Nicolas Castelaux - CAMION NOIR par PAMALACH - 5560 lectures
Nouvellement assis dans le fauteuil de directeur de collection de Camion Noir, Nicolas Castelaux est à l'origine de la sortie de "Soul of fire", la biographie événement sur Peter Steele. Nous ne pouvions louper l'occase d'aller le cuisiner un peu...


Salut ! Tu es le nouveau directeur de Camion Noir, est ce que tu peux nous dire qu'est ce qui t'a amené à ce poste ?
Cela fait plusieurs années que je travaille pour Camion Noir. J'ai écrit plusieurs livres, traduit certains manuscrits, j'en ai illustré d'autres (je suis aussi peintre). J'ai lancé avec Fabrice (l'âme damnée derrière Camion Noir/ Camion Blanc) une collection de tee-shirts basée sur nos titres phares et certains personnages cultes de l'univers Camion Noir (Charles Manson, Aleister Crowley, Elizabeth Bathory). J'ai une connaissance assez encyclopédique des sujets abordés par la collection (ésotérisme sombre, crimes déviants et autres sujets qui fâchent), donc la transition vers directeur de collection s'est faite naturellement.


Juste pour situer un peu tes goûts musicaux, est ce que tu peux nous faire un petit déroulé de ton histoire avec le Metal et nous dire quels sont tes groupes préférés ?
J'écoute du Metal depuis environ vingt ans. J'y suis venu à cause d'un intérêt pathologiquement morbide pour la violence extrême et l'occultisme. Le Metal me servait de bande-son pour mes lectures de biographies de serial killers quand j'étais ado. Mais j'écoute aussi du Power Noise et d'autres trucs tout aussi méchants. J'écoute à peu près les mêmes groupes qu'il y a vingt ans : Whitehouse, Eyehategod, Iron Monkey, Brujeria, et même une dose de NYHC bien balourd de temps en temps, genre Bulldoze. Et bien sûr, au moins une fois par jour, du Type O.


Le sujet du jour est donc la biographie de Peter Steele. Est ce que tu peux nous la décrire en quelques mots et nous expliquer qu'est ce qui t'a motivé dans ce projet ?
Jeff Wagner, qui a écrit cette bio, est un passionné qui a rassemblé une montagne de témoignages de membres de la famille, d'amis proches et de personnalités du monde du Rock qui ont côtoyé Peter Steele. C'est le seul ouvrage qui couvre toute la carrière du Géant Vert, de ses débuts avec Fallout, un petit groupe de reprises made in Brooklyn, à Type O Negative, une des formations les plus importants des années 90. C'est un personnage fascinant, aussi bien dans son génie musical que dans ses excès. Sa personnalité est complexe, torturée, et passionnée. C'était un poète urbain, un esthète perfectionniste (il concevait ses albums de A à Z, design inclus) et un visionnaire.
Quand j'ai appris que Wagner sortait cette bio en Octobre 2014, j'ai tout fait pour récupérer les droits de traduction. Ma raison principale, c'est que de mon côté, je bossais sur une bio de Peter Steele depuis quelques années. J'avais glané des confidences de plusieurs proches, et j'étais sur le point d'organiser une petite virée à Brooklyn pour récolter plus de témoignages quand j'ai appris que la bio américaine sortait. Je me suis dis qu'il valait mieux laisser la main à un projet abouti, et j'ai eu raison. Le livre de Jeff est une somme. C'est une des meilleures bio de Rock que je n'ai jamais lue. C'est vraiment l'ouvrage de référence sur le bonhomme. Nul besoin d'en rajouter plus.


TYPE O NEGATIVE était un groupe particulier dans le paysage musical de l'époque qui l'a vu naître. A quel moment t'es tu intéressé au groupe.
J'ai connu Peter Steele par le deuxième album de Carnivore, début des années 90. J'écoutais un peu de NYHC à l'époque (Cro-Mags etc) et quand Retaliation est sorti, j'ai pris une claque. Les vocaux étaient absolument haineux et les paroles volaient à dix mille mètres au-dessus de ce qui se faisait à l'époque dans ce milieu. C'était massif et intelligent. Puis Type O a débarqué avec Slow Deep and Hard. Deuxième claque. Une ambiance sonore bien plus macabre que ce que le Black Metal a essayé de faire de l'autre côté de l'Atlantique, et des paroles résolument nihilistes. C'était l'album qui correspondait le plus à ma personnalité, à l'époque. Après ça, j'étais accro. J'ai vraiment adoré la vibe païenne d'October Rust, qui est devenu mon album préféré. J'aime aussi énormément Dead Again, « These Three Things » et « She Burned me Down » sont des morceaux d'anthologie. Et puis les frasques de « Petrus » ont alimenté ma fascination pour son personnage hors normes. Je l'ai croisé en Suède, on a un peu discuté ; j'en parle dans l'épilogue.


Je n'ai pas encore lu la bio mais est ce qu'on retrouve des éléments de cet humour si particulier qu'avait Peter Steele ?
Oui, le livre est bourré d'anecdotes sur cet aspect de sa personnalité. Il y a en particulier des anecdotes croustillantes de tournée racontées par Phil Anselmo. J'ai aussi beaucoup bossé sur la traduction des paroles de Type O, pour essayer de retranscrire son sens de l'humour, son cynisme.


Comment décrirais-tu TYPE O NEGATIVE et Peter Steele à quelqu'un qui ne connait pas du tout le bonhomme et sa musique ?
Imaginez un mec de deux mètres aux dents pointus, aux cheveux longs noir corbeau, roulant aussi bien des R qu'un empaleur transylvanien, déversant tout son mal de vivre sur des claviers dantesques et une ligne de basse implacable, avec une voix de baryton à faire déverser des torrents de cyprine à ses auditrices. Rajoutez-lui une bouteille de vin rouge à la main et un marteau-piqueur dans l'autre. Voilà Peter Steele. Plus musclé que Danzig, plus suicidaire qu'Ozzy, plus hargneux que Rick ta Life et plus viking que Grishnack – il a même inventé son propre pays viking, le Vinnland.


Tu as écris d'autres bouquins ayant attraits aux sérials killers et au Black Metal. Est ce que tu peux nous en parler un peu ?
J'ai écrit une bio de Richard Ramirez, un tueur en série sataniste californien fan d'AC/DC, une bio de Ted Bundy, le serial killer qui a influencé le livre American Psycho, une bio de Varg Vikernes, et un livre sur ma correspondance avec des tueurs en série.





CB et CN sont souvent critiqués pour le prix de leurs livres. Fabrice s’est déjà exprimé à ce sujet, mais toi qu'est ce que tu en penses ?
Nous sommes une petite maison d'édition et nous traitons des sujets qui ont un lectorat retreint. Nous n'avons pas d'attachés de presse, et les médias traditionnels ne nous font pas connaitre à un public plus large. Nous sommes donc obligés de faire des petits tirages, et ça coute cher. De plus, nous sommes une petite équipe, nous avons tous un boulot à plein temps à côté. L'aventure CB/CN ne nous permet pas d'en vivre. En tant qu'auteur, je ne touche que 2 euros par livre. Or, un livre, ça demande des mois de travail. Si je voulais vraiment faire de l'argent vite fait, je choisirais plutôt le trafic de méthamphétamine. Mais j'ai choisi l'écriture. J'aime ça, et j'aime faire connaitre des textes sulfureux qu'aucun autre éditeur n'a le courage de publier.


Quels sont selon toi les grands titres de la collection CB et CN ?
Il y a les classiques, La Bible satanique et Les Seigneurs du Chaos. Nous avons plusieurs centaines de titres en catalogue donc c'est dur de faire un choix. Si je devais citer quelques favoris, il y aurait Standing in two circles de Boyd Rice, Apocalypse Culture, et, quitte à faire un peu ma propre promo, mon livre Je tue donc je suis. Et je pense que la bio de Peter Steele va vite devenir culte.


Peux-tu nous donner des scoops sur les prochaines sorties de CN et CB ?
Notre prochaine grosse sortie chez CN est l'édition complète et non censurée de Journal d'un tueur, « Une blonde sur un pieu » et autres récits criminels de Gerard Schaefer. Schaefer était un flic du sud de la Floride qui a torturé et tué plus de trente auto-stoppeuses. Lors de la perquisition à son domicile, on a retrouvé des carnets de bord de ses meurtres sous formes de nouvelles, fort bien écrites d'ailleurs car il était diplômé en littérature. Ce Journal d'un tueur est le livre le plus extrême de notre catalogue. C'est le genre de bouquin que vous pouvez offrir à votre petite amie pour la Saint Valentin, à un collègue qui part à la retraite, etc. Non, je déconne.


Le mot de la fin est pour toi.
Vous pouvez-me contacter à castelaux@camionnoir.com si vous avez des idées de traduction, des manuscrits à nous soumettre pour Camion Noir, etc.
Vous pouvez également contacter Dominique Franceschi, le directeur de la collection Camion Blanc si vous avez des projets sur la musique : franceschi@camionblanc.com
Sinon, jetez régulièrement un œil sur http://www.camionblanc.com/ et http://www.camionnoir.com/ pour vous tenir au courant de nos sorties !


Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 19/03/2015 à 19h56 - (1568)
Une version non censurée de Journal d'un tueur ? Curieux de voir ce que ça pourrait donner... La version que j'ai suinte déjà la perversion... Livre à lire si on veut vraiment comprendre les tueurs en série... enfin, leur mentalité...

Vraiment curieux...



Strat
Membre enregistré
Posté le: 20/03/2015 à 09h07 - (1569)
Un livre qui s'annonce, je pense, aussi intéressant que ce défunt artiste.

Toinou
IP:82.230.76.157
Invité
Posté le: 20/03/2015 à 19h23 - (1570)
Excellent bouquin, très instructif. Par contre, il semblerait que les autres membres du groupe se soient distanciés du livre, donc une bio pas totalement adoubée par tout le monde...Mais à lire tout de même

infarctus
IP:87.231.119.162
Invité
Posté le: 21/03/2015 à 16h40 - (1571)
Je suis toujours en deuil...Pour toute la vie à mon avis. RIP :(

petercom
IP:31.38.34.165
Invité
Posté le: 23/03/2015 à 03h15 - (1572)
Le peter de petercom fait directement reference a Peter Steele...J'espére que la lecture de ce bouquin m'aidera plus a faire mon deuil que cette interview mercantile ne donne envie de lire le sus-nommé bouquin...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker