SLAYER - Undisputed Attitude (American) - 25/03/2012 @ 10h18
Les groupes de metal ont, dans leur grande majorité, toujours fait des reprises.
La plupart des musiciens commencent de la même manière : Assis dans leur chambre, l’instrument à la main, en tentant de faire comme leurs idoles.

Il est de ces groupes que l’on reconnaît instantanément même lorsqu’ils s’essayent sur une chanson qu’ils n’ont pas composée.
Certains ne changent pas une note de la chanson originale quand d’autre la torture et la rende méconnaissable.
Motorhead qui reprend « Louie louie » ça devient du Motorhead.
Slayer qui reprend « Born to be wild » ça ne peut évidement sonner que « méchant ».
Même s'ils n’ont jamais été des grands convoyeurs de fourgons de reprises, les Slayer ont du talent lorsqu’il s’agit de reprendre les chansons des « copains ».
Les quatre affreux n’ont jamais vraiment essuyé beaucoup de critiques de la presse et des fans d’un point de vue strictement musical.
C’est toujours leurs déclarations, leurs lyrics, leur logos qui ont crée la polémique.
Pourtant, malgré ses grandes qualités, cet album est l’un des plus controversé de la carrière de Slayer (le plus peut être).
Pourtant il est rapide, violent, intense et finalement rempli de tous les ingrédients que l’on trouve habituellement dans un album de Slayer.

Pour essayer de comprendre, resituons un peu le cadre.
Lorsque l’album sortit, on était en plein revival Punk avec les joyeux drilles Offsrpring, Green Day ou encore Rancid en tête de gondole.
Le succès colossal de ces groupes à eut des conséquences sur les groupes de Metal puisqu’il était alors devenu très tendance d’être « alternatif ».
De nombreux combos se sont insurgés contre cette « vague » qu’ils estimaient peuplés de « faux punks » s’appropriant une musique à laquelle ils ne comprenaient finalement pas grand-chose.
A l’époque, Pantera était depuis quelques temps quasi rentré en guerre contre tout ce qu’ils appelaient « les merdes alternatives » à travers « The Great Southern Trendkill ». Metallica jouait au Lollapalooza et de nombreux groupes de Metal affirmaient (avec plus ou moins d’honnêteté) leurs racines punkoides.

Quid de Slayer dans tout cela ?

« Le Hardcore et le Metal sont les moteurs de base de Slayer. »

Tom Araya, 1996

De tous les membres du groupe, c’est le joyeux Germanique Jeff Hamenan qui est le plus fan de Punk. Le Taciturne guitariste possède une réelle culture Hardcore ainsi qu’une collection de disque qui ferait pâlir plus d’un crasseux à crête.
On ne peut absolument pas le taxer d’arriviste ou d’opportuniste à ce niveau la, sa passion du punk ne datant pas d’hier.
Il n’était donc pas étonnant de lire dans les interviews qu’il n’aimait pas trop les « petits nouveaux du punk ». Pas étonnant non plus qu’il ait eut envie de montrer sur disque et avec son groupe ce que pouvait être le Punk au sens où il l’entendait.

Objectivement, quand on écoute certains titres de Slayer, il y a clairement des influences Hardcore.
Même s’il est une pierre angulaire du Thrash, « Reign in Blood » dégage une urgence qui rappelle irrésistiblement le Punk rock.
Slayer n’a d’ailleurs jamais hésité à utiliser certaines recettes musicales qu’utilisait les plus grands combos hardcore du pays de l’oncle Sam.
Est-ce que Slayer a voulu donner une leçon à tous les fakes ? Ont ils voulu s’offrir une simple récréation ?


L’album débutait de façon féroce avec moults larsens et la voix caractéristique d’Araya criant le titre du premier morceau « Desintegration » des furieux Verbals Abuses immédiatement enchaîné à « free money », « verbal abuse » et « Leeches ».
A peine plus de trois minutes pour un enchaînement tout simplement infernal qui frappait d’emblée très, très fort.
Après cette introduction pied au plancher, Slayer « calmait » un peu le jeu avec le très punk et très groovy « Abolish governement/Superficial love » des légendaires T.S.O.L. Le morceau était un savant mélange de deux titres et faisait irrémédiablement mouche.
Pas le temps de mollir avec ensuite deux titres de Pap Smear (Vieux Side project de Jeff Hanneman à ne pas confondre avec le sinistre Pat smear des Foo Fighters) et ça repartait de plus belle avec ce coup ci un morceau de Minor Threat « Guilty for being white ».
Un excellent titre aux lyrics très punk qui avait valu à Minor Threat quelques petits problèmes et que Slayer termine ici par "Guity of Being right..."
« I hate you » est le morceau qu’avait choisi Slayer comme premier single. Le clip était pour le moins classique mais la chanson envoyait du pâté. Le riff était énorme (ça faisait penser à la lourdeur des « Stooges » ou des « Dead Boys » ) et les paroles étaient quand même jubilatoires. C’est en effet un torrent d’insultes mêlées à des ressentiments primaires que le vieux Tom hurlait comme un damné. Du sur mesure en quelque sorte.

La chevauchée infernale se continuait jusqu'à l’ultra brutal (pour du punk s’entend) « Violent pacification » des Dirty Rotten Imbeciles (D.R.I) servant de tremplin à « Richard Hung Himself » et surtout « I’m Gonna be your god » des Stooges.
Les Slayer avaient décidés de changer les lyrics du morceau des Stooges (à la base c’était comme vous le savez « I’m gonna be your DOG ») certainement pour que cela colle davantage à ce qu’ils étaient.
Les avis sont partagés mais en ce qui me concerne, c’est un ratage complet car du coup cela passait complètement à coté de l’esprit du morceau original.
« Gemini » clôturait l’album d’une bien belle manière mais dans un esprit totalement différent de l’ambiance générale. Le morceau était pour beaucoup le seul « qui valait la peine » car résolument metal et dans une veine plus traditionnel pour Slayer. C’était sûrement un moyen de rassurer les fans du style « n’ayez pas peur on ne va pas virer punk les mecs ». Même si le morceau était très bon, c’est un peu dommage qu’ils n’aient pas privilégié l’unité qui coulait si bien jusqu’alors.

Au final, Slayer s’était fait plaisir en prouvant qu’il SAVAIT jouer ce type de musique. Pas de questions superflues et beaucoup d’énergie tout en disant ce que l’on à envie de dire.
Je comprend que les metallos purs et durs aient pu être déroutés et pourtant…
Slayer restait Slayer.
Quelques petits solos, des croches en palm mutting à gogo et des hurlements de veaux…Slayer incorporait sans que cela paraisse une seule seconde incongru, les « gimmicks » qui ont fait sa personnalité musicale.

Si vous êtes curieux, je vous conseille d’aller écouter les versions originales des morceaux repris. Vous constaterez avec stupeur que la plupart du temps Slayer avait accéléré les tempos, métallisés les chansons et n’avait pas oublié la fureur qui animait les chansons à la base.
De plus, la maîtrise technique des brutes avait permis de rendre les morceaux plus carrés. C’est donc un peu moins « punk » dans l’esprit mais c’était surtout beaucoup plus efficace au niveau du rendu.
On peut ne pas aimer cet album car il reste à part dans la discographie des assassins. Cependant il représentait une formidable bouffée d’air frais et d’énergie venant de la part d’un groupe qui n’avait jamais vraiment été client des « récréations ».
Quand la plupart des groupes finissent à un moment ou à un autre par s’amuser avec des guitares sèches, Slayer sortait les épingles à nourrices et dépoussiérait des groupes méconnus du grand public pour leur rendre hommage d’une bien belle façon. Plutôt cool au final non ?

On se quitte avec un brin de finesse extrait du puissant « I hate you » des non moins puissant « Verbal Abuses » :

« You were just a waste of sperm
The way you look
Makes my stomach turn
The way you think
Is no way at all

God you really think you have balls

I hate you aint it true
I hate you and everything you do »





Rédigé par : pamalach | 1996 | Nb de lectures : 1221


Auteur
Commentaire
josh
Invité
Posté le: 07/12/2008 à 11h02 - (26357)
un des meilleurs album de reprises existant et même un des meilleurs album de slayer. Sans concession ce skeud!!!

Blind
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 11h20 - (26358)
Ah ça faisait longtemps que l'on avait pas eu de chroniques de l'ami Pamalach, excellentes encore une fois! Et pareil, je ne comprends pas pourquoi cet album a été si décrié. Pourtant il est violent, rapide, accrocheur et il latte la gueule bien comme il faut! Et j'ai essayé d'écouter quelques chansons de l'album en version originale et c'est vrai que la plupart du temps les versions de Slayer sont beaucoup plus agressives.



SlaytaniC
Invité
Posté le: 07/12/2008 à 11h44 - (26360)
Blind+1.

Piet
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 11h45 - (26362)

Si l'album a été aussi décrié, je pense que c'est parce qu'il ne contient que des reprises punk. Beaucoup s'attendaient à des reprises metal de la part d'un groupe de metal.
En même temps, c'est ce qui fait son originalité par rapport aux autres albums de reprises !



hell
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 11h51 - (26365)
C'est trop linéaire, à part le dernier titre, mais bon, ça va quand même, c'est le style qui veut ça...

MADTRASH
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 12h03 - (26370)
dommage que sur la version europeene il manque la reprise de suicidal tendencies "memories of tomorrow"

cycocrew99
Invité
Posté le: 07/12/2008 à 12h35 - (26372)
belle chronique pour un album injustement mal aimé, quelques précisions cependant :
- le batteur : c'est bien Paul Bostaph qui joue sur l'album, il a quitté Slayer juste après l'enregistrement.
- Pap smear : si on veut ! le groupe n'a jamais vraiment existé, ou enregistré plutôt. Il s'agissait du side project punk de Jeff Hannemann et Rocky George (Suicidal Tendencies).
- Guilty of being white : pas si simplement antiraciste que ça, en tout cas, pas dans le sens habituel ! Voir les interviews de Ian McKaye (Minor Threat) au sujet de cette chanson, qui regrette un peu les paroles un peu simplistes. En tout cas, tout à fait dans le style controversif de Slayer de la reprendre (et même de changer la dernière phrase, les coquins !)!

gojikaizen
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 13h42 - (26375)
C'est peu commun que je trouve une reprise intéressante. Là c'est tout l'album que je trouve grandiose et surtout le fait que Slayer se soit approprié ces chansons.
Pour moi un des albums les plus violents que je connaisse et je trouve que le contraste de la dernière chanson est intéressante.



phil544
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 14h11 - (26376)
AHAHA YESS! Tres bonne chronique!
En fait c'est le premier "album" de Slayer que j'ai ecouté vers 1998. J'écoutais que du HxC à cette époque et cet album m'avait bluffé et j'avais adoré la dernière chanson, ce passage calme puis l'accélération de dingue pour finir l'album.
Ca reste toujours un de mes "albums" préférés de Slayer

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 14h15 - (26377)
Excellent album avec une rage énorme comme si tu te prenais un grand coup de poing dans la gueule.
Sinon, le batteur qui a défendu cet album en live (et à NPA) c'est John Dette et Pap Smear, en fait ce sont 2 vieilles compos de Jeff Hanneman qui trainaient dans leurs cartons depuis 82 je crois et qui ont trouvé leur place sur ce putain de skeud.
Je me rappelle aussi d'une photo (dans Hard Force je crois) où on voyait Jeff Hanneman et sa collection de vynils de punk (et le pépère a une sacrée collec')

child.of.neurot
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2008 à 16h41 - (26379)
voilà un album de reprise qui fait plaisir, cohérent bien qu'original pour un groupe de métal. Il aurait pu reprendre Judas Priest, Venom ou je ne sais quoi encore, mais là ils ont montré d'où provenait une bonne partie de ce qui a inspiré le style unique de Slayer...et puis c'est quand même grâce à ce disque que j'ai découvert Minor Threat (l'inverse eut été plus logique mais bon...)

Dagobalex
Invité
Posté le: 07/12/2008 à 18h00 - (26381)
J'ai découvert Slayer avec cet album d'ailleurs. Pas le meilleur mais très bon album tout de même!

senior canardo
Invité
Posté le: 07/12/2008 à 18h32 - (26382)
album mortel, à part mais mortel !
les lives de cette époque sont enormes , les reprises s'integrent bien dans le set ! cf live au Waldrock et hultsfred 96...;)

DAWN
Membre enregistré
Posté le: 08/12/2008 à 22h41 - (26390)
sur les premiers pressages,il y avait la reprise de GBH "Sick boy",et puis ensuite plus de trace de cette reprise ,quelqu'un sait pourquoi?

F.
Invité
Posté le: 11/12/2008 à 18h40 - (26394)
@ Pamalach 77 : très bonne chro, bravo à toi.

H77
Membre enregistré
Posté le: 25/03/2012 à 12h56 - (27244)
Je sais que cet album a fait l'objet de critiques sévères chez les punks à sa sortie (je me rappelle d'une interview incendiaire de Wattie des Exploited qui critiquait la démarche et disait qu'il trouvait celle des Guns sur Spaghetti incident plus sincère). A titre personnel j'ai toujours adoré cet album. Bien avant d'aimer Slayer d'ailleurs: pendant longtemps je n'aimais pas ce que je connaissais du groupe (Reign in blood en particulier), et le fil qui a fait que je me suis accroché des années jusqu'à en faire un de mes groupes préférés c'est ce Undisputed attitude. Cet album c'est un shot de haine et d'énergie, des morceaux très courts et très compacts qui mettent une pêche de malade. Le genre d'album à écouter dès qu'on a besoin d'avoir la forme, le seul risque étant de se taper la tête contre les murs au passage. I hate you, Superficial love, Guilty of being white, Violent pacification ("Kill you before you kill each other", j'adore ce passage)... Classique de chez classique, quoi que puissent en penser les détracteurs.



Trez
Membre enregistré
Posté le: 25/03/2012 à 14h02 - (27248)
Je sais que certains pourraient me lapider pour ce qui va suivre mais c'est surement l'album de Slayer que je préfère.



Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 25/03/2012 à 15h35 - (27252)
J'ai toujours aimé cet album, il me rappelle mon été 1996 passé à essayer de convaincre mes potes que le punk, ça peut être bien, surtout repris par SLAYER... sans grand succès, hélas ! ;)



Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 25/03/2012 à 15h56 - (27253)
Leur dernier bon disque. A part deux ou trois titres (ceux composés par Hanneman), ce disque est une tuerie. Les originaux valent aussi le coup (Minor Threat, DRI, etc...).



jean-francois
Membre enregistré
Posté le: 25/03/2012 à 18h38 - (27257)
chouette kro, merci a toi

SlaytaniC
Membre enregistré
Posté le: 25/03/2012 à 18h59 - (27258)
bravo pour la kro, un model du genre! sinon c'est un pur disque de slayer.



Le Druide
Invité
Posté le: 25/03/2012 à 21h47 - (27262)
Je suis fan des chro de Pamalach, bravo !!!
C'est toujours bien écrit & documenté : Pamalach président !!!

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 27/03/2012 à 16h27 - (27268)
Excellente chro. Cet album me fait l'effet de tous les disques hardcore que j'ai écouté ou possédé, tuerie à la première écoute, puis je m'en lasse au bout de quelques jours, à part çà Gemini est un très bon morceau.





RBD
Membre enregistré
Posté le: 08/06/2012 à 00h30 - (27587)
C'est une excellente chronique notamment sur la remise en contexte, qui ne s'égare pas.
C'est bien un album très à part chez Slayer, qui leur a valu bien des critiques alors que c'était une mise au point certes assez nécessaire sur le coup. À cette époque les tubes d'Offspring et le HC Californien passaient pour du Punk à la radio...
Mais on n'attendait peut-être pas ça de leur part. Surtout que les premières vraies critiques sont venues après. D'ailleurs on voit déjà dans "Gemini" la tendance de l'album qui devait suivre.

En attendant c'est une bonne tranche de vitesse en puissance, bien hargneuse, un bel alliage de "true" Punk-HC et de Metal.




Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker