- NAILS + STUNTMAN par SEB ON FIRE - 1063 lectures
Ici le 29 Juin 2014 - Le Nouveau Casino - Paris.



Il y a des soirées qui méritent qu'on loupe deux moitiés de huitième de finale de Coupe du Monde pour elles. Il y a des groupes rares qui font qu'on se déplace quelques soient les circonstances pour venir les voir. Il y a des groupes par lesquels tu acceptes sans broncher de te faire déboiter. Il y a des groupes qui viennent, qui jouent et qui s'en vont pendant que toi, tu en redemandes en écartant les fesses. Parmi ces rares groupes il y a NAILS dont c'était la première venue sur le sol français. Donc oui, la venue de NAILS valait bien une moitié de Pays-Bas-Mexique et une autre moitié de Grèce - Costa-Rica.



Afin d'accompagner NAILS et d'ouvrir les hostilités dès 20h tapantes, ce sont les Sétois de STUNTMAN qui ont été choisis. Un choix somme toute logique tant ils ne font pas dans la dentelle mais plutôt dans le hardcore chaotique mathisant avec une petite touche sludgy pour la lourdeur. STUNTMAN n'est pas un groupe de jeunes perdreaux, cela fait maintenant une dizaine d'années que les mecs sont dans le game. Parmi eux, la batteur de Plebeian Grandstand qui s'y connaît en tabassage de peaux. Malheureusement le concert de STUNTMAN ne sera pas tout à fait à la hauteur des espérances la faute à un groupe trop brouillon et son trop étouffé. De leur propre aveu, ils n'avaient pas répété depuis un certain temps et ça c'est entendu. Pas toujours en place et pas assez précis, ce qui est tout de suite fâcheux quand on propose une musique aussi chaotique que celle-là. Car le chaos demande une précision et une concentration de tous les instants. Sur scène, on a plus l'impression de voir un groupe jouer devant ses potes, c'est un peu dommage. Pourtant l'énergie est là et quelques plans font mouche mais c'est trop peu que pour vraiment convaincre. Trente minutes plus tard, ils quittent les lieux sans avoir vraiment marqué les esprits. Tant pis, on espère les revoir dans de meilleures conditions.

NAILS prend le temps de s'installer, une petite demi-heure, alors on en profite pour se boire un petit jus de fruit en discutant avec les potes venus, eux aussi, essayer de dompter la Bête. Sur le running-order, les Ricains sont prévus à 21H15 mais c'est avec quinze minutes d'avance qu'ils grimpent sur le plancher du Nouveau Casino. T-shirts Bolt Thrower et Discharge, perfecto ou torse poil à l'ancienne, les mecs ne sont pas venus là pour tailler de pipes mais pour couler du plomb dans les oreilles de l'assistance. Dès les premières notes de « In Exodus » on comprend qu'on va prendre très cher. NAILS joue dur, NAILS joue l'homme et pas le ballon, NAILS est venu pour faire mal, pour casser des os en toute impunité. Blaise Matuidi.

Dans le public, c'est pareil, ça gigote, ça pogote, ça moshe. On voit les premiers poings et les premiers pieds se lever bien haut, à hauteur de visage. Le son des pieds dans les gueules se confond avec le bruit de la batterie de Taylor Young (oui l'homme touche aussi sa bille derrière les peaux). Todd Jones, lui, sans rien faire de particulier, s'impose comme un frontman de premier ordre. Physiquement, le gars possède de faux airs de Phil Anselmo avec le cou de George « Corpsegrinder » Fisher. Balèze. Les morceaux de « Unsilent Death » et de « Abandon All life » s'enchaînent sans discontinuer. Explosions de violence ultra rapide façon grindcore, parties plus lourdes et grosses moshparts de porc, le groupe régale et maîtrise. Sans jeu de scène particulier, sans light show sophistiqué, NAILS sont simplement venus avec leurs bites et leurs couteaux. Direct, sans chichi, efficace, brutal, raw, Metal, hardcore et in your face, le show de NAILS laisse des traces. La violence dans laquelle baignent leurs deux albums est parfaitement restituée sur scène. Oui j'ai envie de mordre l'épaule de mon voisin. Oui j'ai envie de lui envoyer mon coude dans la gueule, oui j'ai envie de lui briser la pommette et l'orbite d'un coup de pied. C'est ça NAILS. Une grosse demi-heure plus tard, le groupe s'en va (après avoir jouer, il me semble, l'intégralité de ses deux albums) comme il est venu sans tambours ni trompettes mais avec du sang sur les poings et de la sueur sur le front. Toi, tu te dis que trente-cinq minutes c'est quand même bien peu mais franchement, en aurais-tu supporter plus ? Non. Et en plus, même en prenant le temps de passer au merch, je vais pouvoir rentrer pour la deuxième mi-temps de Grèce – Costa-Rica. Izi.


Auteur
Commentaire
Bou
Membre enregistré
Posté le: 03/07/2014 à 14h56 - (807)
Stuntman avec un son de merde (pas de guitare apparemment) + Nails avec un son brouillon qui joue 30 minutes = 25 € à l'entrée.

Comme beaucoup, je n'y suis pas allé à cause du tarif et je ne regrette pas.

Boycott!

Mariolle
Membre enregistré
Posté le: 03/07/2014 à 15h03 - (808)
J'en suis revenu très content. Ce groupe défonce.
Par contre le nouveau cas' a une sono de merde.



,vn,;:,kbjv
IP:88.183.253.44
Invité
Posté le: 03/07/2014 à 22h14 - (809)
une grosse demie heure plus tard, le groupe se barre après avoir joué deux albums...

.... y'a que moi que ça choque?

djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 05/07/2014 à 00h29 - (810)
@,vn,;:,kbjv : GRIND !!!

AxGxB
Membre enregistré
Posté le: 09/07/2014 à 10h44 - (828)
Effectivement, le son était bien mois et probablement pas du fait des groupes. A ce prix là c'est tout de même dommage de reflier la gestion de la sono à des incompétents...

Suisse
Membre enregistré
Posté le: 16/07/2014 à 14h51 - (852)
25 euros pour un show de 30 minutes? Wahou!
Je vous conseille aussi vivement d'éviter Digistick pour les réservations. En cas de problème pour imprimer un billet vous risquez d'attendre très longtemps une réponse. Moi j'attends encore et l'argent ils l'ont bien encaissé.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker