ATROCITY - Todessehnsucht (Roadrunner) - 01/12/2012 @ 21h09
La vie réserve bien des surprises.
Cela a parfois du bon d'ailleurs : un courrier des impôts qui vous informe d'une erreur en votre faveur, un vieil oncle inconnu mais fortuné qui vient de passer l'arme à gauche ou, que sais-je encore, une ex qui vous rappelle en vous précisant que les implants mammaires que vous lui aviez généreusement financé étaient les plus belles choses qui lui soit arrivées ces dix dernières années. Délicieuse enfant !
Il y a également des moments plus fâcheux : un courrier des impôts qui vous informe d'un redressement fiscal sous quinzaine, un vieil oncle inconnu mais désargenté qui vous lègue des dettes à faire tourner de l'oeil l'administration grecque ou, que sais-je encore, une ex qui vous rappelle en vous précisant que ses implants mammaires ont fini par séduire votre meilleur pote, et que, tiens d'ailleurs, il la baise comme un vrai fou jusqu'au petit matin...lui. Bref, il y a des injustices, vous l'aurez compris, et celle dont a été victime cet album d'ATROCITY en est une des plus flagrantes.

Je m'explique.

« Human » de DEATH est la référence absolue et incontestable en matière de death technique, brutal et racé. Appelez cela techno death, comme c’était le cas au début des années 90, appelez le comme bon vous semble : les faits sont là, cet album est intouchable. Derrière, d’autres agités du manche poussent au portillon…ATHEIST, NOCTURNUS, BELIEVER, CYNIC, PESTILENCE et donc ATROCITY : tous veulent trôner sur le podium aux côtés du maître. Mais comme je le disais en préambule, la vie réserve parfois des surprises. Sur le papier ATROCITY a toutes les cartes en main pour se faire une place de choix avec ce « Todessehnsucht » mais, est-ce la faute à une promotion famélique expédiée en deux temps trois mouvements par son label ? Un manque d’intérêt du public qui lui préfère ses collègues gore-obsessed ou satanistes à la petite semaine ? Cet album ne recueille qu’une indifférence polie, alors que certains de ses petits camarades techos s’attirent les faveurs des médias et du public.

Exemple. Qu'un groupe comme ATHEIST ait été reconnu comme LE représentant emblématique de la mouvance techno-death avec l'éternel "Unquestionable presence", ça je peux le comprendre. Cette galette est tout simplement incontournable, tant sur la structure de ses compos alambiquées que sur le très haut niveau d'exécution de l'ensemble. Que son euro-collègue de promo 1991, PESTILENCE, ait accouché avec "Testimony of the ancients" de son album le plus abouti, techniquement et émotionnellement (rraaaah, "Land of tears"...) et constitue à date LA réponse européenne à cet assaut de technicité outre-atlantique, je l'admets bien volontiers. J'irais même plus loin : Youpi.

Je serais cependant plus mesuré sur le cas de NOCTURNUS, formation louée à l'unisson pour son avantgardiste "The Key" et dans une moindre mesure pour son second méfait "Thresholds". Je ne peux vous cacher que je reste perplexe devant ces albums, tant l'ensemble musical proposé sur l'un ou sur l'autre frôle l'indigestion riffesque, la faute à des compositions certes très ambitieuses mais qui se noient dans une sur-technicité au service de l'asticage de manche en bonne et due forme. Quant à ce clavier erratique qui fait son fanfaron quand bon lui chante et la qualité de la prod' (non, mister Morris n'a pas toujours eu la main heureuse), voilà qui me fait dire que la promo d'Earache a joué pour une large partie dans la reconnaissance du combo. N'allez pas me faire dire ce que je n'ai pas dit, ces deux galettes, considérées par nombre d'entre nous comme essentielles, sont loin d'être mauvaises mais, de grâce, comment peut-on les mettre au même rang que ce divin "Todessehnsucht" ?

C'est triste mais c’est bien simple, regardez cette génération Y qui shredde et palm-mute comme d'autres se lavent les dents, elle n’a qu'une référence en tête dès qu'elle parle de ses références en matière de techno death : "Focus" de qui vous savez. Ironique, moi ? Non, cynique.
Allez, j'exagère, il y en a bien un ou deux qui balancent ATHEIST ou NOCTURNUS en désespoir de cause mais pour le reste, c'est le vide, nada, rien, niet...ATROCITY ? Que dalle !

« Oui, oui, ATROCITY, c’est pas le cover-band de TEARS FOR FEARS ? Ah, ça me revient, c’est ceux qui ont repris « Tainted love » de SOFT CELL ? J’ai entendu ce morceau au mariage de ma cousine Lola ! C’était trop bon ! »

D'un autre côté, lorsque l'on voit ce que Roadrunner a réussi à faire avec de vrais joyaux comme l'album de DISINCARNATE, le fabuleux « Elements » de BELIEVER ou le mésestimé « Retribution » de MALEVOLENT CREATION, ça permet de relativiser la notion d'échec, mais ça, c’est une autre histoire, comme dirait notre regretté moustachu national Gérard Blanc. RIP.

Ces considérations passées, revenons à ATROCITY. Il faut remonter deux années en arrière pour mieux comprendre la démarche du groupe, lors de la parution de leur premier album, "Hallucinations", sur Nuclear Blast. Nous sommes en 1990, et le death prend gentiment son envol aux quatre coins du globe, de gros classiques signés ENTOMBED, MORBID ANGEL ou DEICIDE viennent d’être balancés, et certains prennent déjà un pied fou à sortir des sentiers balisés. Le deutsch kombo fait partie de ces derniers, il réussit l'exploit de balancer sur ce premier méfait une bonne sauce bien typée européenne, on pense aux débuts de MORGOTH ou GOREFEST, avec une technicité qui les affilent directement aux ricains de GORGUTS ou ATHEIST. Histoire de bien brouiller les pistes, ATROCITY glissant savamment quelques breaks ci et là, le tout avec des changements de rythme à vous rendre fada. Mais le tout est résolument cohérent, parfaitement homogène, incroyablement fluide, si bien que l'exercice ne vire jamais à la démo-branlette pure et simple. Les bases sont posées pour un futur radieux…

"Todessehnsucht" enfonce le clou. Plutôt que de savoir s’il joue plus vite que ses petits copains (discipline particulièrement en vogue en 1992), ATROCITY prend tout ce petit monde à rebrousse-poil et brouille une nouvelle fois les pistes, et ce, dès l’artwork. Pas de pochette sponsorisée par les Boucheries Bernard, encore moins d’astications ésotériques, ni même de revendications sociétales : jetez un rapide coup d'œil à cette magnifique cover, avec ces roses pourpres sur ce fond ocre, c'est-y pas beau ça ? Mais qu’est-ce que ça peut bien être ? Du goth-métal…non, nous sommes en 1992, ça n’existe pas encore ! Du funeral doom ? Que nenni ! Derrière ces roses se planque un gros techno death qui marbre votre race, ma brave dame !
Mais là où ATROCITY terrasse la concurrence, c’est bien sur sa musique. Cette relecture death métallique met tout les sens en éveil, et ce, dès les premières secondes de l'intro...grande envolée orchestrale où résonnent à l’unisson des guitares lourdes, écrasantes, honorant un tempo doom majestueusement ciselé de riffs bien décalés. En quatre minutes, l’ambiance est posée, le ciel s’assombrit, un vent glacial vient chatouiller les esgourdes. Ce premier morceau, « Todessehnsucht» n’a jamais aussi bien porté son nom (néologisme dont la traduction pourrait être « Nostalgie de la mort ») : voilà une rampe de lancement idéale pour un « Godless years » qui s’annonce grandiose. Pas de doute là-dessus, la section rythmique se met en place, tronçonne avec élégance tandis que le préposé aux fûts se fait plaisir avec ses parties pieuvresques. Un premier riff, un second, tout s’imbrique avec classe et cohérence. Les grunts d’Alex Krull n’ont jamais été aussi à propos. Il tient une place prépondérante qu’il assure ici avec brio. Les leads déboulent sans crier garde, puis rewind sur le riff de départ, les teutons tétanisent !
« Unspoken names » remet les compteurs à zéro, intro mid-tempo, riff brutal death au détour, retour sur le mid-tempo, on bascule sur un morceau qu’on croirait tiré de chez SUFFO ! Puis le calme s’invite à nouveau, avant de laisser place à la tempête. « Defiance » remet le couvert puis c’est le coup de grâce avec l’hypnotique « Triumph at dawn » qui cisaille et mouline pendant une grosse minute avant de laisser place à une rythmique death d’une classe bluffante. On repasse en premiere league avec un solo dantesque. La messe est dite.
Inspirez. Expirez.
« Introduction » tombe à point nommé pour s’octroyer un break, une minute hantée par une voix lointaine et les trompettes de Jericho, menaçantes, ne sont plus très loin. Le dénouement est proche. « Sky turned red » s’impose tout en finesse avec ses riffs décalés et ces parties de batterie vertigineuses de technicité mais profondément humaines.
Tout comme l’existence de ce vieux bonhomme désespéré dont ATROCITY conte ici l’histoire avec humilité.

Humaine aussi, cette double pédale qui charme, excite et chatouille les conduits auditifs. Impossible d’échapper à l’assaut. Ca tombe bien, « Necropolis » trompe l’ennemi avec sa première minute plutôt mid-tempo, avant de craquer sous le poids de guitares vengeresses. « A prison called earth » finit de cramer les esgourdes avec ses incessants changements de rythmes puis « Todessehnsucht (reprise) » clot les débats avec un clavier inquiétant et le comeback du riff d’intro de l’album, magistral et envoûtant.

Précision utile : une cover de DEATH, « Archangel », est présente sur certaines éditions. Ne connaissant pas l’originale, je ne jugerai pas de la qualité de la relecture proposée par le groupe. Ce qui est sûr, c’est que la patte du maître est identifiable en trois secondes chrono. Un riff…et tout est dit. Un bien bel hommage à la mémoire du géniteur de ce style qui nous est si cher.

Enfin, tel pépé gentiment installé dans son rocking-chair au coin du feu qui crépite, je ne peux m’empêcher de vous conter une petite anecdote qui illustre bien les travers de certains labels, en l’occurrence ici Roadrunner, que l'on placerait presque sur un pied d'égalité avec Metal Mind pour les rééditions, digipaks à foison et autres remastering en golden disc digital sortis une fois l'album bien amorti. Le nom "Todessehnsucht" ayant été jugé peu vendeur pour le marché ricain, le label batave l'a modifié d'un coup de b(r)aguette magique en "Longing for death". Le groupe, malgré une contestation légitime, n'a pas eu son mot à dire (à quoi bon ?) mais que ne sacrifierait-on pas sur l'autel souillé du marketing pour quelques ventes supplémentaires ?

Bref, l'aventure ATROCITY s'arrête sur ce chef d’œuvre en ce qui me concerne.

Jamais le groupe n'a pu par la suite faire preuve d'une telle créativité débridée, d'un sens de la compo qui tue comme cela est le cas sur "Todessehnsucht". Le naufrage artistique "Blut" (d'où seul surnage le single du même nom), l'opportuniste "Willenskraft" ou le partenaire particulier refoulé des "Werk 80" sont autant de preuves d'un génie précoce, dévoilé avec générosité sur l’album dont je vous parle aujourd’hui mais qui n’a pu/su résister à un girouettisme qui lui a été fatal…

Un vrai gâchis je vous dis.


Rédigé par : TarGhost | 1992 | Nb de lectures : 1457


Auteur
Commentaire
grozeil
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 00h44 - (28528)
Bon, je crois que je vais partir à la recherche de ce disque que j'avais zappé à sa sortie... ;)

TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 01h24 - (28529)
Excellente intiative cher Grozeil...d'autant plus qu'on peut le trouver à bon prix sur mamazon.



Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 09h22 - (28532)
Pareil. Deux bons albums : les deux premiers.

Joss
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 09h31 - (28534)
moi j'aime bien les deux suivants, même si je comprends qu'on les aime pas :-)

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 09h54 - (28536)
Pareil que Joss !
Quand à Longing for Death, j'ai cette version et c'est vrai que c'est chiant qu'ils n'aient pas gardé le titre en allemand, mais, à l'époque, ça devait les faire passer pour des nazis. Ben ouais, y en a qui sont tellement cons qu'ils croient que la langue allemande a été inventé par Adolf Hitler... alors que c'est Nietzsche qui l'a inventé, voyons, tout le monde sait ça :)

HeavenNorHell
IP:83.196.42.197
Invité
Posté le: 02/12/2012 à 09h57 - (28537)
Magnifique Kro... chapeau.
M'en vais écouter ça !!!

Judge VS
IP:89.85.119.56
Invité
Posté le: 02/12/2012 à 10h05 - (28539)
C'est quoi ce procès d'intention sur NOCTURNUS ? Non seulement, The key est certainement l'un des meilleurs albums de death sortis dans les années 90 mais Thresholds, le suivant, est tout aussi bon !
Et puis cet album d'ATROCITY n'est clairement pas au niveau des ATHEIST et consorts, c'est sûr.
Tiens, tant que j'y suis, "les ricains de GORGUTS" -> "les canadiens de GORGUTS" plutôt non ?
Enfin je dis ça je dis rien.

Joss
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 10h20 - (28542)
bon sinon la chro est vraiment bien. Je vais le réécouter pour l'occasion. J'avais acheté la réédition de Metal Mind, et je viens de réaliser que j'ai un exemplaire numéroté :op (155/2000)

vincesnake
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 14h37 - (28552)
"(...)dès qu'elle parle de ses références en matière de techno death : "Focus" de qui vous savez. Ironique, moi ? Non, cynique. "

Elle est énOrme celle là ! Bravo.

Judge VS
IP:89.85.119.56
Invité
Posté le: 02/12/2012 à 15h50 - (28554)
Tiens, pour la peine, je vais m'inscrire et faire la chronique du "The key" de NOCTURNUS...et na !

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 16h28 - (28555)
Bonne initiative Judge, envois la moi par mp quand elle sera prête.
Si tu remplis les conditions (l'avoir acheté à sa sortie, connaître le contexte), elle sera publiée.

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 16h46 - (28556)
J'ai parlé trop vite, merci vince. La kro existe déjà: www.vs-webzine.com/METAL.php?page=REMEMBER&id_news=109

jean-francois
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 18h04 - (28557)
longue entrée en matière mais ta kro le mérite largement. Je ne connais de cet album que le morceau unspoken names enregistré via une radio locale. je vais me décider a dégotter cet album.

Judge VS
IP:89.85.119.56
Invité
Posté le: 02/12/2012 à 18h10 - (28558)
Ha ha ! Je viens de lire la chronique de The Key...it's a shame; 10 lignes pour un album culte comme celui la! Il s'est vraiment pas foulé Tonton.
J'en fais une vraie, détaillée, quand vous voulez.
A vous de voir parce que là, franchement ça craint.

TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 18h48 - (28559)
Alors dans l'ordre...
@judge : c'est ton point de vue, je le respecte mais je ne le partage pas. Je trouve ces 2 galettes indigestes : les goûts et les couleurs...
@moshi : il s'agit d'un simple tour de passe-passe marketing, je ne crois pas qu'il faille aller chercher du côté des poncifs des vilains casque à pointe, d'autant que mis de côté le titre de l'album en teuton, il n'y a aucun élément tendancieux chez la bande du père Krull.
@Joss : j'ai réécouté Blut cet aprem, et je reste sur le constat suivant : à part le titre éponyme, le reste est vraiment pas bon...et ces vocalises, le cul entre deux chaises, sont atroces. Quant à Willenskraft, il y a du bon dessus...mais quel dommage que le groupe se pose en suiveur power-thrash et laisse son identité aux vestiaires.
@vince : ah, enfin un qui relève ! bien vu!!!

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 02/12/2012 à 19h14 - (28562)
@TarGhost : Je le sais bien. Quand je les ai vus en concert à l'époque de Blut (me semble-t-il) ils promotionnaient même un truc qui était à l'opposé de ça.
Disons juste qu'il me semble avoir lu un truc comme ça sur un groupe germanique qui se sentait obligé de s'expliquer en long et en large sur le fait que c'est pas parcequ'ils chantaient en allemand qu'ils étaient des nazis. Et je ne suis pas sûr que ce n'est pas joué (un peu, soit) sur le fait que l'album soit sorti sous un nom anglicisé aux USA.
Et puis, franchement, Todessehnsucht, c'est si facile à retenir ! Le premier mot que les enfants devraient apprendre à dire !

hostlost
IP:78.246.60.98
Invité
Posté le: 02/12/2012 à 20h46 - (28565)
cet album est toujours énorme !!!
quel final...
willenskraft opportuniste ??? difficile avec le chant death et monocorde d'alexander...

nocturnus1977
Membre enregistré
Posté le: 24/08/2014 à 08h15 - (31110)
Jolie chronique qui donne envie d'écouter ce skeud...je l'avais redécouvert il y a pas longtemps...mais il faut que je l'écoute plus sérieusement...

sinon, comme mon pseudo l'indique j'aime "un peu" Nocturnus...lol...
pas forcément The Key, d'ailleurs qui est trop simpliste à mon goût...mais le suivant est vraiment super bien composé...regarde en boucle le clip "Alter Reality"...c'est catchy, technique...et les soli sont splendides...

par ailleurs, mettre "Human" au dessus du reste pour moi c'est admettre sa méconnaissance du style "technical metal"...OK c'est un album culte et je l'adore...les gars de Cynic et Digiorgio ont insufflé à Schuldiner une très belle inspiration...mais bon à mon humble avis...ça reste quand même bien basique par rapport à des dizaines d'autres albums du genre (un peu fourre tout il faut l'admettre)...

ce qui est sympa c'est que cet héritage de la musique bien jouée et du riff technique et syncopé se ressent maintenant dans beaucoup de combo (du thrash au djent...)...mais parfois jusqu'à l'indigestion malheureusement




ennemi juré
IP:93.14.83.10
Invité
Posté le: 24/08/2014 à 09h47 - (31111)
Très bon album. Une claque à l'époque. Tiens je vais me réécouter le CD. Ca a dû un peu vieillir.

Arioch91
Membre enregistré
Posté le: 25/08/2014 à 09h10 - (31115)
Très bon album que j'écoute régulièrement. Il fait partie de mes disques incontournables.

L'atmosphère dégagée par cet album est vraiment géante, on y plonge à chaque fois sans rechigner.

Seul le chant d'Alex Krull aurait mérité d'avoir un phrasé plus judicieux mais l'album est si bon que ça ne reste qu'un détail.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker