NEST - Fabled Lore / Hidden Stream (Thundra) - 30/05/2015 @ 20h50
Paganisme et Nature Souveraine... Folklores et Mythologies... Patrimoine historique et culturel... Lorsque notre intérêt se tourne vers ces inépuisables sources d'inspiration, la scène scandinave de la période 1995-2000 se rappelle inévitablement à notre bon souvenir. Mais aussi fondamentaux que soient les travaux de Fenriz, Satyr, Vintersorg (voir Otyg ICI et LA), Kristian Nordeide (voir Corona Borealis), Peter Pettersson, Ihsahn ou Ulver, ils ne représentent que la partie émergée de l'iceberg, la figure de proue d'un courant alors en pleine expension. On a tendance à l'oublier, mais bien d'autres projets en Europe ont poursuivi cette quête d'authenticité (voir par exemple Hantaoma, le 1er album de Stille Volk). S'ouvrir à d'autres influences et élargir ses perspectives. Développer de nouveaux thèmes et une esthétique à l'avenant. L'utilisation croissante des claviers/samplers a permis de nombreuses expérimentations, de même que l'emploi encore inhabituels d'instruments traditionnels. De la darkwave au folk/ambient en passant par le néo-classique, tout devenait possible. Particulièrement créative et remuante, la scène autrichienne n'avait rien à envier à ses homologues nordiques, en témoigne certaines oeuvres de Protector (Die Verbannten Kinder Evas, Ice Ages), Tharen (Dargaard, Dominion III), Silenius, Pazuzu, Dreamlord... Au même titre, l'essort du label allemand Prophecy productions ne pouvait que réjouir les aventuriers avides de finesse instrumentale et de sensations nouvelles. N'est-ce pas?

Après de longues années passées dans l'ombre de ses encombrants voisins, la Finlande a enfin dévoilé son potentiel, guidée par les pionniers d'Amorphis (dont on ne dira jamais assez à quel point le metal national leur est redevable). Thématiquement surtout, le groupe d'Esa Holopainen a mis en valeur l'héritage culturel de son pays en abordant les écrits d'Elias Lönnrot, notamment le Kalevala sur le chef d'oeuvre Tales from the Thousand Lakes et le Kantelatar sur le non moins fameux Elegy (chronique à venir). Le single de ce dernier se nomme My Kantele.
De quoi s'agit-il? Du principal instrument traditionnel finlandais. Le Kalevala raconte d'ailleurs les différentes étapes de sa confection par le héros Väinämöinen. Apparenté à la cithare ou au psaltérion médiéval, le kantele est un instrument en bois comportant un nombre variable de cordes (de 5 à 40). Il se dispose à plat sur les genoux ou une table. Les cordes sont pincées avec les doigts ou bien grattées avec un plectre (ou médiator). A noter que leur disposition varie en fonction de leur nombre. Si l'instrument en comporte de 5 à 15, les plus graves sont les plus éloignées du musicien. S'il a plus de 30 cordes, c'est l'inverse. Pourquoi en parler? Parce qu'à l'aube des années 2000, plusieurs spécialistes de l'instrument affiliés à la scène metal nous ont permis de le découvrir.
Aujourd'hui coup de projecteur sur l'un des maitres du kantele: Aslak Tolonen.


1/ Fabled Lore (Demo 2000 - Autoprod.)

Contempler la nature sauvage, parcourir les contes des frères Grimm et de J.R.R. Tolkien... autant de plaisirs aboutissant à la fondation de Nest à l'été 1999. Le coeur du projet, sa raison d'être, repose sur la mise en valeur du kantele. L'instrumentation se répartie entre les 2 membres du groupe, Aslak Tolonen assumant kantele, claviers et percussions, tandis que son comparse T. Saxell gère basse, guitare électrique et la plupart des parties vocales. Pour un groupe au registre quasi-instrumental, l'idendité visuelle revet une importance particulière. Auteur du logo originel de Kalmah, Aslak Tolonen est également peintre et signera tous les visuels de Nest. Son savoir-faire sera également sollicité dans un futur proche (Aarni, Agalloch). Les présentations étant faites, découvrons donc la première Demo: Fabled Lore. Cette autoproduction comporte 4 morceaux pour un peu moins de 19 minutes de musique. Sous une apparente homogénéité, chaque titre possède sa propre griffe. L'introductif Land Behind the Mist exhale un parfum de mystère, une bonne puissance évocatrice. C'est l'unique morceau bénéficiant de paroles. Limpide et dépouillé, Mink Twins dégage beaucoup de mélancolie. The Elk King's Daughter possède une instrumentation plus fouillée et profite notamment des interventions de la basse. An Oaken Citadel ferme la marche et se distingue par l'apparition de la guitare électrique, avec un lead des plus onirique. Pour un premier essai, Fabled Lore est une réussite. Reconnue à sa juste valeur, cette Demo a ouvert de nombreuses portes à Nest.



2/ Hidden Stream (EP 2001 - Thundra records)

L'année suivante, une petite structure polonaise, Thundra Records, filiale de Fluttering Dragon (les débuts de Puissance), leur permet d'apparaitre sur un split CD. Nest partage cet enregistrement avec les Norvégiens d'Isafjord, un éphémère groupe de black mélodique, dont c'est d'ailleurs l'unique enregistrement (à savoir la réédition de leur Demo The Unseen Passage parue en 1998). 3 choses à retenir de la partie Isafjord.
Leur patronyme est un emprunt à l'une des plus grandes villes d'Islande, située au nord ouest du pays.
Leur visuel est également signé Aslak Tolonen, dont le style est caractéristique.
Après la disparition du groupe, seul le batteur/claviériste Stian Dalslåen fera parler de lui.
Depuis 2005 il tient la basse chez To Cast a Shadow (gothic doom).
Concernant la partie attribuée à Nest, Hidden Stream comprend 3 nouveaux morceaux et 2 relectures de Fabled Lore (Land Behind the Mist et An Oaken Citadel). Plus subtiles et moins linéaires, les compositions finlandaises témoignent de progrès dans l'écriture. L'instrumentation parait aussi plus étoffée et assurée grâce une plus grande maitrise des claviers. On a par exemple l'impression d'entendre de la flute sur Enchantment for Few et un violon sur Hideout. Mais une compo sort du lot, c'est Harbinger of a Greater Winter. Addictif et accrocheur, ce crescendo possède le fameux truc en plus, cette magie entretenue par de judicieuses interventions de guitare électrique. "Perdu dans les brumes du temps et d'une forêt immense, un héros solitaire perçoit au loin le tonnerre. Ignorant les mises en garde, défiant la puissance des éléments, le guerrier poursuit sa route. Sa détermination est sans faille. De retour il n'est plus possible..." Oups, je m'enflamme.



Depuis, Fabled Lore et Hidden Stream ont été réédités à plusieurs reprises. En 2007 sur l'édition limitée digipack double CD de Trail of the Unwary, leur 2ème album paru chez les Bulgares de Corvus records (October Falls).
En 2013 le label russe GS Productions (Asgaroth, Dark Reality, Gire) a sorti à faible tirage (100 copies) une compilation regroupant ces 2 enregistrements. La dernière édition en date remonte à l'été 2014, Infinite Fog Productions sortant Within a Decade, un digibook triple CD reprenant toutes les productions studio de Nest.
Un intérêt justifié.

Grâce à cet engouement le duo finlandais a connu une croissance rapide. Signature chez Corvus records et sortie de leur 1er album Woodsmoke en 2003. Premiers concerts en ouverture de leurs compatriotes de Tenhi et split EP partagé avec les Américains d'Agalloch. Multiples sollicitations pour Aslak Tolonen (DoomSquirrel, The Mist and the Morning Dew, Where Rivers End) qui apparait notamment sur Illusion's Play de Shape of Despair.
Autant d'arguments supplémentaires vous incitant à franchir le pas. Alors qu'attendez vous?

Nest est un incontournable du genre folk/ambient. Recommandé aux amateurs de black atmosphérique (par exemple Summoning), des sorties Prophecy productions et de raffinement instrumental.


Rédigé par : forlorn | 2001 | Nb de lectures : 871


Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 31/05/2015 à 13h51 - (31678)
Bien jolie comme musique ! Et bien bonne chronique...

Tiens, j'ai une question : si le kantele a entre 16 et 29 cordes, elles se disposent comment ?



TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 31/05/2015 à 14h48 - (31679)
J'accroche carrément sur l'EP "Hidden stream", ça sonne foutrement bien : les voix sussurées, le kantele pour la tradition, les percus sobres et les claviers raisonnés ont un côté presque touchant sans que cela ne tombe du côté naïf de la force, pas de trace non plus de fantasy-synthés playskool comme en raffolent certains de ses pompeux collègues (ENID sort de ce corps!).

Je vais bandcamper "Within a decade" derechef !



forlorn
Membre enregistré
Posté le: 31/05/2015 à 17h46 - (31680)
@ Moshi: Je n'ai pas trouvé de source capable de nous éclairer sur ce point. Les wiki français et anglais m'ont donné l'impression que les kanteles possédaient moins de 15 cordes (forme ancienne) ou plus de 30 (forme moderne). Cela dit, il est tout à fait possible que des exemplaires dans la catégorie 16-29 existent, vu la place que tient cet instrument dans la culture finlandaise.

Dans une interview récente (2012), Aslak Tolonen rapporte qu'il ne joue désormais que d'instruments qu'il conçoit lui-même, car créer un kantele était une sorte de rituel de passage dans certaines contrées, une étape pour devenir un homme.

Ça ne répond pas à ta question, mais je ne saurais faire mieux. Si un lecteur avisé en sait plus, qu'il n'hésite pas à partager ses connaissances.

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 31/05/2015 à 18h17 - (31681)
Cette histoire de 16-29 cordes me rappelle ces moments de frustration dans un bouquin quand un auteur n'est pas assez précis sur certains points, ce qui fait qu'on se retrouve avec une information incomplète... :)

Quoi qu'il en soit, une information incomplète est tout de même mieux qu'aucune information du tout, alors merci encore pour cette chronique et ces p'tits bouts culturels... C'est toujours bon d'apprendre quelque chose... (Bon, encore faut-il le retenir : le savoir, c'est bien, la mémoire, c'est mieux ! :))



Humungus
Membre enregistré
Posté le: 02/06/2015 à 06h37 - (31688)
Moshimosher, je sais de par tes nombreux posts que tu es quelqu'un de pondéré et serein...
Mais là ! Reprocher à forlorn d'être incomplet, c'est un pur blasphème bordel hé hé hé !

Strat
Membre enregistré
Posté le: 02/06/2015 à 10h17 - (31690)
Forlorn nous signes encore une chronique remembers de qualité, qui arrive à joindre informations, mythologies et références par rapport à un mouvement qui était en vogue.

Tout le monde en France, ou presque, se souviens de STILE VOLK, mis en avant dans les catalogues de Holy Records, groupe qui possédait une démarche "identique" dans un sens.

Seulement là ce concept de NEST va vraiment plus loin, et l'écoute de "Land Behind the Mist" sent bon le mystère, "Mink Twin" ou encore "An Oaken Citadel" mets en avant des arpèges sur un instrument très particulier. Et dire que c'était une démo auto produite avec un instrument quelque peu hors du commun.

A ce sujet, comme tout instrument, ce dernier peut être modifié selon les besoins, du coup il peut très bien avoir 38-39 comme 40 cordes, tout dépend du tirant de chaque cordes et des besoins, de même que l'accordage utilisé (regardé donc notre Max Cavalera qui n'as que 4 cordes, sur une guitare qui devrait en avoir 6).

Pour revenir aux titres proposés je trouve que le split est un peu plus 'intéressant', ne serait-ce que pour entendre les murmures qui rajoutent du "cachet" et de la profondeur, voir de la dynamisme au titre.

Mention spéciale au fait que Forlorn met en avant les différents projets de Protector ainsi que de Silenius qui ont également réussis à "standardiser" des ambiances épiques et mystiques à la fois, "fleuron" de la scène autrichienne.

Ces titres de NEST sont bien composés et simple à l'écoute (le format de titre durant 5 minutes aide) ce genre de titres doivent s'écouter plusieurs fois, si possible d'une traite, afin de vraiment s'en imprégner comme il se le doit !

Merci d'ailleurs à Forlorn d'avoir pris le temps de mettre en valeur sa kro avec une mise en page claire et structurée qui aide grandement à la lecture !



Mé Si Mp'rOr
IP:109.16.80.133
Invité
Posté le: 04/06/2015 à 17h17 - (31691)

Nest fait partie des rares groupes hors metal que j'ai connu grâce au milieu metal. C'est également un des rares à m'avoir ouvert les portes du monde de l'imaginaire dans lequel j'aime m'évader et qui m'inspire encore. Friand de black atmo (les 1ers Dimmu et Emperor, Summoning ou tout simplement Empyrium), j'ai rapidement succombé à l'univers des finlandais. En tout cas, à chaque nouvelle réécoute, le plaisir est toujours intact.

Merci pour la chro pleine d'infos. Ce groupe en avait grandement besoin. Il était grand temps de combler ce manque pour ceux qui ne connaissent pas encore.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker