HP - SMASH HIT COMBO par PAMALACH - 3423 lectures
Après deux albums aux accents fort différents, SHC nous revient avec un troisième album énergique et plein de castagne.


Salut SHC ! Votre nouvel album "Playmore" est sorti il y a déjà quelques mois. Quels sont les retours que vous avez de la presse et des fans pour l'instant ?
Jusqu'ici, tout va pour le mieux, l'album est très bien accueilli, autant par la presse que par le public, les nouveaux morceaux s'intègrent bien au set, on est très fiers de défendre "Playmore" et ce qui se dessine depuis la sortie de l'album (qui s'était elle-même très bien passée) laisse présager que du bon.


Une fois n'est pas coutume, vous avez eu un changement de line up avec l'arrivée au chant de Max. Comment son intronisation s'est passée dans le groupe et quel est, selon toi, la plus-value qu'il apporte à SMC ?
Au départ, on l'avait invité sur "48h", on le connaissait via son autre groupe (Boars). On peut dire qu'il est venu au bon moment puisque Samy était déjà en instance de départ. Ça a donc été très vite: il a maquetté "48h", puis d'autres morceaux, appris le set, et nous a rejoints sur scène 1 mois plus tard (au M Fest). Ça va bientôt faire un an qu'il est avec nous, on a l'impression que c'était il y a deux semaines.


Le style déjà affirmé sur "Reset" semble s'être encore radicalisé sur "Playmore" dans ce sens où la patte Djent se fait plus écrasante que jamais. Est-ce que c'est une évolution naturelle ou a-t-elle été motivée par des éléments extérieurs et notamment l'arrivée de Max ?
On peut dire que les influences Djent sont à la fois une évolution naturelle mais également le principal parti-pris sur cet album, le son très moderne et le côté déstructuré et alambiqué est un truc qui nous semblait logique et pertinent à assimiler.
Par contre il n'était pas question de faire un album de Djent/Rap parce que c'est à la mode, disons que "Playmore" est notre propre relecture du mouvement Djent, on a juste pris ce qu'il y avait de bon à prendre dans ce style pour progresser, comme on le fait pour chaque influence. Concernant Max, ce n'est pas directement lié au Djent mais le fait qu'il sache rapper, screamer et chanter fut un plus quand il a fallu aborder les voix de l'album.


Si ils restent mélancoliques et parfois assez désabusés, les textes me semblent un peu moins noirs que sur "Reset". Percevez-vous les choses de cette manière ou c'est moi qui voit la vie en bleu arc-en-ciel ?
Moins noirs, probablement, mais surtout plus lucides. "Reset" était très ancré dans une rage et un esprit de rébellion très virulent, très épidermique, sur "Playmore" la colère est peut-être un peu plus froide, plus mesurée.


Est-ce que la pochette de l'album fait référence à American Horror Story 2 ?
Pas du tout, l'idée de la pochette vient de la campagne publicitaire de la PS2 (qu'on vous conseille d'aller mater si vous voulez prendre une claque visuelle). Il y a dans le graphisme un côté très froid, claustrophobe mais aussi très organique et complexe qui nous a parlé, puisque c'était comme ça qu'on sentait l'atmosphère de l'album.


En parlant d'image et de concept, est-ce que tu peux nous parler du clip que vous avez tourné pour "In game" ?
On a voulu marquer un gros coup pour signer notre retour et pour ça, on a réquisitionné beaucoup de monde, des cosplayers, des maquilleurs des accessoiristes. On a eu énormément de chance d'avoir eu ce petit monde autour de nous puisque le clip a lancé l'album sur les chapeaux de roue. Par contre on a été un peu frustrés sur le choix des univers, si on avait pu on en aurait fait au moins cinq de plus.


J'imagine qu'avec les concerts que vous avez donnés entre "Reset" et "Playmore" vous avez deux-trois anecdotes rigolotes à nous raconter ? Difficile de faire cohabiter la vie professionnelle et les concerts ?
Effectivement, les concessions à faire sont nombreuses, surtout à ce niveau-là, mais revenir de concert crevé mais avec le sourire et des bons souvenirs, ça vaut tout les RTT et les week-ends chez mamie du monde. En terme d'anecdotes, on pourrait évoquer des gros festivals comme le Sonisphère, Sequedin'Rock ou encore le Rock in Hell, ou la fête a totalement pris le contrôle de nos cerveaux, mais les souvenirs qu'on en a sont souvent incomplets... Même si les dates en clubs et en petites salles sont aussi riches en folie et en perte de contrôle.


Si l'interprétation est plus implacable que jamais, est-ce qu'elle a demandé aux instrumentistes un travail en amont afin d'être encore plus précis dans le style polyrythmique ?
Bien sûr, et chez tout le monde. Mais ça fait partie du principe de base chez SHC de toujours viser plus haut, de se poser des difficultés. Pour nous un artiste qui se cantonne à ce qu'il sait faire sans prendre aucun risque est un artiste mort.


Est-ce que vous avez encore droit à des commentaires désobligeants parce que vous mettez un flow rap au milieu de vos instrumentations de gorets ?
On y fait rarement attention, dans certains cas elles nous amusent, voire nous stimulent. Ce style existe depuis des dizaines d'années, et il a toujours suscité des critiques, mais ça ne l'a pas empêché de remplir des stades, de faire des excellents albums et de donner à d'autres l'envie de faire de la musique. Mais on ne peut pas en vouloir aux quatorze derniers réfractaires au style de rester sur leurs positions, ces gens-là ont besoin de moulins contre lesquels se battre.


Quels sont vos projets dans les mois à venir ?
On part au Québec à la fin du mois d'août, on revient pour quelques dates en France et en Allemagne, puis on repart en Russie. Ensuite on tourne avec The Arrs quand ils défendront leur nouvel album, cet hiver. Et en 2016 d'autres choses arrivent mais on ne peut pas en dire plus pour l'instant.


Bon maintenant, passons aux choses sérieuses. Quels est (sont) les jeux qui t'ont ébloui au cours de ses derniers mois ?
Les jeux dont on parle souvent entre nous en ce moment, c'est The Evil Within, Hotline Miami 2, The Order ou encore The Last Penelope, on a également pas mal bavé devant certaines annonces de l'E3 (attention, pas toutes).


Est-ce que tu penses que la surmédiatisation de la culture geek va la ramener tôt ou tard dans l'underground ?
Même si il y a une culture geek "Mainstream", il y a déjà un underground qui évolue en parallèle, les nerds savent creuser pour se construire une culture en marge qui leur est propre, on voit ça dans le circuit des indies games ou de certaines licences comme Dark Souls qui restent très hardcore mais reconnues. Donc même si on voit un peu de sentiment anti-casu dans certains medias (je pense notamment aux forums JVC et autres), les deux mondes cohabitent plutôt bien. Et ce qu'il se passe en ce moment dans la culture geek est plutôt cool, on voit de plus en plus de gens passionnés, de nouveautés, c'est tout ce qui compte.


Depuis que les jeux sont jeux, on entend parler de l'influence néfaste que les jeux violents ont sur la psyché des joueurs les plus fragiles. En tant que joueur, qu'est-ce que tu penses que cela a un impact ou la cause est complètement ailleurs ?
Les Hommes n'ont pas attendus Unreal Tournament pour s'entretuer. Donc la cause est complètement ailleurs. Je pense au contraire que les jeux ont un effet cathartique, c'est du défouloir. Pour autant que je sache, les gens comme Charles Manson ou Anders Breivik ne jouent pas aux jeux videos.


Le réalisateur Uwe Boll est, entre autres, connu pour ses adaptations foireuses de jeux vidéos à l'écran. Est-ce que tu as vu certains de ces films et qu'est-ce que tu penses plus largement des jeux adaptés au cinéma ?
Hahahaha Oui, Max les a presque tous vu, c'est clair, c'est tellement honteux que ça en devient presque drôle. Encore que l'adaptation de Postal vaut quand même le détour, le film est tellement irrespectueux de tout qu'il en devient hilarant. La plupart du temps on trouve les adaptations de jeu à l'écran décevantes, peut-être parce que ce n'est juste pas le même media, il n'a pas la même façon de transmettre des émotions et on attend pas la même chose de la part d'un joueur que d'un spectateur.
A quelques exceptions près, les jeux sont souvent de meilleurs films que les films adaptés de ces même jeux. Si il fallait citer des exemples : Metal Gear, Silent Hill, Final Fantasy...


Le mot de la fin est pour toi.
Thug life


Auteur
Commentaire
Nebula
IP:80.215.199.37
Invité
Posté le: 29/08/2015 à 18h18 - (1755)
Bien sympa cette interview, je vais jeter a nouveau une oreille sur la nouvelle galette du coup...

Matt
IP:88.160.56.121
Invité
Posté le: 31/08/2015 à 10h41 - (1758)
Pour le coup Anders Breivik jouait pour "s'entrainer" à Call Of Duty, ça a été assez médiatisé... Dans tout les exemples qui existe le mec il choisi celui à pas choisir.
Quand on fait du Peurah 16 bits, mieux vaut s'y cantonner et ne pas s'éloigner du sujet.

Matt
IP:88.160.56.121
Invité
Posté le: 31/08/2015 à 14h17 - (1761)
Pour le coup Anders Breivik jouait pour "s'entrainer" à Call Of Duty, ça a été assez médiatisé... Dans tout les exemples qui existe le mec il choisi celui à pas choisir.
Quand on fait du Peurah 16 bits, mieux vaut s'y cantonner et ne pas s'éloigner du sujet.

MrGuitoune
IP:86.66.183.40
Invité
Posté le: 06/09/2015 à 02h58 - (1773)
Super interview, perso j'aime beaucoup l'évolution musicale du groupe, le dernier album se dévoile être excellent après plusieurs écoutes, même si toujours une préférence pour le précédent.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker