CRUACHAN - Ride On (Hammerheart) - 10/01/2016 @ 07h03
Le folk metal. Une famille musicale dont on a plus d'une fois abordé l'émergence et le développement. Continuons avec un représentant des Iles Britanniques. Ce terme désigne un archipel de 6 000 îles, dont les plus grandes sont évidemment la Grande-Bretagne et l'Irlande. Souvent utilisé à tort et à travers, le terme anglo-saxons désigne les peuples germaniques installés dès le Vème siècle dans ce qui deviendra l'Angleterre. D'origine celte, les Irlandais, Écossais et Gallois privilégient le terme anglo-celtiques. Une précision des plus utiles lorsqu'on aborde des groupes férus d'histoire locale, de mythes et légendes... Car oui les précurseurs de Skyclad n'ont pas gardé bien longtemps le monopole de ce genre de mélanges. Dans la chronique du 1er album de Geasa, je présentais quelques dates-clés du développement de la scène irlandaise. En 1992, les membres de Forsaken abandonnent leur crossover au profit d'un black mâtiné d'influences celtiques: Primordial est né. De leur côté, ceux de Minas Tirith en font autant et se renomment Cruachan. Les 2 formations évoluent alors au même rythme. Après une Demo, Primordial et Cruachan sortent leur 1er album respectif en 1995, année référence pour le folk metal, avec l'emblématique Nordavind de Storm en figure de proue de l'Underground. Mais si Primordial a connu une irrésistible ascension, leurs voisins de Cruachan ont connu un parcours plus chaotique et tortueux.

La mythologie celtique irlandaise se divise en 4 cycles: mythologique, historique, Ulster et Fenian. La version manuscrite la plus ancienne date du tout début du XIe siècle, mais sa composition remonte à la période protohistorique. Le fameux cycle arthurien britannique en reprend de nombreux éléments. Le patronyme du groupe est tiré du cycle d'Ulster, Crúachan étant la capitale du royaume de Connacht. Son site mythique est associé au site archéologique de Rathcroghan. Passionnés de musique celtique, les frères Keith et John O'Fathaigh ambitionnent dès le départ d'incorporer des instruments traditionnels à une base black metal. Parue en 1994, la Demo Celtica comprend déjà guitares acoustiques, bouzouki, tin whistle (flute irlandaise) et claviers. Le résultat ne laisse pas indifférent et leur permet de signer sur la structure allemande Nazguls Eyrie Productions (Countess, Barathrum). L'année suivante, Tuatha na Gael revendique cette identité avec une ardeur renouvelée grâce à l'arrivée d'un bassiste à temps plein et l'intégration d'instruments supplémentaires (mandoline, bodhrán). Il s'agit ni plus ni moins que du premier album de celtic folk black. En dépit d'une modeste autoproduction (signée John O'Fathaigh, également responsable de l'artwork), Tuatha na Gael secoue l'underground et ne tarde pas à jouir d'un statut culte. Loin de s'en soucier, les Irlandais vont de l'avant.

En effet le leader Keith Fay (de son pseudo) entraine Cruachan vers des rivages plus cléments, provoquant au passage sa restructuration. Exit le black metal au profit du heavy rock. La majorité des parties vocales est confiée à une chanteuse. Un promo 3 titres est enregistré en 1997 à destination des labels. Les Irlandais négocient avec Century Media mais le deal n'aboutit pas. On peut légitimement se demander si la signature de Waylander à cette époque a joué un rôle dans l'opération (cause ou conséquence?). Cruachan disparait alors des écrans. La plupart des sources évoquent un split du groupe en 1997-1999, ce que contredit leur site officiel, mentionnant le développement de leur activité live (y compris en dehors de la sphère metal). Toujours est-il que début 1999, Cruachan reprend du poil de la bête. Le batteur Joe Farrell et la chanteuse Karen Gilligan renforcent le noyau dur comprenant Keith Fay (vocals, guitars, bouzouki, mandolin, keyboards, bodhrán, lyrics & music), John O'Fathaigh (wind instruments, music & artwork) et John Clohessy (bass & backing vocals). La signature chez les Néerlandais de Hammerheart (Aeternus, Kampfar, Thyrfing et... Primordial) met fin à cette période de vaches maigres. 5 ans après Tuatha na Gael, le 2ème album de Cruachan voit le jour. Bénéficiant d'une bonne production et d'une promotion honorable, The Middle Kingdom confirme le changement d'orientation entrepris en 1997.

Le Cruachan originel combinait une charpente black metal somme toute assez quelconque à d'authentiques arrangements celtiques interprétés par de multiples instruments traditionnels. Lucides, les Irlandais entreprennent de développer leurs points forts, d'où le glissement de la musique vers une base folk (le metal devenant une composante quasi-secondaire) et le transfert de responsabilité du chant, ce dernier revenant à Karen Gilligan. Des choix judicieux pour un résultat excellent. Le folk metal connaissant un réel engouement, The Middle Kingdom marque les esprits et se vend relativement bien, assez pour mettre Hammerheart dans d'excellentes dispositions. Pour autant j'ai bien failli passer à côté de Cruachan. Faute de visibilité chez nous, il a fallu un coup de pouce extérieur pour attirer mon attention. Le responsable? Shane MacGowan. Des présentations s'imposent. Né en Angleterre de parents irlandais, ce passionné de musique traditionnelle et de punk choisit de combiner les 2 en fondant The Pogues, groupe qui a marqué de son empreinte les années 80s. La décennie suivante le voit se mettre à son compte et collaborer avec de nombreux groupes/artistes dont Alan Stivell, Jesus and Mary Chain, Nick Cave, Sinéad O'Connor... 2001 est une année chargée pour Shane MacGowan. S'il sort un album avec The Popes et prépare son retour scénique avec The Pogues, il trouve du temps à consacrer à Cruachan. Ce n'est pas rien.


Ride On est le premier résultat de cette collaboration. Le visuel de la version "Slimcase" (que je possède, voir ci-dessus) étant minimaliste, j'ai logiquement privilégié celui de la version "Cardboard Sleeve" pour cette chronique. Shane MacGowan a coproduit cet EP avec Dennis Buckley. Ride On comprend 4 morceaux aux origines diverses. Le single ouvre le bal. Il s'agit d'une reprise du compositeur irlandais Jimmy MacCarthy sur laquelle chante Shane MacGowan. Ride On préfigure le 3ème album de Cruachan alors en cours d'élaboration: Folk-Lore. Comme son titre l'indique, Maeves March 2001 est une relecture d'un morceau de Cruachan apparu pour la première fois sur Celtica, la Demo de 1994. De quoi mesurer les progrès accomplis. Sauron semble être un authentique inédit, doublé d'un nouvel hommage à Tolkien (les Irlandais étant coutumiers du fait). Quant à To Hell or to Connaught, il s'agit du morceau bonus de l'édition digipack de The Middle Kingdom. A l'écoute de cet EP le constat est clair, Cruachan s'est encore remis en question. Exit le caractère fantasque et imprévisible de The Middle Kingdom, Keith Fay et sa bande vont droit à l'essentiel. Clarté de la production, structures épurées (couplets, refrains), dynamique instaurée par des riffs efficaces et surtout une véritable symbiose entre la partie rock/metal et les arrangements celtiques. Au contact de Shane MacGowan, les Irlandais ont incontestablement muri.

Un mot sur chaque morceau. Ride On est un superbe crescendo qu'on pourrait diviser en 3 parties. Flute et guitare acoustique instaurent un climat de quiétude. Karen Gilligan et Shane MacGowan prennent chacun un couplet, chantant ensemble le refrain. La transition s'effectue avec l'arrivée des guitares électriques (dont un bon lead) et la voix rauque de Keith Fay. La conclusion instrumentale est dévolue au riffing soutenu par une section rythmique énergique, notamment la batterie de Joe Farrell. Ride On est un tube, tout simplement. Difficile de résister au punch de Maeves March 2001 emmené par le trio guitare électrique/banjo/flute. Entièrement chanté par Karen Gilligan, Sauron met en avant le travail des cordes. L'enchainement des riffs et des leads est excellent, l'emploi de la mandoline judicieux. Quant à la section rythmique, elle dynamise le tout avec cette fois une mention pour le bassiste John Clohessy, très présent. Irrésistible jusque là, Cruachan marque le pas avec To Hell or to Connaught. Enregistré 1 an avant les autres sans l'apport de Shane MacGowan à la prod, cette composition est handicapée par le chant clair poussif de Keith Fay et apparait plus pataude avec ses interventions ponctuelles de claviers. Le morceau n'est pas mauvais mais clairement en dessous des autres. Sans conséquence, car vous l'avez déjà compris le bilan d'ensemble est très positif. Cruachan évolue dans la bonne direction.

Pour finir, j'évoquais plus haut les bonnes dispositions de Hammerheart records. Le label néerlandais a réédité Tuatha na Gael (avec le Promo '97 en bonus). En 2002 sort Folk-Lore (toujours avec Shane MacGowan à la prod) suivi par A Celtic Trilogy, un coffret triple vinyle compilant les 3 albums. D'autres rééditions ont vu le jour en 2003/2004, un signe qui ne trompe pas. Cruachan est alors au sommet de sa popularité. La banqueroute de Hammerheart (devenu Karmageddon Media) et le départ de plusieurs membres (dont Karen Gilligan) y ont mis un terme en 2007. Cruachan y a survécu, entamant un nouveau chapitre de sa carrière, plus extrême, toujours guidé par le capitaine Keith Fay.


Si vous aimez le folk metal, le Cruachan des années 2000 vous plaira sans doute. Si le black pagan a vos faveurs, le Cruachan des années 90s ou 2010s répondra peut-être à vos attentes.


Rédigé par : forlorn | 2001 | Nb de lectures : 632


Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2016 à 14h05 - (31856)
Mais c'est très bon ça...

Je ne sais pas pourquoi mais, alors que la musique irlandaise (ou celtique) me plait beaucoup, je n'ai pas beaucoup de groupes/artistes jouant dans ce registre (partiellement ou totalement)... Faudrait que je résolve ce problème un jour ou l'autre...

En tout cas, ça fait plaisir de voir (enfin, façon de parler) une participation de Shane Mac Gowan... Perso, j'adore l'album Rum, Sodomy and the Lash de The Pogues ! :)

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2016 à 14h07 - (31857)
* ... d'œuvres de groupes/artistes... bien sûr...

damikachu
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2016 à 20h29 - (31859)

Super chro, très intéressante.
La zique est sympa même si ça m'accroche pas plus.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 16/01/2016 à 16h41 - (31860)
Oui, sympathique mais sans plus. Mais la chronique est forte instructive.

forlorn : ton lien vers Geasa ne fonctionne pas ;-)

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 16/01/2016 à 21h43 - (31861)
Bien vu, la faute à un espace en trop.

Si le folk rock de cette période vous laisse de marbre, n'hésitez pas à tester une autre période de Cruachan. Les Irlandais sont relativement versatiles et généralement plus orientés black metal.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker