- VERBAL RAZORS par VSGREG - 6862 lectures
A l'occasion de la sortie de leur album "Misleading Innocence", nous avons souhaité thrasher avec Verbal Razors...




La plupart des membres de Verbal Razors ont déjà évolué dans diverses formations touchant des styles musicaux variés, pourquoi avoir décidé d'opter pour un style thrash/crossover en formant Verbal Razors ?

Ça s’est fait naturellement. On avait envie de faire de la zik ensemble. Matthieu et moi, on venait du heavy, du thrash, du hard-rock et Simon venait du punk hardcore. Donc faire un groupe de crossover s’est un peu imposé. Ça nous a aussi permis de pouvoir composer dans un style qui sortait de nos « codes » puisque l’essence même du crossover est d’être un pont entre deux styles. Cet aspect-là est assez excitant. On a beaucoup appris les uns des autres.


"Misleading Innocence" est votre second album, quels sont les éléments que vous avez souhaité améliorer voir optimiser sur cet opus vis à vis de votre précèdent album ?

Le premier LP, pour différentes raisons, était sorti très longtemps après qu’on se soit formés. On voulait, pour notre 2ème LP, battre le fer tant qu’il était chaud car on avait sous le coude un paquet de riffs et d’idées de textes qui nous inspiraient. Les titres du 2ème LP ont donc été composés sur un laps de temps beaucoup plus court (et donc sûrement plus cohérent). Pour ce qui est de la prod, on voulait quelque chose de plus percutant. Le 1er LP a été enregistré un peu à l’arrache, avec les guitares, la basse et le chant enregistré dans notre local de répète. On avait envie pour le 2ème de tout faire dans un endroit plus pro, sans bidouille, avec quelqu’un qui connaisse bien le matos à disposition et bien sûr qui ait un bon feeling avec notre zik. On ne renie pas du tout le 1er skeud mais le 2ème sonne beaucoup mieux, tout en gardant cet esprit rock ‘n roll le plus naturel possible en évitant les prods « sous cellophane ».


Vous jouez du thrash assez rapide mais avec une voix singulière qui lorgne autant vers le punk anglais que le hardcore US. Vous n'avez pas peur de décourager les fans de metal et de thrash avec un chant sortant des habitudes ?

Le chant de Simon fait partie intégrante de Verbal Razors. Je dirais même qu’il donne l’identité sonore du groupe. Je pense effectivement que certains fans de metal « purs et durs » ne se retrouvent pas dans cette façon d’aborder le chant punk hardcore, mais bon, on ne fait pas de plan de carrière et on ne s’est jamais réunis en se disant « Bon les gars, les fans de Manowar n’aime pas trop le chant de Verbal Razors, on fait quoi ? ». Hahaha tu vois ce que je veux dire ? Si un mec nous dit « je n’aime pas trop le chant » ou « les tempos ne sont pas assez extrêmes », on ne va pas lui dire « et ben t’es un abruti » mais on lui dira « si t’aimes pas, écoute pas ». Ça n’est pas plus compliqué que ça.


Personnellement l'association du chant et de la zik m'a fait penser à "Liberty and Justice For All" d'Agnostic Front. Vous vous sentez proche musicalement de cet esprit de la fin des 80s quand le hardcore et le thrash se mélangeaient ?

Oui on s’en sent forcément proche. D’ailleurs le thrash a puisé une partie de ses bases dans le punk hardcore. Regarde les vieux briscards du thrash, ils sont tous fans de heavy et de hardcore. Comme je te disais, Matthieu (guitare), Vincent (basse) et moi, on est des gros fans de hard-rock et de metal, Simon (chant) est très influencé par le Hardcore US des années 80 (Minor Threat, Bad Brains, Black Flag…).


Avoir un chant hardcore implique presque automatiquement un message au niveau des paroles. Quels sont les thèmes que vous évoquez dans vos chansons ?

Si on devait retenir un thème récurrent ce serait notre rapport au monde. Tout ce qui nous énerve autour de nous, et la façon dont on cautionne parfois les trucs que l’on pense combattre. Les choses sont toujours plus compliquées qu’elles en ont l’air et c’est un bon sujet de réflexion, ou disons une bonne façon d’aborder les choses. On essaie de ne pas faire la morale tout en parlant de choses sérieuses. Il arrive qu’on fasse des textes plus légers voire marrants mais c’est plus rare. En tout cas ça ne nous intéresse pas de parler de zombies ou de cuite à la bière, d’autres s’en chargent très bien…




Vos artworks sont assez terribles et très fidèles aux clichés du thrash à la Ed Repka. On peut en savoir plus sur cet aspect-là et l'importance que vous attribuez à vis visuels ?

Je ne suis pas d’accord avec toi. Pour le premier EP, on avait effectivement opté pour un artwork à la Repka. Mais pour les 2 LP, je trouve qu’on est assez loin de son univers visuel… On attache pas mal d’importance aux visuels des disques. Il faut dire que le groupe compte 2 graphistes et un tatoueur dans ses rangs ! Donc l’impact visuel est recherché et réfléchi.
Pour le premier EP 4 titres, on avait opté pour un dessin « style Repka » probablement par manque d’inspiration ou manque d’envie de prise de risque. Pour le premier LP, on avait choisi de bosser avec Freak City dont on aime le boulot. On voulait un visuel assez épuré, des couleurs flashy et surtout du mouvement pour attirer l’œil. Pour ce qui est du nouveau LP on a voulu vraiment casser les codes du thrash et du hardcore (décors urbain, univers post-apocalyptique, etc.). On a fait appel à Jean Sé Vermalle. On a donc choisi de s’inspirer du premier titre de l’album « Dendrobate ». Ce sont des petites grenouilles très colorées qui semblent totalement inoffensives mais certaines sont en fait très dangereuses (leur peau sécrète une substance toxique). Ça n’est pas juste pour le plaisir de parler de la nature, c’est une métaphore : un discours anodin, bien sous tous rapports, voire attirant peut s’avérer dangereux et toxique.


Verbal Razors est toujours en autoprod, c'est un choix ou pas vraiment ? Entre nous, en 2016, ça sert encore à quelque chose un label ?

On n’est pas en autoprod, il y a 4 labels sur l'album : Dirty guys rock (Tours), Blood and doner records (Brest), Exu rei records (Blois), Dingleberry records (Giessen, Allemagne). Mais je crois que je vois ce que tu veux dire. Nous restons dans l’univers DIY. Il n’y a pas de code barre sur nos skeuds et on ne les trouve pas dans les « commerces ». On évolue beaucoup dans la scène punk hardcore où les choses se font en dehors des circuits officiels. Nous, ça nous va très bien. Franchement, qu’est-ce qu’on en a à foutre d’être dans les bacs de la Fnac ou de Leclerc quand on fait du crossover de sales gosses ?


Verbal Razors est un titre du fabuleux "Fabulous Disaster" d'Exodus qui semble une référence pour les membres du groupe ! Exodus a eu une carrière assez singulière avec des disques fantastiques et d'autres très médiocres. Quel regard avez-vous sur leur carrière ?

Lorsqu’on s’est formé fin 2008, on cherchait un bon nom de groupe. On a finalement opté pour Verbal Razors; un clin d’œil à ce qui symbolisait pour nous du thrash qui reste bien rock n’roll.
Perso je suis très fan de Bonded by Blood & Fabulous Disaster. Dans les autres disques d’Exodus, il y a des perles par-ci par-là et des titres moins inspirés. Mais pour moi ça n’enlève rien à leur talent et leur influence sur toute une scène thrash. Au passage, je trouve leur dernier disque Blood In Blood Out excellent et je trinque une bière au retour de Steve Souza !


Si je vous dis que c'est Exodus qui a inventé le thrash et que Metallica leur a tout pompé ? D'accord ou pas ?

Hahaha. Non je ne crois pas. Je pense que plusieurs groupes ont inventé le thrash. En apportant chacun leur touche. Les premiers disques des vieux groupes de thrash (Metallica, Exodus, Slayer, Megadeth, Overkill, Anthrax, Testament) sont sortis de manière très rapprochée, en quelques années. Quand on y pense c’est assez dingue. Par rapport à ta question, je me marrais car Metallica est un groupe qu’on a envie d’entasser. Ils ont tellement fait de la merde depuis le Black Album et ils ont tellement été encensés par la presse qu’on a forcément envie de les vanner… Mais ça reste un groupe qui a sorti des disques ultra-cultes (en partie composés par Dave Mustaine) hahaha on peut pas s’empêcher je te dis haha.


Si il ne fallait retenir qu'un seul chanteur d'Exodus ? Lequel et pourquoi ?

Steve Souza. Le pourquoi ? C’est plus dur à expliquer. En toute objectivité, peut-être parce que j’ai découvert Exodus avec ce chanteur. J’adore Bonded by Blood mais le chant de Baloff me semblait moins hargneux que celui de Souza. Pour ce qui est de Rob Dukes, il a fait du super boulot mais dur dur d’arriver en tant que 3ème chanteur dans un groupe culte…


On parle de revival thrash depuis quelques années, mais au final on se rend compte que c'est surtout les vieux groupes qui font l'unanimité et qui en profitent comme Overkill, Testament ... ou encore Exodus ! Ça laisse peu de perspectives pour un groupe comme vous ?

Les fans de Metal sont très très fidèles. Parfois jusqu’à l’extrême. Ils préfèrent voir toujours les mêmes groupes, et de préférence qui jouent toujours les mêmes titres. C’est un certain état d’esprit. L’avantage étant que quand ils aiment un groupe, c’est pour la vie, mais cela laisse moins de place pour en découvrir de nouveaux, et on reste bloqué dans des automatismes d’auditeur. Cela dit, les groupes que tu cites (Overkill, Testament, Exodus) sont des putains de groupes, avec d’excellents musiciens, des titres cultes et des prestations live qui défoncent ! Donc on ne peut pas en vouloir aux fans du genre de privilégier les « cadors ». Le vrai test pour savoir si le thrash restera un style important est d’attendre que tous ces groupes passent l’arme à gauche. Perso, je ne suis pas pressé car j’ai tendance à être un connard de métalleux comme les autres et à surtout guetter les nouveaux disques des groupes que j’écoute depuis des années. Ça énerve un peu Simon (chant) qui dit toujours « les gens n’ont qu’à aller voir des nouveaux groupes en live, au lieu d'aller voir toujours les mêmes ».



Quels groupes de thrash de la nouvelle génération retiendrais-tu ?

Municipal Waste, Lost Society, Bonded by Blood, Ramming Speed, Enforcer, Violator…


Le meilleur du thrash a été créé dans les années 86 / 90. Vous aviez quels âges et vous écoutiez quoi à cette époque-là ?

J’avais entre 9 et 13 ans. J’étais un pré-ado qui avait soif de rébellion et d’envie d’exprimer son agressivité. J’ai passé mon adolescence à découvrir ce qui s’était fait dans les années 80 et à entendre que c’était mieux avant. J’ai fini par y croire et je me suis toujours dit que j’avais découvert un style pile au moment où il perdait de sa spontanéité et de sa subversivité… Ça ne m’empêche pas à presque 40 balais de continuer à penser que c’est primordial d’exprimer ses émotions (sa colère quand on joue du thrash) si on ne veut pas péter un plomb. Je crois qu’il faut aussi apprendre à mettre la nostalgie à un endroit constructif, un souvenir de ce qui nous a construit mais rien de plus.


Pour terminer, on va vous demander un petit TOP5 des meilleurs albums de thrash ever !

Slayer : Reign in Blood
Exodus : Fabulous Disaster
Nuclear Assault : Handle With Care
Metallica : Kill ‘Em All
Anthrax : Among the Living
Testament : The New Order
Megadeth : Rust in Peace
Overkill : Horrorscope
Annihilator : Alice in Hell

Bon bon, je sais t’avais dit top 5 mais c’est dur… Et puis on est libre non ?
Allez bises les fils du Rock !
Auteur
Commentaire
Humungus
Membre enregistré
Posté le: 16/04/2016 à 06h09 - (1966)
"Vos artworks sont assez terribles et très fidèles aux clichés du thrash à la Ed Repka"...
??? ??? ???
Comme l'explique très bien le gars du groupe, hormis le premier EP, pour le reste, j'vois aucune affiliation.

Sphincter Desecrator
Membre enregistré
Posté le: 18/04/2016 à 11h07 - (1969)
Bravo à eux! Super groupe!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker