THE 3RD AND THE MORTAL - Sorrow + Tears Laid in Earth (Head Not Found) - 11/05/2013 @ 21h13
Au delà de la maîtrise technique, il y a la créativité, cette capacité à exprimer ce qui est enfoui en nous, ce savoir-faire permettant de se dépasser et d'innover. Les musiciens les plus inspirés nous ont offert des oeuvres marquantes, de celles provoquant des émotions fortes, suscitant enthousiasme et vocations. Mais le talent ne fait pas tout et certains artistes n'obtiennent pas la reconnaissance méritée. Dans le genre groupe maudit, The 3rd and the Mortal se pose là. Condamnés à l'underground puis à l'oubli, ces précurseurs à plus d'un titre étaient trop en avance sur leur époque, au point que leurs lauriers ont été récoltés par d'autres. Des preuves? Soit. Citez-moi une formation metal à 3 guitaristes et votre première idée sera sans doute Iron Maiden. L'évocation d'un groupe issu de l'extrême s'étant émancipé au profit d'un trip plus expérimental vous fera penser à Ulver. L'association du metal et du chant féminin invitera The Gathering dans la discussion.
Et si je précise l'identité norvégienne, c'est sur Theatre of Tragedy que vous miserez.
Pourtant la réponse à tous ces schémas, c'est The 3rd and the Mortal.

Maintenant un peu d'histoire. Le metal entame les années 90s sous le signe de la radicalisation. A l'époque rares sont ceux à considérer la créativité sans entraves ni restrictions, à réaliser le potentiel des croisements de genres. C'est dans ce contexte (et accessoirement à Trondheim) que ce sextet se forme en 1992, dans l'ombre de LA génération black metal. Rien que sur le papier The 3rd and the Mortal avait de quoi surprendre. Outre la cohabitation de 3 guitaristes permanents, laissant présager leur volonté d'expérimenter, le fait qu'une femme soit en charge de l'intégralité du chant était inédit. Certes, des Doro, Girlschool, Vixen ou Sabina Classen (Holy Moses) s'étaient déjà affirmées, mais dans des registres plus traditionnels. Dans l'underground, les chanteuses étaient généralement cantonnées au rôle discret de choristes. Certaines jouiront par la suite d'un statut culte, comme Claudia-Maria Mokri (Celtic Frost puis Therion), Birgit Zacher (madame Century Media) ou encore Sarah Jezebel Deva (madame COF, entre autre). Mais revenons à notre communauté norvégienne.

Au printemps 1993, The 3rd and the Mortal sort une Demo éponyme (dont les morceaux seront réutilisés peu après). Intrigué par les descriptifs des catalogues VPC, je me suis intéressé à leur cas, loin d'imaginer les qualités de ce groupe hors-norme. Enregistré en novembre, leur 1er EP Sorrow ne parait que l'année suivante, en 1994, à la faveur d'un contrat avec Head Not Found. "Un soleil déclinant sur le point d'être englouti par une mer de nuages." Ce visuel s'accorde parfaitement aux sensations communiquées par le groupe. Décrire la musique de The 3rd and the Mortal est affaire de sensibilité et d'humeurs. Les Norvégiens oeuvrent dans une sorte de doom aux structures progressives développant des atmosphères mélancoliques et crépusculaires, le tout surplombé d'un chant féminin angélique. L'intensité émotionnelle que dégage Kari Rueslåtten est troublante, de même que la pureté de son timbre. Mais vous savez ce qui m'impressionne le plus chez eux? C'est que ces jeunes musiciens aient acquis aussi vite une telle maturité d'écriture, qui plus est dans un style totalement novateur.

Il est important de préciser que, contrairement au reste de leur discographie, il n'y a pas la moindre note de claviers sur cet EP. L'utilisation de 3 guitares (réparties entre Finn-Olav Holthe, Trond Engum et Geir Nilsen) influence toutes les étapes d'un processus créatif particulièrement subtil, sans nuire pour autant à la section rythmique. Un tour de force qui nous permet de remercier au passage Lars A. Lien (futur bassiste de Ram-Zet) pour l'excellence de sa production, associant des prises son relativement brutes à un mixage parfait. Les Norvégiens ont une approche très personnelle de la musique qui leur ouvre de larges perspectives. Rythmiques décousues, dissonance, réverb', arpèges translucides, parties acoustiques (aux bons soins de Geir Nilssen)... les guitaristes ne se refusent rien, à raison. La basse de Bernt Rundberget a aussi son mot à dire. Quant au batteur Rune Hoemsnes, quelques mesures suffisent à prouver sa valeur. Du niveau d'un Asgeir Mickelson ou Terje Myhre Krabol (Antidepressive Delivery, ex-Bethzaida), pas moins. Quel toucher! Et son utilisation des cymbales...

Grevinnens Bønn: http://www.youtube.com/watch?v=ijxu3XSS1Mw

Précédant de seulement quelques semaines le 1er album, les 4 magnifiques compositions de Sorrow méritaient bien cet hommage. Mais place à Tears Laid in Earth. A l'instar de leur musique, ce visuel sera aussi source d'inspiration, voir Swansongs (1996) des Allemands Flowing Tears & Withered Flowers ou Nighttime Birds (1997) des Néerlandais The Gathering... Concernant le livret, les paroles des morceaux sont malheureusement illisibles (typo rouge par dessus des photos des membres dans la nature). Quant à la musique, les Norvégiens creusent leur sillon, développant un metal toujours plus atmosphérique et expérimental. Les 11 compositions de Tears Laid in Earth sont autant d'invitations à un voyage onirique, mystique, entre contemplation et introspection. De Vandring, courte introduction a cappella, à Oceana, monumentale conclusion progressive de 19 minutes, The 3rd and the Mortal n'est pas avare en surprises et subtilités. On retiendra l'apparition des claviers (joués par Kari Rueslåtten) sur Shaman et le superbe titre ambient 'Song', la courte narration du guitariste Finn-Olav Holthe à la fin de Death-Hymn, l'étrange basse chaloupée de Lengsel ou encore le démarrage frénétique de Salva Me.

Atupoéma: http://www.youtube.com/watch?v=pCnYkth4OOM

Poétique et raffiné, Tears Laid in Earth est un coup de maître, le 1er jalon du parcours admirable de musiciens qui n'auront de cesse de se réinventer, s'éloignant à chaque étape de la scène qui les a vu naître. Mais en dépit de son influence manifeste sur des groupes tels que The Gathering (écoutez l'excellent Atupoéma pour vous en convaincre) ou Agalloch (dixit les Américains), cette 1ère offrande demeure un chef d'oeuvre méconnu.
Tears Laid in Earth marque aussi la fin d'une époque, Kari Rueslåtten quittant le groupe. L'année suivante son escapade folk en compagnie de Fenriz et Satyr tournera court (l'unique album de Storm), l'orientant vers une carrière solo désormais placée sous le signe de la pop. Quant à The 3rd and the Mortal, les Norvégiens poursuivront leurs expérimentations en compagnie d'une autre aventurière: une certaine Ann-Mari Edvardsen...


Rédigé par : forlorn | 1994 | Nb de lectures : 1643


Auteur
Commentaire
In The Woods
IP:82.238.208.150
Invité
Posté le: 11/05/2013 à 23h37 - (29330)
Deux chefs d’œuvres avec la magnifique voix de Kari Rueslatten en prime, indispensable!

nightswan
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2013 à 07h54 - (29334)
Idem, album magnifique et inclassable.
Encore une belle chro forlorn, bravo !
Mon pseudo vient du nom de leur EP de 1995...

Le parallèle avec In The Woods est un peu inévitable : précurseur, innovant, expérimental, forcément casse gueule et split.
Du gâchis.

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2013 à 10h50 - (29343)
Je ne connais que de nom et n'ai jamais écouté. Au vu de la chronique, je crois que je vais réparer cette erreur.

Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2013 à 11h56 - (29344)
Aaaah... Kari...

Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2013 à 14h10 - (29347)
Magnifique !

pound
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2013 à 16h23 - (29355)
Deux chefs-d'oeuvre (et le reste de leur discographie n'est pas mal non plus, même si leur deuxième chanteuse n'a pas une voix aussi pure et expressive que celle de Kari). Je me souviens encore du choc éprouvé à l'écoute de "Sorrow" en 94. Cette première moitié des 90s a vraiment marqué l'apogée de la période créative et novatrice du métal.

Juste une remarque : s'ils n'ont jamais eu le succès de The Gathering (alors qu'ils l'auraient amplement mérité), ils n'étaient pas si undergound. J'avais lu à l'époque (dans Zillo ou Ablaze) que "Tears" s'était vendu à plus de 17 000 exemplaires, ce qui n'était pas rien (même alors).



panzerfaust
IP:81.13.236.23
Invité
Posté le: 12/05/2013 à 18h33 - (29358)
merci à forlorn pour cette belle chronique! ce groupe a tout de meme eu une petite reconnaissance dans le mid'90 et une grosse influence sur la scène doom atmo. Ca ma donné en vie de ressortir Tears... bel album.

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 11h12 - (29366)
Bon, j'allais écrire des remarques assassines sur cet album, mais je vais ravaler mon venin et réécouter dès ce soir ce mini et cet album pour me le remettre dans les oreilles, tellement je l'écoute peu par rapport aux autres... J'ai toujours pensé que ces deux disques étaient clairement les maillons faibles de leur discographie, face aux chefs d'oeuvre suivants.
En tout cas, c'est bien d'avoir replacé l'album dans son contexte, c'est vrai qu'à l'époque, ces albums étaient des pavés dans la mare, parmi des disques déjà considérés comme novateurs (The Gathering et consorts).
Le seul truc que je peux affirmer ceci dit, au jeu des comparaisons débiles, c'est que la chanteuse suivante, Ann-Marie Edvardsen dépasse de la tête et des épaules Kari Rueslatten sur le plan vocal (mais ce n'est que mon avis, et je le partage) : plus puissante, plus expressive, plus versatile et surtout bien plus déjantée et moins gentille.
Petite question : que font les membres du groupe maintenant? (je prie tous les matins Saint Rita, patronne des causes désespérées, pour que le père Rune nous sorte un nouveau Tactile Gemma)



forlorn
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 12h05 - (29368)
Préférer les albums suivants ou le chant d'Ann-Mari Edvardsen c'est une chose, mais de là à vouloir "assassiner" The 3rd and the Mortal 1ère époque faudrait pas exagérer... Tu manges de la viande crue au ptit dej grozeil? :D

Concernant l'actu 2013, je n'ai pas grand chose à en dire, les infos proviennent essentiellement de Metal-archives. Si quelqu'un en sait +, qu'il n'hésite pas à nous en faire profiter.

Depuis son split en 2005, The 3rd and the Mortal s'est reformé le temps d'une reprise pour un tribute sorti en 2009.

Après avoir arrêté la musique en 2005 pour devenir prof de psycho et maman, Kari Rueslåtten vient de reprendre sa carrière solo.

La dernière apparition discographique connue d'Ann-Mari Edvardsen remonte à un guest sur un album d'Antestor paru en 2005. Si Klaair passe par là, elle t'en dira peut-être plus.

Kirsti Huke, la dernière chanteuse, n'a fait qu'un featuring sur l'album de Goat the Head paru en 2010.

Le guitariste branché expérimentations Finn-Olav Holthe joue de la musique ambiente avec Snorre W. Ruch de Thorns. Ce groupe nommé Thorns LTD se produit épisodiquement à l'échelle locale pour des évènements culturels.

Le guitariste Trond Engum a sorti l'année dernière le 3ème album de son projet solo avant-gardiste/ambient The Soundbyte.

Le guitariste porté sur l'acoustique Geir Nilsen s'est reconverti bassiste et joue avec Baard Kolstad (batteur de Borknagar & co) dans 2 groupes orientés power, Hellhaven et Oceans of Time, qui ont sorti leur 1er album respectif l'année dernière.

Il semble que les différents bassistes de The 3rd aient tous disparus dans la nature.

Quant à l'excellent batteur Rune Hoemsnes, il est impliqué dans kkoagulaa, un descendant de Manes. C'est aussi lui qui joue sur le dernier album de The Soundbyte évoqué plus haut.

Voilà je pense n'avoir oublié personne.

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 12h41 - (29370)
Ah bah merci pour ces précisions exhaustives (a priori).
Concernant mon humeur du jour, je dois avouer que je n'ai pas eu ma dose de confiture de groseille sur mes biscottes ce matin :/
Mais pour en revenir au cas d'espèce, je trouve cet album très vert, alors qu'on a de la musique d'adultes à partir des albums suivants. Mais bon, j'ai hâte de réécouter tout ça ce soir.

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 13h04 - (29372)
"très vert" c'est un jugement aussi abusif que sévère. Tu ne tiens pas compte du contexte de l'époque (des musiciens assez jeunes proposant un style inédit qui en influencera beaucoup par la suite...) et on dirait que tu t'en tiens à une logique à la Highlander (dite aussi de TV réalité) "il ne peut en rester qu'un". Préférer un album ne rend pas le reste d'une discographie merdique pour autant, surtout lorsqu'il est question d'un groupe de la qualité de The 3rd and the Mortal.

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 13h56 - (29373)
Bon... Bah on est pas du même avis, ou alors que partiellement.
Puisqu'il me semble nécessaire d'être plus précis, le truc qui me fout en rogne sur cet album, ce n'est pas la performance des musiciens, tout à fait honorable, mais celle de Kari Rueslatten, très gnan-gnan. OK, ils sont les premiers à avoir proposé cette formule, OK, ils ont été suivis par pléthore de groupe qui a parfois eu beaucoup plus de succès, OK, elle a pas été la seule à proposer des vocaux aussi fragiles (dans le mauvais sens du terme, j'entends), il n'y a qu'à voir Theatre of Tragedy qui a bâti sa carrière là-dessus... bref, tout ceci, pour moi, n'est pas une excuse : Patrick Sébastien a été le premier à proposer le petit bonhomme en mousse, avec des vocaux plutôt pas terribles, et il a été suivi par bon nombre de... suiveurs. Ca n'en fait pas pour autant un bon disque. Tu me suis? ;)
Bon, OK, j'ai peut être été un peu raide en employant des termes un peu virulents, OK.
Le disque est honorable, mais ce que je voulais surtout dire, c'est qu'il est à des années lumières de ce que le groupe a proposé par la suite (POUR MOI, s'entend, hein...).
Sinon, sur une note plus people, j'ai croisé Kari Rueslatten dans la rue l'été dernier, et elle est... mmmmhhhh, lumineuse et superbe (à moins que ce ne soit son sosie, après tout...)

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 14h23 - (29374)
Tu vas trop loin. Tes propos étaient déjà excessifs au départ et tu rajoutes la provocation par dessus le marché. C'est pas cool, cet album ne mérite pas ça.

Si tu écoutes les débuts de The Gathering (1989-1994), là oui on a un groupe qui se cherche une identité et à qui il reste un certain nombre de progrès à faire.

Par contre The 3rd and the Mortal avait une identité affirmée et maîtrisait son sujet dès le départ. Tu n'aimes pas le chant de Kari Rueslåtten? Ça ne change rien à l'affaire, les 1ers enregistrements avec Ann-Mari Edvardsen (Nightswan et Painting on Glass) sont musicalement assez proches et dans la continuité de leurs débuts.

The 3rd and the Mortal était un groupe exceptionnel dont la discographie entière mérite considération et éloges.

Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 16h49 - (29375)
Allez, je viens mettre mon grain de sel ! :)

Fan de la (presque) première heure de The 3rd and the Mortal, j'ai acheté Tears Laid in Earth à sa sortie. J'étais jeune mais complètement evil... ;)
Et pourtant, je suis tombé sous le charme de Kari, comme mon laconique commentaire précédent le laissait penser.
Je suis d'accord pour dire que son chant et sa voix sur cet album sont "fragiles", mais je n'y mets aucune connotation négative : c'est ça qui m'a plu. Il se dégage de l'ensemble une certaine naïveté rafraîchissante et mélancolique qui me faisait un bien fou à une époque où je croupissais presque exclusivement dans la fange black metal (j'y croupis toujours, rassurez-vous, mais ce n'est plus exclusif). J'étais jeune, je le répète, et comme forlorn l'a dit, les membres du groupe l'étaient aussi. En tous cas, je vouais avec certains de mes potes une sorte de culte à Kari, qui représentait pour nous une sorte d'icône de "douceur" et de "pureté" ou je ne sais quoi qui nous sortait le temps d'un album de nos considérations violemment dépressives, ou dépressivement violentes, je ne sais plus trop. ;)
Evidemment, il y a dans ce que je raconte beaucoup de subjectivité, car beaucoup de ressenti personnel, j'admets tout à fait que l'on ait pu rester totalement hermétique à la "gentillesse" de cet album et de sa chanteuse. Mais moi, à l'époque, j'étais transcendé, et quand je le réécoute aujourd'hui, je suis assailli par tout un tas d'émotions nostalgiques héritées de mon adolescence.
En ce qui concerne la suite, à savoir l'album Paiting on Glass et l'arrivée d'Ann-Mari pour "remplacer" Kari, sa première écoute fut une déception pour moi. Encore une fois, rien d'objectif là-dedans : on m'avait simplement "volé" ma Kari au chant et l'orientation musicale était bien différente. Après quelques écoutes supplémentaires, j'ai cependant pu faire le deuil du groupe que j'avais découvert deux ans plus tôt pour commencer à vraiment apprécier ce second album qui n'avait, finalement, rien à voir avec son prédécesseur : c'était l'album d'un groupe qui s'affirmait dans une direction nouvelle, d'un groupe qui changeait, qui mûrissait, etc.. Je n'y ai donc pas retrouvé les mêmes sensations, mais peu importe : Painting on Glass était aussi une réussite et Ann-Mari, une chanteuse au final plus "pro" que Kari. Plus "méchante", aussi, comme le soulignait grozeil.
Il n'est pas question pour moi d'établir une hiérarchie entre les deux albums ou entre les deux chanteuses, je suis content qu'elles existent toutes les deux et qu'elles aient participé à l'aventure The 3rd and the Mortal.
Pour résumer : deux albums bien différents en termes d'intentions et de sensations, et un choix de chanteuse idéal pour les deux. :)

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 21h27 - (29377)
Bon, je suis pas sûr qu'on se comprenne bien, Forlorn et moi, donc je vais en rester là. Mais juste encore une ou deux précisions, concernant MA façon de voir les choses, et qui peut paraître paradoxale.

Comme tu le sais, j'ai commencé il y a quelques temps quelques kros pour la section remember que je n'ai jamais finies. Dans une de ces kros, j'aborde ce disque absolument abominable qu'est Soria Moria Slott de Dismal Euphony. Abominable parce que ça joue pas un poil, le son de instruments et notamment de la batterie est à chier, la production et le mixage sont complètement ratés. OBJECTIVEMENT, j'ai tendance à considérer ce disque comme une sombre bouse. Mais pourtant j'écoute encore très régulièrement ce disque qui me fait carrément voyager très loin à chaque fois. Là, c'est le SUBJECTIF qui parle. Tout ça pour dire que on peut avoir un double avis sur une oeuvre, personnellement, ça ne me pose aucun problème.

Pour ce disque de The Third and the Mortal, je suis désolé, je ne le considère pas comme un chef d'oeuvre, c'est comme ça. Après, chacun son truc, hein, y'a pas de souci (et j'ai l'impression qu'il y a un paquet de gens qui le considèrent comme un chef d'oeuvre...). Pour ma part, il ne remplit pas les critères, c'est tout. J'ajoute par ailleurs que pour moi, les chefs d'oeuvre sont plutôt rares. C'est pas rien de dire d'un disque que c'est un chef d'oeuvre, hein... ;)

Pour finir, notre échange semble démontrer qu'on est pas sur le même niveau d'analyse : je te parle de ce que je ressens objectivement. Quand je dis que c'est "vert", j'entends par là que c'est un peu naïf, jeune, mais ce n'est pas forcément une critique négative, c'est juste que ce disque est l'oeuvre de jeunes musiciens qui ont des idées et une vision intéressantes mais non encore aboutie, voilà tout (d'ailleurs, si leur vision était déjà aboutie, ils seraient restés plus ou moins sur cette formule). J'ai l'impression que quand tu parles de ce disque, tu parles de toi, de ton ressenti, de tes souvenirs et que tu es plus sur du subjectif.
Enfin, je suis pas sûr d'être bien clair sur ce coup là. Bref.

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 23h43 - (29378)
Bon, je suis en train de me le réécouter, et bon, mon avis n'a pas ou peu changé : musicalement, il y a des moments vraiment sympa, voire quasiment de grâce (les leads sur Trial of Past par exemple) mais la voix, j'ai vraiment beaucoup, beaucoup, de mal.

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 23h56 - (29379)
Ma démarche en te répondant => t'inciter à considérer Tears Laid in Earth sous un angle un peu plus objectif...

L'idée que j'ai voulu faire passer c'est "pour un 1er album c'est très fort". Les Norvégiens se sont déterminés très vite et c'est pourquoi je les considère 'matures' dès leurs débuts. Quand on enchaine leurs 3 premiers albums, on constate une progression logique, une évolution naturelle. Le groupe va de l'avant et se renouvelle à chaque album, mais il n'y a pas de rupture franche ou de changement radical, on reconnait bien leur patte sur les 3. Evidemment les musiciens ont mûri et progressé, mais l'identité The 3rd and the Mortal a toujours été là. J'ignore si tu vois ce que je veux dire. A titre de comparaison, Tiamat a mis du temps à trouver son identité, Sumerian Cry n'a rien inventé et ne dégage pas de personnalité propre. Enfin bref pour conclure:

Objectivement: In This Room est leur album le plus ambitieux et abouti (je ne connais pas Memoirs et le Project Bluebook).
Subjectivement: A l'instar de Nekobibu, j'apprécie autant la période Rueslåtten que Painting on Glass avec Ann-Mari Edvardsen.



grozeil
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 00h27 - (29380)
OK.

Par contre, si je peux me permettre, tu devrais d'urgence écouter Memoirs, l'album est encore une fois génial, moins expérimental que le précédent, plus formaté "pop" et radio, mais les deux premières plages sont peut être ce que le groupe a créé de mieux, les lignes de chant sont carrément superbes.

RBD
Membre enregistré
Posté le: 17/05/2013 à 14h23 - (29384)
Il est clair que ce groupe, que je découvre mieux à l’instigation de cette chronique (c’est la raison d’être de la rubrique...), était en avance sur son temps. Je ne suis pas le plus fort pour parler de Death-Doom Atmo’, mais il me semble quand même que les quatre titres sont excellents, et qu’en 1993 ils ont dû étonner les premiers auditeurs. Je me souviens également de l’unique album d’un autre groupe de la chanteuse, beaucoup plus barré et Electro, Tactile Gemma.


forlorn
Membre enregistré
Posté le: 17/05/2013 à 15h37 - (29385)
@ grozeil: Vu que The 3rd and the Mortal ne m'a jamais déçu, c'est prévu oui.

@ RBD: Cette chronique met en avant la 1ère période du groupe (1992-1994), en compagnie de la chanteuse Kari Rueslåtten.

C'est à sa remplaçante, Ann-Mari Edvardsen, que l'on doit Tactile Gemma. Les prémices de cet excellent one-shot (enregistré avec sa soeur et un musicien d'Atrox) sont perceptibles dès ses débuts avec The 3rd and the Mortal.

jaquouille
Membre enregistré
Posté le: 21/09/2013 à 06h11 - (29851)
acheté cet album à sa sortie, écouté 2 fois au maximum, puis introuvable dans ma disco aujourd'hui...
je me rappelle avoir jeté quelques CD (ça ne s'invente pas) il y a 3-5 ans pour faire de la place, et je pense qu'il faisait partie du lot
quel con hein ?

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker