PESTILENCE - Consvming Impvlse (Roadrunner) - 22/12/2012 @ 21h28
Après quelques mouvements dans son line-up : l’intérim du bassiste de Theriac, le faux départ de Marco Foddis et l’arrivée de Patrick Uterwijk (ex-Theriac) en lieu et place de Randy Meinhard (parti former Sacrosanct), Pestilence reprend du service en 1989. Le travail de Harris Johns sur « Killing Technology » de Voivod convainc le combo hollandais de prendre le chemin des studios Music Lab de Berlin. Il se retrouve à nouveau confronté à la vision prononcée du producteur mais réussit tout de même à obtenir un résultat bien plus en adéquation avec sa volonté initiale.
Sur « Consvming Impvlse », le groupe fait évoluer son thrash européen vers un death metal à l’américaine. C’est l’album le plus abouti de l’ère van Drunen. Patrick Mameli y développe son art du riff catchy et de la composition de chansons extrêmes et malsaines mais facilement mémorisables. Comme pour l’orientation musicale, on ressent dans l’approche du chant l’impact et l’influence de Chuck Schuldiner (même si van Drunen n’a jamais vraiment apprécié sa personne). Sans être totalement death, la voix est plus posée, le débit moins rapide. Elle perd un peu d’agressivité mais gagne en noirceur.

Passons en revue la chose. Dès les premières notes de « Dehydrated », l’évolution est notable. L’introduction de breaks lents et lourds, de riffs aux accents répétitifs dans la musique de Pestilence modifie celle-ci dans sa globalité sans rien renier des bases posées sur « Mallevs Maleficarvm ». « Suspended Animation » propose un break à l’atmosphère horrifique typiquement Death, « The Process of Suffocation » nous conforte dans le sentiment que cette première moitié de l’album doit beaucoup à Death et Possessed. « The Trauma » ouvre sur une intro tout en puissance pour se terminer sur un duel de solistes et un final brutal et chaotique, puis un « Chronic Infection » dont l’un des riffs est directement emprunté à Infernäl Mäjesty — d’autres vous diront que les sons de cloche sortent du « Seven Churches » de Possessed, « Out of the Body », un classique, accrocheur et taillé pour la scène, « Echoes of Death » et « Deify thy Master » rappellent le thrash metal comme pouvait le pratiquer un Sepultura à cette époque, l’instrumental « Proliferous Souls » semble quant à lui directement inspiré de Testament. « Reduced to Ashes » conclut ce bel ensemble sur une note très noire et dépressive.

Le groupe tourne intensivement pour promouvoir « Consvming Impvlse » (Autopsy, Bolt Thrower, Morgoth en Europe, Carcass, Death aux Etats-Unis)… Jusqu’à l’overdose jugeront certains. Un exemple : on retrouvera Pestilence à l’affiche de trois ou quatre dates au Gibus de Paris en moins d’un an ! La faute à S.G., célèbre organisateur de l’époque, en totale admiration pour ces Hollandais…
À la fin de cette période, Martin van Drunen et Pestilence divorcent. On lui reproche son arrogance, une attitude pas toujours très pro sur scène. Lui est en désaccord avec le choix d’enregistrer le prochain album avec Scott Burns au Morrisound de Tampa. Il estime que cette conception du son va à l’encontre de l’identité véhiculée jusqu’ici par Pestilence.
Un point de vue qui se défend… N’en déplaise aux aficionados de thrash technique.


Rédigé par : Napalmus | 1989 | Nb de lectures : 1877


Auteur
Commentaire
vincesnake
Membre enregistré
Posté le: 22/12/2012 à 22h41 - (28641)
Ultra brutal, technique, malsain, furieux et très riche en même temps. Un classique incroyablement jouissif !



Desekrate
IP:5.48.92.160
Invité
Posté le: 23/12/2012 à 00h35 - (28644)
Pareil...un classique. Avec cette production particulière qui rend cet album encore plus spécial...sombre et pesant !!!

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 12h57 - (28654)
Excellent, l'un des actes de naissance du death européen. C'est vrai que Van Drunen passait pour un arrogant et son Asphyx était systématiquement descendu dans la presse, mais après coup je retourne le compliment à Mameli et compagnie. Pour avoir vu plusieurs fois le sieur Martin en live, je le trouve pro, souriant et motivé. En plus il continue à sortir des bons albums, lui...



Nekromantik
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 13h05 - (28658)
Out of the body!!



mioumiou
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 13h42 - (28660)
Justement je la cherchais cette chro mais quand j'ai eu le disque recemment elle était pas encore là merci.

sev
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 14h00 - (28662)
cet album est un monument ! un classique. y a pas à dire, la discographie de Pestilence, c'est du lourd (hormis peut etre resurection macabre, mais que j'aime bien quand meme...)

evil
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 22h25 - (28672)
Le top



Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 24/12/2012 à 16h50 - (28679)
Leur meilleur album. Quelle claque j'ai prise dans la gueule à sa sortie... Oui, PESTILENCE semble avoir vécu au Gibus à une époque lointaine (ha, ha).

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker