Aker (guitare) & Lenos (guitare, basse, chant) - AEON PATRONIST par SHEB - 3311 lectures
Un groupe qui émerge de La Réunion ? Ce n'est vraiment pas courant. Quand en plus ce groupe nous balance l'un des meilleurs albums de death technique de l'année, il devient indispensable d'aller faire connaissance avec ces metalheads de l'océan Indien.


Salut et merci de répondre à mes questions. Pouvez-vous présenter le groupe ?
Aeon Patronist dans sa première version était composé de Tom à la batterie, Aker à la deuxième guitare et moi-même à la guitare et au chant. Après le départ de Tom pour poursuivre des études de musique à la M.A.I de Nancy, j'ai fait appel à des musiciens avec qui j'avais déjà joué dans mes projets d'avant. C'est comme ça que Faust nous a rejoint à la batterie depuis avril. Le bassiste et le claviériste ne font plus partie du groupe depuis peu. Nous sommes donc toujours en reconstruction, et nous comptons bien poursuivre sur notre voie.


Quels sont vos parcours respectifs ? Cela fait longtemps que vous jouez de la musique ?
Lenos : Pour ma part j'ai débuté la guitare en 2007 en autodidacte. J'ai joué pour moi-même pendant à peu près 6 mois avant de commencer à chercher  dans les petites annonces un groupe qui aurait besoin d'un guitariste. C'est comme ça que j'ai rejoint une petite formation qui faisait des reprises de punk-rock. Le batteur du groupe était aussi bassiste dans un groupe qui faisait des reprises de Cradle of Filth, Chimaira, Soulfly pour n'en citer que quelques uns, et il se trouvait qu'il leur manquait un guitariste. J'ai tenté ma chance, alors que je ne connaissais presque rien au métal, et me voilà 7 ans et plusieurs groupes plus tard à continuer dans la même lancée.

Aker : J'ai appris à jouer en partageant ma musique avec des groupes ou des musiciens sur la région Toulousaine d'où je suis originaire et ensuite sur La Réunion où je vis depuis 13 ans. J'ai eu un parcours d'autodidacte et cela m'a donné l'occasion d'aborder différents styles de musique. Le Metal reste bien-sûr mon style de prédilection, j'ai aussi des préférences pour les musiques aux sonorités exotiques ou orientales.


Quelle est la signification du nom du groupe ?
Lenos : «Aeon» désigne la vie, la lumière. «Patronist» est un néologisme pour «protecteur». Aeon Patronist est le nom que j'ai choisi pour nommer les entités cosmiques dans leur aspect protecteur. C'est un thème qui me touche particulièrement et qui m'inspire dans mes compositions.


Est ce que dès la création du groupe l'idée était de jouer du death technique ou bien le style a-t-il évolué au fil du temps ?
Le style s'est imposé de lui-même, on n'a jamais essayé de faire de la musique « dans le style de » ou bien tenter de rejoindre un courant plutôt qu'un autre. Nous avons bien entendu des influences venant du Death Technique et bien d'autres styles, et ça se ressent sûrement, mais cela n'a jamais été planifié, ça s'est fait naturellement.


L'album comporte des instruments traditionnels, pouvez­vous nous en parler ?
On peut entendre le Kayamb dans la courte intro de « Reborn Through The blinding Fire » qui est un instrument traditionnel du Maloya (musique traditionnelle de La Réunion). Il y a aussi la Darbouka pour le passage en percussions au milieu du morceau « The Mad Poet » qui a une origine orientale, qui est un instrument déjà plus connu.


C'était important pour vous d'inclure ces instruments traditionnels ? De mettre dans du metal extrême une petite part de votre culture locale ?
Aker : Certains moments dans nos morceaux s'y prêtaient bien. Cela s'est donc fait naturellement et au final on entend ces instruments sur de courts instants, on n'a pas voulu trop en abuser afin d'éviter que ça devienne lassant. Bien sûr cela nous permet de mettre en avant une petite part de la culture locale, juste assez pour éveiller la curiosité et donner une ambiance ou une dimension originale à certains morceaux.

Lenos : Ca s'est rajouté surtout pendant la phase d'arrangement, quand on a commencé à prendre du recul par rapport à l'ensemble, il manquait un petit quelque chose qui englobe le tout, et qui donnait plus de profondeur à l'ambiance qu'on essayait de dessiner.


Comment s'est passé l'enregistrement ? Disposez vous à la réunion d'un studio assez bien équipé pour accueillir un groupe de metal extrême ou avez vous du faire un peu avec les moyens du bord ?
Nous avons enregistré et mixé la totalité de l'enregistrement par nous même. Il y a à la Réunion de nombreux studios d'enregistrement professionnels, mais nous étions déterminés à le faire même si nous n'avions aucune connaissance en la matière. Premièrement par faute de moyens financiers, et surtout parce que nous avions la possibilité d'emprunter le matos nécessaire. Nous n'avions que la location d'un kit de micros et une salle de répétition à charge.


Vous avez enregistré et mixé vous même c'est une volonté de contrôler votre musique ou bien une obligation devant l'absence d'ingé son capable d'enregistrer du métal ?
l est certain que l'on aurait pu trouver un ingé son qui puisse nous enregistrer, mais on a préféré tenter l'aventure. On était déjà motivés et d'accord pour s'en charger jusqu'au bout! Cela nous a permis de prendre notre temps et de prendre du recul. Et aussi parce qu'on a préféré réserver notre budget pour le pressage du CD.


Un mot sur le mastering que vous avez confié à Pascal Ricard et Ulric jacquot ?
Le mastering a été fait gracieusement par Pascal Ricard du studio Rock&Chansons, qui a été assisté par notre ami Ulric Jacquot, qui faisait alors ses études dans les métiers du son, qu'on remercie au passage. Ce qui nous a permis encore une fois de limiter les frais.


Êtes vous satisfaits du résultat ? ya t'il des choses que vous feriez différemment si vous le pouviez ?
Lénos : Je suis content du résultat final, même si avec le recul on se rend compte que l'on aurait pu améliorer certaines choses comme la batterie ou la basse par exemple. Pour les prochains enregistrements on sait ce qu'il faudra améliorer, surtout en termes de prises de son!

Aker : Pour de l'auto-production , ça tient bien la route! Heureusement le mastering a donné un bon coup de boost à notre mix même si certains morceaux rendent moins bien que d'autres. Mais on est surtout satisfait d'avoir pu arriver à obtenir un produit final avec les moyens du bord et d'y avoir cru jusqu'au bout ! Avec un meilleur financement le son aurait été forcément plus pro mais pas de regrets car le son de ce premier CD représente quand même le maximum que l'on pouvait donner à cette période.


L'album est sorti en autoprod', vous n"avez pas cherché de label ?
On voulait tout d'abord aller jusqu'au bout de notre intention en sortant le CD nous même, et ensuite partir à la conquête d'un label. Et il faut aussi dire que nous n'avions aucune idée de la marche à suivre pour passer à l'étape suivante. On a donc cherché notre chemin au fur et à mesure et du coup certaines portes se sont ouvertes à nous. On a surtout eu la bonne surprise d'attirer ton attention en envoyant vers VS-Webzine, ensuite il y a sûrement eu une sorte de réaction en chaîne et d'autres chroniques ont fait leur apparition.


Comment sont les premières critiques ? Apparemment très bonnes ?
Lénos : Jusqu'à aujourd'hui l'album a été très bien accueilli, et ce malgré la qualité de notre autoproduction. On ne s'y attendait pas vraiment, mais pour nous c'est quand même la preuve qu'il y a encore des personnes qui considèrent la musique pour ce qu'elle est, qu'il y ait des moyens de production ou pas.

Aker : Les critiques sont à notre très grande surprise très positives, c'est là que l'on s'est dit qu'on avait bien fait de sortir le cd ! Au final notre musique ne laisse pas indifférent et mieux, certains lui trouve même  un « style ».


Est ce que cela vous a permis de rentrer en contact avec des labels ? Je sais qu'une partie de vos CD sont dispo chez Great Dane Records et qu'ils se sont occupés de votre promo...
En fait, nous somme entrés en contact avec Great Dane Records quelques temps avant l'apparition des chroniques, ce qui nous a permis par la suite d'effectuer un trade. Ils s'occupent actuellement de la promotion de "Through the Paths of Delusion". D'ailleurs le 11 septembre dernier, notre album était présent pendant la soirée d'écoute au Carré des Halles à Lille aux côtés de Monument of Misanthropy et Dungortheb, ce qui est un honneur pour nous ! Pour la suite, ce sera des diffusions sur les radios et les webzines.


Est-ce que cela augure d'une possible collaboration pour un éventuel futur album ?
On espère bien pour le prochain. On ne s'imaginait pas se retrouver en contact avec des personnes à l'écoute et accessibles. Ce qui nous donne un cadre très propice pour le futur.


Quelques questions qui vont peut-être te sembler naïves mais vu de la métropole, il est difficile d'imaginer quelle peut-être la condition d'un metalleux à la Réunion... J'imagine que trouver des CD ne doit pas être chose très aisée, surtout si on cherche quelque chose de pointu ?
On peut trouver quand même pas mal de références, par exemple le dernier "Time I" de WINTERSUN ou bien "At the Gates of Sethu" de NILE étaient disponibles peut de temps après la sortie métropole. Après il faut avoir un peu de chance, ce sont souvent des quantités très limitées. Sinon pour les groupes plus difficiles à trouver, direction le net. Par contre certains groupes de metal de métropole ou de l'international viennent sur l'île mais ce sont des moments rares !


Au niveau des concerts, comment ça se passe ? Y a-t-il des lieux susceptibles d'accueillir des concerts de metal ? Y a t-il un public ou jouer vous pour vos potes des autres groupes de l'île ?
La scène est vivante, et il y a bien sûr des salles qui accueillent des groupes de métal. Ce qui est particulier au niveau du public c'est que tous les genres sont mélangés. Les personnes qui écoutent du black sont présents au même concert que les gens qui préfèrent le deathcore ou le heavy metal. D'ailleurs pendant les soirées metal, on retrouve des groupes de tous styles, des fois des groupes de rock.


D'ailleurs les autres groupes parlons-en... En dehors de vous quelles sont les autres formations de l'île car il faut bien avouer que les groupes en provenance de la Réunion ne se rencontrent pas très souvent...
Il y a de nombreux groupes de metal qui sont présents depuis des années. NAZCA était un des premiers, il y a eu aussi BACKSTROKE et WARFIELD qui ont même fait des tournées en métropole. BLACK BABOUK, AT FIRST WE SCREAM et THE ELLIPSIS NOTION ont aussi sorti leur album cette année. Sans parler de toutes les autres formations qui existent à travers les concerts de la scène locale.


Si on veut se procurer votre album, on fait comment?
Rendez-vous sur https://aeonpatronist.bandcamp.com/album/through-the-paths-of-delusion où on peut tout écouter et acheter l'album en digital ou bien en format CD Cristal qui sera envoyé depuis la Réunion. Vous pouvez aussi le trouver sur le bandcamp de Great Dane Records. Pour nos amis réunionnais dans les magasins Agora de l'Ile.


A part ça quels sont vos projets ? Peut-on espérer vous voir un jour jouer en métropole ?
Faire au plus vite des concerts dès que notre line-up sera complet et composer par la suite notre deuxième album. Et on espère bien participer à un Festival en Métropole ou ailleurs quand nous aurons les épaules assez solides pour jouer live sur un événement de cette ampleur! Pour finir merci à toutes les personnes qui nous soutiennent et qui continuent de s'investir dans la scène underground et à toi Sheb pour avoir mis un coup de projecteur sur AEON PATRONIST!


Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 21/10/2014 à 23h21 - (1351)
Bonne interview pour un groupe tout aussi bon... :)

Perso, j'ai pris mon exemplaire chez Great Dane Records (c'est plus avantageux pour la métropole) et tout c'est très bien passé... Service très efficace et sûr ! :)

Hé, hé, hé, en plus, mon côté réunionnais est bien content qu'il y ait de bons groupes de metal là-bas... ;)



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 24/10/2014 à 20h12 - (1358)
Bien sûr, il faut être curieux et aller à la rencontre de groupes méconnus. Mais parfois, deux clics pour atteindre l'interview + pas de player + pas même un lien cliquable pour écouter la musique, ce n'est franchement pas rendre service au groupe. Même si en vérifiant VS a déjà consacré plusieurs news à Aeon Patronist. C'est un peu dommage de bénéficier d'une telle exposition et de risquer de perdre l'auditeur potentiel en route.

Sinon, merci pour la découverte. Il y a encore quelques maladresses ou de choses déjà entendues, mais ce groupe propose une musique tout à fait sympathique. Sans trop agiter le côté exotique, c'est rafraichissant le côté réunionnais. Bonne chance à eux pour la suite !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker