David (Guitare, Chant) et Max (Guitare, Chant) - RATBOMB par ..::JU::.. - 2823 lectures
Viscéral, sanguin, spontané. RATBOMB est le Crust/Punk dans son essence originelle, revendicatif, cru et impulsif.
"Natural Born Grinders" est joué avec passion, exprimé avec envie, expulsé avec fougue.
Et s’avère surtout être une sacré surprise, ma découverte française de ce début d’année.

Alors, inévitablement, l’occasion de poser quelques questions à deux membres du groupe, bavards et sympathique, ne pouvait se rater. Merci à David et Max de s’être prêté au jeu de l’interview.



Salut les Ratbomb, un immense merci à vous d’accepter de répondre à quelques questions... !
Déjà, comment ça va ?
Salut Ju! Ici David et Max pour RATBOMB, tout va pour le mieux, on boit quelques cannettes de bières chez Nono, le 6ème membre non-officiel du groupe, en s'écoutant le « Arise » de Sepultura. Du côté du groupe, on a joué sur Strasbourg vendredi dernier en compagnie de Whoresnation de Besançon, super soirée, du monde, on remercie d'ailleurs le public qui s'est déplacé ! Sinon le FN à 18%, ça fait mal et en dit long sur l'Etat du pays. Nous ne pouvons pas nous empêcher d'en toucher un mot, notre vision des choses est trop à l'opposée de cette idéologie pour ne pas avoir été attristés. (Nous nous ouvrons une bière).


Vous êtes un groupe assez récent, mais je crois que vous avez tous un peu d'expérience musicale : Peux-tu nous présenter le groupe, son histoire, et sa raison d'être ?
Il faut savoir que Ratbomb est né sur les cendres de Malariah, groupe de Death Metal actif de 2007 à 2010 avec lequel nous avons sorti deux EP et effectué une trentaine de concerts, notamment avec Master, Inhumate, Poppy Seed Grinder ou encore Absurdity.
Le line-up de Ratbomb est celui de la fin de Malariah, c'est à dire Gralex au chant, Antoine à la basse et au chant, Schmuller à la batterie, Max à la guitare et au chant et David à la guitare et au chant. En moins d'un an nous avons effectué une dizaine de concerts en France, Allemagne et Suisse, avec notamment Misery Index et Blockheads.


Ratbomb a sorti son premier album il y a quelques semaines : est-ce votre 1er enregistrement, ou bien à part vos 3 titres ‘Few minutes minutes of dirty Rage’, vous aviez sorti autre chose avant ?
En dehors de l'album et de la démo, rien d'autre à signaler.
Avez-vous des projets à venir (split, Ep, etc) ?
Oui, nous comptons enregistrer quelque chose cet été, étant donné que nous avons déjà sept nouveaux morceaux c'est bien parti. Quant à la finalité de cet enregistrement nous verrons en temps et en heure: split, album, EP, on ne sait pas encore. (Max s'ouvre une bière)


Vous avez opté pour une diffusion totalement gratuite de votre album (écoute intégrale, téléchargement légal) : quelle en est la raison ?
Nous étions en contact avec un label pour sortir l'album en CD, mais le deal ne nous intéressait pas. Il est, à priori, monnaie courante qu'un groupe paie pour sortir son album, nous ne l'entendons pas de cette oreille et nous considérons que si signer un groupe présente des risques, financiers principalement, on est prêts à les accepter si l'on croit en sa musique.
Ainsi, plutôt que de devoir attendre davantage pour sortir l'album, nous avons préféré opter pour une sortie numérique, gratuite car nous refusons de faire payer des fichiers MP3. Nous n'avons pas voulu prendre le risque de le sortir en auto-production. On pourra nous qualifier de branleurs, je dirais plutôt qu'avec l'expérience nous restons réalistes sur notre capacité à gêrer de l'autoproduction!


Est-ce important pour vous de rendre votre grind accessible à tous ?
Il y a-t-il une éthique, un état d'esprit, derrière ce mode de fonctionnement ?

Oui, il est bien évidemment important pour nous de rendre notre musique accessible au plus grand nombre. Le public grindeux n'est pas le plus important d'un point quantitatif, et Internet permet de diffuser sa musique « rapidement » dans le monde entier. Nous ne faisons pas de la musique uniquement pour nous, mais clairement pour la partager.


Quel rapport avez-vous avec les supports physiques ? Vous intéressent-ils, ou préférez-vous l’aspect pratique du numérique ?
Nous n'avons aucun problème avec les supports physiques, que ça soit le CD, le vinyle ou la K7. Simplement nous n'avons pas les moyens de nous auto-financer. Mais nous n'excluons clairement de sortir nos albums, EP ou split sur un support physique dans le futur. Le choix du support n'est pas contraignant, mais se fait en fonction de ce dont nous disposons. (David se sert un verre de cidre)

Que pensez-vous du ''système' qui permet aux fans d'aider à financer la sortie d'un album (ou autre) d'un groupe, et qui donne ensuite droit à un retour sur investissement proportionnel à la somme donnée .. ? (ex. site KickStaters)
Que ce système est très intéressant, mais absolument pas adapté à un groupe de Grind. Le groupe de « Hip -Hop » français Stupeflip avait demandé à ses fans de financer son album avec en échange un package comprenant l'album et autres goodies lors de sa sortie. La démarche est très intéressante, mais Stupeflip possède un public bien plus nombreux que Ratbomb, cela va sans dire !


Quel regard portez-vous sur l’industrie de la musique ?
Concernant l'industrie de la musique, très négatif. On signe un groupe pour son potentiel vendeur, pas pour ses qualités musicales, et cela va clairement à l'encontre de notre vision de la musique. Et j'ai l'impression que cette logique s'est étendu jusqu'à la scène Metal, pas uniquement grand public.
Notre système où l'on t'apprend que l'intérêt de créer une entreprise n'est pas la qualité du bien ou du service mais le profit que cela pourrait générer n'a pas fini de faire des ravages.

Et quel regard portez-vous notre scène française, underground ?
Concernant la scène française Undergrind, elle se porte bien, avec d'un côté les « valeurs sûres » telles que Blockheads et Inhumate et de l'autre les très bons groupes que sont Whoresnation, Unsu, Atara, Infest, Untamed, Massive Charge, Chiens, Department of Correction, Faxe, Trepan'Dead ou encore Doomsisters. Ça fait quand même une poignée de bons groupes bien actifs!


J’aime beaucoup le côté épuré et viscéral qui se dégage de "Natural Born Grinders", et qui met parfaitement en avant l’aspect frontal, et violent : comment avez-vous composé et enregistré l’album ?
Quelle était votre ligne directrice, votre souhait, d'un point de vue musical ?
La composition s'est faite très simplement et naturellement. Nous savions où nous voulions en venir : une musique directe, sale, énergique, du Grindcrust quoi !
Concernant l'enregistrement, nous avons tout fait chez Antoine, notre bassiste, et avons confié le mixage et le mastering à Damien (Psyrus Studio), qui a fait un putain de boulot et que nous remercions encore au passage.


Niveau style, vous semblez autant vous complaire dans le Grind que le Crust. Qu’est-ce qui vous attire dans ce type de zik ?
Vous étiez plus ''Death' à la base, pourquoi ce souhait de changement, ça ne jouait pas assez vite .. ?

Ce style de musique est très violent, plus personnel qu'il n'y paraît et reste le meilleur exutoire que je connaisse, tant à jouer qu'à écouter.
Comme dit plus haut, nous faisions effectivement du Death Metal auparavant, mais nous n'écoutions plus ce style de musique depuis quelques temps déjà lorsque nous avons arrêté Malariah (Je te laisse deviner quel style passait déjà en majorité dans nos oreilles).
Or, je considère comme difficilement faisable que de pratiquer un style de musique que tu n'écoutes plus.


Et d’abord, pourquoi avoir appelé le groupe Ratbomb : Vous vouez un culte à ces rongeurs, ou bien faut-il plutôt y voir une critique de la condition humaine.. ?
Plutôt que de réécrire la même réponse avec d'autres mots, je redis ce que j'avais répondu à cette question dans une interview précédente : La symbolique du rat est très forte je trouve : ils sont des millions mais nous ne les voyons jamais, ne les entendons jamais et n'en parlons que rarement. Je les utilise comme métaphore de la rébellion.
Il y a un ou deux ans, j'avais lu un article dans lequel Kadhafi qualifiait les rebelles libyens de "rat". J'avais adoré la comparaison.
Quant à la bombe, c'est tout l'inverse: une seule suffit pour faire beaucoup de dégâts et faire parler d'elle en une poignée de secondes. Littéralement, Ratbomb est ainsi un nom sans sens réellement explicite. Mais voir notre musique comme une explosion de rage suffit à justifier ce nom.


L’album se nomme ‘Natural Born Grinder’ : Est-ce un lien volontaire au film ‘Tueurs nés’ ? Même si j’en ai une vague idée, de quoi traitent vos textes ?
Concernant le nom de l'album, bien vu, c'est effectivement un clin d'œil au film « Tueurs-nés » !
Alors nos textes se divisent en deux catégories : les pas sérieux qui ne parlent que de faire la fête et se déchirer la tête ou encore de notre amour du Grind, et les plus sérieux qui parlent beaucoup de la liberté d'expression, de notre rejet de la pensée unique et du conformisme ainsi que de l'inaction (ne serait-ce que par la pensée).
L'émancipation de l'individu passe par la conscience du monde qui l'entoure. Mais il n'y a pas que du négatif autour de nous, il faut tout de même le rappeler.

Utilisez-vous les paroles, et la musique en général, pour faire passer un message, ou plutôt pour expulser un certain nombre de griefs, de saturation ?
Notre musique, nous l'utilisons pour nous libérer de ce qu'il y a en nous, évidemment, et faire passer des messages, c'est extérioriser ce qu'il y a nous. Le message principal de Ratbomb ressemblerait quelque part à celui de Stupeflip : Soyez originaux, soyez gentils avec les autres. Et si vous n'êtes pas d'accord avec quelque chose, vous avez le droit voir le devoir de le dire. (David se sert un verre de cidre)


Est-ce difficile en 2012 de jouer du Grind en France ? Pourquoi ?
Je ne saurais que difficilement faire une comparaison entre « faire du Grind en France en 2012 » et « faire du Grind en France en 2002 ». Je dirais simplement que je constate une certaine solidarité entre les groupes et le public, ce qui est plus que positif.
Après, il n'y a que peu de soutien et de visibilité pour le Grindcore, mais ça n'est pas particulier à la France. Éventuellement, nous pourrons dire que ça se bouge un peu plus à l'est (Allemagne, République Tchèque...).



Vous affichez votre envie de jouer et de faire du live, en revendiquant une certaine liberté, et en déclarant vouloir « gueuler pour la liberté d'expression et contre la pensée unique et l'autorité dans toutes les salles, squatts, bars et autres les acceptant »
En quoi est-ce aussi important pour Ratbomb de préciser cet attachement à une forme d'indépendance, de liberté?
Est-ce une façon détournée de critiquer le carcan imposé par la société ?

C'est bien évidemment une façon, pas détournée du tout, de critiquer le carcan imposé par la société.
Dans ce que nous avons comme messages, nous exprimons un certain idéal, un refus de l'acceptation des choses uniquement car « elles sont comme ça ». Un idéal que nous n'atteindrons probablement jamais, mais vers lequel nous pouvons tendre. (Max s'ouvre une bière).

Nous percevons la liberté comme étant quelque-chose de commun mais dépendant de chaque individu, quel qu'il soit. Nous sommes tous uniques, et nous devons nous considérer comme différent, mais aussi égal aux autres, ne serait-ce qu'en refusant la stigmatisation ou le communautarisme.
C'est une des raisons de notre rejet de l'homophobie, du sexisme, du racisme et de toutes ces autres horribles inventions de l'être humain qui servent la division et nous poussent à agir les uns contre les autres.


Est-ce que vous vous sentez libre, dans votre vie quotidienne ? Avez-vous le sentiment que notre pays favorise la ‘pensée unique’, ou au contraire que l’ouverture d’esprit prédomine ?
Où s'arrête la liberté, selon toi ?
Vaste question, à laquelle je répondrais avec mon point de vue... Nous sommes libres d'agir car nous avons toujours le choix. Mais il existe deux types de barrières à cette liberté : les obligations que l'on se crée et celles imposées par la société dans laquelle on vit. Les deux étant bien évidemment étroitement liées.
A chacun de réfléchir pour concilier au mieux ces différents éléments. Cette façon de faire consistant évidemment à s'adapter au système dans lequel on vit. Et les limites et le paradoxe de la liberté individuelle se situent là : on a toujours le choix, mais dans une « zone » définie.

Quant à notre pays, il favorise très clairement la population à la pensée unique si l'on ne se fit qu'aux médias (TV, presse, radio) qui font dire ce qu'ils veulent aux images et orientent la perception de l'information derrière leur prétendue objectivité. Mieux vaut savoir lire entre les lignes pour se faire sa propre opinion sur les sujets.
Le problème, voir le drame, de notre jeunesse actuelle (dont je fais partie) est le suivant : elle n'est plus sous le contrôle moral des institutions religieuses comme cela a pu être le cas à une autre époque. Elle a donc la possibilité de réfléchir par elle-même, d'être bien plus critique, d'utiliser un outil comme Internet pour s'informer, s'ouvrir l'esprit et se cultiver, mais à la place elle se choisit de nouveaux modèles, de nouveaux codes, dictés principalement par notre société de consommation.
J'en veux pour exemple le règne du paraître sur celui de l'être. Ce qui importe aujourd'hui, c'est ce que tu fais, pas ce que tu es...


Je suis sur que vous êtes tous plus ou moins fans de zik, et avides de découvertes musicales :
Quels sont vos coups de cœurs récents, vos découvertes du moment en terme de Crsut, Grind ou autre ?
Pour Max : l'album ''Void' de SUNN O))), ''No Heroes' de CONVERGE, ''Victims of Faith' de PISSCHRIST, tout MESHUGGAH, ''Welcome to sky valley' de KYUSS, mes boules avec lesquelles j'ai réussi à conduire en allant vers Paris (véridique), ''Times of grace' de NEUROSIS, ''Takk' de SIGUR ROS, ''Worthless' de WEEKEND NACHOS et BEARDYMAN.
Pour David : CONVERGE, qui sans être une découverte constitue une redécouverte permanente, l'album ''We are the romans' de BOTCH, l'album ''Ave' d'ABSOLUTIST, ''Another Perfect Day' de MOTÖRHEAD, le dernier BB BRUNES, ''And the circus leaves town' de KYUSS, ''Past Lives' de BLACK SABBATH, ''Et le diable rit avec nous' de KICKBACK, ''Worthless' de WEEKEND NACHOS, ''Eterno Treblinka' de LOOKING FOR AN ANSWER.


Une dernière question pour la route : quels sont vos projets (scéniques, discographiques) à court et moyen terme ?
Puis-je espérer pouvoir, un jour, entendre les doux décibels de Ratbomb jaillir de ma chaine-hifi ?
Notre projet est clair: faire le plus de dates possible, rencontrer le plus de gens possible, diffuser notre musique le plus possible, se marrer le plus possible.
Quant à la possibilité d'entendre jaillir (jouir?) du Ratbomb dans ta chaine-hifi, tu as eu ta réponse plus haut.

Plein de bonnes choses à vous pour la suite !
Nous nous ouvrons une autre bière et te remercions du fond du cœur pour l'interview !
Un gros boop boop à tous nos copains, les groupes Grind et non-Grind qui nous soutiennent, l'Eastern Blasting Crew, la grinding Family, la Lanterne et ses pintes à 3euros20 le mercredi soir, le Jimmy's et ses pintes à 2euros le lundi soir, Mickey qui réalise des logos avec brio et à Bernard Tapie.


---------------------------------------------------------------------
Le site Oueb du groupe
Écouter l'album "Natural Born Grinders" en intégralité
---------------------------------------------------------------------


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker