Jour 1: Mercredi
publication le : 01/07/2015

Nous quittons l'aéroport de Charles De Gaulle avec une excitation nourrie de fatigue et de chaos. En effet, juste peu de jours après le Hellfest nous nous retrouvions pour la première fois avec le line-up complet de la tournée qui s'annonçait, les oreilles encore saignantes des assaults clissonores, et les yeux encore illuminés du feu d'artifice historique qui déchira le ciel du festival. Une première répète, un rhum diplomatico au Feelgood, quelques heures de sommeil, et il était temps de s'envoler vers cette province légendaire qui n'était jusqu'alors pour certains qu'un immense territoire vert du jeu de plateau Risk : l'Ontario.
Toronto est une ville démesurée, aux rues gargantuesques, comme si les pistes d'atterissage de l'aéroport s'allongeaient jusqu'aux zones urbaines. Là, le macadam se partage avec fracas entre les restaurants lipideux, les steakhouses certifiés avec 100% d'OGM, les malls gigantesques...

A l'hôtel, nous profitons du jacuzzi pour combattre le jetlag et fuir la présence éclatante du soleil jusqu'au crépuscule, moment où nous partons enfin déguster quelques bières locales dans un steakhouse coiffé de la fameuse feuille d'érable. Il fait bon, les serveuses nous apportent un mix mesuré de lipides et d'OGM sous la sobre appelation de « burger », sandwich dont l'essence semble plus tenir de la saucisse que du steak haché. Leurs minijupes et corps ravageurs ne parviennent pas à masquer ce coté redneck que l'on peut appréhender dans les relais routiers américains, typiques du fin fond des Etats-Unis. Peut-être que la musique country venant du bar n'arrange rien...Vient ensuite le moment d'aller répéter une ultime fois à quelques rues de là, dans un building aux briques rougeâtres renfermant de nombreuses salles de répétitions. Derrière chaque porte, un groupe....nous marchons dans ce couloir noir, rythmés par des accords cacophoniques de blues, de country et de rock dont le Going Down de Jeff Beck qui nous reste longuement ancré en tête. Nous venons y déposer une musique tout autre, un esprit bien différent. Nous croisons un musicien avec un t-shirt Vlad Tepes....hasard ou bonne augure du destin qui nous attend ? La pièce est bien equipée, mais ce sont les rideaux noirs et immenses qui nous interpellent : l'ambiance, parfaite, va nous permettre de rentrer véritablement dans l'ambiance de la tournée. Ils nous aura suffit de seulement deux répètes pour être prêt à l'assault canadien, ceci grâce à l'engagement de chaque membre. La répète se termine à minuit - il est 6h du matin en France - nous sommes totalement erreintés, il est grand temps de se coucher.
Nb affichages: 4668
Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker