Maxime Comby - THE AMSTERDAM RED LIGHT DISTRICT par PAMALACH - 2591 lectures
Fort d'un nouvel album aux sonorités d'une fraîcheur cristalline, TARLD ne s'est pas fait prier pour répondre à nos questions !


Salut TARLD ! Comment allez-vous à l'aube de la sortie du nouvel album, "Gone for a While" ?
Salut, eh bien écoute très bien ! L'album est sorti en novembre dernier et les retours sont vraiment positifs, aussi bien de la part des gens qui nous suivent, que de la presse et des radios française, européenne et US.


Vous avez mis pas mal de temps entre la sortie de votre premier album, "Dear Diary", et l'E.P, "I m not insane". Qu'est-ce qui s'est passé pendant tout ce temps ?
Oui en fait, c'est le temps qu'il nous aura fallu pour faire la promo des LP et EP précédents avec une douzaine de pays visités, des festivals comme le Groezrock, le Resurrection Fest, le Mair1, le Sylak, etc...
Il y a également le temps de composer quelque chose qui nous plaît, et qui nous ressemble. On a vraiment voulu faire les choses bien. On a essayé de se structurer au maximum avec notre petit label DIY "Red Light Records".


Bien que vous ayez toujours eu une dimension clairement Rock/Hardcore mélodique, j'ai l'impression que vous avez poussé cette dimension à un niveau bien supérieur sur "Gone for a While". Cette évolution stylistique est naturelle ou c'était une volonté affirmée ?
C'est complètement naturellement que cet album a été composé, aucune barrière n'a été posée, aucune velléité à vouloir s'octroyer une étiquette non plus, bien au contraire !
Le groupe a tout simplement mûri, pris ses marques avec les nombreuses dates. Le seul souhait qu'on avait, c'était de restituer l'énergie live des chansons sur cette galette.


Claire et puissante, la production de ce nouvel album est moins abrasive que celle de "Dear..." et peu moins "metal" que celle de l'E.P. J'imagine que vous avez voulu que le son de l'album colle au style que vous pratiquez désormais ?
On nous a beaucoup plus souvent dit : "Votre show était fou les mecs" que "votre galette est folle les mecs". Alors, on s'est dit : "Tiens, et pourquoi ne pas enregistrer LIVE ? "
On avait contacté l'Hacienda, une belle référence de la région Rhône-Alpes, un lieu tellement rempli d'histoire, qui collait vraiment à l'esprit qu'on voulait donner à l'album.
Jo et Stéphane, les boss du studio nous ont eu même suggéré l'idée d'enregistrer tous ensemble dans la même pièce, sur bande : à l'ancienne mec! Comme dans Sound City si tu connais. C'était juste parfait pour nous. Un rêve de gosse et à la fois une sorte de défi !
On a vraiment adoré! C'est tellement authentique!


Le style de musique que vous pratiquez est en général plus populaire outre-Atlantique. Avez-vous pour projet /ambition de vous exporter aux States ou ailleurs ?
On joue 80 % de nos shows à l'étranger. Au-delà d'être une ambition, c'est plus facile culturellement de jouer en Allemagne qu'en France par exemple.
Au Resurrection (le Hellfest Espagnol), on a joué après The Casualties, à 20h devant 2 ou 3000 bonhommes. Je doute qu'en France on nous donne la chance de faire ça. Même si on aimerait le contraire. Aussi, c'est bien connu, pour un Français, la plupart des groupes "made in France" sont naturellement dévalués. Ne me demande pas pourquoi, c'est comme ça! Je me rappelle avoir eu une discussion avec un gros directeur de label français dont je tairais le nom qui m'a dit : "Pour marcher dans l'industrie, il faut être ricain les mecs... ". Ça illustre bien l'idée. Pour les US, why not, on a quelques pistes, tout comme en Amérique du sud et en Australie. Tout n'est que question de timing et d'opportunités à un instant T.


La voix s'est très nettement améliorée à mon goût entre les deux opus. Là encore, c'est le fruit d'un travail acharné ou finalement une évolution personnelle ?
Elio est arrivé en 2008 et 6 mois plus tard on enregistrait les premières démos pour Dear Diary je crois, notre premier album.
Il est évident qu'il s'est bien plus imprégné des morceaux pour cet opus et qu'il a pris plus de temps pour composer ses lignes. C'est très catchy, c'est plus sincère. En tout cas merci, ça lui fera plaisir!


Il y a un petit passage "country" à la fin du premier morceau. Est-ce un clin amusé ou est-ce que vous êtes fan de cette musique ?
On a enregistré à la campagne, on est fan de Johnny Cash et de l'environnement Blue Grass. Mon pote Titi des Why Jack (un groupe Folk / punk / bluegrass) était dans le coin avec son banjo et hop en 5 minutes l'idée était trouvée. Un peu de banjo, un mec qui tape du pied avec un micro au sol, mon père (un sosie de Buffalo Bill) avec son harmonica : et en avant ! Il y a même les grillons du jardin du studio sur l'outro de "Time Flies" si tu écoutes bien.


Je trouve pas mal de vibes à la Billy Talent sur cet album. C'est un groupe que vous appréciez ? Au passage quels sont vos influences musicales ?
Billy Talent, c'est vraiment très cool, avec des songs terriblement catchy, mais objectivement ce n'est pas vraiment dans nos influences directes.
On a énormément écouté de Bronx, Blackhole, Refused, Raised Fist, The Ghost Of A Thousand en composant l'album...


Vous venez de Lyon. Comment est la scène Metal/Hardcore là-bas. Y a-t- il un groupe lyonnais que tu nous conseillerais d'écouter ?
On est de Lyon mais on ne joue pas énormément chez nous au final, du moins on évite ! Pour éviter de saouler les gens! Il y a beaucoup de groupes émergents comme Above The North, ou d'expérience comme Not Scientist ou Stereotypical Working Class. Je trouve que la touche emo des Not Scientist est vraiment cool, on les a vus au Transbo dans le cadre du Longlive Festival le week-end dernier. C'est super chouette.


Quel est la signification de votre nom au fait ?
C'est à l'issu d'un road trip dans les pays du Nord que l'idée est venue. On a visité Oslo, Stockholm, Copenhague, Bruxelles et bien sûr : Amsterdam.
On nous prenait la tête en disant : "Hey les gars allez voir le quartier rouge."
Du coup, on est allé voir et j'ai le sentiment de tomber dans un film comme "Las Vegas Parano". Des filles en vitrine, des mecs qui te propose de la coke et du LSD en pleine rue à 10 mètres des flics, des gosses qui marchent avec leurs parents : tout est normal !
Ça a fait tilt, l'image d'une société sale et bien hypocrite. Tout le monde a trouvé ça cool.


Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter à l'avenir ?
De tourner au plus dans la mesure du possible, avec des groupes qu'on aime, toujours plus de monde durant nos shows, toujours plus de sourires sur les visages des gens quand on les rencontre.


Le mot de la fin est pour vous.
Écoutez notre album, venez découvrir le groupe en live, c'est ici que tout se passe ! Si tu es promoteur/ asso française, fais-moi mentir et contacte-nous avec plaisir ! Et bien sûr... Merci à VS pour nous avoir contactés ! Longue vie à vous !


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker