Niko - THE ARRS par CHOKO - 2934 lectures
Choko a recueilli les impressions et sentiment autour de la sortie de "Soleil Noir".

1- « Soleil Noir » est le premier album de votre « nouveau » lineup. Comment en êtes-vous venu à choisir Stefo et Phil et pas d’autres musiciens ? Tu peux les présenter aux milliards de lecteurs de VS ?
Phil vient d’arriver en remplacement de notre bassiste Jérôme a.k.a « Le spectre ». THE ARRS a toujours été une famille, il apparaissait donc évident que cela reste le cas. A ce titre, Phil et Toki se connaissait depuis pas mal de temps puisqu’ils avaient joué dans un groupe de grind-death-djent-core-à-iench dans le passé. On l’a donc contacté et, une répète et un apéro plus tard il avait le nom du groupe inscrit au marqueur sur la gueule (ce qui voulait dire beaucoup).
Quant à Stefo, on le connait de son ancien groupe STILLRISE à Grenoble. Quand il est monté sur Paris par la suite, il nous a rejoint en tant que merch-guy/roadie sur la tournée Héros/Assassin, on était donc déjà très proche. Lorsque Paskual a annoncé son départ, la question de son remplacement ne s’est même pas posée. D’ailleurs ils en ont parlé tous les deux avant même que Paskual nous annonce officiellement son départ. Tout s’est donc fait le plus naturellement possible.


2- Comment avez abordé la composition de ce disque ? Est-ce que vous aviez déjà une idée de ce que vous vouliez faire avant leurs arrivées ?
Avec le changement de line-up, il n’a pas été évident de trouver la bonne recette tout de suite Stefo et Phil ayant des influences plus extrêmes que ce que THE ARRS avait l’habitude de faire. Cela s’est forcément ressenti sur les premières compos que nous avons écrits mais on s’est rapidement rendu compte que ce n’était ce qu’il fallait ; une sorte de mélange indigeste de deathcore et de vieux métal qui démontrait le manque de recul sur la direction artistique de cet album. On a donc repensé notre façon d’écrire en se basant sur ce que nous savions faire tout en apportant une touche plus moderne et brutale plutôt qu’essayer de faire autre chose en y intégrant du THE ARRS.


3- Sur le précédent disque, Nico s’était essayé à des chants clairs en anglais. Est-ce que le résultat vous avez fait abandonné l’idée pour « Soleil Noir » ?
Sur nos précédents albums, les parties en chant clair sont effectivement en anglais. Cela pour plusieurs raison. La sonorité de cette langue permet de mettre en avant la mélodie et sans pour autant faire trop attention au parole. C’était une volonté pour ne pas sonner trop variété.
Au final, lors de la composition de « Soleil noir », la volonté de Stefo et de Phil d’assumer un album aux textes 100% en français a pris l‘ascendant. C’était donc un pari de faire sonner des refrains mélo en français sans tomber dans un refrain putassié et grossié.

On assume et aime les parties en chant clair dans nos précédents albums, ça n’a jamais été un frein à l’évolution du groupe.



4- Pourquoi avoir choisi un tel nom pour ce disque ? Est-ce en référence aux Bérus (mouahahaha) ou rien à voir ?
On nous avait posé la question des nazis, maintenant celle des Bérus. A quand celle de la crème solaire ?

Blague à part, ça n’a absolument rien à voir. Le titre de cet album vient de l’univers que l’on a voulu créer et le sens que l’on peut lui donner. Le départ de deux membres historiques du groupe a fait que nous nous sommes posé beaucoup de questions, à l’issue desquelles nous voulions symboliser une sorte de renaissance, de renouveau pour le groupe. L’éclipse nous semblait représenter cela parfaitement ; la fin d’un cycle ou d’une ère et le début d’un nouveau jour. Cette réflexion a abouti sur le visuel de l’album et le nom « Soleil noir » en était une belle interprétation.


5- Vos influences diverses sont très présentes avec « Soleil Noir », vous flirtez avec le hardcore ou le mélodeath. Comment arrivez-vous à faire des compromis au sein du groupe ?
On essaie de faire une musique qui nous plaît sans trop savoir s’il s’agit de hardcore, de death ou autre. Depuis ses débuts le groupe exploite ses influences hardcore mais au fur et à mesure du temps, nous piochons également dans un registre plus mélodique. De manière générale, les compromis se font assez naturellement même si parfois chacun essaie de défendre sa voix. Dans les cas où vraiment ça coince, on règle ça à la Jager… Ça marche à tous les coups.
Finalement « Soleil noir » est à la croisée d’une bonne mandale moder-hxc et d’un gros circle pit putassier. C’est beau comme image non ?


6- Depuis le début de THE ARRS, tu traites toujours les mêmes sujets (l’amour, la vie, la mort entre autres) de façon très « hardcore ». Est-ce que tu n’as pas peur de tourner en rond dans ton inspiration ou est-ce que tu évites justement de divaguer dans tes paroles ?
Si tu reprends la cinquantaine de textes que j’ai écrit pour THE ARRS, il y a des thèmes récurrents mais toujours abordés de façons diverses et variées, que ce soit dans la rhétorique, la syntaxe ou même avec des points de vues différents. Donc oui l’Amour, la notion du bien et du mal, l’extrémisme, la religion, la famille, la confiance en soi sont des thèmes qui reviennent. Ils sont aussi des sources d’inspirations inépuisables.

En lisant les paroles de « Soleil noir » on peut se rendre compte que l’approche textuelle est bien plus fictive que sur mes précédents écrits. Il en résulte des nouvelles, des hommages sur des références littéraires, picturales et cinématographiques. Cet album est beaucoup moins introspectif.



7- Votre récente signature chez Verycords vous offre la possibilité de diffuser comme il se doit votre musique. Quel a été leur réaction quand ils ont entendu l’opus ?
L’album est sorti il y a tout juste un mois, donc il est un peu prématuré de mesurer sa diffusion… Ce qui est certain, c’est que le label a fait un très bon travail en amont pour nous assurer le maximum de visibilité lors de la sortie. Cela porte pour le moment ses fruits car nous avons d’excellents retours sur Soleil noir.

Je crois me souvenir que la réaction de Mehdi –le boss– était un truc du genre « Très intense, mais très bon ». Le reste l’équipe a également beaucoup apprécié la qualité de cet album ainsi que la démarche assumée du groupe. L’aventure Verycords avait commencé.


8- Après quatre albums à votre actif, votre musique garde toujours cet aspect très violent et massif. Est-ce que par la suite vous avez envie de freiner ou est-ce que vous avez pensé toujours avoir ce petit côté « haineux » ?
« Freiner » ? Bien au contraire, Soleil noir est en quelque sorte un nouveau départ vers cet aspect violent et massif.


9- Vous avez récemment partagé la petite scène du Klub avec ZUUL FX, comment s’est organisé une telle date ? (Ce ne sont pas vos voisins de salles de répèt’ ou un truc du style ?)
En réalité il s’agissait des 10 ans du Black Dog. Pour fêter ça le bar a organisé pas mal de soirées et concerts tout au long du mois d’octobre. Nous avions déjà réalisé une release party chez eux et y trainons parfois donc ils ont pensé à nous pour leur soirée « metal/hardcore ». Concernant ZUUL FX, je pense que c’est du même acabit. A la rigueur le seul voisinage qu’on a avec eux se situe sans doute au niveau de l’apéro… Ah oui, et du label aussi.



10- Je sais que Stefo aime bien les trucs comme SUICIDE SILENCE, un petit mot sur la mort malheureuse de leur chanteur ?
Comme pour visiblement beaucoup de personne, la mort de Mitch Lucker a été un événement marquant de cette fin d’année 2012. J’aime en effet beaucoup ce groupe et c’est tragique ce qui leur est arrivé. J’aurai de nombreuses choses à dire à ce sujet mais je préfère ne pas rentrer dans un de ces éternels débats qui ont fleuri sur le net, à savoir comparer sa mort à celles de dizaines de personnes dans une tornade ou autres, qui vaut le plus ou le moins... Je laisse ça aux trolls ;)


11- Quels sont vos prochaines dates ? Quels sont vos objectifs à ce niveau-là ?
Nous avons débuté la première partie de tournée en octobre et la terminons le 9 décembre au le Bring The Noise Festival. La dizaine de date de cet automne nous a permis de nous préparer et arriver armer pour le gros du tour en 2013. Nous réservons de belles surprises qui seront dévoilées sous peu.


12- Avez-vous déjà le nez dans la composition d’un prochain disque ?
Pour le moment on se concentre davantage pour le live, mais nous commençons à discuter des potentielles évolutions du groupe.


13- Est-ce qu’il y a des albums qui vous ont mis sur le cul cette année ?
Malheureusement non… Ah si, peut-être « Hate » de Thy Art Murder. Putain ils sont bons ces Australiens !


14- Au contraire, est-ce qu’il y a des skeuds qui vous ont foutu les boules ?
« Atlas » le dernier Parkway Drive…


15- Merci à vous et comme il se doit, je vous laisse le dernier mot pour les lectrices de VS.
« A la vie à la mort, le plaisir de jouer de son corps. A la vie à la mort, le plaisir de jouir sur son corps. » (THE ARRS - 1781)
Auteur
Commentaire
ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 00h00 - (344)
"Ah si, peut-être « Hate » de Thy Art Murder. Putain ils sont bons ces Australiens !"
écoutez cet homme de goût!

james
IP:92.142.144.119
Invité
Posté le: 23/12/2012 à 10h43 - (345)
voila un groupe que j'écoute plus depuis pas mal de temps... ces passages en chant clair ont dénaturés l'esprit du groupe.

Qu'elle semble loin la démo... :'(

MrGuitoune
Membre enregistré
Posté le: 25/12/2012 à 23h15 - (357)
Excellente itw!vivement que je me procure ce skeud !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker