- ATARAXIE - TRACK BY TRACK INTERVIEW par VSGREG - 5024 lectures
Quelques jours avant la sortie de leur nouvel opus "L'Etre et la Nausée", VS-webzine vous propose de découvrir cet album via un track by track détaillé rédigé par le groupe.




Titre de l'album

Quand nous avons terminé de composer l’album, nous ne voulions pas comme sur les albums précédents prendre un titre d’une chanson, mais trouver quelque chose qui résume l’ambiance de l’album et la thématique globale des paroles
Les notions existentialistes étant beaucoup abordées dans l’album, notre première envie aurait été de l’appeler « l’Etre et la Nausée », mais ce n’était évidemment pas pensable. Finalement nous avons choisi « L’Être et le Néant » : L'être place bien l'homme comme protagoniste principal tandis que la nausée fait référence au dégoût qu'on peut exprimer vis à vis de tout ce qu'on peut voire, entendre et vivre au quotidien: poids de la routine, bêtise de la masse, renouveau de l'obscurantisme, incapacité à tirer des leçons du passé ou l'absurdité de notre société.

Artwork



Nous avons choisi de travailler avec David Fitt du Vertigo Studio (Aosoth, Secrets of the Moon…). David est un artiste qui est avant tout photographe, et nous voulions éviter le plus possible de présenter un univers relié au côté sombre du réel, le moins photoshoppé possible.
L’artwork est un mélange de photographies que David avait précédemment pris, ainsi que de photos prises pour la circonstance. Les habitants de Rouen reconnaîtront probablement quelques éléments architecturaux de notre ville, que nous tenions à voir figurer sur la pochette.
Quand à la pochette elle-même, elle représente parfaitement l’idée que nous nous faisions du thème de l’album : la souffrance de l’individu face au monde et à son absurdité.

Track By Track:

1. Procession of the Insane Ones


C’est la plus ancienne des chansons que nous avons composé pour « L’Etre et la Nausée » que nous ayons gardé (dans notre processus de composition, il arrive parfois que nous écartions des chansons entières quand nous n’en sommes pas entièrement satisfaits). C’est pour nous une chanson parfaite pour ouvrir l’album, qui reprend les choses où nous les avions laissées avec Anhédonie pour s’ouvrir doucement vers les évolutions que nous présentons dans L’Être et la Nausée. On y retrouve tous les éléments « classiques » d’une chanson d’Ataraxie : les riffs bien lourds, des accélérations, des passages cleans harmonisés…Ce texte dénonce le renouveau de l’obscurantisme dans nos sociétés dites « évoluées » et dresse un parallèle évident entre rites religieux et pratiques sectaires.




2. Face the Loss of your sanity

C’est probablement la chanson la plus représentative de l’esprit que nous avons voulu donner à cet album. On alourdit le propos par rapport à Procession of the Insane Ones, en ouvrant sur un riff death brut de décoffrage. C’est une manière à nous d’insister sur le fait que nos influences « death metal » ne se limitent pas aux vocaux comme dans un trop grand nombre de groupes de la scène actuelle. Par rapport au morceau précédent, le ton est donc plus sombre, plus agressif et plus lourd. Vocalement parlant, ce morceau marque aussi une petite évolution en termes de vocaux hurlées. Jo a opté pour une approche plus « spontanée » tout en gardant l’alternance avec les vocaux death profonds.

Lors de l’enregistrement, la fin de la chanson a demandé un travail particulier : nous avions en effet l’habitude d’improviser totalement sur la fin de la chanson en live (on peut s’en rendre compte notamment sur les concerts de la fin de l’année 2012 sur Youtube), mais dans le contexte de l’enregistrement, qui « fige » les choses une bonne fois pour toutes, cela ne marchait pas. Fred a finalement dû écrire toute la partie mélodique finale, la difficulté étant de composer une mélodie qui se développe sans empiéter sur les interventions de chant. La solution a été d’écrire des arpèges se développant ensuite lead, puis en mélodies à deux guitares quand le chant se fait plus espacé.
Ces paroles abordent les conséquences potentielles de la nausée à savoir la folie qui peut gagner de jour en jour n’importe qui dans notre société. Il suffit de visiter un hôpital psychiatrique pour se persuader qu’elle n’épargne aucune classe sociale.


3. Etats d'Âme

Nous ressentions le besoin d’offrir une chanson qui puisse tenir le rôle d’interlude, de respiration au milieu de l’album. Celle-ci est née d’une improvisation, autour d’un simple riff qui tourne encore et encore, un peu comme les pensées peuvent parfois tourner en rond quand nous connaissons nos « états d’âme ». Contrairement au reste de l’album, ce titre a été largement improvisé lors de son enregistrement. Comme d’habitude, nous avons tout réalisé nous-même et sans synthé : les crissements inquiétants que l’on entend au fond sont réalisés par Pierre en frottant ses cymbales d’une certaine façon avec ses baguettes, Fred en a aussi rajouté pas mal en faisant des bruits bizarre avec sa guitare.


4. Dread the Villains

C’est un titre que nous avons composé à la rentrée dernière. Nous avions envie de faire une chanson typiquement « death metal », à l’opposé de l’étiquette « Funeral Doom » que certains ont l’habitude de nous coller. Une chanson qui soit directe et d’une durée « raisonnable ». Au final, comme d’habitude, on a dépassé les 10 minutes, mais le pari est plutôt tenu avec un passage d’obédience « death punkisant » qui risque de surprendre, le tout mâtiné de passages doom qui nous sont caractéristiques.
Les paroles quant à elles décrivent les scélérats et autres êtres humains à personnalité creuse qui s’abreuvent systématiquement des idées des autres et qui bouffent littéralement les gens.




5. Nausée

Nausée est un peu l’antithèse de Dread the Villains. L’ouverture de ce titre est la plus sombre et la plus lente possible, posant une atmosphère funéraire, soulignée également par une longue période sans chant. Le tempo s’accélère ensuite un petit peu (toutes proportions gardées) pour ensuite poser une structure qui va, progressivement, évoluer riff par riff jusqu’à l’explosion, et réexposition du deuxième riff qui conclut le titre de manière épique.
Les paroles font bien évidemment référence au roman de Sartre « La Nausée » avec une vision encore plus pessimiste. Il est évoqué l’inutilité d’un tas de choses qui rythment notre quotidien, le non contrôle du temps, notre rôle dans une société absurde qui n’a pas vraiment besoin de notre contribution au final, la volonté (ou non) d’y trouver une place et une reconnaissance dans son entourage. C’est de loin le texte qui aborde le plus le thème de l’existentialisme.

Pour faire le lien avec la chanson précédente, nous avons eu l’idée de relier les deux titres par un mélange de larsens et d’éléments musicaux chaotiques d’où surgit le premier riff de Nausée.
Auteur
Commentaire
Medrawt
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 15h16 - (816)
Après une 1ere écoute (pas très attentive j'en conviens), j'ai plutôt une bonne impression. L'artwork est vraiment magnifique, j’adhère totalement.
Par contre poser devant la kindarena (si je ne me trompe pas) ça fait pas très doom ;)


mr.kekchoz
Invité
Posté le: 26/08/2013 à 16h23 - (817)
"notre première envie aurait été de l’appeler « l’Etre et la Nausée », mais ce n’était évidemment pas pensable. Finalement nous avons choisi « L’Être et le Néant »"

Maaais c'est l'Etre et la Nausée sur la pochette...

Je ne comprends plus ??

philoxera
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 16h46 - (818)
il manque la 5 !

philoxera
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 16h46 - (819)
edit: elle est apparue par magie

sylvain.ataraxie
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 16h55 - (820)
Le titre est bien l être et la nausée. Petite erreur de notre part

Fred_Ataraxie
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 16h57 - (821)
On s'excuse, il y a deux coquilles dans l'interview :
"...notre première envie aurait été de l’appeler « l’Etre et la Nausée », mais ce n’était évidemment pas pensable. Finalement nous avons choisi « L’Être et le Néant »" : C'est bien sûr l'inverse qu'il faut lire

Et également:

"Nous avons choisi de travailler avec David Fitt du Vertigo Studio (Aosoth, Secrets of the Moon…). David est un artiste qui est avant tout photographe, et nous voulions éviter le plus possible de présenter un univers relié au côté sombre du réel, le moins photoshoppé possible."

devient

"

Nous avons choisi de travailler avec David Fitt du Vertigo Studio (Aosoth, Secrets of the Moon…). David est un artiste qui est avant tout photographe, et nous voulions présenter un univers relié au côté sombre du réel, le moins photoshoppé possible."

Sous vos applaudissements bonsoir.




mr.kekchoz
Invité
Posté le: 26/08/2013 à 17h22 - (822)
:)

Quant à mon avis sur l'album, j'avoue avoir eu un peu de mal, alors que je suis très fan des deux premiers. A voir avec le temps evidemment !

mr.kekchoz
Invité
Posté le: 26/08/2013 à 17h25 - (823)
Petite question en passant, pourquoi avoir fait le choix de diviser l'album en deux CD alors que la totalité rentre sur un seul de 80 minutes ?

huh
IP:79.87.78.230
Invité
Posté le: 26/08/2013 à 17h35 - (824)
La kinderarena c'est carrément doom, Rouen est vouée à la damnation éternelle pour cela.

Du très bon boulot concernant l'album.

Fred_Ataraxie
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 17h45 - (825)
Les deux CDs c'est a cause de notre label, qui ne peut assurer que 74 minutes sans problème sur un seul CD.

mr.kekchoz
Invité
Posté le: 26/08/2013 à 17h48 - (826)
Okay, me doutait que c'était en rapport avec le pressage ;)

Medrawt
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 18h04 - (827)
@huh,
C'est vrai que c'est un gouffre sans fond la kindarena...

Murderworks
Membre enregistré
Posté le: 26/08/2013 à 23h26 - (828)
En tout cas l'album est excellent, j'ai reçu le cd ce matin et je sens qu'il va tourner un petit moment celui là !

huh
IP:79.87.78.230
Invité
Posté le: 27/08/2013 à 00h53 - (829)
Pour en revenir à cet album acquis samedi dernier, c'est du très beau travail. Plus difficile d'accès que ne le furent Slow Transcending Agony et Anhédonie, notamment parce qu'il n'y a pas de titres accessibles immédiatement, ce disque va nécessiter pas mal d'écoutes afin d'être pleinement "digéré". En tout cas, il est bien diversifié et possède une très bonne production, avec une basse bien présente dans la mix, ce qui n'est pas sans me déplaire. Bref, le groupe évolue mais en même temps, lorsque l'on écoute cet opus, l'on reconnait directement la patte d'Ataraxie.
Buy it or be doomed!

huh
IP:79.87.78.230
Invité
Posté le: 27/08/2013 à 00h54 - (830)
Pour en revenir à cet album acquis samedi dernier, c'est du très beau travail. Plus difficile d'accès que ne le furent Slow Transcending Agony et Anhédonie, notamment parce qu'il n'y a pas de titres accessibles immédiatement, ce disque va nécessiter pas mal d'écoutes afin d'être pleinement "digéré". En tout cas, il est bien diversifié et possède une très bonne production, avec une basse bien présente dans la mix, ce qui n'est pas sans me déplaire. Bref, le groupe évolue mais en même temps, lorsque l'on écoute cet opus, l'on reconnait directement la patte d'Ataraxie.
Buy it or be doomed!

OncleFür
Membre enregistré
Posté le: 27/08/2013 à 14h52 - (831)
Son très cool, par contre j'ai du mal à rester concentré sur la longueur, pour un novice comme moi ça donne une impression de redondance (ce qui en fait une arme - cf Karadoc), mais bon, c'est culturel. Mais super came quand-même.



Droom
IP:81.48.92.114
Invité
Posté le: 27/08/2013 à 22h27 - (832)
Et ça se trouve où, une douceur comme celle là ? Avoir raté le stand du Motocultor (les meilleurs partent toujours trop tôt... ce fût encore le cas), je l'ai eu un peu mauvaise.

Maniac
IP:78.192.224.188
Invité
Posté le: 27/08/2013 à 23h31 - (833)
Tu peux envoyer un mail à sylvain[dot]ataraxie@hotmail[dot]fr

J'ai reçu mon exemplaire, hâte d'écouter tout ça :-)


Eparcyl666
Membre enregistré
Posté le: 28/08/2013 à 22h24 - (834)
En effet, le kinderarena c'est pas trés doom, mais le cliché est carrément graphique. Il péte.
C'est mieux que les photos pourraves avec des gueules d'enterrement dans un cimetière miteux de saint pierre les elbeuf.

Sinon la musique?
Ca claque toujours !

Clalire
Membre enregistré
Posté le: 31/08/2013 à 15h06 - (837)
je trouve la pochette très réussie, sobre mais très expressive - ça annonce bien la couleur...
pour ce qui est de l'album je résiste à l'écouter ici, j'attends l'album pour l'apprécier vraiment et en ce moment pas facile de trouver 80 minutes pour écouter vraiment, mais le track by track me donne méchamment envie quand même !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker