Rorschach & Nicko - 6:33 - TRACK BY TRACK par VSGREG - 9629 lectures
A l'occasion de l'ouverture des préventes de "Deadly Scenes", 6:33 nous parle de son nouvel opus !




Precommandez Deadly Scenes pour 11,99 €


Titre de l’album
Rorschach: Deadly Scenes est un concept album qui met en scène le thème des Sept Pêchés Capitaux (ou "Deadly Sins" en anglais, d'où le jeu de mot du titre). C'est donc d’un genre de pièce de théâtre sarcastiquement loufoque en neuf actes dont nous parlons ici, comprenant : un prologue, sept morceaux évoquant chacun une histoire - mettant en scène différents personnages - en rapport avec l'un des sept pêchés, et pour finir, un épilogue.


Artwork
Nicko: Nous avons proposé l’idée de base à Dehn Sora, avec qui nous travaillons depuis G.G.G.
Rorschach: Nous avons proposé l'idée de base à Dehn Sora, avec qui nous travaillons depuis G.G.G. On cherchait une idée en rapport avec le thème, et un visuel épuré dans le même style que l’album précédent. On en est venu à penser aux origines du bien et du mal chez l’être humain, et l’idée du berceau est tombée. Le visuel de l'album pose une simple question: l’homme naît-il pourri par le vice ou le devient-il par le monde qui l’entoure?




Production/Studio
Nicko: Nous avons la chance d’être nos propres producteurs. Howahkan Ituha, un des claviéristes du groupe, est le propriétaire du White Wasteland Studio, ce qui nous a évidement autorisé plus de liberté et de temps lors de l’enregistrement et du mixage de «Deadly Scenes». Nous avons, contrairement à l’album précédent, confié le mastering à Bruno Gruel d’Elektra Mastering, car nous sentions que nous avions besoin d’une oreille extérieure, de prendre de la distance après ces deux mois de mixage. L’ambiance générale en studio est plutôt studieuse car nous n’y sommes jamais au complet. Howahkan et moi avons travaillé ensemble sur les arrangements et le mixage, on connaît chacun le caractère, les goûts et le fonctionnement de l’autre. Nous avons aussi beaucoup peaufiné le chant et les chœurs avec Rorschach, qui est sûrement le chanteur le plus souple et ouvert que j’ai rencontré. Il accepte toujours les idées et les conseils en mettant son ego de côté malgré le fait que j’ai pu parfois manquer de patience et de tact avec lui.




Influences (musique, films, jeux, livres)
Rorschach: Je n’ai rien lu ou regardé de particulier, mais pendant l’écriture les thèmes abordés par l’album m’ont fait penser à des films comme American Psycho, Psychose, Star Wars et encore certains western, ainsi qu’à des scènes de séries comme Futurama ou South Park. Je pensais à des détails qui me faisaient marrer et je me disais « ça faut que je le glisse dans les paroles … ». Et donc on peut y retrouver moultes références à des trucs que j’adore.


Track by Track
Hellalujah (prologue)

Rorschach: En bon titre d'intro d'album, il vient en quelque sorte poser le tableau, en abordant les thèmes de la croyance, de la religion et de la propension du genre humain à avoir besoin de croire en Dieu.
Nicko: Musicalement nous voulions une entrée en matière relativement simple et directe. Nous avons fait appel à une petite chorale de dix personnes pour renforcer cette ambiance «religieuse», le but premier de Hellalujah (qui à l’origine s’appelait sobrement «Deadly Sins») était de mélanger du rock efficace (voire punk) avec l’aspect dansant des messes gospel. Le résultat se veut plutôt enjoué, ce qui contraste avec le texte «grinçant» de Rorschach.

Ego Fandango

Rorschach: Ce second acte, inspiré du film "American Psycho", présente un homme dont la vanité (quelque peu excessive ?) le pousse à considérer que la moitié du genre humain mérite à peine d'exister tant elle est misérable. Nul ne trouve grâce à ses yeux ni ne mérite son respect, et il pense constituer ce qui se rapproche le plus de l'image de Dieu.

Nicko: C’est un des tout premiers morceaux de l’album à avoir été composé, et sa structure est déjà beaucoup plus complexe. Il y a un réel contraste entre ces couplets festifs à la rythmique Ska et ces refrains très lourds (c’est d’ailleurs la première fois que je me sers d’une guitare 7 cordes). Nous avons aussi essayé certains chœurs à la «Bohemian Rhapsody», c’est ce qu’on pourrait appeler un clin d’œil assumé (rires). L’intro d’orgue et son discours de pasteur (des plus hostile) a subi beaucoup d’arrangements électro de «dernière minute» car je n’étais toujours pas satisfait du résultat. J’ai d’ailleurs beaucoup hésité à garder toute la partie orchestrale finale, mais ça participe finalement au coté «grandiloquent» du texte.



The Walking Fed
Rorschach: Nous sommes ici en présence d’un personnage qui a rayé les mots "régime" et "taille M" de son vocabulaire et qui a décidé de s'empiffrer joyeusement de tout ce que le monde peut produire de jouissif en matière de plaisirs de la table. Il envoie "au diable" tous les codes sociaux et les dictats de l'apparence et de l'entretien du corps...Car au final ce qui lui importe dans la vie, c'est de la vivre comme il l’entend, au lieu de suivre les injonctions de la masse.

Nicko: La composition de ce morceau est partie des percussions tribales programmées par Howahkan et c’était la première fois que je procédais de la sorte, le point de départ étant d’habitude toujours une mélodie. L’ambiance se veut assez pesante et sombre, notamment grâce à des claviers très indus, et la redondance du chant de l’intro souligne bien cette action (le thème étant la gourmandise) que nous répétons chaque jour, encore et encore. On a essayé de développer un chant plus «prog» sur les couplets, ce qui est une première dans le groupe. Le refrain est quant à lui beaucoup plus décalé, et le mélange de ces voix féminines et de la voix grave à la sauce Léonard Cohen donne un virage presque malsain au morceau.


I'm a Nerd

Rorschach: Petit hommage au geek qui vit en (presque chacun de) nous, où l'on vous conte l'histoire d'un jeune homme qui souffre d'un sérieux dédoublement de la personnalité, après avoir vécu une enfance très dure en tant qu’intello boutonneux et souffre-douleur de ses camarades de classe. Aujourd'hui la colère et la vengeance sont les seuls moteurs de sa vie. Sa partie bestiale réclame violence et élimination physique pure et simple, alors que l'autre partie, plus calme et plus vicieuse, l’incite à passer par internet pour une destruction psychologique, morale et sociale.

Nicko: On retrouve un peu plus le coté loufoque du premier album sur ce titre. Outre ses guitares metal et son chant hardcore, il a un côté très joyeux, notamment grâce à l’ajout de banjo et de voix enfantines. Malgré de nombreuses cassures rythmiques et stylistiques je trouve que ce morceau a un coté «immédiat» très agréable. Le thème étant la colère, nous voulions un titre beaucoup plus noir et violent qu’a l’accoutumée mais je me suis très vite aperçu que c’était en contradiction avec la tournure que prenait notre musique. Quelques personnes ont regretté que l’album enregistré avec Arno Strobl soit moins violent que notre premier disque «Orphan Of Good Manners» et c’est en écrivant «I’m a Nerd» que je me suis rendu compte que je n’avais plus les mêmes envies et le même état d’esprit qu’à l’époque. Je n’ai aucun souci avec les groupes qui écrivent et jouent la même musique pendant 20ans mais ce n’est pas notre façon de voir les choses dans 6:33. Et qui sait peut être que dans un an nous ferons du death metal !


Modus Operandi

Rorschach: Ce cinquième acte nous montre la tenancière d'une maison close qui pense dur comme fer avoir été envoyée sur Terre pour être le bras vengeur de Dieu, et punir celles et ceux qui commettent le pêché de luxure. Elle organise dans ce but de grandes orgies sexuelles décadentes dans son manoir "La Maison de le Plaisir", poussant ses convives à se vautrer dans la fange et le stupre, avant d'exécuter sa divine mission macabre une fois qu'ils dorment profondément...
Nicko: Nous avons voulu expérimenter de nouvelles choses sur ce titre. Le chant y est très théâtral, et la base repose essentiellement sur lorchestre et la chorale qui donnent à l'ensemble une couleur très cinématographique à la Tim Burton, chose que nous avions déjà plus ou moins abordé sur notre précédant album sans autant pousser le concept. Je fais seul tous les chœurs de la dernière partie et ce fut l'expérience la plus longue et étrange que j’ai connu en studio (rires).


Black Widow

Rorschach: Ou "Veuve noire" en français, nous raconte la vie de "Cyco Psylo", une jeune femme guidée uniquement par la satisfaction de ses envies, qui obtient toujours ce qu'elle désire (et elle désire toujours plus…), usant de tous ses talents et charmes mais aussi optionnellement du meurtre pour arriver à ses fins.

Nicko: C’est le morceau le plus complet de la galette à mon goût. Il a le côté «boogie» de l’album précédant, beaucoup de cuivres et de chœurs, saupoudré de swing à la Benny Goodman. Le titre s’intensifie et se durcit par la suite avec certaines parties très agressives et complexes comme ce que nous pouvions faire sur notre premier disque. Le chant féminin de Béné y est aussi beaucoup plus présent. D'ailleurs, Rorschach n’est pas à proprement parler le chanteur «lead» sur ce titre, il y un équilibre très fin entre nos trois voix pour obtenir cette ambiance «Broadwayesque» particulière.


Last Bullet for a Gold Rattle

Rorschach: Il n'y a presque pas de paroles sur ce morceau (une seule phrase) car c'est la musique qui, se suffisant à elle-même, raconte l'histoire d'un être solitaire (lui aussi, décidément), car il est l'individu le plus avare et avide que vous pouvez croiser.

Nicko: Ce morceau est une déclaration d’amour à Ennio Morricone et cela faisait très longtemps que je voulais faire un titre entièrement acoustique qui sente la poussière et le saloon. Il y a pas mal de couches de guitares qui s’additionnent et j’aime la façon dont le morceau, au départ purement country, se transforme au fur et à mesure en metal.



Lazy Boy

Rorschach: D'un coté, un loser post pubère dont la vie se résume à deux choses : fumette et branlette. De l'autre, un proche (famille, petite amie en colère... ?), qui tente pour la dernière fois de secouer ce môme de bientôt trente ans, afin qu'il ait une chance de ne pas complètement gâcher sa vie. Mais est-ce vraiment ce que qu'il veut ?

Nicko: C’est un titre très atmosphérique à la structure metal plus conventionnelle, une sorte de respiration et de repos avant le pavé qui suit. Les paroles abordent le thème de la paresse, alors lors de sa conception j’ai voulu arrêter le morceau avant la fin, comme si les musiciens eux-mêmes avaient eu la flemmardise de finir de l’enregistrer. Mais ça aurait poussé le concept un poil trop loin (rires).


Deadly Scenes (épilogue)

Rorschach: L’album se conclut sur ce dernier acte en trois scènes, qui a pour sujet le libre-arbitre, sous l’angle du combat entre la bonne et la mauvaise conscience. On retrouve ces deux entités opposées dans trois décors différents, dans lesquels le protagoniste central doit faire un choix qui déterminera peut-être le reste de sa vie. En son for intérieur, ses deux opposants moraux se livrent un duel, chacun essayant de convaincre notre héros de suivre sa voix (et sa voie).
La dernière scène est un prequel à l’EP "G.G.G." (que vous pouvez trouver également à la fin de l’album précédent "The stench from the swelling") et explique ce qui s'est passé entre la femme à barbe et le nain, conduisant aux extrémités racontées dans les titres "Order of the Red Nose" et "M.I.D.G.E.T.S.".

Nicko: Si je devais citer un morceau pour présenter le groupe, ce serait celui-ci ! Nous nous sentons toujours beaucoup plus libres et décomplexés sur les longs titres comme la série des «G.G.G», et ce pavé final est en quelque sorte la bande originale d’un court métrage de David Lynch à la sauce 6:33 (rires). Le tout se divise en trois parties, ce qui a été particulièrement compliqué lors de sa conception, la base ne reposant pas sur un thème musical commun que nous aurions pu développer tout le long. Il faut donc plusieurs écoutes pour réussir à totalement rentrer dedans. Nous y abordons beaucoup de genres qui nous sont chers depuis nos débuts comme le rock, le swing, le prog, l’electro et bien sûr le metal, mais à aucun moment cela n’a été fait sciemment dans le but de briser telle ou telle règle. Nous sommes aujourd’hui plus que jamais en accord avec nos envies et la vision que l’on peut avoir de notre groupe, cela reste et doit rester quelque chose de naturel.
Auteur
Commentaire
Merry
IP:195.220.213.142
Invité
Posté le: 03/12/2014 à 12h11 - (1418)
Fan de The Walking Fed !

bill boquet
IP:78.236.136.16
Invité
Posté le: 03/12/2014 à 13h34 - (1419)
Heu...il manque le morceau "Last Bullet for a Gold Rattle" dans le streaming.

Setzer
IP:78.244.186.34
Invité
Posté le: 03/12/2014 à 22h34 - (1420)
Roh la vache, c'est du bon! Par contre pas moyen de préco une version mp3, voir, rêvons un peu, FLAC?

gardian666
Membre enregistré
Posté le: 03/12/2014 à 22h42 - (1421)
Super ce streaming !

Cet album va demander pas mal d'écoutes, c'est ça qui est bon.



bill boquet
IP:78.236.136.16
Invité
Posté le: 04/12/2014 à 01h21 - (1422)
Comme d'hab avec 6:33 il faut plusieurs écoutes pour bien rentrer dedans, mais une fois la bête apprivoisée, c'est juste monstrueux! Coup de cœur pour le morceaux Deadly scenes, 13 min de pure bonheur.

Rahahaaz
IP:77.195.87.58
Invité
Posté le: 04/12/2014 à 11h41 - (1423)
Chef d'oeuvre !

Fzun
IP:159.84.20.90
Invité
Posté le: 05/12/2014 à 13h39 - (1425)
Excellent !

Le morceau Last Bullet for a Gold Rattle commence avec une ligne qui ressemble beaucoup à du Dick Annegarn :)

Howahkan Ituha
IP:89.3.228.251
Invité
Posté le: 05/12/2014 à 14h02 - (1426)
Merci à tous pour vos messages !
Setzer, tu peux commander l'album en digital sur le Shop du label, il est dispo en mp3, FLAC, et d'autres formats :)

Xolios
IP:90.40.247.63
Invité
Posté le: 05/12/2014 à 16h19 - (1427)
Bombe! Aucuns morceaux faibles et une super prod'! Hâte de l'avoir entre mes mains!

MetalManiax
Membre enregistré
Posté le: 10/12/2014 à 23h05 - (1428)
PUTAIN D'ALBUM !

Du très bon ( gros coup de coeur sur "I'm a Nerd", parfait pour se réveiller).

Et des plans purement Pattonesques de malade! Rien à jeter :)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker