- DOYLE + DEFTONES par PAMALACH - 1089 lectures
Le 11 décembre 2010 au "Bikini" à Toulouse



Bon, vous n'aurez pas de photos les amis parce que j'étais tellement excité d'aller voir mes potes de Sacramento que j'ai oublié de prendre mon appareil photo. Merci qui ? Merci Pamalach.
C'est donc dans un Bikini sold out depuis plusieurs semaines que je me suis pointé méga à la bourre juste avant que les DEFTONES n'attaquent leur set.
Et c'est donc avec le pachydermique "Rocket Skate" que les DEFTONES ont décidé d'attaquer le public toulousain. Dès le départ, on constate que le groupe, et tout particulièrement Chino, sont décidés à se bouger la couenne et envoyer le public rose valser dans les cordes.
L'enchaînement "Around The fur", "My Own Summer" et "Be quiet and drive" est absolument imparable et catapulte les fans présents dans les étoiles.
Chaque fois que j'ai vu les Deftones, c'était pareil. Le groupe commence TRÈS fort, se calme progressivement, et une fois que tout le monde est un peu ramolli, ils en rajoutent une couche en revenant vers leurs hits des temps passés.
IL faudra quand même attendre une bonne moitié de show pour que Chino se décide à se munir de sa bonne vieille SG pour nous offrir quelques moments un peu plus "intimistes" et ainsi émouvoir les très nombreuses jeunes filles (plus si jeunes que ça d'ailleurs) présentes dans la foule.
Cette particularité des DEFTONES est quand même particulièrement appréciable parce qu'ainsi, ils permettent au public de pouvoir se la donner avec fougue puis de se reposer par la suite.
Je regrette tout de même la mollesse du public toulousain que j'ai quand même connu plus chaud.
Il y avait de l'ambiance je ne dis pas, mais au vu de ce que le groupe a donné, et pour leur toute première venue à Toulouse, j'aurais cru que le public se montrerait plus chaleureux.
Mais les DEFTONES nous avaient réservé quelques surprises pas piquées des hannetons.
Vers la fin du set, quelle ne fut la surprise d'entendre le groupe entamer "Passenger".
J'ai d'abord cru à un gag, mais non, le groupe nous a joué avec grand talent cette étonnante chanson et au vu des cris de joie dans la foule, je ne fus pas le seul à apprécier.
On pourrait croire que l'absence de Maynard nuirait à la chanson, mais ce bon vieux Chino s'est trés bien débrouillé.
Un mot quand même sur cet étonnant frontman qui réalise quand même de belles performances vocales en plus de bien se bouger en live... c'était pas forcément gagné quand on voit comment il était il y a quelques années.
Stephen Carpenter, bien que très statique, passe de la six à la huit cordes sans que cela ne le dérange une seule seconde et crée des ambiances tout simplement incroyables quand on prend en compte qu'il est le seul gratteux.
Je regrette tant d'avoir considéré à une époque que Abe Cunningham était un batteur "moyen". Ce mec n'est peut-être pas très technique mais c'est un putain de bon batteur. Ses parties sont beaucoup plus fines qu'il n'y paraît au premier abord et son groove est très certainement le meilleur de tout ce que cette "scène" des années 90 a pu engendrer.
"Change (in the house of files)" sera alors un catalyseur vers la fantastique (et pas toujours interprétée) "Back to School" qui fera sauter l'ensemble des Toulousain qui rêveraient de retourner au lycée pPutain retourner à l'école quelle horreur !) .
Finie l'époque où les DEFTONES ne faisaient pas de rappel, c'est sur "Birhmark" que le groupe reviendra en mettre une couche avant la terrible et fracassante suite " Root/Engine n°9/7 words" qui nous replongera avec délectation dans le sublime "Adrenaline", bande son de la jeunesse de beaucoup de vieux boucs et de vieilles chèvres présents dans la salle.
Et c'est lorsque les lumières se sont rallumées que nous sommes tous redescendus sur terre... Un de mes plus vieux potes a raison, les DEFTONES sont un groupe précieux et rare.

Set List :

- Rocket Skates
- Around the Fur
- My Own Summer
- Be Quiet and Drive (Far Away)
- Elite
- Knife Party
- Korea
- Digital Bath
- Diamond Eyes
- CMND/CTRL
- Risk
- Beauty School
- Prince
- You've Seen The Butcher
- Sextape
- Bloody Cape
- Minerva
- Passenger
- Change (In the House of Flies)
- Back To School

Rappel :

- Birthmark
- Root
- Engine No. 9
- 7 Words


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker