FEAR FACTORY - Demanufacture (Roadrunner) - 14/07/2007 @ 22h23
Vous vous rappelez certainement d’un groupe de Nu-Metal qui s’appelait "Spineshank". En 1995, leur leader Johnny Santos, débutait sa carrière dans un groupe qui ne marquera pas vraiment les esprits et pour cause… Un beau matin d’avril, le batteur avait amené en répet’ le skeud d’un groupe qu’il venait de découvrir. Après une petite écoute du morceau éponyme de l’album en question, le groupe décide de se séparer. Selon les dires de Johnny Santos tout le groupe s’est senti minable et incapable de rivaliser ni au niveau technique, et ni au niveau créatif du groupe qu’ils venaient d’entendre.

Cette anecdote résume bien la torgnolle que FF a foutu à la planète métal avec cet album.

Pas vraiment inconnu au bataillon, les jeunes Californiens avaient déjà sorti un album qui avait suscité l’intérêt de pas mal de métalleux : « Soul of a new machine ». Après ce bel essai, le groupe laisse de côté ses influences les plus brutales (malgré le passage en blast beat de "Hunter Killer"), laisse tomber les vocaux "death" et perd une partie de ses fans les plus hardcore. Mais tout le monde ne lâchera pas Fear Fact’, et en perdant en brutalité, Dino et consorts gagneront en efficacité et (osons le dire) en originalité.

Dès les premières mesures, le ton était donné. L’ambiance que proposait le groupe était oppressante et futuriste. Les ajouts de clavier apportaient une touche apocalyptique à un tableau déjà bien sombre. Les boys de LA catapultaient aussi leurs influences techno qui ne faisait que donner un côté « neuf » à un ensemble déjà fort original. Clairement influencé par la science fiction (et particulièrement Terminator) le groupe développe un concept qu’il exploitera pendant longtemps : "l’homme contre la machine".

Musicalement on a affaire à de bons musiciens. D’un niveau technique très confortable, FF développe une façon de jouer assez spécifique.
Ce sacré Raymond Herrera interloquera une génération de batteurs. On était pas mal à se demander comment ce mec pouvait jouer aussi longtemps et sans discontinuer de la double pédale (j’en étais arrivé à la conclusion que c’était l’effet "burritos" et j’ai voulu essayer ce régime de choc : ça m’a valu de prendre dix kilos en un mois).

Evidement ils ne sont pas les premiers qui calquent les grosses caisses sur la rythmique des riffs. Ils ne sont pas non plus les premiers à "ambiancer" leurs morceaux et faire du pied à la techno. Ils ne sont enfin pas les premiers à avoir un chanteur qui chante "gras" puis mélodique. Mais j’ai envie de dire qu’ils sont les premiers à en faire un amalgame aussi réussi et aussi percutant. FF se permet le luxe de donner ses lettres de noblesses à un style musical qui influencera des myriades de groupes à travers le monde (et pis il y a du beau monde dans leurs fans : Devin Thowsend, Vinnie Paul, Kirk Hammet, Dave Mustaine, Dagoba (^^) etc).

Il faut dire que l’album fait très mal. Du technoïde "New breed" en passant par le furieux "Self biais resistor" les FF déchirent les dance-floors et déflorent les puceaux (et pucelles) du métal à grands coups de boutoir industriels.
L’album est aussi porté par le single ultime du groupe : "Replica".

Ce titre est groovy, entêtant, et presque dansant. Servie par un clip très réussi, la chanson se verra diffusée dans toutes les émissions "Métal" du monde entier. Même si la voix claire peut faire penser que le groupe tentait de créer un titre "calibré", le passage de fin en triple croche se charge de démonter que FF n’est pas encore prêt à donner dans le folk irlandais.

De nombreux musiciens en herbe reprendront ce morceau. "Tu crois que tu vas la passer la partie en triple croche à la fin ?". C’était la question bien légitime que beaucoup de gratteux posèrent à leur batteur à l’époque (la vraie question était en fait "Est-ce que tu acceptes de mettre des santiags pour jouer ce morceau ? Raymond Herrera en porte et il va super vite. Lui…").

Blague à part Raymond Herrera héritera rapidement du surnom de "La machine" ("La Machina" pour nos amis ibériques) et imposera son style chirurgical et millimétré dans le petit monde des batteurs de musiques poilues.

Le très sympathique Christian Olde Wolbers amènera au groupe ses influences punk/hardcore et sera un soutien précieux sur scène où il se démène comme un beau diable.
Burton C. Bell est quant à lui capable des hurlements les plus gutturaux et du chant le plus cristallin.
Ce dernier montre des capacités incroyables (mais la fragilité de ses cordes vocales fera qu’il sera parfois bien « armoire » en live) et un charisme tout à fait singulier.

On découvre aussi une figure particulièrement pittoresque : le redoutable Dino Casares.
Ne passons pas sous silence que le bougre est un excellent guitariste, rigoureux et créatif. La bonhomie du personnage est en opposition complète avec la musique qu’il écrit. Le guitariste est amateur de film de boules, de bonne chair, de siestes et d’humour au raz des pâquerettes.

Actif dans l’écriture des lyrics et dans l’élaboration des concepts autour des thèmes des albums, le guitariste est aussi un fan de musique électronique. Il amènera dans l’usine à Baffes ce petit plus qui singularisera le groupe en lui donnant un caractère moderne et ancré dans son époque.
Le groupe trouve son identité et développe une musique rageuse sans pour autant tomber dans les clichés éculés des méchants métalleux à qui il ne faut surtout pas sourire sous peine d’être lapidé à coup de cannettes de bière.

Bref un groupe qui ne se la raconte pas en se la jouant bad boys.

Extrêmement sérieux et méthodique dans l’élaboration de leur musique (les musiciens qui collaboreront avec FF évoqueront le caractère très bosseur de ses membres ainsi que leur amour immodéré du "clic") le groupe n’adopte pas l’attitude "Evil". Et bien que développant des sujets sérieux, les musiciens se démarquent des autres groupes métalliques de cette époque avec un look urbain et une musique un peu "décalée" (ce qui poussera certains à l’époque à affirmer que Fear Factory n’était pas un groupe de Métal).

Le groupe se propulsera dès lors dans le peloton de tête auprès des autres grands espoirs de l’époque. L’usine à Peur nous aura bien foutu le barreau en 1995.
Je retiendrai cette phrase extraite de "Self biais resistor" qui reste pour moi la quintessence de l’esprit FF :

"Wake up
Rise up
Open mind will dominate".


Rédigé par : pamalach 77 | 1995 | Nb de lectures : 1875


Auteur
Commentaire
peleaub
Membre enregistré
Posté le: 14/07/2007 à 22h32 - (5247)
Album enorme !
Une véritable référence dans le genre,le groupe ne fera jamais mieux et aprés réfléxion,on peut les comprendre.

Desfois j'aurai beaucoup aimé avoir 17 ans en 1995...

tortue geniale
Invité
Posté le: 14/07/2007 à 22h46 - (5248)
album enorme a la production ( trop ? ) clinique l'ere des studios numerique et du " click", rien a jeter , malheureusemen , feraont pas mieux apres.
il parait que c'est un certain max c. , bresilien .....qui les aurait fait signer chez roadrunner
a savoir aussi , que christian ( bassiste de l epoque et actuel guitariste ) est .....belge
cet album reste une reference ....meme des annees apres

AirEhaineO
Membre enregistré
Posté le: 14/07/2007 à 22h52 - (5249)
arf trop fort, j'avais exactement 17 ans en 1995 ! Cet album fut une pure claque dans ma gueule à l'époque !

TimmyC
Membre enregistré
Posté le: 14/07/2007 à 23h47 - (5250)
J'avais 14 ans à l'epoque, le frere d'un de mes potes l'avait acheter....
Un TGV dans ma gueule, enorme, mais je pense avoir encore plus apprécié "Obsolete" pour le concept.
Ca y'est j'ai la nostalgie du bon vieux temps, tu va foutre mon dimanche en l'air maintenant !!!!

blofeg
Invité
Posté le: 15/07/2007 à 01h50 - (5253)
16 ans à l'époque... et ouais que c'était bon, et que c'est bon encore aujourd'hui !!!
inoubliable cet album, un must !!!

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 03h15 - (5255)
19 ans à l'époque et grosse torgnole quand même !
Ah ce style clinique mais humain un peu quand même (surtout au regard des prods actuelles trop "Pro-Tools") allant de pair avec le concept de l'album et de sa magnifique pochette...
Et le coup des santiags dans la chro, excellent, ça sent le vécu, on en parlait aussi entre potes XD

P.S : Et Colin Richardson restera dans l'histoire de la prod. avec cet album, j'en mets ma main à couper dans le feu

Sebathan
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 05h15 - (5258)
Terrible cet album :)

omersimsone
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 10h54 - (5266)
6 ans à l'époque. J'ai acheté l'album que l'an dernier et triple torgnole atomique dans ma gueule d'ado boutoneux

HELL-
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 11h39 - (5268)
Le coté excellent de l'album, c'est qu'il mèle de très bonne manière puissance, rapidité, modernité et mélodie! Des ingédients simples et basiques que beaucoup de groupes "oublient" d'ajouter ensemble dans leur recette! (Dommage pour eux...enfin le coté moderne est moins obligatoire, c'est peut être la cerise sur le gâteau...)

deathster666
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 11h50 - (5270)
Qu'est ce que j'ai pu l'écouter ce putain d'album! pour moi un des meilleurs albums de metal des 90's.

djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 12h00 - (5271)
très bonne chro'

cet album reste toujours une bombe et une influence énorme pour pas mals de groupes actuels.

Je trouve Obsolete encore mieux.

Eldreadyyy
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 12h04 - (5272)
Ce que je comprends pas c'est que la chro est datée d'avant hier et que j'ai lu il y a déjà une bonne semaine...

Soul crusher
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 16h22 - (5278)
Replica la chanson qui m'a donner le gout au gros métal et a la batterie.

Meme si depuis je n'écoute vraiment que tres peu de métal,je porterais toujours un respect immense a cet album.

nebulous
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 17h11 - (5279)
Puissant,mécanique mais pas désincarné,futuriste et directement accrocheur.
Difficile de passer à coté de cet osni surtout quand on a prit l'habitude de zapper sur les émmissions musicales nocturnes de metal de ...M6!
L'album de remixe technoïde "Remanufacture" était aussi réussi malgrés le mélange contre nature quasi systematiquement voué à l'echec,m^me si je trouve qu'avec le temps il a vieilli contrairement à Demanufacture qui reste toujours une référence.
Obsolete est tout aussi percutant à mon gout et prolonge l'alchimie initiée par FF.
Aprés c'est que du réchauffé.

Gyn
Membre enregistré
Posté le: 15/07/2007 à 18h39 - (5281)
On est bien loin de cette chose infâme, platte et insipide qui se nomme "Transgression" ...

toxic twins
Invité
Posté le: 17/07/2007 à 12h14 - (5299)
20 ans a l'époque, et je les ai vus sur cette tournée chez moi a mulhouse au noumatrouff pour ceux qui connaissent...Et c'est vrai que je me suis pris une gosse baffe avec cet album, aussi grosse qu'avec le burn my eyes de machine head ou le cleasing de prong l'année precédente...culte!!!

tyler duren
Invité
Posté le: 21/07/2007 à 15h50 - (5348)
putain j'avais 11 ans a lépoque !!! mé frères lavé acheté bien sur et jai pris ma claque ... deux semaine aprés lalbum de "jordy" !
trés bonne chronique pamalach .... comme toujours


RBD
Membre enregistré
Posté le: 22/07/2007 à 22h56 - (5369)
Un disque qui a été déterminant pour mon entrée dans le monde du Metal. Encore aujourd'hui, c'est l'une de mes premières références.

away.alive
Membre enregistré
Posté le: 26/07/2007 à 22h47 - (5410)
Très bonne chronique pour un album culte... mais, au risque de me faire lyncher, je trouve que Burton C Bell maîtrise bien mieux sa voix sur Obsolete, qui malheureusement n'atteint pas musicalement les sommets de son prédécesseur.

Thrashdeathblack
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2008 à 09h54 - (25345)
Une sacré bombe! Rien que des hits...Le chant est vraiment extra dans ce mélange d'agressivité et de mélodie, et le reste est pareil : du gros qui tache et un chorus imparable à chaque fois...

nocturnus1977
Membre enregistré
Posté le: 10/02/2009 à 21h22 - (26512)
très puissant
méga gros son
batterie un peu trop parfaite, non?

par contre trop simpliste et du coup vite oublié

[J.]
Membre enregistré
Posté le: 27/03/2009 à 17h54 - (26604)
J'étais à l'internat quand un mec a ramené Obsolete (qui venait de sortir), excellent disque, j'ai emprunté Demanufacture à un autre type et là les chambres voisines ont compris la douleur de ne pas aimer le métal...
le cri d'intro de Replica, on a bien dû l'imiter une centaine de fois cette année là...



Nem Vapeur
Invité
Posté le: 10/02/2010 à 22h48 - (26947)
Album génial que je vais réécouter de ce pas pour me consoler de Mechanize et me rappeler mes 16 ans.

Et la chronique est excellente !

Dagobalex
Invité
Posté le: 25/02/2010 à 14h55 - (26951)
Un des meilleurs albums de metal pour ma part. Si je devais me retrouver sur une île déserte n'ayant le droit qu'à 5 albums, celui-ci ferait partie du voyage.

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 08/08/2013 à 10h14 - (29695)
Leur meilleur et de loin, même si Obsolète est excellent aussi.

Découvert grâce à best of thrash et au clip de Replica, cet album est passé en boucle durant des heures chez moi.

Je me souviens encore de la dédicace du groupe à la fnac des halles, un grand moment avec Burton C. Bell les cheveux teints en bleu et visiblement totalement déchiré ...

Fallait voir la tête des gens qui passaient là, ils ne comprenaient rien, un grand moment !



RBD
Membre enregistré
Posté le: 17/10/2013 à 12h34 - (30020)
Développons un peu.

Je trouve qu’il y a encore beaucoup de Death Metal dedans, notamment par la précision d’exécution qui peut encore faire baver beaucoup de groupes brutaux-techniques d’aujourd’hui.
L’osmose avec les effets Electro-Indus rend énormément de puissance. Quand je l’ai découvert un an après sa sortie, ensemble avec tous les grands du Metal extrême de l’époque, “Demanufacture” correspondait en plein à une attirance pour cet autre univers qui mûrissait aussi en moi, et m’a profondément marqué dès les premières écoutes. Si je me suis détourné d’un certain nombre de classiques d’alors, cet album est en tête de ceux que j’écoute sans discontinuer depuis lors.

Il faut bien se rappeler qu’au vu de l’évolution que “Demanufacture” représentait, plus l’album de remixes qui suivit quelques années plus tard, l’opinion était très répandue que Fear Factory allait en fait devenir un groupe de Tek à la Prodigy, ce qu’”Obsolete” était venu sèchement démentir.





Zebrowsky
Membre enregistré
Posté le: 07/07/2015 à 12h33 - (31699)
Grosse mandale aussi pour ma part, découvert un peu en marge du NU metal avec et c'est l'album qui m'a fait glisser vers le death et le black. J'ai scotché à mort sur cette batterie absolument parfaite.



mioumiou
Membre enregistré
Posté le: 07/07/2015 à 20h49 - (31700)
Et dire que j'ai eu en premier la version remixé "Remanufacture" à cause d'un pote de l'époque.
Le pire c'est que je l'avais apprécié et j'ai eu vent (je sais plus comment) qu'il y avait une version plus metal en me disant que ça pouvait être que moins bon.
Et puis petit à petit, l'oiseau fait son nid dans ma caboche et avec un intérêt grandissant pour la guitare saturé, j'ai franchi le pas (vers le Furet Du Nord). Mais ça a pas été le grand amour tout de suite quand même, le temps d'oublier les bidouillages electro de l'autre et d'apprivoiser ce style nouveau pour moi qu'était le metal indus extrême.

Slumber
IP:92.139.196.7
Invité
Posté le: 07/07/2015 à 21h18 - (31701)
Il n'y a que des tueries dans cet album. Certainement le plus froid et mécanique en terme de production, à l'opposé de Transgression qui est très organique.
C'est ce qui leur convient le mieux à mon avis. Je vous trouve cependant très sévère avec FF, suite à cet album il n'y aurait que des merdes..
- Obsolète envoi encore du lourd
- Archetype est excellent avec Cristian à la gratte
- Transgression est pas bon mais y'a un titre qui bute "moment of impact"
- Digimortal est comment dire....assez groovy mais plus simpliste
- les 2 derniers ne sont que du réchauffé mais sont quand même mieux que tout les clones de FF.
Enfin pour le line-up c'est à cette époque 1995 qu'ils sont les meilleurs, après je m'y suis jamais fait sauf sur Archetype ou ça envoyait encore pas mal.
Pour terminer Burton à cette époque a été une grosse influence pour moi et a certainement contribué à ce que je suis aujourd'hui. Inutile de dire que j'admire et j'admirerai toujours ce groupe.

Dimechag
IP:95.141.97.226
Invité
Posté le: 12/08/2015 à 13h43 - (31728)
Vu en 96 au Boeuf sur le toit de Lons le Saulnier dans ...le Jura avec Drain et Manhole!

Album monstrueux pour son époque qui aura influencé une horde de métalheads en manque de nouvauté.
Ça faisait la nique à tout ce metal ringard de l'époque.
Aujourd'hui cet album à tout de même vieilli, la faute au prod actuelles de fou furieux et l'édit de la drum auxquelles nos oreilles sont malheureusement bien trop éduquées.
On entend désormais sur ce disque des "pains" notamment chez Raymond, chose qui prouve cependant qu'à l'époque les batteurs se donnaient le temps et les moyens d'enregistrer leurs parties.
Une bonne tarte ainsi que le suivant peut être mieux maitrisé mais l'effet de surprise en moins.


Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker