THE ARRS - Soleil Noir (Verycords/Warner) - 15/10/2012 @ 08h09
Héros : En 2005, THE ARRS accouche de son premier album "…Et La Douleur Est La Même". Un premier album coup de poing, fort et direct, à l’image des prestations live du groupe. Pourtant, la musique de THE ARRS ne se démarque pas trop de ce qui se joue sur la scène hardcore/metal. Ce qui différencie la musique de THE ARRS du reste c’est cette incroyable énergie dégagée sur album.
Assassin : Plus que l'énergie, mon gars : la puissance du HardCore déployée à un niveau intense. THE ARRS est l'incarnation musicale d'un combat de boxe intense et jouissif, où les coups font rebondir ta tête du haut vers le bas sans possibilité de contrer le geste.

Héros : Le groupe frappe fort dès le départ et impose un skeud vraiment efficace, un disque « sport » dirons-nous. Nombreux sont ceux qui attendent la sortie de leur second opus. Une suite qui arrive deux ans plus tard avec "Trinité". Un second effort, devant supporter l’ombre de son aîné, qui se démerdera très bien lui aussi de son coté. THE ARRS balance une fois de plus un bon album mais qui présage déjà un certain changement de la musique du groupe. THE ARRS se rapproche de plus en plus du metal/hardcore (voyez la nuance ?) mais toujours sur des bases solides et fortes. L’album est bon mais ne supplante pas son grand frère, qui a mis la raclée lors de sa sortie.
Assassin : Bhaaa, vade retro, Coreunas. Une ogive à la fois puissante et mélodieuse, telle que "Trinité", est inégalable ; bien plus captivante à mon goût que le finalement assez classique "…Et La Douleur Est La Même". Du Metal/Hardcore, certes, mais foutrement puissant.

Héros : On espère alors que la troisième offrande des Parisiens mettra la barre un peu plus haute. Entre-temps, la première démo du groupe datant de 2003, "Condition Humaines", est réédité chez (feu)Customecore, histoire de faire (re)découvrir les très bon débuts du groupe. Courant 2009, "Héros | Assassins" débarque et tous les espoirs que j’avais mis dessus s’effondrent un peu lors de son écoute. Le groupe sort là un album mitigé.
Assassin : Mitigé ? Retourne écouter Emmure, ouais. Tu le trouves vraiment mauvais ?
Héros : Il n’est pas mauvais, non, mais reste relativement décevant.
Assassin : Décevant ? Arrêtes le jus de soja, ça détraque tes synapses là ! Qu'est-ce qui te gène vraiment avec "Héros | Assassins" ?
Héros : Le groupe lorgne de plus en plus vers un metalcore trop standard pour ce qu’ils sont capables de proposer. Des refrains trop typé, des morceaux sans trop de hargne gâchent (a mon humble avis) l’œuvre du combo. On y retrouve quand même de très bons morceaux, mais dans l’ensemble, personnellement, je reste sur ma faim, avec un arrière-goût amer.
Assassin : Pfff, et voilà comment la jeunesse part en couilles. Incapable de reconnaitre la qualité et le talent. Même si, bon… D’accord…j'avoue, j'ai été comme toi déçu au départ. Mais la saveur incroyablement addictive de cet album s'est révélée à moi sur la longueur. "Héros | Assassins" est un album incontournable dans la discographie de THE ARRS, n'en déplaise aux trve corevx. Et un putain de groupe en live.
Héros : Leur DVD « Just A Live » confortera le fait que THE ARRS reste un excellent groupe de scène, puissant et carré.
Mais voici l’heure de la quatrième offrande des Parisiens : "Soleil Noir". Nouveau label (Verycords), nouveau logo. Du changement ?

Oui, le changement, c’est maintenant. Et changement, il y eut, avec le départ de Paskual et l'arrivée de Phil, qui chamboula un peu l'ordre du line-up. Mais concernant l'album... Autant le dire, j’ai vraiment eu peur de ce que j’allais écouter lorsque je mis le promo de "Soleil Noir" entre mes oreilles.
Assassin : Pareil que toi l'Ami. Impatience mêlée d'appréhension, confiance et doutes unis dans cette fébrilité précédant toute découverte...

Héros : Trop déçu par "Héros | Assassins" je souhaitais que THE ARRS reprenne du poil de la bête et me comble à nouveau avec ce nouvel album. Et quelle agréable surprise ai-je eu lorsque les premiers riffs de ‘Du Berceau A La Tombe’ sifflotèrent dans mes cages à miel. THE ARRS est retour et premier constat : le son est « fucking » bon.
Assassin : Fucking bon, ouais, fucking puissant et équilibré.
Héros : Intense et compact, il apporte un coup de jeune au metalcore deluxe (avec une grande frite) des Parisiens et insuffle une grosse dose d’énergie comme à la grande époque.
Assassin : Du Metalcore ultra couillu, ARRS n'a rien à voir avec la scène ricaine répulsive mon Pote. Mais j'approuve, ça pulse !
Héros : C’est repartie mon kiki quoi ! Oulah, attends, non, ne nous emballons pas comme ça. THE ARRS 2012 n’est plus le THE ARRS de 2005 mon vieux.
Assassin : Heureusement !
Héros : Leur son, leurs compos ont changés depuis tout ce temps, tu le sais bien.
Assassin : Ouaip, et je préfère ça. La maturité du groupe aide à vivifier leur musique.
Héros : Le hardcore/metal des débuts est à la cave et a fait place à un metalcore made in THE ARRS. Et c’est avec cette nouvelle approche qu’il faut reconsidérer ce nouvel album.
Assassin : Cette identité, reconnaissable, cette touche particulière, est à mon sens un atout extraordinaire, surtout quand on pratique une musique telle que le Metal/Hardcore. The ARRS a su se faire une place au milieu d'une scène saturée, et a surtout réussi à se démarquer des autres, pour façonner son identité. Et "Soleil Noir" porte pleinement cette identité sonore addictive.

Héros : D’emblée, je vous le dis : cet album est couillu. Le groupe a ressorti l’artillerie lourde et est sur le pied de guerre pour retourner toute son assistance. En clair, ça chie à mort.
Assassin : Entre la prod et les compos, je rejoins totalement mon alter égo sur ce coup. L'analogie avec la guerre est véritable, "Soleil Noir" n'est pas là pour servir de fond sonore durant une soirée foot, mais bien pour déchainer les foudres de guerre en concert.
Héros : Je parlais du son de l’album un peu avant et à ce sujet il met bien plus en avant le chant de Nico. Ses paroles sont, pour une fois, toutes compréhensibles, ce qui n’était pas tout le temps le cas auparavant. Et grâce à une tel prod’, leur metalcore reprend vraiment un second souffle et bombarde tout à grand coup de titres puissants et incisifs.
Assassin : Plus qu'un second souffle, une explosion d'énergie irrésistible. Une ode au remuage de nuque, un shoot envoutant sans la léthargie de la coke.

Héros : « Du Berceau A La Tombe » nous met direct dans le jus avec un titre rentre dedans et sans fioritures.
Assassin : C'est pourtant le titre que j'aime le moins, je trouve d'ailleurs ce tout début d'album presque décevant, comparé à la suite. Qui, heureusement, reste tributaire de la légendaire efficacité du groupe, constante et puissante.
Héros : Et c’est ce genre de sentiments qui nous revient tout au long de l’album. Un sentiment d’uniformisation, d’efficacité, d’une musique réellement compacte, intense, écrite pour être balancé à grand coup de canons à la face du monde. THE ARRS a les crocs et n’hésite pas à les sortir, comme sur « L’Ame La Plus Noire », « Le Triomphe De La Mort », « Amants Damnés » ou « Paranoïa ». In your face, ces titres envoient le steak sans demi-mesures et ne font pas de quartiers. On retrouve là la puissance d’antan.
Assassin : The Arrs sublime son art, porte sa puissance de frappe et son efficacité à un niveau d'excellence certain. Avides de rythmes rapides, et de variations structurelles excellentes, THE ARRS joue avec ce qu'il maitrise le mieux : l'énergie.
"Soleil Noir" est porté par une énergie incroyable, variée et captivante, qui jamais ne faiblit. Une putain d'énergie addictive.
Héros : Le coté plus mélodique de la formation est toujours plus présent au fil du temps. En témoignent « Mon Epitaphe », « 1781 » et « Fahrenheit », titres de pures metalcore sans chichi, bercés par de douce ligne mélodiques et refrains en chant clair. Et à ce sujet, l’ami Nico a fait de très gros progrès dans le domaine, notamment avec ses envolées maîtrisées sur les refrains de « Mon Epitaphe et « Fahrenheit ».
Assassin : Mouais, il s'agit ici, sans doute, de mon seul regret. A relativiser, certes.
Héros : Alors on aime ou on n’aime pas, mais force est de reconnaître que le bougre a bien travaillé son organe, car le rendu est vraiment frappant.
Assassin : Sur ‘Fahrenheit’, je suis d’accord, l’association du chant clair et des rythmes vindicatifs sont en totale osmose, et le titre gagne considérablement en puissance. Je reste par contre dubitatif sur les envolées du refrain de ‘Mon Epitatphe’ – fort heureusement sauvé par une énergie incroyable. Mais Nico reste un putain de chanteur.
Héros : Son chant est toujours aussi agressif et gagne en compréhension. Les textes sont toujours déclamés avec autant de convictions et c'est ça qui est bon.

Coté riffs, c’est du THE ARRS, ça avoine, mais le groupe réussi tout même à nous chier pas mal de passages nouveaux. Des passages lourd et saccadé s’installent sur le son du combo et apporte, là encore, de la nouveauté. D’autant plus que le résultat est là.
Assassin : Un peu surpris de prime abord, sur ces rares passages presque Death, je leur reconnais au final une utilité réelle. Ils permettent d’appuyer un peu plus sur la cassure rythmique, de reprendre son souffle, et d’amplifier l’impact des accélérations.
Héros : L’apport de telles parties engraisse un peu plus l’effet d’impact sur la musique du groupe et le rendu est hautement explosif. Explosif aussi grâce aux martèlements de Toki, qui nous sert encore une fois des parties implacables et efficaces.
Assassin : Du côté des riffs, on est effectivement dans la continuité de "Héros | Assassins". un aspect mélodieux qui permet une assimilation assez rapide des titres, tout en préservant la fameuse et irrésistible efficacité des titres. On est en terrain connu, mais on prend toujours autant son pied.

Héros : Et même si le groupe tartine, il ne laisse pas de côté l’ambiance sombre de sa musique. Une ambiance, comme je le disais aussi un peu plus haut, en osmose avec les textes et la musique, qui rend cet album vraiment particulier. Particulier dans le sens où tout s’emboîte parfaitement et fait sonner l’album comme un condensé d’énergies metal.
Assassin : Je ressens moins, musicalement, cette ambiance dont parle mon comparse, mais les textes portent en eux cette diversité thématique. Et l’osmose est, elle, indéniable, et renforce
Héros : Quelques passages hardcore old school viennent pointer le bout de leurs nez sur certains morceaux, comme sur « December Acide ». Le titre envoie bien la sauce et cette touche old school donne un coté très dansant au titre. THE ARRS finit par achever ses ennemis en déballant toute sa haine sur le tonitruant « Authentique Indignés », flot de fureur envers les mécréants, qui termine en beauté "Soleil Noir".
Assassin : En beauté, avec tact et passion, et surtout avec une putain d’agressivité.

Héros : Je ne savais plus trop quoi penser de THE ARRS après "Héros | Assassins"
Assassin : Moi j'étais déjà carrément fan.
Héros : "Soleil Noir" me réconcilie avec le groupe et, en plus, me colle une grosse tarte que je n’attendais plus de leur part (du moins sur CD).
Assassin : Pas mieux, "Soleil Noir" est un album excellent, puissant et agressif, doté d’une puissance de frappe incroyable, pourvoyeur d’une débauche d’énergie addictive.
Héros : THE ARRS joue toujours avec les mêmes recettes, mais le voici encore plus féroce que jamais avec cet album. Le 29 octobre vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Note : Héros (Velvet Kevorkian):16.64 + Assassin (..::Ju::..):17.34 = 16.99/20

http://www.thearrsmetal.com/ - 323 visite(s)

Le triomphe de la mort - 587 téléchargements


Rédigé par : Velvet Kevorkian / ..::Ju::.. | 16,99/20 | Nb de lectures : 17034




Auteur
Commentaire
breh
IP:194.79.169.82
Invité
Posté le: 16/10/2012 à 11h17 - (104161)
Chouette chronique, ça change un peu, en tout cas ça donne envie!

Crom -Cruach
IP:90.52.13.163
Invité
Posté le: 16/10/2012 à 21h16 - (104172)
Leur dernier clip est au choix risible ou pitoyable.
Donne pas envie d'écouter l'album en entier du coup.

daminoux
Membre enregistré
Posté le: 17/10/2012 à 17h00 - (104186)
c'est plus pour moi ...



Necrophanis
Membre enregistré
Posté le: 07/11/2012 à 21h59 - (104507)
A joué


Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker