Ulrich d' Otargos - ULRICH par PAMALACH - 2499 lectures
Avec Otargos on peut toujours s'attendre à des interviews où il vaut mieux se munir de son protège dent, tant le groupe ne mâche pas ses mots ! Et c'est tant mieux car nous on préfère ceux qui balance les crochets et uppercuts dés le début de la première reprise ! Rencontre avec un musicien passionné qui à été soucieux de nous répondre avec clarté et précision.


Salut et merci de répondre à nos questions ! Comment es-tu devenu chanteur ?
Salut à toi ! À vrai dire dans mon premier groupe c'était le défilé au niveau des chanteurs... entre ceux qui assuraient mais n'étaient pas sérieux, et ceux qui l'étaient mais n'avaient aucun talent... Un jour j'en ai eu marre et je me suis dit «  on est jamais mieux servi que par soi-même ». Les tout premiers essais n'étaient évidemment pas glorieux, voix de canard oblige !!!


Est-ce que tu travailles régulièrement ta voix et si c'est le cas comment t'y prends-tu ?
Pas énormément non. Je ne bosse pas trop ma voix lorsqu'on n'est pas en situation. Les membres du groupe étant dispatchés aux quatre coins de la France il est difficile de répéter ensemble régulièrement. Je profite donc des rares résidences ou des balances et évidemment des concerts pour travailler. Je teste souvent de nouvelles choses en live !


Le black metal est un style exigeant qui demande de l'entraînement et de l'endurance. Comment fais-tu pour hurler et ne pas te blesser ?
Il faut vraiment définir le type de chant avant, il y a beaucoup de timbres et de styles diffèrents qui ne font pas appel aux mêmes techniques. Le but n'est pas de hurler le plus fort, mais de savoir doser et canaliser son souffle soit au niveau des cordes vocales, du larynx, voire du pharynx afin de distordre la voix dans le sens que l'on recherche. Certains chanteurs ne poussent et ne forcent absolument pas, l'amplification du micro fait en sorte que le chant soit assez fort par rapport aux autres instruments. D'autres donnent tout ce qu'ils ont !
Il faut quand même faire attention car le corps a ses limites et est capricieux. Tu peux faire gaffe pendant une semaine à ne pas cloper et préserver ta gorge et le jour J avoir une voix de chien écrasé et vice versa.


Es-tu d'accord pour dire que le chant extrême n'est pas à la portée de tout le monde ?
TOUT A FAIT ! Comme je l'ai déjà dit, contrairement à ce que pense la plupart des gens chanter dans le métal extrême n'a aucun rapport avec le fait de hurler comme un singe. Il y a peut-être une part de « talent » inné mais aussi du travail. De plus, le chant en lui-même ne fait pas tout! Il faut savoir le placer en accord et « harmonieusement » avec le reste de la musique ! Certains l'oublient trop souvent.


Plus que tout autre instrument, le chant est très relatif à la personne qu'est le chanteur. Est-ce que le chant est, en quelque sorte, un élément libérateur pour le musicien que tu es ?
Bien sûr! Tu retranscris en chantant des sentiments de la manière la plus physique et directe, en soit la plus sincère. En toute honnêteté si je pouvais je ne ferais que du chant OU que de la guitare afin de pouvoir me donner à 100% dans l'une ou l'autre activité. Mais bon je ne vais pas trop me plaindre non plus !


Les chanteurs qui pratiquent le chant extrême disent que c'est souvent la colère, la frustration ou la haine qui aident à driver leurs performances vocales. Est-ce aussi ton cas et comment intervient le "plaisir" de chanter dans un environnement aussi entouré d'émotions "négatives" ?
Tout dépend effectivement du texte que tu chantes, la manière de l'interpréter est liée directement au sens. Étant plongé dans un bain d'émotions « négatives » le plaisir provient principalement de la puissance libératrice engendrée, et en concert ça passe aussi par le retour du public.


Les lyrics semblent avoir une grande importance pour Otargos. Est-ce que tu peux nous dire autour de quoi "tournent" tes paroles ?
Il y a eu plusieurs stades d'évolution dans mes textes. J'ai commencé, ado, avec des histoires bateaux et clichés typique du registre Black metal... inutile de te faire un dessin je pense. La suite a changé contrairement à de nombreuses formations. Avec l'évolution de ma pensée, mes connaissances s'accumulant j'ai de plus en plus cherché le pourquoi du comment concernant la religion et notre place dans le cosmos. Je suis un scientifique, ma manière de pensée en va de même. Avec le temps et les albums, les textes se sont de plus en plus détachés de l'imagerie traditionnelle du black metal, c'est en partie la raison pour laquelle bon nombre de « puristes » nous détestent... à vrai dire on s'en balance! Pour moi un groupe doit rester honnête avec ses convictions quelles qu'elles soient, même si elles vont à contre-courant. Jusqu'à "KINETIC ZERO" j'ai beaucoup parlé d'« apocalypse » et d'intervention « divine » d'un point de vue très scientifique (SF pour beaucoup) mélangeant aux sujets religieux des notions cosmologiques. Avec "FUCK GOD DISEASE PROCESS" j'ai ramené le sujet à un niveau plus proche de l'homme, en amenant la notion de « Dieu » comme un virus, une maladie, une psychose sociale voire un gène.
"NO GOD NO SATAN" a clôturé pour moi le sujet Otargos / Religion. Dans cet album mon point de vue sur l'entité « dieu/diable », peu importe la religion, est totalement résumé dans le titre !

À présent OTARGOS démarre une nouvelle ère musicale mais aussi parolière. Nous avons dit tout ce que nous avions à dire sur la religion. Les textes et la musique du prochain album seront beaucoup plus modernes et contemporains...


Où puises-tu ton inspiration ?
J'ai une inspiration assez introvertie. J'essaye de puiser le plus possible au fond de moi-même. Pour la musique, j'évite pas mal d'en écouter pendant ma période de composition. Le but de cette manœuvre et d'être le moins possible influencé par l'extérieur et d'avoir le maximum d'idées « sincères », même si je sais qu'inconsciemment on reste inspiré par quelque chose entendu à un moment donnée... j'essaye d'éviter cela au maximum ; certains me disent que j'ai tort. Je dois admettre qu'il y a une grosse part d'orgueil dans ma démarche. Pas mal de groupes ne se posent pas autant de questions, ont moins de scrupules et d'état d'âme !!
Pour les textes... je m'inspire de mes propres pensées et visions et de ce qui ce passe autour de moi. Je lis pas mal de revues scientifiques.


As-tu une boisson de prédilection pour soigner ta voix en tournée et ailleurs ?
Sérieux... j'ai tout essayé! Pour l'instant aucune « boisson » ne m'a vraiment aidé. Je n'ai pas trouvé que le miel chaud faisait plus d'effet qu'une bonne rasade de Jack! J'essaye de faire attention avec la clope et la bière... mais c'est plus pour avoir la conscience tranquille qu'autre chose! Je crois qu'il y a une grosse part liée juste au mental!


Comment gères-tu la fatigue vocale en tournée ?
J'essaye de doser sur scène. Je navigue entre plusieurs grains, timbres et techniques de chant. Quand je sens la fatigue arriver je vais opter pour celle qui sera la moins agressive pour moi. Ce qui me permettra d'assurer jusqu'à la fin du show. Il est impensable pour moi de stopper, c'est une question de respect vis-à-vis du public.


N'as-tu pas peur du futur de ta voix ?
Évidemment! J'y pense même à chaque concert. Nombreux sont les chanteurs dans ce registre qui ont arrêté faute de pouvoir assurer, et ceux qui feraient mieux d'arrêter le massacre!
C'est très difficile d'admettre qu'on en est plus capable et de lâcher l'affaire.


Comment se passe le travail de respiration quand on est un chanteur de metal extrème ?
Tout dépend du type de chant exercé, du débit. Je ne me pose pas trop de questions en fait!


Le chanteur est très souvent très exposé dans un groupe. Comment gères-tu cela ?
Plutôt bien! J'aime ça, je suis de nature narcissique et égocentrique je le cache pas. XXX, notre bassiste, gère toute la partie communication du groupe, il est beaucoup en avant aussi, il est peut-être plus souvent que moi amené à parler au nom d'OTARGOS. Néanmoins, on fait quand même en sorte que personne ne soit dans l'ombre. On a tous notre part d'importance.


Le chant clair dans tout cela ?
C'est un tout autre monde en fait, fait de nuances et de belles tonalités subtiles !! hahahaha!Plus sérieusement, dans OTARGOS nous n'avons jusque maintenant jamais ressenti le besoin d'en mettre, et en toute honnêteté heureusement, car mes talents à ce niveau sont plutôt foireux!
Tout le monde sait que ça ne pardonne pas le chant clair, l'approximatif ne passe pas! Et en live … ça peut vite tourner à la catastrophe! Je respecte énormément des chanteurs comme Duplantier (Gojira) qui arrivent à faire un mix clair/growl destructeur! Je travaille sur ce type de voix actuellement.


Peux-tu nous donner ton avis sur ces différents chanteurs ?
- Attila? : Il murmure plus qu'autre chose... il a néanmoins un timbre intéressant quand il chante dans les graves... par contre, ses espèces de voix purement « black »... sans commentaires.

-Ozzy Osbourne? : Génial ! Après on aime ou on n'aime pas! Comme Klaus Meine (Scorpions) ou Axl ( GnR), ce sont des VOIX au sens propre du terme !

-Dead ? : ... A part gueuler dans un micro et balancer une disto par dessus... y a rien, c'est sans intérêt. Je parle juste du chant en lui-même évidemment, pas du personnage ou du talent d'auteur.

- Glen Benton ? : Une voix intéressante dans le sens où il ne cherche pas à descendre le plus bas possible mais plutôt la puissance. Dans ce registre mes références resteront David Vincent et Corpsegrinder !

- John Tardy ?: ... Intéressant mais je suis pas fan.

- Chris Barnes ? : ... Trop guttural pour moi, tous ces trips vocaux death et death-grind n'ont jamais été ma tasse de thé, je trouve ça vraiment pas puissant… question de goûts !

- Jon Nödtveidt ? : Excellent ! Il a la fois un timbre propre au black mais aussi la puissance sans aller dans l'extrême. Son dernier album, "Reinkaos", bien que très critiqué par la scène, est tout simplement génial! Il a un feeling super heavy !


Le mot de la fin est pour toi
Merci à toi pour ces questions qui sortent de l'ordinaire… même si sur le forum de VS webzine OTARGOS fait partie des groupes les plus maltraités par les internautes! ha ha ha ha ha ! Les « black metaleux »(en imaginant que ça signifie quelque chose) français ne nous aiment pas mais, une fois de plus je le répète, bien qu'on continue toujours à nous associer à la scène black metal il y a quelques temps maintenant que nous revendiquons ne plus en faire partie ! Nous présentons OTARGOS comme un groupe de Dark Extreme Metal. Ces « true » détracteurs n'apprécient pas notre approche moderne, et rares sont les critiques intelligentes à notre sujet… mais bon, comme on dit «  la calomnie vient du succès » alors continuez !
THANX !


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker