MESHUGGAH - Destroy Erease Improve (Nuclear Blast) - 20/07/2008 @ 13h38
Il y a de ces introductions qui marquent au fer rouge. Deux petites notes dissonantes associées à de terribles coups de boutoirs industriels : Il n’en faudra pas plus à Meshuggah pour ensorceler tous ceux qui ont écouté cet album à l’époque.
« Future Breed Machine » propulsé par cette introduction légendaire, écrasera, défoncera, pulvérisera, pilonnera, anéantira, annihilera tout sur son passage. Servie par une production puissante, une méchante technique et une créativité incroyable, la chanson restera dans toutes les mémoires.
A cette époque, Meshuggah représentait le son de l’avenir. La musique développée semblait neuve, moderne. Elle était brutale et sans concession.
Et comme souvent dans le monde de la musique, il faudra un bon moment avant que le groupe ne soit reconnu à sa juste valeur.

A cette époque j’étais étonné que l’on parle si peu (on va pas chipoter) de ce groupe incroyable.
Certes, Meshuggah n’était pas un groupe confidentiel mais il n’avait qu’une faible couverture médiatique et ne semblait pas intéresser grand monde. C’était hallucinant de voir un groupe aussi génial « négligé » au profit de certains autres n’ayant pas un millième du talent des « déstructurés ». Il faut pas non plus oublier qu’une partie du public « extrême » reprochait à Meshuggah de ne pas faire une musique assez violente et donc les boudait quelque peu.
Malgré une tournée européenne avec Machine Head (Adam Duce portait d’ailleurs souvent un T shirt du EP "None" et Rob Flynn ne manquait jamais de dire combien il adorait le groupe) le groupe ne « perçait » pas comme il aurait dû.
Le groupe était pourtant déjà artistiquement mature et la violence musicale ne rebutait plus le public metal « de base » habitué depuis quelques temps déjà à des déflagrations brutales et supersoniques.
Aujourd’hui tout le monde s’accorde à dire que Meshuggah c’est géniaaaal… et pourtant il a fallu qu’ils bataillent sévère pour en arriver là. Autant il peut être complètement borné, le public peut aussi retourner sa veste plus vite son ombre.
Si certains « artistes » ont besoin d’un album « moyen » pour rencontrer le succès, Meshuggah aura besoin de faire beaucoup de kilomètres et de jouer dans nombre de petites salles pour convaincre le public. Je me rappelle d’avoir vu le groupe jouer chez moi, à Montauban, devant une salle à moitié vide. C’était la tournée « Chaosphere ».
J’étais assez vert devant cet état de fait. Classique me direz-vous, mais ça fait plaisir de les voir reconnus aujourd’hui avec des huit cordes signature et tout le toutim.

Avec « Destroy… » Meshuggah n’en était pas à son coup d’essai. Le groupe avait déjà ébahi son petit monde avec le EP "None" et le premier album appelé « Contradictions collapse ».
Cependant c’est avec cet album que Meshuggah allait passer dans la catégorie supérieure.
Un album beaucoup mieux produit que les précédents, une maturité et une maîtrise musicale encore plus renversante et une petite fournée de petits pains tout chauds qui faisaient bien mal quand on les prenait dans la gueule.
Le groupe était pourtant à cette période dans une phase « Scoumoune » assez extraordinaire.
Fredrik Thordendal, à l’époque charpentier comme Joseph, s’était salement esquinté le majeur gauche et avait dû réapprendre à jouer de la guitare. Comme si cela ne suffisait pas, Thomas Haake s’était lui aussi bousillé un doigt. Le groupe déclarera d’ailleurs que la salle de répet était du coup « ensanglantée » par ses accidents.
Pour couronner le tout, cela sera ensuite au tour du bassiste Peter Nordin de tomber malade sur la tournée avec Machine Head. Le groupe continuera pourtant à quatre, Thordendal jouant les solis à la basse (!!!!!). Pour l’anecdote, Adam Duce avait proposé de filer un coup de main aux furieux qui auraient décliné l’offre (et franchement j’aurais bien aimé voir Adam Duce jouer du Meshuggah). Bref, si l’album était une réussite, les garçons jouaient de malchance (voire comme on dit chez moi « n’avaient pas trop de chatte »).
Quoi qu’il en soit et malgré tous les problèmes traversés, le groupe composé de musiciens ne vivant pas encore de leur musique continuait sa route.
« Futur Breed Machine », « Soul Burn », « Beneath » tatoueront les neurones de beaucoup car on retrouvera plus tard bien des groupes qui s’inspireront des recettes « Fou Furieux » pour pimenter un peu leurs compositions.
Avec cet album, beaucoup réaliseront que la technicité ne se limitait pas forcément à un solo de dix minutes ou à des riffs à 250 en double croche.
Sans être très rapide, la musique de Meshuggah imposait de grands techniciens adeptes de la polyrythmie, des mesures sophistiquées et des décalages et renversements inopinés.
Un style comme on en voyait encore peu à l’époque. Le math rock existait déjà depuis longtemps mais Meshuggah avec la brutalité de sa musique deviendra un des papes du Mathcore (pour le côté technique bien sûr) qui a explosé (de façon relative cela va sans dire…) depuis maintenant plusieurs années.
Tout au long de l’album, Meshuggah poussera ce style à son paroxysme, créant un tourbillon de vents et marrées contraires qui étourdiront tous ceux qui essayeront de les imiter. On verra d’ailleurs des combos s’en inspirer avec respect et d’autres les plagier pensant que cela « ne se verrait pas trop » (c’était très amusant de voir des groupes tenter de jouer sur des mesures élaborées alors qu’ils avaient déjà du mal sur le binaire de base). C’est à cette époque là que j’ai commencé à entendre parler de « Plans à la Meshuggah » : sorte de plages musicales riches en « Crum crum » nerveux, renforcés par une double pédale imprévisible, une China omniprésente, une voix d’ours et une basse rampante.
Les cinq jeunes garçons qui vous mettaient un vent en avaient sous le pied et prouvaient (même s'ils n’étaient pas les seuls shredders dans le créneau) que la technique n’avait rien de rébarbatif quand elle était au service de la lourdeur.
Meshuggah développait un groove brutal (le passage basse /batterie de « BENEATH » est incroyable) toujours au service d’une dynamique lugubre toujours en mouvement comme avec « SUFFERIN TRUTH ».
Les textes morbides et introspectifs de Tomas Haake se mouvaient dans une sorte de vision complètement psychotique et dérangée d’un monde futuriste ne pouvant aller qu’à la dérive. La voix rauque de l’inquiétant Jens Kidman se voyait renforcer par des chœurs velus tombant de façon inopinée et inattendue dans des chansons où les coups de bastos ne prévenaient pas forcément avant de tomber.
Toute cette ambiance délabrée et pourtant si construite avait un petit parfum de jazz de barbare comme dans le très planant « ACRID PLACIDITY » sorte de rejeton Pink Floydien un peu trop salé.
A ce propos, même si les garçons donnaient des indices sur leurs « inspirations », je restais tout de même dubitatif sur certains noms (« Earth, Wind and Fire » arrivait en tête suivi de près par Tori Amos) quand d’autres me surprenait moins (Tolkien, la trilogie des « Evil dead » et « Alien », Rush ou Metallica).
Plus sérieusement, le groupe sortait un peu des clichés metal (même si une fois encore ils n’étaient pas les premiers) et je connais bon nombre de musiciens qui se sont intéressés à d’autres styles musicaux voyant comment les Meshuggah arrivaient à les déformer pour les intégrer dans leur musique.
Enfin, on ne parle pas d’albums culte sans titre « Phares » et à ce niveau-là, le premier quart d’heure de ce disque vous en donnait pour votre argent. « FUTURE BREED MACHINE » deviendra bien sûr le HIT définitif du groupe, transcendant la puissance du groupe pour offrir des passages tout simplement dantesques. Ce morceau est absolument génial et j’ai encore la chair de poule quand je l’écoute aujourd’hui. Je n’ai jamais été très fort en math alors je n’ai jamais tenté de compter les guitaristes qui ont plagié le « wiss wiiss » de Thordentdal.
« SOUL BURN » est tout aussi puissant et « BENEATH » est aussi une tuerie des plus virulente. « SOUL BURN » est à mon goût tout aussi bon que « FUTURE… » car il marque une autre spécificité où les garçons sont très fort : le mid tempo écrasant et groovy. En effet, tout au long du disque s’imposait un constat irréfutable : la précision chirurgicale des boys ne se faisait jamais au détriment de la musicalité.
Bref, point besoin de conclusion grandiloquente : Réécoute si tu connais déjà et si tu ne connais pas encore (quelle veine tu as…) achète.
On se quitte comme d’hab avec un peu de lyrics et ce passage si particulier qui me hante encore aujourd’hui :

« Programmed to appease you
We’re symbols of perfection
Humanoids runed by your laws :
Destroy erase improve
Lesson first : Submission
We’re docile servant dogs
Our leashes are your limbs
Computed deep within »


Rédigé par : pamalach 77 | 1995 | Nb de lectures : 1531


Auteur
Commentaire
ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 13h45 - (26160)
c'est peut-être parce que j'ai découvert Meshuggah par leurs albums plus récents, mais ça reste le disque que j'apprécie le moins de leur part... je le trouve trop linéaire, pas assez technique par rapport à la suite et même par rapport à "Contradictions Collapse".
ça ne veut pas dire que je le considère comme un mauvais album, loin de là!

gaspode
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 13h47 - (26161)
Y a un soucis dans le titre, je viens de perdre 2 minutes à chercher un jeu de mot dans "erease" avant de vérifier sur le Net.

On m'a dit que je risquais d'aimer les vieux meshugga, c'est pour ça que j'ai atterri ici

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 14h02 - (26163)
Le meilleur album de Meshuggah pour moi ! Ils n'ont jamais fait aussi définitif que cette pure tuerie, et quel son aussi !
Présent sur la tournée avec Machine Head (y avait Mary Beats Jane aussi, l'ancien groupe du chanteur de The Haunted)

Reflebe
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 14h53 - (26164)
Rhaa, tu m'as devancé pamalach 77! J'avais dans l'idée de le chroniquer! ;)

Peut-être l'album idéal pour s'initier à Meshuggah. En tout cas, c'est grâce à celui-ci que je suis rentré dans le moule. Avant ça un pote me défonçait les oreilles avec Chaosphere et j'avais beaucoup de mal (surtout qu'à l'époque j'étais dans le trip Dream Theater/Symphonyx). Juste un détail sur lequel j'aimerai avoir un éclaircissement: il y a un break de batterie complètement fou dans le début de "Futur Breed Machine" que Thomas Haake ne joue pas sur scène (en tout cas sur les vidéos que j'ai vu, puisque je n'ai jamais vu le groupe en concert). Quelqu'un connait la raison?

SolarSoul66
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 15h11 - (26165)
Mon album préféré de Meshuggah à ce jour!! C'est l'album qui garde le son le plus brut, le plus puissant!!
En effet, album excellent pour s'initier à Meshuggah car il est quand même moins barré que les albums suivants!!

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 15h25 - (26166)
dire que j'ai commencé par Catch 33 et que j'ai accroché direct :D

catch33
Invité
Posté le: 20/07/2008 à 15h42 - (26167)
J'ai découvert Meshug a l'époque de Nothing et j'avoue que quand j'ai écouté ce "Destroy" il m'a quand même moins marqué que "Chaosphere" ou "Nothing". C'est un bon album mais bien trop "classique" et trop marqué par l'influence du thrash ricain du début des années 90 à la Pantera. Mais pour découvrir le groupe c'est sur que c'est l'album idéal.

Jus de cadavre
Invité
Posté le: 20/07/2008 à 15h52 - (26169)
un album énorme ! les autres merdeux suiveurs américains (y'en a pleins !) ne valent rien à coté...

Krakatau
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 18h41 - (26170)
Le meilleur avec le 1er c'etait l'epok ou Meshuggah faisait encore de la musique et non du somnifere sur disque

Ander
Invité
Posté le: 20/07/2008 à 19h13 - (26171)
Un album culte, rien à jeter, 10 morceaux dix bombes avec en plus des textes que je trouve très bien écrit. Je comprends pas comment le gusse du haut peut le trouver linéaire, c'est certainement l'lbum le plus varié du groupe! xD

Sinon c'est Tomas Haake, et non THomas, combien de fois j'ai vu la faute...

Il est dommage quand même de voir qu'en live ils jouent plus que deux morceaux de cet album: Future Breed Machine of course et Soul Burn. :/

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 20/07/2008 à 19h41 - (26173)
bah je sais pas, j'ai beau l'écouter sous toutes les coutures je le trouve toujours un peu chiant... Future Breed Machine est énorme, le reste je trouve ça plutôt bof. après je ne peux m'empêcher de comparer cet album avec les suivants qui sont beaucoup plus techniques, et je préfère cette facette-là du groupe... maintenant, si c'était celui-ci que j'avais découvert en premier, les choses auraient peut-être été différentes... mais pourtant j'aime beaucoup None.

Ander
Invité
Posté le: 20/07/2008 à 20h44 - (26176)
Bizarre...

Je trouve Beneath, Vanished, ou Sublevels tout aussi énorme. C'est ça la force de cet album, FTM est énorme mais les autres songs le sont tout autant!

le gritche
Invité
Posté le: 20/07/2008 à 20h55 - (26177)
Ahh, une chro de Meshuggah et je suis heureux. Peu me chaud les commentaires du genre "dernier album écoutable" ou alors "encore trop gay". Le plaisir du chroniqueur est communicatif et ni une ni deux, je me remet l'album.

Mindless
Invité
Posté le: 21/07/2008 à 01h37 - (26179)
J'ai découvert à la sortie de Nothing, puis j'ai pris Chaosphere et DEI. Le charme de DEI, c'est bien le côté encré encore dans la vieille école qui en fait un album plus direct, varié, simplement plus fun. On peut le constater au niveau des différents membres qui ont contribué pour les compos (musiques et lyrics). J'ai aussi un net coup de coeur pour le déchirant Suffer In Truth qui me fait un effet boeuf !
Quand ils veulent ils sortent un live !

tyler durden
Invité
Posté le: 21/07/2008 à 04h21 - (26180)
Trop bon la Kro ! c'est clair qu'ils ont pas eux de chhhhaaaatttteeeee.
Moi aussi j'étais au concert a Montauban et dire que la semaine d'avant Watcha jouaient dans la même salle et c'était plein ?!!?(pour des mecs qui ont plagie meshuggra pour le morceau "concrete lie") ça m'a un peu fais mal au cul ...
et les pauvres Meshuggah qui rengeaient eux même le matos a la fin du show au lieu de ce taper des groupies comme les Watcha's... snif

george Abitbole
Invité
Posté le: 21/07/2008 à 04h23 - (26181)
@ tyler ; Monde de merde

tortue geniale
Invité
Posté le: 21/07/2008 à 09h23 - (26182)
connu meshug' avec cet album et pas laché depuis !!!
a noter aussi le tres bon true human design EP avec la version feu de camp de future ....( en acoustique version epileptique et voix a l'helium !)
mais avant tou meshug , c'est sur scene qu'il faut les voir " l'inquietant jens kidman " : tu m'etonnes !!! ce mec fout les jetons en live !!! possedé va !!!!
QUAND ILS VEULENT ILS SORTENT UN DVD putain

en tout cas , tres bonne kro l'ami ;)

Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 21/07/2008 à 13h59 - (26183)
C'est vrai que le batteur de Watcha est fan de Meshug si je me souviens bien...
Sinon cet album envoit du chibre grave, mon titre préféré est Suffer In Truth, mais il n'y a rien à jeter !

FUrIous
Membre enregistré
Posté le: 21/07/2008 à 15h57 - (26184)
Incontestablement leur opus le plus mythique reste Chaosphere... Destroy Erase Improve comme il l'a été dit au dessus , est un peu trop linéaire pour moi . S'enfermant dans un monotonie , et une froideur sans émotions...

RBD
Membre enregistré
Posté le: 31/07/2008 à 20h13 - (26201)
Je les avais vu aussi sur la même tournée à Montpellier, il n'y avait personne non plus...

cryopsis
Invité
Posté le: 01/10/2008 à 21h05 - (26306)
Album exceptionnel ce DEI ! Ma période préférée avec None ( bon un ptit faible pour New millénium et Corridors of Chameleon sur Chaosphere aussi)
Reste encore en mémoire leur live à l'arapaho a la sortie de DEI : Kidman m'a affrayé comme personne !
Et puis on oublie les textes : fabuleux (notamment sur Chaosphere)
a+
The Entity

hainemijuré
Invité
Posté le: 08/12/2008 à 15h59 - (26389)
Album mythique. Ils ont inventé un style avec cet album. Connu avec ce produit, mais une préférence pour "chaosphere" qui est bien plus agressif et un peu plus barré.

gonzo63
Membre enregistré
Posté le: 28/08/2009 à 12h34 - (26829)
Juste excellent



nomadghost
Invité
Posté le: 10/01/2010 à 14h31 - (26931)
sympa les bonnes chroniques; 1er contact à machine head paris élysée = choqué; DEI acheté dans la foulée, on mettait un peu de temps à s'y faire vu la singularité, peu de gens connaissaient, c t marrant dans les campings sur la cote basque (la même pour korn au tout début) et puis l'arapaho paris , salle minuscule, album "digéré" on était mieux préparés pour apprécier, on retrouvait les 3 gueules kiavaient réagit au camping.. fun. puis le Divan du monde paris sur chaosphère formidable. DEI pour moi pas du tout linéaire et si g bien compris la notion je dirais même l'opposé: bcp plus coloré (harmonie - mélodie) et varié que la suite (je kiffe aussi et jattends le dvd alive) je respecte le travail qu'ils proposent (nb contradicollapse excellent mais assez bordelique et prod bof normal 1st album) DEI et CHAOS mes pref. slm

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 29/03/2014 à 23h41 - (30762)
Le meilleure encore aujourd'hui des matheux suédois

Bourré de classiques et de titres efficaces

Incontournable



nocturnus1977
Membre enregistré
Posté le: 30/03/2014 à 09h00 - (30765)
vu avec machine head en 1994...impressionnant...même s'il n'y avait pas grand monde qui comprenait quelque chose à cette musique sortie de nulle part (à mon avis quasi personne)

ce qui m'avait marqué à l'époque c'était le côté rythmique de la musique et des zicos qui remuait leur crinière en continue

après, j'apprécie leurs gros titres (Future...Cyanide...Rational...), mais Meshuggah c'est un peu trop lourd pour moi...comme une bonne purée de pomme de terre qui a du mal à descendre...lol

ennemi juré
IP:93.14.83.48
Invité
Posté le: 30/03/2014 à 12h59 - (30774)
Putain d'album. J'ai découvert le groupe avec cet album et enchainé avec le chaotique "chaosphère". Leur deux meilleurs albums. Pour les gens qui ont connu Meshuggah à partir de "nothing", je peux comprendre que "destroy erease improve" peut leur paraître moins puissant. Mais c'est dommage car c'est sûrement l'album le plus inspiré avec leur côté power thrash technique. Leur style barré commençait à se dessiner à partir de chaosphère.

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 13/07/2015 à 14h14 - (31703)
Dans un kom sur la chro de Chaosphere, j'ai écrit que je ne tenais pas plus de dix minutes à écouter leur musique.

Comme Youpimatin, je les ai vus sur cette fameuse tournée avec Machine Head et Mary Beats Jane. Pas spécialement marqué par leur concert, j'avais essayé de m'y mettre quand même, sans succès. Puis cette année-là, Demanufacture était LE gros morceau dans ce style.

Bref, je viens de le trouver à 2€ dans une solderie, je me suis dit pour la collec...et c'est un gros coup dans la nuque! Il est fabuleux, et ce son!!!! (Bergstrand touché par la grâce).



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker