hardcore. Nous nous sommes singularisés et maintenant nous avons bouclés la boucle.
Nous respectons beaucoup plus la culture brésilienne à présent. Je suis installé aux Etats-Unis et elle me manque beaucoup. Je suis heureux que nous ayons réussi à intégrer des éléments de percussions dans notre metal. »

Andréas Kisser

Les paroles de Kisser prenaient tout leur sens dès que l’on découvrait « Refuse/Resist ». Les premiers battements que l’on entendait étaient ceux du cœur de Zion (le premier fils de Max) qui résonnaient in utero. Immédiatement après ce clin d’œil à la nouvelle paternité de Max, retentissait un break très rythmé et particulièrement brésilien dans l’âme. La touche samba ne durait pourtant pas bien longtemps avant que ne déboule le riff cultissime du morceau. Les premières minutes du morceau sont incroyablement puissantes et dès que Max se met à chanter c’est la boucherie. Le refrain est imparable et le pont hardcore totalement destructeur. Les lyrics sont simples mais ils ont de la gueule car le groupe semble en totalement en adéquation avec cette image de « terroristes du son ».

« Après la prestation de Sepultura à NPA et leur titre "Refuse/Resist", nous avons reçu des lettres de protestations. On nous disait que c’était une honte de faire jouer ce style de musique à 8 h 30... et en clair. »
Stéphane Saunier Programmateur de NPA

« Territory » enchaînait sans break avec une autre introduction à la batterie tout simplement incroyable. Très inspirée et maîtrisée par un Igor Cavalera très en forme, l’intro permettait aux autres d’introduire un superbe riff aux sonorités légèrement arabisantes. Suivait alors un mid tempo fracassant où Max braillait des paroles hautement vindicatives. Suite au solo de Kisser, plus de doute n’était permis : le guitariste changeait de style de jeu. Lorgnant auparavant du côté mélodique avec quelques plans « Shred » le guitariste décidaient de changer en jouant des chorus très noisy et dissonants.

« Igor est un des meilleurs batteurs de metal au monde. Son jeu est unique »
Vinnie Paul

« Après le concert, Igor a bouffé comme un bœuf, deux énormes steaks. En même temps quand tu vois comment il tape, tu comprends qu’il ait besoin de recharger ses batteries. »
Dave Grohl Foo Fighter

« Slave new World » proposait une ambiance hardcore simple et bondissante. Avec l’aide d’Evan Seinfield de Biohazard ils construisirent un morceau terriblement efficace, mortel en live.
Un peu moins immédiat, « Amen » permettait un peu de respirer suite au tonitruant tiercé d’introduction. Evoquant un thème religieux, la chanson réussissait à créer une ambiance mystique sans pourtant aucun apport d’orgue ou de liturgies poussives. Le thème à la guitare est excellent et contrairement au précédentes, elle semblait un peu plus réfléchie et plus encline au crescendo.
« Kaiowas » était une chanson acoustique. Le nom du morceau est celui d’une tribu amazonienne qui s’était suicidée en voyant que leurs terres allaient être détruites par la déforestation. Aucun lyric, la chanson fleurait bon la forêt et démontrait pour ceux qui ne le savaient pas encore que Igor était un batteur de grand talent. Andreas Kisser montrait toute sa finesse mélodique pendant que Max jouait de l’acoustique comme il jouait de l’électrique : sur quatre cordes et uniquement en power chords.
L’intoduction de « Propaganda » nous avertissait : cela allait recommencer à envoyer du steak.
Double pédale à fond les balles et riff rugueux, tel était le programme des réjouissances de ce dernier morceau.

« Biotech is Godzilla » revenait un peu aux premières amours du groupe, un thrash bourrin mais mémorisable. Très courte mais terriblement jouissive, la chanson mélangeait avec efficacité le côté « technique » et « metal » de Sepultura à son côté plus Hardcore et Punk. A noter que Jello Biaffra (des Deads Kennedys alias le Julien Clerc du Punk) avait écrit les paroles de ce brûlot préécologique.

« Nomad » n’était pas placé parmi les « hits » de l’album. Assez régulièrement joué en live, la chanson était un peu au second rang par rapport aux tueries qui ouvraient l’album.
« Nomad » était pourtant excellente. Très bien construite et évoquant une thématique terriblement « sepulturienne » elle comportait son lot de riffs assassins. Le final était dans la tradition de ce que faisait souvent la Sepultribe : reprendre le thème en le doublant avec un petit tapis de double (histoire de faire bonne mesure quoi). « We who are not as others » était plutôt bien construite musicalement mais j’ai toujours un peu regretté le caractère simpliste et primaire des lyrics.
La première fois que j’ai entendu « Manifest » j’étais persuadé que ce n’était pas une chanson de Sepultura. Je ne trouvais pas que cela sonnait comme ce qu’ils faisaient habituellement. Et pourtant, la chanson était bien d’eux et évoquait dans une atmosphère punkoïde et urbaine un fait divers tragique qui avait défrayé la chronique au Brésil : le massacre de Pavihao Nove. Au Brésil, il y a encore de nos jours des tags sur les murs de cet évenements.

« Chez nous il vaut mieux tomber entre les mains des bandits qu'entre celles de la police. Avec les premiers, tu peux négocier. »
Andreas Kisser

« The Hunt » était une reprise de New Model Army. La chanson originale est assez éloignée de ce qu’en ont fait Sepultura. Parlant de chasse à l’homme, la thématique est assez inhabituelle pour les gars mais tout fonctionne et la chanson était pour moi un pic de l’album.
Avec des incursions de guitares acoustiques dans les couplets sans que cela ne paraisse incongru, « The Hunt » était une bourrinerie à caractère mélodique aux chœurs velus dignes d’un ours en manque de pitance. «Clenched Fist » clôturait les hostilités avec une introduction dissonante et en surfant sur des vagues heavy avant de s’envoler vers des cieux plus hardcore. Le final est d’une lourdeur incroyable et la ligne de Kisser très inspirée. Quelques secondes d’attentes permettaient de découvrir un ghost track révélant l’enregistrement des rires pendant « We Who are… ».
Le grand sérieux de l’album contrastait avec cette touche d’humour, faisant apparaître le groupe sous son jour comique. Personne n’en sera vraiment choqué, l’humour potache étant clairement un ami de « l’esprit » Metal.
Ainsi se clôturait un album magique, indispensable à mon avis à toute Metalthèque. Aujourd'hui l'album n'a plus le même impact et il faut vraiment le replacer dans son contexte, car je vous garantis que si aujourd'hui, même séparés, les Brésiliens font parfois pitié, à l'époque ils te mettaient une trempe sur la gueule et tu te relevais pas. Pour moi, le Sepultura avec Max est un des grands noms du Metal qui a autant sa place au panthéon que Metallica, Black Sab'... et Slayer. Cette chronique me rend un peu triste quand je me rappelle combien j'étais à fond à l'époque et combien je suis désarmé quand je vois ce qu'ils sont devenus.
Une fois n'est pas coutume on se quitte avec des lyrics qui sont extraits d'une chanson de Roots, "Born Stuborn". Une chanson à profil divinatoire, qui semble coller au groupe comme la misère au monde.

"SEPULTURA IN OUR HEARTS CAN'T TAKE AWAY. THESE ROOTS WILL ALWAYS REMAIN"


Rédigé par : pamalach | 1993 | Nb de lectures : 1254


Auteur
Commentaire
Blind
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 12h12 - (27273)
Entièrement d'accord avec la chronique, j'ai appris à redécouvrir cet album à partir de 2000/2001 car en 1993 mon frère avait acheté "Chaos A.D" mais à part "Refuse/Resist", "Propaganda", "Biotech is Godzilla" et "The Hunt", je ne me souviens pas que nous écoutions vraiment d'autres titres de cet album. Donc quelques années plus tard je retentais l'expérience et découvrait des tueries comme "Manifest", "Slave New World", "Clenched Fist" etc. A noter la super reprise de "Policia" que l'on trouve en bonus track de l'édition digipack ainsi que sur l'édition brésilienne (je ne connais pas la version originale de cette chanson en revanche). Bref là aussi un classique qui restera tel quel pendant encore de nombreuses années j'espère. Et c'est vrai que quand on voit le Sepultura de ces dernières années, Soulfly et autres Cavalera Conspiracy on se demande si ce sont les même mecs qui ont pondu "Beneath the Remains", "Arise", "Roots" et ce "Chaos A.D".



dallas
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 13h48 - (27277)
Merci pour cette chro. Cette album fait parti de mes premiers emois de metalleux,en 94....putain c'est loin tout ça. Leur dernier grand album pour moi.Roots sentait la fin. Un détail a été oublié c'est la pochette de cette album est une tuerie!!! C'est grace a cette pochette que je suis passé au vinyl,histoire de l'avoir en plus grand! :)




TyrannyForYou
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 16h28 - (27285)
Un classique vraiment inoubliable pour ma part, j'écoutais que ça à l'époque (avec Fear Factory, Slayer et Napalm Death)
La suite en sera tout autre...




jaquouille
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 16h52 - (27287)
après cet album, une tuerie, j'ai commencé gentiment à décroché... Roots m'emmerde et après c'est devenu autre chose




Prince de Lu
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 17h15 - (27288)
Même si c'était plus comme avant, c'est un sacré foutu disque!! Le dernier que j'aime des Brésiliens.

vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 18h25 - (27290)
Une vraie collection de classique sur cet opus.



Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 19h01 - (27292)
Tout pareil que le Prince du goûter ! :)



MADTRASH
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 22h47 - (27299)
un choc a sa sortie .
je me rappelle de ce concert a Bercy en premiere partie de scorpions ... la tete de ceux qui etaient venus pour Duff ou pour les teutons ,quand ils ont entendus les premieres notes et la reaction de ceux venus uniquement pour Sepultura , c'etait enorme . je me rappellerais toute ma vie cette blonde dans les bras de son mec , toute affolee , qui lui demandait : "mais il y a vraiment des gens qui ecoutent ca ? Regarde comment ils se rentrent dedans , ca va mal finir" , elle etait au bord des larmes :)

axellica
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2012 à 23h28 - (27301)
Sublime Chro.



Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 01/04/2012 à 14h27 - (27306)
Un tas de merde. Le début de la fin même si le pire était à venir..



hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 01/04/2012 à 14h52 - (27309)
Excellent album de Sepultura, produit par Andy Wallace (responsable du son de Slayer à l'époque) et sublimé par ce jeu de batterie hors norme, belle doublette avec Arise.

djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 05/04/2012 à 21h54 - (27317)
Bon déjà chapeau pour la chro' elle tue !

Pas mal de citations que je connaissais pas dans le lot (je suis un vrai sepultura fanboy).

Pour moi cet album est un chef d'oeuvre ni plus ni moins. Mon préféré de Sepultura, et un de mes albums préférés tous genres confondus tout court.

Je trouve pas qu'il ait vieilli tant que ça.

19/20



Bras cassé
Invité
Posté le: 08/05/2012 à 22h22 - (27449)
CULTE, un classique

RBD
Membre enregistré
Posté le: 13/06/2013 à 13h18 - (29449)
Cet immense classique allait dans le même mouvement d'ouverture au HardCore que PanterA et Machine Head à la même époque. Pourtant le groupe revendiquait plutôt l'influence de Ministry, peut-être à cause de l'ironie enragée par laquelle ils abordaient enfin la politique et de quelques samples. La conservation d'un son massif et un jeu encore plus lourd étaient totalement dans l'air du temps à cette époque du "ThrashCore".

La chronique fait beaucoup de place à la relation avec Slayer à l'époque, c'est vrai qu'auparavant leur Thrash-Death était excellent (et il n'a pas vieilli) mais pas hyper original et j'ai toujours trouvé cette critique fondée malgré tout. Avec "Chaos AD", le renouvellement sans reniement a été exemplaire

Il y a quelques titres fabuleux là-dedans, cette excellente chro' en fait bien le tour.



GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 08/08/2013 à 10h50 - (29711)
Assez mitigé pour ma part, j'ai découvert Refuse/Resist grâce à Manga Vidéo et j'ai adoré Territory mais le reste de l'album m'ennuie profondément

La prod' manque de puissance et les compos hormis les 2 classiques d'ouvertures sont franchement peu inspirées



Strat
Membre enregistré
Posté le: 12/08/2013 à 12h45 - (29718)
Mon avis est que le prod est justement à la hauteur du groupe et lui rends dommage.
Certes ce n'est pas une prod récente typé "américaine", mais écouté Refuse/Resist est juste transcendant et nous replonges tant d'années en arrière, mais sans souffrir d'une prod vraiment trop mauvaise.

L'album est riche de ces superbes riffs trashs, simple mais qui ô combien sonnent !

Max et ses sbires sont bien présents et cela fais vraiment plaisir.

Surement l'un des albums que j'écoute le plus souvent chaque année !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker