- LOUDBLAST + BENIGHTED + GUESTS par GARDIAN666 & YOUPIMATIN - 2729 lectures
Les 07 et 14 mars, au Nadir de Bourges, puis à l'Espace Culturel de Rombas.





Loudblast + Benighted + guests @ Nadir (Bourges)


« La Brutale Coalition » vient juste de finir de retourner les salles françaises (mais pas que), et s'est arrêtée en province, notamment à Bourges il y' a un peu plus de 10 jours et le week-end dernier du côté de Rombas (Moselle).
Entamée fin février, la tournée est donc passée au Nadir de Bourges, une très belle salle, pouvant accueillir suivant les configurations de 400 à 600 personnes. Nous n'étions pas loin des 300 personnes d'après ce que j'ai pu entendre, score tout à fait honorable d'autant que le public est resté actif et réactif durant les pas moins de 5 concerts qui se sont déroulés.

Les hostilités ont commencé un peu tardivement pour une soirée avec un plateau aussi chargé, c'est pourquoi Padora, les locaux de l'étape, ouvrent le bal à 20h30, à l'aide d'un metalcore fait pour le live, qui s'il n'est pas vraiment mon genre, a le mérite de chauffer la foule et de nous permettre de se rendre compte des bonnes qualités sonores et visuelles à disposition.

2 chanteurs qui essaient de bien occuper l'espace scénique (assez important), une section rythmique solide, mais bon l'ensemble m'a semblé un peu linéaire et gentillet par rapport au reste. En tout cas, je crois que le groupe est jeune (il va prochainement sortir son premier EP), mais c'est le genre de date qui doit bien leur servir en expérience, et ils m'ont paru être assez à l'aise et en profiter pleinement.

Quelques minutes après la fin de Padora, voici les brutes en provenance de Nevers, Defeat the Earth, venu fièrement défendre leur tout premier effort longue durée, « Beyond Creation ». Du death tantôt brutal, tantôt -core, ça moshe comme ça tabasse ardemment. Le groupe se produisait pour la dernière fois sous la forme d'un quatuor, ils seront à partir de leur prochaine date rejoint par un second guitariste. Un concert solide, bien expédié sans avoir était une baffe magistrale. Le son aurait pu être un poil meilleur, il était d'ailleurs assez fort et les parties de guitare n'étaient pas complètement distinguables.



Il est un peu plus de 22h quand le 3ème groupe de la soirée, le 2ème plus ancien en terme d'existence (18 ans au compteur) déboule sur scène ; je parle des joyeux lurons de Sublime Cadaveric Decomposition, qui mêle bonne humeur et musique (ultra) violente avec grande réussite. L'ensemble de la discographie du groupe est représentée, la fin du set étant consacrée à leur dernier méfait, « Sheep'n'Guns ». Il s'agissait là aussi de l'avant dernier concert du groupe avant qu'il ne se concentre sur la composition d'un nouvel album studio. Du death/grind rudement efficace, un cran de plus dans la brutalité et le déchaînement du public ! Du batteur au chanteur, et vas-y que ça harangue la foule, qui ne se prive pas pour leur répondre, la communion est belle, SCD est une sacrée machine sur scène, mais pas huilée au point d'être sans spontanéité et sincérité, bien au contraire !

Après cette belle déferlante, l'un des plats principaux s'apprête à nous être délivré, c'est en effet au tour des Benighted de retourner le Nadir. Et les bougres ne font pas semblants, grosse ambiance dès les premières mesures, pour il me semble la première des stéphanois à Bourges. Un pit en folie et un son encore très fort quoique légèrement ''dégueu'. Dans le sens, on ne distinguait pas clairement chaque instrument, la bouillie sonore n'était pas loin sur certains passages ; cependant en 45 (petites) minutes le job est fait, je sors légèrement abasourdi de par l'intensité déployée, en particulier Julien frontman impitoyable qui arpente la scène à tout va. Kevin Foley est impressionnant de facilité derrière son kit, véritable machine humaine, qui semble à peine se dépenser, et pourtant on ne peut pas dire que ses plans soient de tout repos ! Durant ce set, la part belle est faite à leur petit dernier « Carnivore Sublime », qui représente les ¾ du set (7 extraits). Chaque titre passe très bien en concert, en particulier le single « Experience Your Flesh », le titre de l'album et l'énorme « Slaughter/Suicide ». Il est juste dommage que le groupe n'est pas joué plus longtemps, certains anciens titres manquaient clairement pour enrichir un répertoire à 90% récent…Death, deathcore, brutal death, brutal deathcore, je laisse les étiquettes de côté et à ceux qui veulent les mettre, une chose est sûre Benighted c'est de la brutalité pure, pourvu d'un côté malsain qui ne se prive pas de ressortir régulièrement.

Qu'ajouter de plus ? Le nouveau bassiste Alexis Lieu est assez discret, tandis que leur 2ème guitariste Adrien Guérin (membre depuis 2012), qui assure des backings vocaux plus typés –core, semble bien à l'aise sur scène sans se la jouer ''showman'.

Il est maintenant 00h30, la fatigue se fait ressentir, cependant il reste encore un groupe à voir et pas des moindres, puisque les vieux briscards de Loudblast, tête d'affiche de la tournée, viennent en découdre. Le début du set nous indique qu'ils ont encore la patate en balançant un death thrashisant avec vigueur et sans temps mort. Le son est très bon, le meilleur de la soirée, Buriez est étincelant et se met vite le public dans la poche, resté encore en nombre malgré l'heure tardive. De mon côté, la fatigue et le trajet retour à réaliser, m'obligent à quitter un peu prématurément le concert des Louds, qui avait envoyé 6 titres en tout juste 20 minutes !

Loudblast + Benighted + guests @ l'Espace Culturel (Rombas)





La Brutale Coalition, tournée réunissant les doux poètes de BENIGHTED et les tauliers de LOUDBLAST, a posé ses valises à Rombas pour son avant-dernière date.
Et la petite cité minière située juste à côté d'Amnéville (fief du SONISPHERE) qui a servi de cadre pour le tournage de "Ville à Vendre" (un excellent film de Jean-Pierre MOCKY avec Richard BOHRINGER, Michel SERRAULT, Jacqueline MAILLAN et Eddy MITCHELL) ne s'attendait certainement pas à recevoir une bonne dose de brutalité des familles. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça fait vraiment du bien par où ça passe !



L'Espace Culturel, une sorte de salle des fêtes améliorée, compte environ 200 personnes (dont une bonne grosse partie de jeunes pour la plupart certainement encore mineurs) quand ARTEFACTS entame son concert à l'heure. Ce groupe local, plein de bonne volonté, donne dans une sorte de Metal américain aux influences pas toujours très bien digérées ce qui donne au final une sorte de mixture naviguant entre Metalcore et parties venant tout droit d'un groupe comme STONE SOUR. Vous l'aurez compris : c'est une grosse erreur de casting !!
Certes, ils sont motivés, ont un bon esprit (le batteur a montré son cul à la fin comme demandé par le public), un son pas inintéressant mais entre le chant clair faux et le fait que rien ne ressorte vraiment, on ne peut pas dire que leur prestation s'inscrira dans les annales. Bon, ils avaient leurs fans et tout le monde s'est fait plaisir mais leur présence sur l'affiche reste quand même le gros point noir de la soirée. A revoir à l'occasion dans une quelconque fête de la Musique de la région messine ou bien encore dans un festival local.



Passons ensuite à un niveau bien supérieur avec les stéphanois de BENIGHTED qui tournent pour la promotion de leur dernier album en date, j'ai nommé "Carnivore Sublime" (chroniqué et sélectionné par Ju, le spécialiste ès tripaille de la rédac.). Et là, les bonhommes sont clairement pas venus pour faire de la figuration. Un groupe attendu par beaucoup dans la salle qui s'est encore remplie, les T-shirts portés par un grand nombre (dont certains des mineurs du dessus) ne trompant pas.
L'intro résonne puis débute l'Apocalypse par Saint-BENIGHTED !! L'énergie et la température sont montées d'un cran et seront joués des titres comme "Let the Blood Spill Between My Broken Teeth" qui rencontre un énorme succès dans le public, "Collection of Dead Portraits", "Experience Your Flesh" et "Carnivore Sublime" (dédicacée à Stéphane BURIEZ) notamment.
Les nouvelles recrues, si elles sont discrètes sur scène, n'en restent pas moins solides et appuient ainsi Julien, le gruikeur bondissant. Kevin FOLEY assure une prestation remarquable derrière son petit kit, le tout avec le sourire. Impressionant !
Le seul soucis du concert sera le son. En effet, quand on donne un Grind/Death chirurgical, le son se doit d'être à la hauteur et ce soir, ce ne fût malheureusement pas le cas. Seuls ressortaient le chant et la batterie d'un magma sourd et lourdement chargé en basses. Mais au vu des circles pit et du Wall of Death qui ont permis au public de donner de sa personne, ce ne sera qu'un infime détail.



Un changement de plateau plus tard, le public afflue au devant de la scène et c'est devant environ 300 personnes que jouera LOUDBLAST ce soir, moins les mineurs et autre jeunes majeurs qui ont déjà quitté la salle à la fin du set précèdent.
En fond de scène se trouve un immense backdrop devant lequel la batterie assez imposante d'Hervé COQUEREL trône. Avec les éclairages (qui auront été au top tout au long du concert), y a pas à dire, ça en jette grave !
Le groupe arrive sur scène et entame direct avec un son dantesque. Stéphane BURIEZ, Jackson rouge en bandoulière, une cartouchière comme ceinture, est en grande forme.
Le groupe déjà soudé par plusieurs années de tournées est en forme, solide, carré et surtout assure (comme d'hab' j'ai un peu envie de dire). Le niveau, déjà bien élevé auparavant, s'en retrouve encore réhaussé d'un cran. Quant au son, il devient enfin énorme, clair et surtout défini. Ce qui permettra au public de s'en prendre plein la tronche.
Au niveau de la setlist qui piochera dans toutes les époques du groupe, nous aurons droit à un titre du prochain album (la sortie est dans un mois) "From Dried Bones" qui passe très bien le test de la scène et qui s'intègre très bien dans la set-list, un autre tiré de "Frozen Moments Between Life and Death" (alors dernier album en date) avec "Emptiness Crushes My Soul" mais aussi "Taste Me" et "Flesh" tirés de "Fragments" sans oublier 3 extraits de l'époque "Sublime Dementia" et qui, ne le cachons pas, sont ceux qui rencontrent le plus de succès. Alors que certains fans dans le public demandent "Sublime Dementia", ils se voient exaucés dans la foulée puisque le groupe joue le titre tant attendu ; à peine terminé, il est directement suivi de "Cross the Threshold" qui rend le public présent encore plus fou. Et la fin du concert de se profiler à l'horizon avec tout d'abord "My Last Journey" dédiée à BENIGHTED puis une reprise du "Refuse/Resist" de SEPULTURA qui sémera la folie tant sur scène (Kevin, Julien et Gab de BENIGHTED ont rejoint les Louds) que dans la fosse, ce qui prouvera qu'il y avait encore du jus à "Rombasse" ce soir !



Bref, en résumé, une affiche 100% française qui démontre la vitalité de notre scène, 2 groupes qui se sont fait plaisir tout en faisant chacun la promo de leur actualité et si ce n'est une 1ère partie qui faisait un peu tâche dans l'ensemble, une bien belle soirée à reconduire dans le futur et surtout qui démontre que le nom de la tournée n'est pas du tout usurpé.


Pour finir, une petite anecdote : Crass (ex-CRUSHER, ex-BOOST) trainaît dans le hall d'entrée et forcément, sa présence avait de quoi intriguer. Après avoir discuté avec lui, il m'a appris qu'il avait fait la route depuis Colmar (qui fût visitée la veille par la Brutale Coalition) pour rapporter une tête d'ampli que les nordistes avaient oublié chez lui et dont ils avaient besoin le soir même !
Avant certainement de faire une bonne grosse fiesta des familles...



Encore merci à Tastoux, Alex LENORMAND et l'Oeil du Viking pour les photos.


Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 18/03/2014 à 14h29 - (790)
Excellent boulot les gars, ça donne envie d'y être !





Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker