- AMON AMARTH + HUNTRESS + SAVAGE MESSIAH par ZESNAKE - 1876 lectures
AMON AMARTH, HUNTRESS et SAVAGE MESSIAH étaient de passage à l'Autre Canal de Nancy le mercredi 4 février 2015.





Comme je le disais dans mon report du Haunting The Chapel Festival la semaine dernière, alors que Metz est en pleine bourre, Nancy se meurt. Ceci ne concerne pas le foot (quoique l'ASNL n'est pas non plus en grande forme…) mais l'état des concerts en Lorraine. Avec la fermeture du TOTEM et la faible activité de Metal Ride, il n'y a plus grand-chose à se mettre sous la dent dans la capitale du 5-4. Heureux est donc le metalleux qui s'aperçoit que pour ce début de février, une tournée sympathique s'arrête de l'Autre côté du Canal. AMON AMARTH a de quoi amasser les foules de metalleux, la popularité des vikings n'étant plus à démontrer. HUNTRESS est aussi relativement populaire, bien malgré lui, c'est-à-dire que le metalleux moyen s'intéresse plus à la plastique de sa frontwoman qu'à son Heavy-Thrash, quoique loué par quelques-uns qui ont creusé la musique avant de creuser le décolleté. Le jeune groupe anglais SAVAGE MESSIAH accompagne les suédois et les américains pour cette date « classique », sans première partie locale ni groupe français, ce qui devient limite rare en Lorraine. D'ailleurs cette soirée sera légèrement jalonnée par une orga assez particulière, il était clair que nous avions plus affaire à une date gérée par les tourneurs et la salle elle-même qu'une association qui aurait mis un peu plus d'emballage, ce qui change quand on est habitué aux orgas motivées. Premier reproche, le relatif manque de promo sur cette date, que je n'ai pas franchement vu circuler sur l'Internet, qui est devenu le vecteur principal de promotions des concerts. Cela n'aura heureusement pas empêché le public d'être bien présent malgré le créneau toujours difficile du milieu de semaine. Second reproche, l'horaire en lui-même. L'évènement facebook précisait depuis sa création que la soirée commençait à 20h30. Aussi fus-je un peu surpris, au détour d'une consultation de mon smartphone alors que j'étais en train de manger mon McDo peinard au centre-ville de Nancy à 19h15, que : « L'Autre Canal Nancy a publié dans l'évènement : 19h30 ouvertures des portes, 20h Savage Messiah ». Euh… J'ai dû prendre un tram à la hâte, et ceux qui croyaient encore que ça commençait à 20h30 auront je l'espère bien fait de ne pas arriver trop en retard, voire pire avec beaucoup d'avance. Pour cause : SAVAGE MESSIAH a fini son show à… 20h30 !!! Le metalleux et la ponctualité, ça fait souvent deux (surtout en milieu de semaine et ce n'était pas encore les vacances !), donc un peu de sérieux ! J'ai pu arriver à l'heure donc profiter de tout… enfin presque. Voyons voir tout ceci.



SAVAGE MESSIAH, existant depuis 2007 et se traînant déjà 3 albums, vient en premier fouler les planches de l'Autre Canal, la grande scène s'il vous plaît. Devant une audience encore un peu clairsemée (…) mais déjà motivée, les anglais viennent balancer leur Heavy/Thrash plutôt « traditionnel », en forme de power-quatuor, format chanteur/guitariste. Cuir, jeans, guitares en V et cheveux lisses sont de sortie, pour un groupe qui a tout du revival Thrash dans le style et l'attitude. Leur musique elle vogue plutôt entre Heavy et Thrash, avec une simplicité qui fait ressortir une certaine efficacité. Le chant, maîtrisé, est hetfieldien, les cavalcades heavy/thrash se succèdent sans partir dans le gros speed, les solos effrénés se multiplient. Sans chichis mais avec de la motivation, SAVAGE MESSIAH aura donc bien chauffé le public pendant la demi-heure qui lui était allouée (ni trop, ni pas assez pour le style), la fin nous aura offert une belle collection de devil horns dans l'assistance, qui aura eu du répondant, même s'il était trop tôt pour les slams et autres corps qui s'entrechoquent. Ce n'est pas vraiment mon style de Metal, mais SAVAGE MESSIAH était un groupe d'ouverture tout à fait sympathique pour qui aime le Metaaaaal.







Pour qui connaît VS, HUNTRESS est à voir depuis que nous avons fait, il y a tout juste 3 ans, un quasi-meme de sa chanteuse Jill Janus à l'occasion de la parution du clip pour le morceau "Eight of Swords". Arrivé parmi toute la vague de « Heavy Rock occulte à chanteuse (blonde) », HUNTRESS se pose pourtant à la base comme un groupe de Heavy/Thrash à chanteuse, sans autres artifices ni thématique diabolique. Seules comptent les cavalcades heavy, les riffs thrashy et les solos, pour un groupe finalement peu apprécié pour ses efforts studio, un peu poussifs peut-être. Les musiciens débutent le premier morceau et Jill Janus arrive de nulle part, en se posant directement comme une véritable maîtresse de cérémonie, fringues moulantes et cheveux au vent. Et tout d'un coup, la gestuelle et les mimiques (et le second costume tout en peaux de bêtes) de Jill font passer HUNTRESS pour un groupe plus occulte qu'il n'y paraît. L'américaine donne donc de la voix pendant le temps alloué au groupe (un peu plus de 40 minutes, je pense), le chant heavy se fait entendre avec force, le coffre est bien présent, sans fausse note. C'est plus difficile lors des parties plus criées, où l'on a parfois l'impression d'entendre Angela Gossow surtout quand Jill nous fait ses gros yeux plein de rage, mais ça passe très bien et avec encore un peu plus d'expérience scénique, Jill pourrait facilement être une bête de scène, en tout cas c'est déjà une curiosité à voir (surtout pour certaines poses lascives et suggestives…). Malheureusement, derrière, la musique est un brin répétitive, parfois efficace mais vite lassante, malgré un bon son. Le sentiment global à l'écoute du set de HUNTRESS est donc mitigé, même si le public commencera sérieusement à slammer tous azimuts. Mais grâce à Jill, il y a un minimum de show, entre beaux gestes au public (même si la belle se prendra un gobelet dans le coin de l'œil…) et complicité ironique avec les musiciens, notamment le guitariste de droite… Pas de grand panache, mais là aussi un show bien Metaaaaaaal.










La grande salle de l'Autre Canal commence à bien se garnir alors que AMON AMARTH installe son décor viking grandiose. Le groupe suédois était attendu, c'est le moins que l'on puisse dire, et le public explosera dès l'arrivée des musiciens sur "Father of the Wolf". Les slammeurs ne se feront pas attendre d'ailleurs, au grand dam de la sécurité qui avait parfois fort à faire pour les contenir ! Johan Hegg, avec sa barbe foisonnante, son pendentif et sa boucle de ceinture en Mjölnir, n'aura aucun mal à se mettre le public dans la poche et sera fier de l'accueil des nancéiens. Toute l'attention est centrée sur le frontman même si les musiciens auront l'occasion de faire tourner leurs cheveux de manière synchronisée du plus bel effet. Et je m'arrête quelques lignes histoire d'embrayer sur le troisième reproche à faire à l'orga. Au bout de 3 morceaux nous photographes sommes invités à quitter le cordon photo, ce qui est parfaitement normal. Je me précipite alors pour retourner dans la salle, et là on m'interpelle assez bruyamment pour me faire comprendre que je n'ai pas le droit de retourner en salle avec mon appareil photo ! Alors oui, notre accréditation ne donne droit qu'à shooter les 3 premiers morceaux, d'accord. Mais non seulement, dans tous les autres concerts que j'ai fait jusqu'alors avec pass photo, on ne m'a jamais reproché de retourner en salle avec mon APN au cou et de plus, pour cette soirée, j'étais tranquillement allé shooter les deux premiers groupes au balcon grâce à mon zoom sans que personne ne trouve quelque chose à y redire. LOL. Je n'allais pas tenter de négocier quoi que ce soit avec des gens procéduriers et bornés, je suis donc gentiment allé déposer mon matos à la voiture histoire de retourner au plus vite dans la salle tandis que AMON AMARTH jouait "Free Will Sacrifice", qui est un de mes morceaux préférés donc je l'avais quand même mauvaise… Je me considère avant tout comme un reporter, je ne suis pas photographe professionnel, donc je ne vais pas en faire une histoire mais un peu de tact, d'explication et une meilleure compréhension de ce qui se fait en matière de concerts Metal (« c'est une première pour vous ? », euh, avec ces conditions, oui…) éviterait l'énervement et le fait que certains photographes se sentent parfois considérés comme du bétail (deux collègues l'ont eu bien mauvaise et ont plié bagage…). « Si vous voulez assister à la fin du concert il faut que… », ben oui, c'est la moindre des choses que d'être invité et pouvoir assister aux concerts en entier… Je reconnais être un cas particulier en qualité de « faux-tographe » mais mon « métier », c'est aussi de faire un report. Fin de la parenthèse Caliméro.



Je retrouve donc AMON AMARTH « à nu » via une des rares places libres du balcon. Le public est chaud (quel répondant entre les morceaux !) et les vikings vont pouvoir s'en donner à cœur joie, avec bien évidemment un Johan Hegg qui nous fera son « Skål » à l'hydromel dans sa corne viking, et qui motivera encore plus les troupes. AMON AMARTH n'a pas donné dans le spectacle genre festoche avec le grand drakkar sur scène, mais des furtives colonnes de fumée auront émaillé un show plus simple mais toujours Metaaaaaal. Il faut toutefois être vraiment fan pour apprécier le set, et je ne suis pas un grand mordu du groupe suédois à part, enfin surtout, le chef d'œuvre qu'est Twilight Of The Thunder God. Aussi un "Guardians of Asgaard" et surtout le morceau-titre, premier morceau du rappel avec Hegg et son gros Mjölnir en plastique, auront été pour moi les moments forts de ce concert. Pour le reste, AMON AMARTH fait du AMON AMARTH comme sur disque. J'accroche plus aux rythmiques entraînantes de leur musique, mais pour cette date ce sont surtout les mélodies et bien évidemment le chant qui auront été mis en avant, avec un son qui manquait peut-être d'un peu de puissance. Mais le spectacle était là de par un groupe qui a roulé sa bosse dans les grands festivals, l'interlude à effet de pluie aura d'ailleurs été un beau moment de ce concert bien mené, qui faisait peut-être un peu fan-service prêchant aux convertis mais c'était dans l'ensemble bien bon. Et Metaaaaaaaal.
Setlist : Father of the Wolf - Deceiver of the Gods - Live for the Kill - Free Will Sacrifice - Asator - For Victory or Death - As Loke Falls - Bleed for Ancient Gods - Death in Fire - The Last Stand of Frej - Guardians of Asgaard - Shape Shifter - Cry of the Black Birds - War of the Gods - Victorious March - Twilight of the Thunder God - The Pursuit of Vikings






On en retiendra donc une soirée Metaaaaaaaal (d'ailleurs j'ai compté un nombre assez impressionnant de t-shirts IRON MAIDEN dans l'assistance), où AMON AMARTH aura assuré son show en tête d'affiche même s'il fallait être fan pour apprécier le concert à sa juste valeur (soit être un « true viking »…). HUNTRESS c'est à voir même si ce groupe a malheureusement ses détracteurs, à raison peut-être, Jill Janus capte toute l'attention mais elle a tout de même de bonnes qualités vocales. Et SAVAGE MESSIAH, ça reste sympathique en première partie, sans grand plus. Eu égard aux accrocs de l'organisation et de mon intérêt disparate pour les formations présentées, la soirée ne fut pas parfaite mais tout à fait acceptable, il est sûr qu'un die-hard fan d'AMON AMARTH et/ou un amateur éclairé de Heavy/Thrash en aura eu pour ses mirettes. Le metal doit revivre à Nancy, et il en a la possibilité, il faut juste motiver les tourneurs et réanimer lieux et associations qui nous ont concocté de bien belles affiches bien huilées par le passé…

Albums photo de la soirée à retrouver en cliquant vers le 'clitboner' de Jill Janus :



Auteur
Commentaire
ProjectInfamy
Membre enregistré
Posté le: 12/02/2015 à 18h18 - (1027)
Pour avoir vu la date de Reims, énorme ambiance également et setlist évolutive, pour cela grand respect à AMON AMARTH.
Je n'ai pas du tout rencontré le même problème pour les photos à Reims et de plus avec les téléphones portables c'est totalement idiot d'empêcher les bénévoles et fans de Metal que sont les chroniqueurs en général d'assister au reste du show avec l'appareil. Mais va essayer d'expliquer cela à des gars qui ont des consignes strictes (!)

Cled
IP:85.68.232.169
Invité
Posté le: 12/02/2015 à 18h24 - (1028)
Concert bien sympa de la part d'Amon Amarth et grosse ambiance. Sinon pour Huntress, attitude détestable au possible de Janus qui raconte le lendemain du show sur sa page facebook (message supprimé depuis) que le groupe à joué sous un déluge de gobelet et qu'elle a été blessée; mais bien sur^^

Balls
IP:80.215.178.32
Invité
Posté le: 13/02/2015 à 12h07 - (1034)
Jolies photos. Et bin, y en a chez Amon Amarth, il faudrait qu'ils pensent à faire un régime.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker