Ranko au Japon - Day 2
publication le : 13/02/2014

La vengeance du wifi gratos, mais aussi le reste, c est à dire du vomi, de la flûte, une nuit dans un bus, un cimetière et des montagnes partout.

La putain de sa mère, ce live report je l ai déjà fait y a plus de cinq heures...mais comme j'ai loose comme un gros naze, faut refaire. Tablette à la con ! Ici il est sept heures du matin et Jb Sonsofunderground vient de m'apprendre que Vs Greg à pris la délicate initiative de faire vivre ce tour report de l'extrême sur vs webzine, quelle merveilleuse idée je l en remercie chaleureusement, alors que croyez moi, la chaleur, la tout de suite, c est un vague concept lointain. Il fait assez froid pour congeler les vitres du bus, est ce que je vous envoie du rêve ?

Pour vous résumer la journée d hier, elle a commencé par un réveil hyper matinal chez Benneth Verlay, promoteur de son état, qui nous a gentiment hébergés dans la banlieue proche de Tokyo. Trois trains et cinq heures de bus plus tard on déboule à sendai, pour notre premier concert en Asie. Dit comme ca ca n a l air de rien, mais ca nous a quand même fait bizarre.

Comme on connaissait déjà bien les us et coutumes de septic flesh, on savait que leur installation plus leur balance allaient durer la vie des rats, donc on n était absolument pas stressés. On a fait du tourisme, au sens le plus simple du terme. Et le tourisme, souvent, ca commence par une histoire de bouffe. On est rentrés dans un genre de centre commercial comme il y en a tous les trente mètres au Japon, pour essayer de trouver un truc un peu typique. Mais le vrai depaysement à commencé quand avec ludo, pris d'une intense envie d acheter des sonneries, on a tenté l escalator....

La on est tombés nez à nez avec une horde de geeks tarés en train de taper frénétiquement sur des et répliques de tambours traditionnels japonais, connectés à des bornes d arcade qui diffusent de la j-pop en envoyant des milliards de couleurs et des strobs. Violence infinie. Et derrière eux, une immense salle d arcade pleine à ras bord de nerds possédés par le démon, qui jouent à des jeux incompréhensibles, genre une sorte de fifa ou il faut aussi poser des cartes devant soi, ou des jeux de shoot avec des vieux qui volent. Et même des rpg super compliqués avec du texte partout. Avec Clément Flandrois on a claqué 600 yens dans un jeu de shoot hyper hostile, kalach futuriste avec retour de force en mains. Génial.

Dans la foulée j ai pris ludo avec moi pour passer le temps en ville, ca s est fini dans deux endroits stratégiques : un centre commercial démesuré qui vend 200 modèles de casques différents (même des trucs de la marque NEC, souvenez vous, les deux consoles des années 90, la coregrafx et la supergrafx, vintage style), et qui a aménagé un rayon de 80 mètres carrés consacré entièrement au manga GUndam, avec des robots partout, des cartes en pagaille, et des dizaines de trucs incompréhensibles, on commence à avoir l habitude. Tiens d ailleurs on a aussi passé deux minutes dans un genre de casino de jeux, ou l activité principale consiste à taper sur des trucs comme un cinglé en espérant collecter des milliers de billes en acier, le tout dans un bordel sonore équivalent à une fonderie de bronze qui tourne a donf, un truc insupportable ou des mecs hypnotisé s pactisent probablement avec des divinités obscures...sinon je vois pas.

En partant on s est plantés de chemin, et on a atterri dans l autre endroit stratégique, un cimetière. Étrange endroit la aussi, puisque bien qu' il soit à cent mètres de la grouillante ville enneigée, la bas on entend les mouches péter. Et c est très beau, aussi.

Un petit mot sur les groupes, tiens, parce que hier soir on les a découverts. Alors le groupe japonais si je pouvais ne jamais l avoir vu...Un emballage de sweepings tous pourris, on a rien compris et beaucoup ri, un désastre assez funky. Les deux groupes australiens sont assez folkloriques, pour tout vous dire y en a un, fenrir, qui allie peau de loup, flûte traversière, heavy métal et faux sang. Je vous propose d'aller voir ca par vous mêmes. Leur bassiste à vomi dans le bus, mais il a bien bossé, proprement, dans un sac plastique. Et eyeconoclast on connaissait déjà, ca poutre.

Benneth nous a prouvé par a+b qu' on pouvait très bien manger au Japon pour trois balles, grâce a des supérettes qui te micro ondisent des pâtes ou du poulet en barquettes 24/24, ils ont tout compris au commerce de proximité.

La ca fait bien 7 heures qu' on roule, on traverse les montagnes, y a de la neige partout, à côté de moi y a un japonais qui fait plus de bruit en mangeant qu' un sèche mains dyson. J ai mal au dos, sommeil, mais quand je pense à l'endroit d ou je vous écris ca, le pays de ken le survivant, de kitano et du porno pluridisciplinaire, je... je sais pas mais c'est cool. Ce soir nagoya, on se retrouve après, sur vs et ici, à la maison !
Nb affichages: 8434
Auteur
Commentaire
Doudou
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2014 à 20h31 - (1971)
Trois trains pour aller à Sendai??? Vous êtes passé par ou bordel!



véronique longanisse
IP:86.211.184.17
Invité
Posté le: 14/02/2014 à 11h11 - (1974)
Ma chérie c'est bon d'avoir des nouvelles même par l'intermédiaire de VS. Continue d'écrire je te suis...

fedaykyn
IP:213.41.214.41
Invité
Posté le: 14/02/2014 à 15h13 - (1975)
Ah le Japon, totalement d'accord avec la description ! Pour info,les flippers verticaux avec les billes en acier ce sont des pachinko et effectivement une salle de pachinko ça fait un bruit abominable, sans compter les centaines de mecs hypnotisés qui fument clope sur clope et boive des litres de kawa !

djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 16/02/2014 à 19h23 - (1988)
le pachinko c'est une belle merde en effet !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker