NUCLEAR DEATH - Bride of Insect (Wild Rags) - 08/12/2012 @ 21h28
Je me demande si Lori Bravo a la "positive attitude" si chère à M6, toujours est-il que si Glen Benton a été invité sur TF1 (remember Tina Kieffer, ancêtre des Evelyne Thomas, Flavie Flament, Delarue), personne n'osera s'adresser à Nuclear Death, sans couper au montage (hein Arte et "Tracks"). La première fois que j'ai entendu parler de ce groupe de Phoenix (aux antipodes de Flotsam & Jetsam ou Sacred Reich), c'était en lisant le fanzine sudiste METALORGIE en 89 où était chroniquée la démo "Welcome To The Minds Of The Morbid". Si je ne me trompe pas (trouver des renseignements sur ce groupe est difficile, et j'ai la flemme de chercher l'interview parue dans Argyope), ND a vu le jour en 84 ou 85, autour de Lori Bravo (chant, basse), Phil Hampton (guitares) et Joel Whitfield (batterie). Première démo en 86, "Wake Me When I'm Dead", suivie de "Welcome To The Minds Of The Morbid" en 87, "Vulture Feeding" et "Caveat" en 1988. La Mort Nucléaire signe un contrat avec le célèbre Richard Campos de Wild Rags (label, fanzine et disquaire en Californie), honoré avec "Bride Of Insect" pour commencer. Selon Lori Bravo, les relations avec WRR deviennent exécrables, et elle fonde le label Cat's Meow Records. Après "Bride Of Insect", Joel Whitfield est viré, Steve Cowan le remplace, puis c'est au tour de Phil Hampton de tirer sa révérence. Nuclear Death continuera donc son parcours en duo, ce qui signifie peu de scène. En revanche, le groupe sort une flopée d'albums, des vidéos long format (miracle, j'ai retrouvé l'interview, qui date de 1997), pour être plus précis, "Carrion For Worm" en 91, "All Creatures Great And Eaten" (94?), "The Planet Cachexial" (96), "Frayed" (98? Lori Bravo en parle dans l'interview), et pour les vidéos "Unalive In Texas" & "The Profligacy Video". Ajoutez un live, "A Symphony Of Agony", entre 87 et 88, et des portfolios relatifs à l'album "The Planet Cachexial" (Lori s'occupe également du design (pochettes, logo de ND)), pour une présentation à peu près correcte du Cataclysme Atomique de l'Arizona. Une dernière précision, Nuclear Death s'est formé (officiellement) le 23 mars 1986, merci Lori, ce qui en fait un contemporain des Repulsion, Autopsy (Chris Reifert fait d'ailleurs les choeurs sur 2 titres de "Carrion For Worm"), Immolation/Rigor Mortis, Deceased... des groupes dignes de Star Academy, quoi. Mais revenons à "Bride Of Insect".

Je n'ai pas eu l'occasion d'étudier les textes de Cannibal Corpse, mais je me souviens des "élucubrations" de Chris Reifert sur "Acts Of The Unspeakable" (quand on voit la pochette, on se dit que "Cross The Threshold" c'est juste "L'Ile de la Tentation"). Et à mon humble avis, Nuclear Death va au-delà, dans la noirceur, la misanthropie, on pourrait parler d'hommage au marquis de Sade. Nécrophilie zoophile ("Necrobestiality"), nécrophilie ou gérontophilie agrémentée de coprophagie("The Beloved Whore Celebration") pour les sujets "choc", créatures prédatrices d'humains en dormance, attendant le signal ("The Colour Of Blood"), créature lovecraftienne s'autofécondant et accouchant devant le narrateur ("The Misshapen Horror"), collection de crânes (clin d'oeil aux Misfits?) par un vampire ("Place Of Skulls"), pour les sujets plus "traditionnels" dans le thrash/ death. Enfin, Lori Bravo propose des textes plus étranges (on frôle la démence), écrits à la première personne, "Feral Viscera" (égorger quelqu'un, sucer le sang de la plaie, éventrer le cadavre et se pelotonner dans les viscères) ou "Stygian Tranquility" (on ne sait pas ce qu'est le narrateur, en tout cas il adore la putréfaction, la nécrophilie et a les sens atrophiés). Musicalement. on notera que 4 titres ("Necrobestiality", "Cremation" de 87, "Vulture feeding", "The colour of blood" de 88) figuraient sur les démos, soit 8 titres inédits. Si Nuclear Death apparaissait aujourd'hui, on dirait que le chant de Lori oscille entre le black metal, le thrash et le death. Par ailleurs, les détracteurs de Venom (des débuts) n'auraient pas supporté les 4 premiers morceaux de "Bride Of Insect" : "Necrobestiality"", "Corpse Allegiance" et "Feral Viscera" sont presque inhumains, courts, primitifs, on ne peut pas dire "chargés de haine" mais exprimant plutôt le mépris ou la supériorité du bourreau envers sa victime, Autopsy et Repulsion n'ont qu'à bien se tenir. "Stygian Tranquility" et les titres suivants sont un peu plus "mélodiques", "Fetal Lament" évoque même Immolation de "Dawn Of Possession". Disons que les morceaux paraissent plus "construits", jusqu'à "Vulture Feeding" qui retourne à la furie primale du début de l'album. Pour les curieux, Lori penchera (concernant le chant) davantage vers le death sur "Carrion For Worm", en attendant, "Bride Of Insect" (le morceau éponyme aborde le sort inattendu d'un père incestueux, jeu de mots "insect/incest") est un opus hautement original, mariant grindcore et thrash/ death à la Possessed, produit par un groupe hors du commun.

Réédition Extremist Records, 2000


Rédigé par : Saul D | 1990 | Nb de lectures : 4507


Auteur
Commentaire
Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 09/12/2012 à 09h35 - (28585)
Wild Rags fut sans nul doute le label/distro le plus rip-off de tous les temps. Quant à Nuclear Death, ce groupe était surtout réputé pour faire du bruit dégueulasse. Une sorte de Mortician avant l'heure. Culte !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker