Donatien Huet - MEDIAPART par VSGREG - 703 lectures
VS-webzine sort de son silence le temps de donner la parole à Donatien Huet, journaliste à Mediapart et auteur de l'article : "Violences sexuelles : les musiques extrêmes face à leurs démons ", publié en mai 2021 et qui a pas mal secoué la scène Metal !


Comment en es-tu venu à consacrer un article aux violences faites aux femmes dans le monde des musiques extrêmes ? S'agit-il d'un papier commandé par la rédaction de Mediapart ou d'une initiative personnelle ? Si c'est ce second cas, y a-t-il un évènement ou une rencontre qui a motivé la rédaction de ce papier ?
Le point de départ de cette enquête a été l'opération #MusicToo, lancée à l'été 2020 sur les réseaux sociaux, qui vise à dénoncer les violences sexistes et sexuelles au sein de l'industrie musicale en général. Mediapart a eu accès aux plus de 300 témoignages envoyés aux animateurs et animatrices de cette initiative et une petite dizaine concernaient plus spécifiquement les scènes punk et metal. C'est à partir de cette matière qu'on a lancé une série d'enquêtes, qui concernent de nombreux univers musicaux : musique classique, chanson française, hip-hop, musiques du monde, rock, pop, électro... Et donc aussi, les musiques dites extrêmes. L'autre élément qui m'a amené à me pencher sur ces scènes est la plainte en diffamation que la société de booking Rage Tour a menacé de déposer contre la victime présumée d'un de ses agents, en novembre 2020. Cet épisode avait déjà pas mal chamboulé la communauté à l'époque.


Quelle est ta relation avec le monde du Metal, es-tu familier de cet univers ? Es-tu un amateur de cette musique et quel est ton sentiment vis-à-vis de l'univers du Metal français ?
J'ai 34 ans, écoute du metal – mais aussi un peu de punk et de hardcore – depuis le lycée, me rends régulièrement à des concerts, à des festivals, compte quelques ami.e.s musicien.ne.s. Je suis donc très familier de cet univers. Je ne suis pas vraiment amateur de metal français en général, mes goûts personnels allant plutôt – mais pas exclusivement – vers le black metal scandinave. Je n'ai donc pas forcément de sentiment à délivrer, si ce n'est celui de dire que c'est une belle scène, très éclectique et très active.


Avais-tu un objectif en abordant un sujet très délicat dans un univers hyper masculin ou souhaitais-tu avant tout dénoncer certains agissements ?
Dans le sillage de #MeToo, ce hashtag né en 2017, l'époque est propice à une libération de la parole des femmes victimes de violences. En tant que journalistes, en prise avec le réel, il est important qu'on s'en saisisse, comme c'est le cas d'ailleurs avec tous les mouvements sociaux contemporains. L'idée est que ce type d'articles contribue à faire changer les choses, pour tendre vers une société plus égalitaire, débarrassée des violences de genre.


Ton papier a provoqué beaucoup de remous au sein de la scène française, certains allant même jusqu’à enclencher une espèce de chasse aux sorcières vis-à-vis de certaines structures. Pensais-tu que ton article allait avoir un tel impact ? Quel est ton sentiment à ce sujet ?
Il est généralement compliqué d'évaluer l'impact que peut avoir un article avant sa publication, car plusieurs facteurs qu'on ne maîtrise pas forcément entrent en ligne de compte. En tout cas, on assume à Mediapart un journalisme d'impact, qui participe à son échelle à faire bouger les lignes. Si cet article y contribue, tant mieux, mais il est encore trop tôt pour le mesurer. Et je n'emploierais pas l'expression « chasse aux sorcières », que je trouve exagérée et qui donne le sentiment qu'on inverse les rôles. Je pense qu'il est légitime que les structures mises en cause rendent des comptes


Mediapart vient de publier un article « #MeToo de la musique classique ». Les violences sexuelles et le harcèlement sont-ils avant tout des problèmes de société à tes yeux ou y a-t-il des milieux, comme celui des musiques extrêmes, où les faits sont encore plus graves ?
Aucun milieu n'est épargné par les violences sexistes et sexuelles ; nos nombreuses enquêtes publiées ces dernières années dans les mondes de l'entreprise, du cinéma, du sport, de la politique, des médias... l'ont montré. La particularité des musiques extrêmes est qu'elles sont souvent perçues comme un environnement plutôt « safe » pour les femmes alors qu'en réalité, les violences de genre y sont bien présentes et relativement systémiques.


Certaines amies se félicitent de la mise en avant des problèmes #MeToo du Metal via ton papier. Elles espèrent surtout qu’il puisse faire débuter une nouvelle ère avec un nouveau regard et comportement sur ces violences. Selon toi, qu’est-ce qui doit changer ou évoluer au sein de la scène Rock Metal ?
Prendre soin les un.e.s des autres et écouter les victimes, cela me semblerait être les premiers pas à faire pour entamer cette nouvelle ère, qu'on est nombreux et nombreuses à espérer. La question de la représentation, aussi, me semble cruciale. On compte de nombreuses musiciennes et pourtant, on en voit assez peu à l'affiche des grands festivals


En 2019, une jeune femme avait affirmé sur les réseaux sociaux avoir été droguée puis violée lors du Hellfest. Les organisateurs ont répondu par un communiqué ambigu. Quel est ton sentiment sur cette affaire et la communication du Hellfest ?
La communication du Hellfest était selon moi maladroite et culpabilisante pour la victime présumée. Les organisateurs l'ont eux-mêmes partiellement reconnu a posteriori. Dans l'article, j'explique que le festival semble avoir pris la mesure du problème, disant vouloir améliorer la prévention des violences sexistes et sexuelles et la prise en charge des victimes, en faisant notamment appel à l'association Les Catherinettes pour la prochaine édition, en 2022


Un dernier mot pour nos lecteurs et lectrices ?
On a la chance de faire partie d'une scène magnifique. Alors, chérissons-la et faisons collectivement en sorte de la rendre plus « safe » pour les femmes et les autres minorités, afin que chacun et chacune puisse s'y épanouir.


Retrouvez le Podcast Dans le Secret des Dieux et son émission Agora où le sujet "Agressions sexuelles dans le Metal : et maintenant ?" est abordé.



Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker