MYNJUN - Commencement + Receding Strengths (Autoprod.) - 27/12/2015 @ 08h40
Fin 2014 dans la catégorie "comment ont-ils pu foirer leur coup avec de tels atouts" je vous avais présenté Chastisement. Cette fois le projet que j'ai choisi d'exhumer est encore plus confidentiel. Il n'a jamais sorti d'album et sa musique n'a a priori pas connu le format physique. Pourtant entre le pedigree des concernés et la qualité des morceaux finalisés, le résultat aurait du déboucher sur du concret. Retour au début des années 2000 avant l'apparition des réseaux sociaux modernes, à une époque où les chats et autres guestbooks avaient force de loi. Dans la région de Stockholm, le guitariste Adam Skogvard a du mal à se fixer. En 1999 il joue avec Slodust (nu-metal signé chez Black Mark). On le retrouve ensuite chez Book of Hours, une formation de rock prog comptant des membres de Wolverine dans ses rangs. L'année 2002 est déterminante pour le Suédois qui fonde 2 groupes en parallèle:
- Phanindra chargé de synthétiser ses influences alternatives
(A Perfect Circle, The Gathering, Tool, Radiohead)
- Mynjun représentant la partie extrême de sa personnalité (death metal avec une louche de black metal)

1/ Genèse

Dans le rôle du recruteur, Adam Skogvard fait preuve de goût c'est le moins que l'on puisse dire. Le guitariste Jonas Kangur (ex-Revolution Riot) et le vocaliste David Isberg (ex-Procreation et accessoirement cofondateur d'Opeth) sont les premiers débauchés, bientôt suivis par le batteur Ronnie Bergerståhl (Amaran, Julie Laughs Nomore) et Rickard Thulin (membre fondateur de Coercion également branché side-projects éphémères) à la basse. Ce line-up ne tient cependant pas plus de quelques mois, David Isberg se désengageant rapidement (pour changer). Histoire de se simplifier la vie, Adam Skogvard prend les vocaux à son compte. Quant à Jonas Kangur, il saisit l'opportunité de rejoindre Deathstars (metal indus avec d'anciens Swordmaster et Dissection). L'année 2003 voit l'arrivée d'un autre cumulard de l'underground: Daniel Josefsson. L'investissement le plus notable de ce guitariste est Beneath (thrash-band formé en 1994). Notez que s'il reste impliqué dans Mynjun, Ronnie Bergerståhl franchit un palier en terme de notoriété en rejoignant Centinex. Pour éviter d'en perdre certains en route, la version synthétique de ces mouvements de line-up donne ça:

line-up 2002: A. Skogvard (g) / J. Kangur (g) / D. Isberg (v) / R. Bergerståhl (d) / R. Thulin (b)

2003-2005: A. Skogvard (g & v) / R. Bergerståhl (d) / R. Thulin (b) / D. Josefsson (g)

2/ Commencement (Demo 1)

Enregistrée à 3 sans Daniel Josefsson, cette première Demo comprend 2 morceaux pour presque 17 minutes de musique. A Dismal Token démarre par une rythmique épaisse nous rappelant les grandes heures du studio Sunlight. Le temps de se faire la réflexion que blast-beats et growls débarquent. Cékomenkondit? Ah oui brut de décoffrage. A la bestialité de leurs rythmiques, les Suédois opposent des mélodies crépusculaires jouant le rôle de fil directeur. Imaginez une version très énervée d'Opeth période Orchid, avec cette fameuse coloration black, et vous aurez une petite idée du résultat. Remarquablement construit, le second titre, Memories Intertwine, renforce cette impression. Ce morceau de bravoure de 11 minutes creuse les contrastes et confirme ce que l'on savait déjà: Mynjun tue. Durant les phases mid-tempos, les parties de batterie m'évoquent un Amon Amarth implacable et meurtrier. Le point d'orgue de Memories Intertwine? Son break central. Subtil et mélancolique il remplit son office, tant et si bien qu'on ne voit pas arriver la reprise, effroyable de sauvagerie (7mn30), qui nous écrabouille sans état d'âme. Mynjun pratique un death metal misant sur la puissance et l'intensité. Le niveau technique est plutôt bon, en particulier Ronnie Bergerståhl qui focalise déjà l'attention (sa reconnaissance ne tardera pas). Très gutturaux, les vocaux d'Adam Skogvard sont cependant un peu trop en retrait dans le mix. Certains trouveront la filiation à Opeth trop évidente, mais quand on atteint ce niveau de maitrise franchement il n'y a pas à hésiter. De plus Mynjun allait à contre-courant, la scène death mélodique de l'époque privilégiant les refrains carton (j'ai pas dit 'en carton' hein) à base de chant clair et d'arrangements electro.

3/ Dispersion

Après une telle démonstration de force, me voila persuadé que le premier album longue durée des Suédois ne va pas tarder et sortir sur un gros label. Les réactions enthousiastes dans leur guestbook (y compris de musiciens de Katatonia et Spawn of Possession) m'ont aussi encouragé à penser dans ce sens. Malheureusement aucun deal ne va aboutir. J'ignore les détails et qui était sur les rangs, mais lorsqu'on regarde le CV des membres de Mynjun un indice saute aux yeux. Au lieu de tout donner pour le groupe, les Suédois n'ont pas pris l'affaire au sérieux et multiplié les projets annexes. Dépannant Coercion comme guitariste live, Adam Skogvard rejoint Imperious (technical death) en compagnie de Rickard Thulin. Quant à Ronnie Bergerståhl, outre son investissement dans Centinex, il rejoint World Below en 2004 (doom metal avec Jonas Kjellgren) et commence à bosser l'année suivante sur Sibliance (avec un ex-Amaran) et le projet Triton Enigma. Difficile d'en vouloir au batteur, par contre la paire Skogvard/Thulin est certainement passée à côté de sérieuses opportunités.

4/ Receding Strengths (Demo 2)

Ça n'empèche pas leur 2ème Demo de paraitre au printemps 2005. L'initiative du Vseur blackchtit m'a permis de la redécouvrir et je crois savoir pourquoi elle manquait à l'appel. Avec Receding Strengths, Mynjun m'a déçu. Ce qui faisait la force de Commencement, c'était l'équilibre obtenu entre la brutalité rythmique et la qualité des mélodies. Muscler leur jeu pourquoi pas, à condition de bien doser. Globalement plus complexes, les 3 compositions s'accommodent assez mal d'un mixage aussi déséquilibré. Que la production soit crue passe encore, mais monter le volume de la batterie au point d'écraser le reste de l'instrumentation les dessert plus qu'autre chose. J'ignore comment j'ai pu estimer les Suédois en progrès dans ce domaine en 2005, mais 10 ans plus tard je pense l'exact contraire. A l'entame de Lives Without Ends, j'ai pensé "on dirait les prises son d'une drumcam en concert".
C'est dommage, car lorsqu'ils se montrent raisonnables, ça passe de suite mieux (Beneath the I). L'écriture et l'interprétation ne sont pas en cause, seulement la prod. Sachant que la timide promo (news publiée sur Blabbermouth) et les quelques critiques positives (Imperiumi, Metal Observer) de Receding Strengths n'ont pas suffit à Mynjun pour signer un deal, ce genre d'accroc n'a pas du aider. D'ailleurs Daniel Josefsson lâche l'affaire peu après. Rickard Thulin en profite pour récupérer le poste de guitariste. En quête d'un nouveau bassiste, les Suédois recrutent une fois de plus un mec expérimenté: Guillaume Le Huche (ex-Eyekon, ex-Katatonia).

2005-2006: A. Skogvard (g & v) / R. Bergerståhl (d) / R. Thulin (g) / G. Le Huche (b)

5/ Dernier chapitre

Vous savez ce qui arrive, vous voyez venir l'annonce de loin. Faute de temps à consacrer à un groupe qui ne parvient pas à percer, Ronnie Bergerståhl quitte Mynjun en avril 2006. Investi dans Demonical (qui succède à Centinex) et surtout engagé par Grave (l'un des 4 piliers du death suédois), le batteur est entré dans la cours des grands, à l'échelle de l'underground évidemment. Appartenant à la catégorie des musiciens volatiles, au même titre que David Isberg, Guillaume Le Huche ne fait même pas semblant d'y croire et prend la porte dans la foulée. Mynjun se résume alors à la paire Skogvard/Thulin. Perdant patience, les Suédois décident d'oublier la phase recrutement et de se répartir la tâche. Une 3ème Demo était annoncée mais n'a jamais vu le jour.
En octobre 2007 le duo annonce la fin de Mynjun au profit d'un autre projet: Concilium.
Un vrai potentiel gâché, c'est bien dommage. Reste une poignée de morceaux de qualité.

2006-2007: Adam Skogvard (vocals, guitars, bass, BAR) / Rickard Thulin (guitars, bass, BAR)


Rickard Thulin & Adam Skogvard

Adam Skogvard
1999: Slodust
2000-2002: Book of Hours
2002-2004?: Phanindra
2002-2007: Mynjun
2003?-2004?: Coercion (live)
2004-2006: Imperious
2007-?: Concilium
2009-?: Braathum
?-?: Dislike / Dogma / Oberon

Ronnie Bergerståhl
1995-2005, 2012 à nos jours: Julie Laughs Nomore
2002-2004: Amaran
2002-2006: Mynjun
2003-2006, 2014: Centinex
2004-2006?: Sibliance
2004-2006?: World Below
2005-2008?: Triton Enigma
2006-2011, 2012: Demonical
2006 à nos jours: Grave
2011-?: RedScream
2013 à nos jours: Nattas

A l'occasion des fêtes, j'ai choisi d'ouvrir un compte dropbox pour partager ces enregistrements: voir ICI
N'hésitez pas à en profiter et donner votre avis.

PS: Le visuel illustrant cette chronique n'est pas officiel, c'est un montage fait maison.


Rédigé par : forlorn | 2005 | Nb de lectures : 611


Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2015 à 11h42 - (31826)
Démo franchement excellente !

Alors, pour ma part :

1ère écoute - ce qui me saute aux oreilles, c'est le son et le jeu de batterie que je trouve bien intéressant (à mon niveau de profane, bien sûr...).

2ème écoute - je prends vraiment conscience de la qualité du chant (qui, pour moi, se trouve à la bonne place, au bon niveau) et j'intègre pleinement les mélodies à ce plaisir que je ressent en tant que mélomane (à mon niveau, encore... ;)).

En tout cas, c'est clair que ça fait vraiment penser à Opeth et que c'est un putain de gâchis... :(

Merci encore pour ce cadeau de now-hell ! :)




TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2015 à 18h02 - (31828)
Effectivement le niveau technique de l'ensemble est costaud de chez costaud et même si la patte Opeth est potente, de bons relents de death bien épique et burné surnagent et c'est du tout bon ! Dommage que l'aventure ce soit arrêtée là car ce que j'entends ici est fort bien torché ! Et que j'en aurais bien repris une bonne louchée...



Alcyone
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2015 à 19h03 - (31829)
Tout pareil, la filiation avec Opeth est vraiment prononcée et appréciable et ce son, pour une démo, est vraiment terrible. C'est bien dommage que ce projet n'est pas eu de suite digne de ce nom.
Merci Forlorn pour cette découverte, pour ton travail d'archiviste et tes chroniques qui, en plus d'être de véritables mines d'infos, sont toujours un plaisir à lire.


forlorn
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2015 à 21h50 - (31831)
@ Alcyone: Merci à toi.

@ Moshi: Tu me diras ce que tu en penses, mais cette façon de mixer les growls en retrait me fait assez penser au traitement des vocaux de Tomi Koivusaari sur les 3 premiers Amorphis (Karelian, Tales from, Elegy).

@ Targhost: Ton voeu a été exaucé. Un Vseur (merci à toi blackchtit) m'a envoyé la 2ème Demo Receding Strengths. Je l'ai ajouté au dossier dropbox, vous pouvez la récupérer aussi. Je vais remanier ma chronique en ajoutant un paragraphe à son sujet.

TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2015 à 23h03 - (31832)
Good news ! Voilà qui va faire le bonheur de mes esgourdes...



Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2015 à 23h16 - (31833)
@forlorn : effectivement, à l'écoute du morceau Forgotten Sunrise sur Tales from The Thousand Lakes, je vois effectivement le rapprochement qu'on peut faire... Un chant tout à fait audible mais mis en retrait, je trouve ça vraiment bien, perso... quand les instruments sont bien utilisés, la musique bien composée, évidemment... ;)

Là, je suis en train de m'écouter la seconde démo de Mynjun (merci beaucoup à blackchtit !), et ça m'a l'air bien plus bourrin (dans le bon sens du terme) et j'aime bien aussi même si, pour le coup, la batterie semble moins diversifiée, donc un peu moins intéressante... mais, bon, j'en suis qu'à ma première écoute et n'étant pas batteur, mon avis peut-être mal fondé... Quoi qu'il en soit, je crois que je préfère leur première démo... pour l'instant...





forlorn
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 07h58 - (31834)
Comme prévu, ajout d'un paragraphe relatif à la 2ème Demo.

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 08h43 - (31835)
Très bon ça, un bon mélange entre la mélodie suédoise et finlandaise avec un côté pêchu fort agréable.

Je ne connaissais pas ce groupe, et franchement c'est bien foutu et super agréable à l'écoute



Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 11h53 - (31836)
Bon, ben, finalement, après une seconde écoute, c'est vrai que la production de la seconde démo gâche tout... Donc, la première gagne par K.O.

Alcyone
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 12h01 - (31837)
Effectivement, un coté plus brut de décoffrage de la musique, une approche moins fine de celle-ci et une prod beaucoup moins équilibrée. J'ai, moi aussi, une nette préférence pour la 1ère démo.
Merci tout de même pour cette belle découverte.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 16h40 - (31838)
Chronique passionnante mettant bien en perspective les possibles raisons de cet échec. Etant particulièrement fan de la période My Arms, Your Hearse / Still Life d'Opeth, ce groupe avait de sérieux atouts à faire valoir. Mais c'est clair que la seconde démo est décevante au regard de la première, comme si le groupe n'avait pas mis tous les atouts de son côté.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker