Olivier de TEMPLE OF BAAL - OLIVIER DE TEMPLE OF BAAL par PAMALACH - 3976 lectures
Quel plaisir de faire et de lire une interview comme celle ci ! Avec un enthousiasme communicatif, Olivier nous fait partager sa passion de la guitare et de la musique à travers cette interview qui prouve à la fois qu'il est un musicien de grande qualité et un metal Freak avec qui ont aimerait bien boire un coup histoire de discuter le bout de gras. Enjoy...


Salut et merci de répondre aux questions de VS pour ce dossier spécial Guitaristes. A quel âge as-tu commencé à t'intéresser à la guitare ?
Vers l'âge de 11 ans. Je jouais du piano depuis l'âge de 6 ans, mais la guitare avait un côté rock n'roll qui me plaisait bien plus. J'ai donc commencé à en jouer à 12 ans, et j'ai intégré mon premier groupe à 13 ans.


Quel est le premier guitariste qui t'a impressionné et quel est le premier qui t'ait donné envie de jouer de la guitare ?
Oh, il y en a eu plusieurs… Mais à l'époque, c'est le son des solos de George Harrisson sur ''Bad Boy'' des Beatles qui m'avait scotché, et à l'écoute duquel je m'étais dit « OK, je jouerai de la guitare électrique ! ». Hé hé hé ça peut paraître ridicule aujourd'hui, mais il faut savoir que ma famille n'était pas du tout fan de rock, on écoutait du classique et du jazz, et dès que ça dépassait les frontières des Beatles, c'était vu comme ''de la musique qui ne sert à rien puisqu'il y a Miles Davis, Charlie Christian et Bach.'' Même les Stones, à l'époque, ça ne passait pas hahaha… Tu imagines donc la tête de mes parents quand j'ai commencé à écouter Iron Maiden sur la chaîne familiale ! Mais les guitaristes que je considère indissociables de mon éducation sont Mark Knopfler (le premier morceau dont j'ai travaillé les solos était "Sultans Of Swing" de Dire Straits, au bout d'un an et demi de guitare, courageux ou inconscient que j'étais), David Gilmour (des heures et des heures passées devant le live à Venise à scruter les doigts de ce magicien)… Un bref passage quasi obligatoire chez AC/DC (les frères Young et la rigueur rythmique !) et puis la révélation, littéralement scotché par Dave Murray d'Iron Maiden. Pour l'époque, jamais je n'aurais cru qu'il soit humainement possible de jouer aussi vite ha ha ha ! Et finement, qui plus est, ce mec est un orfèvre ! Je terminerai avec Jeff Healey et son album "Hell To Pay" (une pure merveille, qu'est-ce que j'ai pu bosser les solos de ce mec…), Gary Moore et son album "Still Got The Blues" (bis répétita, incontournable et LE son de solo), puis fatalement Slash et Kirk Hammett, les responsables de mon addiction à la wah wah. ''Le premier guitariste'', tu disais ? Mission impossible !


Le black metal est un style qui possède maintenant une certaine bouteille. Comment définirais-tu le son et le style de la « guitare Black Metal » par rapport au Death ou au Thrash?
Originellement, LE son Black Metal, c'est celui de Bathory sur ses premiers albums. Quorthon disait utiliser Gibson, Boss, Marshall… Je n'ai jamais trop sû si c'était exact. Mais celui qui m'a totalement retourné les tripes, c'est Darkthrone sur "A Blaze In The Northern Sky". Ils avaient décidé, à cette époque, de n'utiliser que des petits amplis 15-20 watts à transistors. Pour moi, c'est ça, le vrai son Black Metal. Fenriz le dit d'ailleurs lui-même dans un vieux Ablazine : Ils avaient viré Dag Nilsen à l'époque, car celui-ci avait refusé d'utiliser un petit ampli Peavey 20 watts à la place de son Marshall… Je me souviens d'ailleurs avec une certaine nostalgie de mon petit ampli Squier 15, qui une fois réglé correctement, donnait des résultats assez proches de ce son : dommage que je ne l'aie plus aujourd'hui, il avait coûté quelque chose comme 500 balles à l'époque… Pour résumer, le son BM, pour moi, c'est un son qui n'est pas très éloigné de celui du Thrash allemand tendance Kreator/Destruction premiers albums : pas mal de mediums, pas mal de présence et d'aigus, assez peu de graves, une certaine saleté assez éloignée de la chaleur des lampes et du ''beau son'' tel qu'on le définissait habituellement chez les guitaristes.


Quand tu as commencé à jouer de la guitare, comment as-tu fait pour travailler ? Es-tu autodidacte ou as-tu pris des cours ?
J'avais été tellement écœuré par ma dernière professeur de piano que je ne voulais plus entendre parler de profs de guitare ha ha ha ! Fort heureusement, je savais lire le solfège et j'avais un bouquin dans lequel les accords I, IV, et V étaient présentés dans toutes les tonalités. A l'ancienne, sur partition, pas de tablatures ni de diagramme d'accords ! J'ai travaillé tout ça dans mon coin. J'avais fait une chose un peu bête d'ailleurs, j'avais monté sur ma guitare sèche les cordes les plus grosses que j'aie pu trouver à l'époque. Je me disais que cela sonnerait davantage. Ce n'était pas forcément faux, mais ça m'a valu de bonnes douleurs aux doigts ! D'un autre côté, ça a considérablement musclé ma main gauche, aujourd'hui je joue legato comme je veux hé hé hé… Une fois ce bouquin travaillé, j'ai bossé d'oreille pendant très longtemps. Je me mettais un disque, je cherchais les accords, puis les solos. Je me passais le solo seconde après seconde, je le chantais pour l'intérioriser, et je cherchais ensuite les notes sur le manche avec une attention extrême aux détails du son : Un mi en neuvième case de la corde de sol ne sonne pas pareil qu'en cinquième case de corde de si, par exemple. La façon de travailler le vibrato était également importante : main gauche ou barre de tremolo ? Des mecs comme David Gilmour ou Gary Moore ont des vibratos extraordinaires, mais pour l'un c'est un emploi très subtil de la tige de la Strat, et pour l'autre, addict de la Les Paul, ce n'est que de la main gauche. Je peux te dire qu'à quatorze-quinze ans, j'étais branché à fond sur ce genre de détails (et je te passe la folie pour le matos…) J'étais habité d'une ferveur quasi religieuse pour le son et je passais en revue chacune de ses composantes, traquant tous les détails trouvables sur les guitaristes que j'appréciais : guitare, ampli, effets, marque et calibre de cordes, de médiator… Bref ! Ce n'est qu'au bout de 7 ans de travail en autodidacte que j'ai pris des cours de guitare jazz (oui oui), ce qui coïncidait pour moi avec mon entrée en faculté de musicologie, où j'ai dû me remettre au solfège, bien sûr (avec un prof tyrannique, qui faisait chialer les élèves, mais que j'adorais ! ''Mais enfin Monsieur, qui vous a laissé rentrer ici ? Vous savez, ici, on ne fait pas de cadeaux ! Vous allez vous planter, il est encore temps d'envisager une reconversion, vous prétendez être musicien ? Réfléchissez bien à votre futur… Et relisez à voix haute cette partition en partant du début !'') J'ai dû me remettre au piano aussi avec un prof d'harmonie pianistique complètement cinglé, avec un collier de barbe à la Professeur Thibault, un regard de psychopathe, et qui te hurlait dessus à la première faute : ''Mais enfin monsieur, mais vous êtes fou ??? Mais… Mais Mozart n'aurait jamais fait ça !!!!! Et moi non plus !!!! Mais ça ne va pas du tout !!!!! Recommencez tout à zéro !!!!'' Épique ! De la musique à la dure, des méthodes pédagogiques discutables, mais les meilleures années de ma vie sur bien des points!


La musique extrême demande une certaine endurance. Comment as-tu travaillé pour la développer ?
J'ai beaucoup picolé et je me suis beaucoup branlé. Ha ha ! Non, il n'y a pas de secret, méthode à l'ancienne en ce qui me concerne, travail des gammes et des arpèges, dans toutes les positions. Travail du médiator très scolaire, au métronome, en bas sur le temps, en haut sur le demi temps, noire, croche, double, triolets (avec une méthode venue de mon prof de guitare jazz, bas, haut, bas, bas haut, bas etc…) D'abord lentement puis de plus en plus vite. Je dois toujours énormément travailler ma main droite, dont je ne suis jamais satisfait, peut-être parce qu'à la base je suis gaucher, et j'ai appris à jouer de la guitare en droitier.


Quel est le matos que tu utilises ?
Pour Temple Of Baal, j'utilise une Ibanez RG 1527 Prestige, que j'ai montée avec des micros DiMarzio Evolution. Un très bon compromis qui ne revient pas trop cher, les Ibanez Universe à 2000 euros n'étant pas à la portée de ma bourse. Et sur le premier album, c'est une Pacifica 621, que j'avais acheté en 93 et qui sonne toujours magnifiquement. C'était une petite série, montée d'office avec des DiMarzio custom, et qui coûtait moins de 3000 francs, un truc de dingue qu'ils ont fait pendant deux ans je crois. Niveau ampli, j'ai utilisé depuis 93 mon bon vieux Marshall Valvestate 8100 avec enceinte 8412. Il est maintenant à la retraite, nous nous sommes équipés de têtes Peavey 5150. Pour les derniers enregistrements de Temple Of Baal, en studio, nous nous sommes servis de mon Pod XT : en mélangeant des sons de Marshall et de Soldano, on obtient un bon cocktail. Niveau effets, je n'en utilise que très peu : une disto Blackstar HT DistX sur les derniers temps de ma tête Marshall (une vraie tuerie, une disto avec deux lampes 12AX7, un gain énorme et une equalization vraiment efficace, je la recommande à tous les guitaristes extrêmes !) et une wah Morley Bad Horsie II (mais je compte revenir à la Cry Baby sous peu, on ne fera jamais mieux au niveau rendu sonore.) Enfin, avec le Peavey 5150, j'utilise une Ibanez Tube Screamer TS9 en booster devant le canal crunch. Le son est énorme. Pour le reste, idéalement des médiators Jim Dunlop Tortex 1,14, cordes de tirant 10-46 (10-59 sur la 7 cordes) pour lesquelles j'ai dû me résoudre à utiliser des D'Addario par facilité (ils sont les seuls à proposer des jeux de 7 cordes), mais je rêve d'un jeu 7 cordes de chez Dean Markley, j'adore ces cordes… Sinon pour des choses plus conventionnelles côté guitare, j'ai aussi une Fender Strat Classic Player 60's (un petit bijou pas cher, élaboré par le Custom Shop US avec un son à tomber par terre), une Epiphone Joe Pass pour le Jazz, une basse 5 cordes Transfer acheté mille francs à l'époque et qui fait super bien son boulot pour le prix, et ma toute première guitare classique, une España CS 60 (marque inconnue au bataillon), qui en a vu des vertes et des pas mûres dans sa vie de guitare ! Enfin, bien que je n'utilise pas trop d'effets, j'ai une foultitude de pédales que je ressors de temps en temps pour des résultats bien précis, MXR  Phase 90, MXR Flanger, Boss DS1, Boss CE5, Delay Ibanez… (Je t'avais prévenu pour le matos, et encore, il y a largement pire que moi !!!)
Alastor lui utilise une Ibanez RG 1527 directement dans sa tête Peavey 5150. Quant à Arkdaemon, il joue sur basse BC Rich Warlock 5 cordes, tête Markbass Little Mark III (gros son, 500 watts… pour 2,5 kg quand toi tu galères avec ton 5150 de 2,5 tonnes) et Blackstar HT Dist X (elle marche aussi très bien pour la basse, quand je te disais que cette disto était une tuerie !)


Jouer chez soi assis est une chose. En live, debout avec la guitare en bandoulière, l'adrénaline et le headbanging de forcené c'est autre chose. Comment fais-tu pour gérer ce passage et continuer à jouer propre ?
Je fais comme tout le monde. Sur scène, tu dois avoir l'attitude. Bien sûr, il faut trouver un compromis avec la propreté du jeu… Je pense, à cet instant, faire ''corps'' avec mon instrument. Il faut dire que j'ai une approche assez particulière de la musique, du concert… Particulièrement avec Temple Of Baal, où les choses revêtent pour moi un aspect ésotérique. Mon modèle en la matière serait Trey Azagtoth. Je n'ai jamais pu avoir de conversation avec lui mais j'ai l'impression que nous avons un peu la même approche. En tous cas, ce mec sur scène est littéralement possédé, il allie présence scénique incroyable et technique monstrueuse… Très grand guitariste. Bien sûr, mon poste de guitariste chanteur complique encore les choses. Tout ceci est très physique, il faut gérer toutes ces dimensions à la fois, présence, propreté de jeu, souffle, chant… Je ressors de scène à chaque fois absolument exténué, et je mets bien deux heures à m'en remettre !


Certains musiciens ont une approche quasi mystique de leurs instruments. Est-ce que tu es un peu dans ces sphères ou bien tu penses juste que la guitare c'est un bout de bois avec des cordes dessus ?
J'ai une approche mystique de la vie en général alors pour ce qui est de la musique, comme tu as dû le sentir depuis le début de notre entretien, oui, je suis assez mystique. Jimi Hendrix disait qu'il faut insuffler la vie aux instruments… C'est quelque chose que je comprends tout à fait. Pour moi, ma guitare est une sorte de médium entre deux mondes, elle me transmet de la musique lorsque je compose, et elle transmet à nouveau cette musique quand je l'exécute. La musique est un langage, elle parle à l'esprit, et les instruments sont les vecteurs de ce langage. Ce n'est pas pour rien que nous choisissons soigneusement nos instruments, nos cordes et nos médiators, la musique est une quête perpétuelle, nous préparons nos sons comme un peintre prépare ses couleurs… Je fais partie de ces mecs-là qui peuvent rester chez eux sur une seule note, à chercher les mille façons de la faire sonner. Bien sûr, après, que ce soit en studio ou en live, l'efficacité prime (ce qui ne m'empêche pas de recommencer des prises en studio jusqu'à ce que le résultat soit le bon !)


Souvent, les guitaristes qui jouent du black « destroyent » les accords traditionnels pour en arriver vers des sonorités plus sombres et menaçantes. Est-ce que tu te reconnais dans cette école et comment fais-tu pour travailler ton approche des accords Ivols ?
J'oscille entre formation classique et autodidacte, entre travail d'oreille et lecture de partitions, entre approche intuitive et académique… De par ma formation et mon travail, (j'ai fait des études de musicologie, et je suis professeur de musique), que je le veuille ou non, chaque microseconde de musique que j'écoute est analysée par mon cerveau. Tout ceci peut être un très bel outil, très utile en ce qui concerne l'harmonie et les constructions d'accords, mais également une sorte de carcan. J'ai un intérêt certain pour les musiques qui proposent des systèmes alternatifs à notre culture tonale, j'aime Schoenberg, Berg, Webern, Ligeti… Pour autant, nous officions dans un contexte Metal donc nous sommes forcés de respecter certaines conventions d'écriture. Par goût, aussi. On fait du Metal, et Temple Of Baal est un groupe un peu « à l'ancienne » : Nous sommes un groupe qui joue live, pas un projet studio. Il faut donc du riff catchy qui tue. Mêler ceci à une conception hors norme de l'harmonie est un exercice difficile, mais au final c'est l'oreille qui l'emporte : Si ça sonne, c'est bon. Du songwriting à l'ancienne, en fin de compte. Mais bien sûr cette école nous touche, nous aimons chercher des sonorités dérangeantes, loin des progressions classiques I IV V… C'est d'ailleurs l'un des principes de base du Metal extrême !


Est-ce qu'il t'arrive de jouer autre chose que du metal à la guitare?
Oh oui. Je joue beaucoup de Rock, de Blues, je joue du Jazz, je tâte un peu du Classique aussi mais je n'ai jamais pris de cours de guitare classique, il faut de la patience et une discipline que je n'ai pas pour ça. Malgré la formation que j'ai suivie, je reste un guitariste très Rock, très porté sur l'approche intuitive et l'improvisation.


Quel guitariste hors metal t'impressionne ?
Je suis un fan absolu de David Gilmour, pour la finesse de son jeu, pour son choix de notes, son vibrato… Ce mec te met par terre en UNE SEULE NOTE, bon sang. Sinon, Gary Moore, Jeff Healey, Stevie Ray Vaughan… Dans d'autres styles, en Jazz par exemple, Bireli Lagrene me scotche totalement. Et dans la nouvelle génération de guitaristes classiques, je vous recommande les disques de Filomena Moretti. Très belle technique, sonorité pleine et chaude, j'adore. Bon, son répertoire est encore très académique (Bach, Rodrigo, Dowland, Tarrega, Albeniz…) mais c'est un régal auditif.


Qu'est-ce que tu penses du Shred ?
Ça me fatigue. Musique de singes savants. OK, un bon vieux Vinnie Moore ça met toujours une claque mais c'est vraiment un truc de guitariste pour guitariste. Le seul qui trouve grâce à mes yeux c'est Vai, parce que justement il n'est pas vraiment un guitariste de Shred, il a toute la culture Zappa et classique, et accessoirement il est complètement cinglé. A mille lieux des tricotages de grand-mère du GIT. Ah, et Ron Thal aussi, qui s'est vraiment affranchi de cette étiquette shredder avec ses disques de Bumblefoot… Tout en continuant à shredder de façon décalée et humoristique. Et c'est aussi un super chanteur qui imite Tom Jones à la perfection. Grand musicien.


La vitesse est un sujet récurrent chez les musiciens qui jouent du Black ou du Death . Comment as tu fais pour travailler ta rapidité ?
La rapidité n'est rien sans la rigueur rythmique. Il faut s'astreindre à bosser au métronome, à travailler lentement puis accélérer progressivement.  C'est très scolaire. On n'arrête jamais de bosser d'ailleurs. Ma main droite, toujours ma putain de main droite. Mais je travaille surtout la rythmique, qui je le répète, est la base de tout. Après, quand j'entends du fast picking à la Paul Gilbert je me dis que j'ai encore une belle marge de progrès… Saloperie ! Et puis, au bout du compte, je me dis que j'ai bientôt 36 ans et que mon style est ce qu'il est, et je n'ai plus le temps de jouer huit heures d'affilée comme quand j'étais gamin. Alors j'entretiens mon niveau plus qu'autre chose. Finalement je préfère passer davantage de temps à composer qu'à travailler la technique, j'aurai toujours des imperfections et des saletés dans mon jeu, mais c'est mon jeu, fuck it… Et toi, qu'est-ce que tu penses du Shred ?(NDLR : "La virtuosité est une affaire de balourd" disait Brassens).


Utilises-tu beaucoup d'effets ?
Non. Le son le plus pur possible, un Tube Screamer en booster, une wah wah pour les solos, parfois un petit delay, mais c'est tout. S'il y a une chose que j'ai apprise, c'est que plus tu as d'intermédiaires entre ta guitare et ton ampli, plus tu risques les problèmes techniques, et c'est insupportable surtout quand tu as un quart d'heure devant toi pour faire tes balances en live, ou pire, que tu fais un line check, et que tu perds du temps à cause d'un putain de jack qui déconne.


Peux-tu nous dire ce que tu penses de ces guitaristes ?
- Euronymous : Des riffs sortis d'une autre dimension sur "De Mysteriis Dom Sathanas".

- Jimmy Page : Super guitariste de studio, mais en live il est capable du meilleur comme du pire. Certains live de Led Zep sont inécoutables par sa faute.

- Satyr ? : Rien, comme son groupe après "Nemesis Divina". Et son vin n'est même pas terrible. Les deux premiers Satyricon sont superbes, mais ce n'est sûrement pas pour les talents de guitariste de Satyr que je les écoute.

- Fredrik Thordendal ? Un bon cinglé. "Destroy Erase Improve" reste un album que j'adore et même si dans ses solos il a tout piqué ou presque à Alan Holdsworth, le mariage est extrêmement bien réussi avec la musique de malades de Meshuggah. Ceci dit, j'accroche beaucoup moins après "None", même si je respecte.

-Trey Azagthoth ? L'un de mes dieux, l'incarnation du guitariste de Death Metal, des riffs encore une fois venus d'ailleurs et un soliste hors norme. Respect, malgré la déception « Illud »…

-Johnny Ramone ? Le premier Ramones est génial. Et même après, en fait. Un mec Rock'n'Roll, des putains de song writers, punks et subtils à la fois, j'adore.


Le mot de la fin est pour toi...
Merci infiniment pour cette interview, j'aime vraiment parler musique et guitare et j'ai toujours trouvé dommage qu'on ne s'intéresse jamais à ce versant-là du Metal extrême. En ce qui concerne Temple Of Baal, dans quelques jours sort « The Vision Of Fading Mankind », notre split CD/LP avec Ritualization : J'ai hâte de présenter cette nouvelle offrande au public sur disque et en live. Nous serons au Mass Deathtruction Fest à Louvain La Neuve (Belgique) le 19 novembre, puis le 14 janvier à Montbéliard, le 28 janvier à Lille, et nous sommes dispos pour la scène. J'invite donc tous les orgas à prendre contact avec notre booker : flammenoire616@gmail.com . Merci à VS et au public pour 13 ans de soutien. Hail & Kill !


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker