Fef et Slo - METAL MANIAX par PAMALACH - 5570 lectures
Enfin de retour ! C'est après une saine lecture des nouvelles aventures de Sam and Co que VS a été rencontrer Fef et Slo pour en savoir un peu plus sur les nouvelles aventures de nos héros préférés...


1- Salut les maniax ! Vous voilà donc de retour avec le tome deux des aventures de Vince et consorts. J'imagine que vous devez être tout feu tout flamme ?
Fef : Oui, car ça a pris pas mal de temps pour tout mettre en place. C'est un peu comme si on avait fini notre rédaction (qui nous a pris à peu près 6 mois) et remis le devoir et que maintenant on attendait la note. Comme on a essayé de sortir nos metalleux du cadre facile de leurs lieux de réunions (bar, salle de concerts, …), on s'inquiétait un peu. Pour l'instant, les premiers retours des lecteurs nous ont fait super plaisir.

SLO : Vu que j'ai mis mes ressources physiques à rude épreuve sur la réalisation de ce deuxième album, avec 10 jours d'arrêt maladie et tout, je me dis surtout que je vais enfin pouvoir me reposer un peu !


Sans trop dévoiler quoi que ce soit pour ne pas gâcher le plaisir aux lecteurs, quel est le pitch de ce tome numéro deux ?
Fef : Les metalleux ne sont pas qu'accoudés au comptoir d'un bar ou dans des concerts, ils ont aussi une vie sociale en dehors de ces lieux, si, si … Qui dit vie sociale, dit rencontres qui se passent plus ou moins bien. Le tome 2 montre comment nos metalmaniax réagissent dans ces situations-là.

SLO : Cela dit ça les empêche pas de boire des bières sur du Gros Son non plus ! Et là on montre aussi un peu comment le monde extérieur les perçoit, par le biais de nouveaux personnages.


Le premier tome plantait le décor et présentait les personnages. Avec le dernier, j'ai l’impression que vous vous êtes un peu éloignés des clichés et des gags "classiques" qui étaient présents sur le premier. Aviez-vous vraiment à cœur de nous montrer les personnages avec leur vie de monsieur tout le monde ?
Fef : Voilà c'est ça. On voulait ne pas rester enfermé dans les mêmes lieux où il se passe souvent le même genre de chose. On avait peur de tourner en rond assez vite et quand tu ne te tires pas la bourre pour reconnaître le morceau de musique qui passe, on se raconte souvent ses galères de la semaine entre potes. Histoires de cul, de couple, de cohabitation avec des non-metalleux...
Certaines de ces galères paraissent des fois tellement surréalistes qu'elles semblent sorties d'un soap opéra américain. c'est de là que vient le titre du tome 2 : amour, bières et metal.

SLO : Moi, j'avais proposé « beuaaargh » comme titre, mais ça collait pas trop au concept. Tant pis ce sera pour le tome 4 !


Il me semble que vous avez prêté une attention particulière à Spike, le coreux toujours vener. Avez-vous une sympathie particulière pour ce personnage ou vous vouliez montrer que le hardcore c'est surtout une musique pleine d'amour ?
Fef : Spike est le personnage que j'ai le plus de mal à utiliser. Le tome 2 était l'occasion de lui donner de nouveaux éléments pour l'utiliser un peu plus à sa juste valeur. Le mettre en couple avec une meuf encore plus énervée que lui nous faisait marrer.
Perso je suis plus un vieux heavy/thrash à la Sam élevé à la ballade qui tue des années 80. J'ai découvert le hardcore encore plus sur le tard que le death et black. Disons que d'après ce que j'ai pu entendre ou voir en festivals, je ne suis pas sûr que ce soit la musique la plus appropriée pour conclure. Quoique, dans un circle pit, sur un mal entendu…

SLO : Cela dit, le Hardcore contient une part très positive, que ce soit dans les textes ou dans les valeurs mises en avant – le respect, les liens d'amitié, la famille... Ça me paraît une bonne chose de montrer autre chose que le simple côté « bastooon ! » qui caractérisait le personnage dans le premier tome.
 Du point de vue de dessinateur, c'est un personnage que j'aime beaucoup dessiner car il a un style graphique plus proche du comics, moins cartoon. Par contre j'ai un peu triché sur ce deuxième album : j'en avais tellement marre de dessiner tous ses putains de tatouages que je lui ai rajouté une chemise...


Comme je le disais dans la deuxième question, les personnages sont beaucoup plus ancrés dans le réel que sur le tome précédent. Pourriez-vous imaginer une suite à la Kamelot avec des épisodes de moins en moins funs et de plus en plus dramatiques ?
Fef : Comme je le disais, on voulait les confronter au monde réel en dehors des zones metal. Il nous reste encore plein de situations dans le monde réel où nos personnages peuvent réagir comme on le fait ou on aimerait le faire. Comme je préfère faire marrer je ne pense pas qu'ils évolueront vers un côté plus dramatique. Mais on ne sait jamais…

SLO : Moi en grand fan de la série Kamelot ça me ferait vraiment kiffer ! Une chose est sûre c'est que les personnages ne resteront pas « figés » : on a prévu de les faire évoluer, et de les confronter à encore tout un tas d'événements du « réel », avec ses joies et ses peines. Vu qu'on s'inspire beaucoup de notre vécu et de ce qu'on observe, ça aura également un impact sur la vie de nos personnages – qui de toute façon commencent à prendre vie sans nous.


Vous en parliez la dernière fois avec Ju, et ce n'est pas un secret pour ceux qui vous connaissent, mais vous avez apparemment eu des problèmes avec votre ancien éditeur. Où en êtes-vous actuellement ? 
SLO : J'espère que le petit succès que commence à avoir la série sans eux leur fait bien mordre leurs couilles ! Et si la voie judiciaire ne donne rien, je connais d'autres méthodes – c'est Spike qui me les a suggérées...

Fef : Personnellement, je préfère ne pas en parler et me consacrer à ce qui avance. Mais ne pas en parler ne veut pas dire que j'ai oublié et tout vient à point à qui sait attendre.


Ces derniers temps, on assiste à une "rémédiatisation" du métal dans certains médias français. Entre le film avec Alexandre Astier et Julien Doré, les articles dans les Inrocks et les reportages d'Arte, le metal semble avoir de nouveau le vent en poupe ! Est-ce que vous sentez ce frémissement dans l'air de vos bars non enfumés ?
SLO : Pour moi c'est plus une volonté médiatique de rattraper le retard accumulé en France depuis des dizaines d'années sur le Metal.
Un courant musical qui a près de 40 ans d'existence et qui continue à réunir des dizaines de milliers de personnes sans aucune présence dans les grands médias, au bout d'un moment ça fait tache !
Sur ce coup-là je crois que les médias se rendent un peu compte à quel point ce sont des arriérés englués dans leur microcaste du showbiz parigo à paillettes sous cocaïne.

Alors évidemment, il y a l'instinct naturel de tout milieu un peu « underground » de se dire: « merde ça passe à la télé, ce milieu va devenir commercial, on va perdre notre âme et avoir du Slayer en musique de pub de bagnole! »
Mais bon honnêtement je n'y crois pas.

Fef : Quoique du Slayer en musique de pub, ça aurait de la gueule !
Comme dans beaucoup de choses, ce sont les chiffres qui parlent. Le Hellfest est devenu le troisième festival par la taille. Ils commencent à se sentir obligé de parler du metal cette semaine-là. C'est pareil avec la bande dessinée, les médias en parlent la dernière semaine de janvier quand a lieu le festival d'Angoulême, le reste de l'année, c'est royalement ignoré !


Vous aviez parlé la dernière fois d'un éventuel troisième tome avec un support audio et des groupes semi pro qui accepteraient de participer à une compile "Metal Maniax"... du nouveau ?

SLO : Là j'en suis au stade d'évaluation de la faisabilité du truc, d'un point de vue technique et financier - il faudra sûrement que je trouve quelques partenaires qui connaissent bien le truc, histoire de faire ça bien. 
Pour le tome 3 ça sera peut-être un peu court, mais ça reste un projet auquel je tiens (pour le trip, mais aussi pour le fait de bosser avec des groupes!). On fera passer l'info dès qu'on aura un truc concret!


Le groupe DEFENESTRATOR est le combo culte auquel les héros de la BD font référence. Est-ce que ce nom est inspiré d'un groupe existant ? Comment imaginez-vous la musique de ce groupe ?
Fef : Le nom vient d'une soirée encore bien arrosée d'après mes souvenirs. J'étais tombé sur des flyers avec des noms des groupes très surprenants, crétins, débiles (rayer les mentions inutiles) et on avait passé la soirée à inventer de nouveaux noms et Defenestrator était resté.
Defenestrator est le groupe préféré de Vince donc c'est un groupe de death tendance bien bourrin. La composition est pas encore tout à fait définie mais ça viendra surtout s'ils doivent apparaître dans des gags.

SLO : Je crois que chacun y voit un peu son All Star Band personnel. Pour moi ce serait un mélange entre Cannibal Corpse, Brutal Truth et Slayer !


Allez-vous rester fidèle au noir et blanc ?
SLO : A priori, oui. Le passage à la couleur coûterait bien trop cher, et je tiens à ce qu'on reste à un prix assez abordable. A la limite ce sera envisageable le jour où on pourra faire des gros tirages à plus de 10 000 exemplaires, mais on en est encore bien loin !

Fef : Les gags qui paraissent dans Hard Rock Magazine sont en couleur. Il y en a une quinzaine actuellement. Peut-être qu'on fera un recueil le jour où on en aura assez, mais ce n'est pas pour tout de suite.


Pourriez-vous imaginer une transposition cinématographique des aventures de vos héros ?
Fef : Tout seuls comme des grands, ça me semble compliqué ! Mais quand on voit le développement des web séries et des programmes courts, pourquoi pas ! Ça me ferait kiffer de voir les metalmaniax en vrai. Qui a dit "Surtout Nina!" dans le fond ?

SLO : Ha putain ouais, ça serait un gros trip ! Le mieux ce serait de commencer par une petite série d'animation, et si ça marche envisager une histoire plus longue. Un peu comme la série Les Lascars, qui est vraiment une réussite de ce point de vue-là !


Quels sont les groupes que vous préférez ?
SLO : Le hasard a fait qu'on est vraiment complémentaire au niveau des influences musicales : moi je suis complètement hermétique à tous les classiques un peu mainstream (Metallica, Maiden, et toute la soupe Hard Rock des années 80, pouah !). Mes références sont clairement de l'autre côté de la barrière sonore : Cannibal Corpse, Napalm Death, Slayer, Brutal Truth, Deicide, Benighted…
Etrangement je suis aussi le plus éclectique des deux: je suis également un grand fan de Stupeflip, Puppetmasters, Gorillaz, Radiohead, NIN, Bjork - et plus récemment de Miles Davis, une de mes claques musicales de l'année!

Fef : Gnia gnia gnia, je t'en foutrais du metal mainstream … Bon c'est vrai que j'écoute plus du Metallica, Maiden, Helloween, Pantera, Apocalyptica, Nirvana, RATM, … des groupes que j'arrivais à trouver du fin fond de mes Deux-Sèvres dans les années 90.
Depuis j'essaye de rattraper mon retard en metal extrême mais j'accroche pas plus que ça. Je profite des fest pour découvrir des tonnes de groupes récents (ou non) et compléter ma discothèque.


Avis tout à fait personnel, le deuxième opus est meilleur que le premier (que j'avais déjà bien aimé !). Vous allez monter en puissance comme un bon vieux groupe de Power ?
Fef : Oui, tout à fait, et on viendra en dédicace en cuir et fourrure à la Manowar !!! Bon sérieusement, on essaye toujours que l'album sur lequel on travaille soit meilleur que le précédent. Pour l'instant c'est facile de progresser, on avait qu'un seul tome.

SLO: Si on était un groupe de zik, ce deuxième album serait "l'album de la révélation". Il reste encore "l'album de la confirmation", et "l'album de la consécration" à faire (avec aussi "l'album pourri qu'on oublie vite" au milieu héhéhé!).
En tout cas, tant qu'on continuera à se prendre des bonnes grosses claques sonores sur du Gros Son qui tache avec trois grammes de bières à chaque œil, y'a pas de raison qu'on s'arrête là !


Le mot de la fin est pour vous les gars !
SLO: ça fait un peu cliché de le rappeler, mais je le tente quand même: supportez votre scène locale! Il y a plein d'assos et de groupes qui se cassent le cul pour jouer dans des bonnes salles avec une bonne affiche pour pas cher devant… 30 personnes. C'est moche!
Le Metal sans live, c'est comme la bière sans alcool: ça sert à rien!

Fef : Pas mieux !


Auteur
Commentaire
jean-francois
Membre enregistré
Posté le: 12/09/2012 à 18h20 - (70)
je connaissais seulement"accroc de metal" en BD par Ptiluc.., je vais tacher de cherceher celle-ci et d'y jeter un oeil

jean-francois
Membre enregistré
Posté le: 12/09/2012 à 18h20 - (71)
je connaissais seulement"accroc de metal" en BD par Ptiluc.., je vais tacher de cherceher celle-ci et d'y jeter un oeil

beuaarrkkkk
IP:109.8.31.92
Invité
Posté le: 12/09/2012 à 21h43 - (72)
est ce qu'on peut trouver ces BD sur le net?

pamalach
Membre enregistré
Posté le: 12/09/2012 à 22h09 - (73)
L'erreur sur la question 8 est réparée !

Tangui
Membre enregistré
Posté le: 13/09/2012 à 02h54 - (74)

@ beuaarrkkkk : tout à fait ! Dispo en paticulier sur le site de Sombre Bizarre (maison d'éditions de Slo ) : sbboutik.canalblog.com



Zen
Membre enregistré
Posté le: 16/09/2012 à 22h50 - (75)

Les 2 tomes sont marrants et bien foutus. Les auteurs rencontrés au Motocultor sont vraiment sympas !!! ... Sans contestation, de vrais fans de metal ... et pas des baltringues opportunistes surfant sur une vague Metal !!!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker