THE TANGENT - Down & Out In Paris & London (InsideOut/EMI) - 10/12/2009 @ 09h29
Hasard ou coïncidence, les 2 meilleurs super groupes de la décennie écoulée sortent leur nouvel album à un mois d’intervalle et sur le même label. Et comme vous le savez maintenant depuis quelques temps, Insideout a rejoint le girond de Century Media lui-même distribué dans notre beau pays par E.M.I.
E.M.I ? Aïe aïe aïe !!! Pour les gros poissons tels que nos 2 surdoués, il n’y aura sans doute pas de soucis. (Encore que…). Mais que vont devenir les petits, les francs-tireurs, les originaux qui ne touchent qu’une frange infime du public prog et qu’Insideout avait eu l’intelligence de mettre en lumière ? Ouais, ça sent le pâté pour eux…


On le sait, ce sont les Anglais qui ont inventé le rock progressif et en ont écrit les plus belles pages. Un rapide tour d’horizon permet de s’en persuader. Et si quelques formations au-delà de la Perfide Albion sont parvenues à se faire un nom, c’est – à quelques exceptions près - souvent pour ne pas dire toujours en hommage aux Pères Fondateurs. La boucle est bouclée !

Au début de son histoire, The Tangent offrait le même visage cosmopolite que Transatlantic tout en restant 100% européen; moitié cup of tea, moitié rollmops avec un fort accent Flower Kings: Roine Stolt - guitares, chant (jusqu'en 2005) Zoltan Csorsz - batterie (jusqu'en 2005) et Jonas Reingold – basse (jusqu’en 2006). La mouture 2009 du groupe centrée sur son leader Andy Tillison offre un visage britton pur sucre. Est-ce pour cela qu’il n’en est que meilleur ?

Les Vikings ayant été priés de remonter sur leur drakkar pour rentrer au pays, Tillison s’est adjoint la participation de Jonathan Barett à la basse, un ex comparse de P.O 90° et de Paul Burgess qui officia à la batterie pour Camel entre 1984 et 1992. Pour ceux qui se poseraient des questions, oui, il s’agit bien du Camel historique de Latimer/Bardens/Ferguson et Ward.

Les chats ne faisant pas des chiens (ou on me l’aurait caché…), la musique proposée sur "Down & Out In Paris…" est donc la digne héritière des 4 albums précédents, elle-même fille de la décennie de référence. (Celles des années 1970 pour ceux qui auraient manqué un épisode).

Les allergiques à cette période sont donc invités à aller manifester leurs growls et autres ululements ailleurs car les 57 minutes de ce 5ème album sont entièrement dévouées à la perpétuation du Dogme progressif inauguré par les Anciens. Un Dogme que l’on pourrait décliner (et résumer) en 4 points principaux :

1) Des titres longs et condition annexe mais bienvenue, la présence d’une suite: Bingo! "Down & Out In Paris & London" nous offre tout ça : "Perdu Dans Paris" – 11min42, "Ethanol Hat Nail" 12min53 et la suite avec le premier titre "Where Are They Now?" qui affiche 19min12.

2) Le recours à des instruments « exotiques » ou peu usuels dans le rock carré : soit le classique basse/batterie/guitare voire piano pour les plus riches. Re bingo ! Toute la panoplie précédemment énoncée est bien présente et à laquelle il convient de rajouter une flûte bucolique et un saxo expressif. Pour accompagner le tout, on y trouve également des claviers vintages volubiles, des solos de guitares limpides, un chant coloré (entre Wetton et Stolt). Tout ceci traversant et illuminant de longues digressions, des développements copieux, des breaks déroutants et autres dispositions tortueuses.

3) Mélange des genres ou « fusion » ; aucun souci, The Tangent puise son intarissable source d’influence dans des genres aussi éloignés que savamment mêlés tels que le jazz ("The Company Car" 6min19), le classique ou le canterbury allié à de l’expérimental comme sur "Ethanol Hat Nail" qui ne manquera pas d’en dérouter plus d’un.
Ce titre est par ailleurs la preuve de la part d’improvisation extrêmement bien exécutée et qui constitue la petite madeleine dont le groupe ne peut décidément pas se priver.

4) Concept album ; Excepté "A Place In The Queue" (et encore), on peut dire que tous les albums du groupe tiennent du Concept, qu’il soit transversal ou parcellaire. The Tangent y a rajouté la coquetterie que constitue le fait de composer un double album. ("Not As Good As The Book" sorti en 2008). "Down & Out" ne fait pas exception. Il raconte avec force détails une longue et agréable balade dans 2 des plus belles villes d’Europe (Paris et Londres) tout en revenant sur quelques épisodes ou personnages croisés dans les albums précédents.

Tout y est, mission accomplie ! On peut s’en moquer. Libre à vous. Ou au contraire apprécier le talent des intervenants, le sens de l’à propos, la haute tenue des compositions et malgré des références chargées, une indéniable contemporanéité.

- 133 téléchargements


Rédigé par : Karadok | 18/20 | Nb de lectures : 11089




Auteur
Commentaire
zozo
Membre enregistré
Posté le: 10/12/2009 à 11h51 - (78626)
Hmmm, c'est clair que l'implication des mecs de FLOWER KINGS étaient pour beaucoup dans mon intérêt enevrs THE TANGENT. J'ai peur que sans toi, le tout lorgne désormais trop vers la 'Canterbuy school' et ces méandes jazz-rock pas toujours passionnants...



karadok
Membre enregistré
Posté le: 10/12/2009 à 13h19 - (78630)
Peut-être mais entre The Tangent, Karmakanic et tous les autres projets où était impliqué Stolt & co, j'avais l'impression d'entendre du Flower Kings partout et j'en avais un peu ras la casquette!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker