SOLSTAFIR
Ótta






 


Amduscias - TEMPLE OF BAAL - TRACK BY TRACK par VSGREG - 5835 lectures
TEMPLE OF BAAL sortira "Verses of Fire", son nouvel album sortira le 29 octobre via Agonia Records, Amduscias vous le présente pour VS-webzine !





Titre de l'album :
Amduscias : Chaque album de Temple Of Baal, de manière évidente ou non, est directement relié à l'ésotérisme et à une relation avec le principe de transcendance induit par celui-ci. Ce quatrième album n'échappe pas à la règle puisque ces "versets de feu" sont les paroles de Lucifer, enseignant la parole de la Liberté absolue aux hommes.
Le thème du feu est récurent et je dirais même central chez Temple Of Baal. "Flames Of Baal", "Triumph Of Heretic Fire"... Symbole de destruction, bien sûr, mais également de purification : La destruction symbolique des barrières spirituelles posées par des idéologies présentées comme "bonnes" et "saines", mais qui n'ont pour but final que de mener l'humanité comme un troupeau de moutons bien sages et prêts à accomplir les désirs des puissants... Bien sûr, l'accès à cette connaissance, à cette liberté, n'est pas gratuit : Son prix est symbolisé par la chute de Lucifer et sa damnation. Partant de ce postulat, libre à chacun de suivre sa propre voie, couber l'échine, ou accéder aux trésors interdits...

Artwork :



Amduscias : L'artwork est l'œuvre des artistes de AAAA Atelier. Ils sont venus nous voir en studio et nous leur avons fait écouter l'album une fois terminé, paroles en main, afin qu'ils s'imprègnent de l'esprit de ce disque. On peut y voir le visage d'un homme, rappelant celui d'une icône religieuse, qui aurait été exposé aux flammes de la Révélation Luciférienne : Le bas du visage se décompose comme s'il fondait, mais le haut du crâne, chauve, est resté intact. J'y vois une illustration du renoncement au physique, et une consécration du spirituel. Ce dessin illustre également à merveille le principe de la méditation, à la base de la création des morceaux de Temple Of Baal.

Production / Studio :
Amduscias : Nous sommes retournés au Hybreed Studio en compagnie d'Andrew Guillotin, avec qui nous travaillons maintenant depuis cinq ans. Les contraintes d'emploi du temps des uns et des autres ont fait que nous avons dû étaler les séances sur plusieurs mois, ce qui nous a permis d'avoir beaucoup de recul sur notre travail, mais le peu de temps dont nous disposions au final a fait que nous ne nous sommes pas reposés, et que malgré l'étalement des séances, nous avons pu garder une dimension spontanée aux prises, pour lesquelles il était hors de question de perdre du temps ! Le tout s'est néanmoins déroulé dans une atmosphère assez sereine car nous avions préparé cet album en répétition et sur prémaquettes, nous savions donc ce que nous avions à faire. Hélas, Alastor a décidé de quitter Temple Of Baal en plein enregistrement, et j'ai dû terminer moi-même ses pistes de guitare. Je dois dire que même si nous sentions que cela finirait par arriver, et que nous comprenions tout à fait sa décision, le choc a été assez rude à encaisser...
Au niveau de la production, à la différence de "Lightslaying..." et "The Vision...", nous avons souhaité revenir à un son le plus organique possible. Nous avons donc travaillé à l'ampli plutôt qu'au Pod, et le résultat s'en ressent grandement à mon sens. Nous avons également demandé à Andrew de mixer l'album sans triggers, à part pour la grosse caisse, pour laquelle nous avons simplement réinjecté le son acoustique de la grosse caisse de Skvm. Le résultat est bien plus vivant que sur nos derniers disques, et beaucoup plus proche de l'esprit qui animait Temple Of Baal à ses débuts.



Musique, Cinema/DVD, livres, jeux ?
Amduscias : J'ai beaucoup lu Aleister Crowley pendant l'élaboration de l'album. Je lis cet auteur depuis que j'ai 18-20 ans, mais il m'a fallu du temps pour commencer simplement à le comprendre ! Je dois dire qu'il a influencé une partie de ma spiritualité, et forcément, de mon inspiration, c'est pourquoi sa trace se retrouve dans certains textes de ce disque. Au niveau des lectures moins connotées, j'ai adoré Life de Keith Richards, totalement rock'n'roll et culte, ainsi que Ma fabuleuse enfance dans l'Amérique des années 50 de Bill Bryson, satirique et décapant.
Niveaux écoutes : Hormis les vieux classiques du Black et du Death Metal qui tournent toujours chez moi : Dodecahedron, Teitanblood, Archgoat ont pas mal rythmé mes journées. Et pour le repos post-enregistrement, Portishead, le 1er Goldfrapp, Protection et Mezzanine de Massive Attack, et In A Silent Way de Miles Davis.
Pour ce qui est des films et des jeux, j'ai comme beaucoup de monde je pense, été happé par les séries Game Of Thrones et Vikings. Et je ne suis pas un hard core gamer du tout, mais je me suis découvert accro à la série des Call of Duty !

Track by Track :
1. το αστέρι 418 :
Un titre inspiré par le liber 813 vel Ararita de Crowley, qui est l'un des premiers que j'ai pu lire de cet auteur, il y a une vingtaine d'années. Un livre assez bref mais très complexe sur les permutations du Divin... au sens Crowleyen du terme bien entendu.



D'entrée, nous avons placé un morceau "à tiroirs", abordant plusieurs atmosphères, sur un temps assez long pour Temple Of Baal, plus de sept minutes. Nous avons cherché à développer le songwriting sur Verses Of Fire, je suis assez attaché à ce type de morceaux, comme l'on peut en trouver sur les vieux Darkthrone, dans lesquels les musiciens ne se cantonnent pas à une seule ambiance. Le titre en grec s'est imposé de lui-même. Une fois les paroles écrites, j'ai "vu" ce titre dans mon esprit pour une raison que j'ignore et que je ne saurais expliquer.

2. Bloodangel : L'un des titres les plus directs de l'album, qui rappellera à certains mon passé chez Antaeus. Un texte énigmatique à propos du Doppelgänger et de la damnation.
"I fear no judgement, I have seen, I know what's beyond, Bloodangel rise !"

3. Arcana Silentium :



Un morceau écrit par Alastor, et qui nous a demandé beaucoup de travail, tant pour la mise en oeuvre instrumentale que pour les paroles. "Savoir, vouloir, oser, se taire..." C'est aussi la première fois que nous osons écrire une partie du texte en français, c'était un souhait d'Alastor et un défi pour moi, j'ai toujours une certaine réticence à employer le français dans le Metal... Et finalement j'ai rajouté du latin et des voix claires, encore une première dans notre histoire !

4. The Tenth Aethyr : A nouveau la manifestation de Crowley à travers son Liber 418 The Vision And The Voice. L'un des morceaux les plus axés "Black Metal" de Verses Of Fire au niveau des riffs. J'ai ressenti ce besoin en réécoutant Lightslaying Rituals, plusieurs mois après sa sortie, avec du recul et une oreille "reposée". J'aime toujours énormément ce disque, mais il manquait un peu de ce genre de climats, qui étaient très présents sur Traitors To Mankind. Je ne vois pas pour autant cette démarche comme un retour du groupe vers son passé, mais plutôt comme un élément refaisant surface. J'ai l'habitude de dire que je "reçois" la musique lorsque je la compose. Bien sûr, il y a aussi le désir d'aller dans une direction, mais je ne me suis jamais assis avec ma guitare en me disant "ok, aujourd'hui, composons du Black Metal", "ok, aujourd'hui, je veux du Death..." Tout part souvent d'une lecture, d'une pensée, d'un moment donné où mon esprit "lâche prise". C'est dans un tel moment, après la lecture du Liber 418, que l'intro, puis peu à peu tout le morceau, m'est venu.

5. Gates Of Death : Un morceau assez old school, où nous laissons parler nos influences Beherit et Archgoat, avec le son Temple Of Baal. Je suis assez impatient de le jouer live. Il fait partie des morceaux que j'ai composés d'une traite, comme Black War sur la démo, ou Slaves To The Beast (même si l'histoire de Slaves To The Beast est encore un peu plus spéciale, puisque nous rentrions d'un concert avec Barbatos à Toulouse, en train, et que j'avais tout écrit en quelques minutes sur une feuille de papier à musique !) D'ailleurs le pont mid tempo rappelle un peu notre première époque, je lui trouve un côté Venom, mélangé à des dissonances qui sonnent forcément un peu plus contemporaines, donc au final, même dans un titre direct et brutal, on retrouve pas mal d'influences...

6. Gnosis Of Fire : Un autre morceau composé par Alastor, mêlant du mid tempo à des vitesses les plus extrêmes jamais atteintes chez Temple Of Baal. De l'intérêt d'avoir un batteur à la technique exhaustive ! C'était d'ailleurs assez étonnant. Nous avons l'habitude de pré-maquetter nos compositions chez nous et d'envoyer les MP3 aux autres musiciens du groupe afin que tout le monde arrive en répétition en sachant quoi jouer... Et lorsque nous avons entendu ce blast avec une programmation de boite à rythmes (et donc, comme souvent, une caisse claire par trop présente dans le mix !) la première réaction a été de se demander si c'était réellement jouable... Et ça l'était !

7. Golden Wings Of Azazel : Les racines Thrash de Temple Of Baal sont ici les plus évidentes à l'oreille. Encore un morceau qu'il me tarde de jouer en concert !



Les paroles sont une allégeance à Azazel, qui refusa l'autorité de Dieu puis fut transformé en bouc émissaire sous la forme... D'un bouc, personnifiant le pêché et l'impureté, et qui était mené au désert afin d'y mourir pour expier les fautes du peuple d'Israël.

8. Lord Of The Raging Seas : Temple Of Baal n'a jamais caché ses influences Death Metal, même si le Black reste central chez nous. Nous sommes fans d'Immolation, Carcass, Bolt Thrower... Et je pense que cette filiation est ici évidente, même si le riffing de la partie centrale est plus "Black Metal" dans l'esprit. Belle illustration du texte à la batterie avec la partie combinée aux toms et aux cymbales.

9. Serpens Luminis : Un manifeste à la gloire de Lucifer. Une partie centrale tirant sur le Doom, à l'atmosphère de recueillement. Voila, comme cela arrive parfois un morceau dont le rendu final diffère totalement de ce que j'imaginais au moment de sa composition : J'avais en tête quelque chose de beaucoup plus linéaire et froid, un peu dans l'esprit Darkthrone "Under A Funeral Moon", version Temple Of Baal 2013, bien sûr, et finalement nous avons là un titre à la croisée d'influences très diverses, avec des parties finalement assez mélodieuses pour du Temple Of Baal.

10. Walls Of Fire : L'un de nos titres les plus ambitieux, atteignant pratiquement les 10 minutes. Un titre puisant dans les racines de Temple Of Baal, le Black Metal, tant dans la forme que dans le fond. Le texte, emprunt de la plus grande dévotion, aborde l'isolement psychique nécessaire à la communion avec "l'autre côté". Les riffs, très typés Black Metal, contribuent à développer ce climat méditatif et introspectif : l'intro à elle seule ne dure pas moins de 3 minutes 30. C'est un morceau dont je suis particulièrement fier, et qui personnifie à lui seul la dimension que je cherchais à donner à cet album, profonde, épique et dévotionnelle. Il s'est donc imposé de lui-même comme titre de fin d'album.



"Concealed by walls of Flames
Rise the voices of the damned
Gospel of Death, the words dire
The verses of Fire..."

Auteur
Commentaire
xOv
Membre enregistré
Posté le: 25/10/2013 à 17h39 - (905)
Très bon son ! Temple montre toute l'étendue de son talent !
Support m/



Paul
IP:62.141.32.45
Invité
Posté le: 25/10/2013 à 19h03 - (906)
le meilleur groupe français. Tout simplement

GzU
Membre enregistré
Posté le: 26/10/2013 à 18h35 - (908)
Hâte d'écouter ça sur ma platine :) en tous les cas ce titre à titre m'a mit l'écume au lèvre :)

yohm
Membre enregistré
Posté le: 27/10/2013 à 08h08 - (909)
Whououh ça défonce!

slayerized
IP:109.16.208.181
Invité
Posté le: 28/10/2013 à 17h16 - (912)
c'est très sympa,je connaissais que de nom


carbonized_ju
Membre enregistré
Posté le: 30/10/2013 à 18h06 - (913)
Ecouté en entier et putain, c'est vraiment très bon ! Du coup j'ai bian hâte de les voir au Wolfthrone et de chopper cette nouvelle galette ! (Très bel artwork)

Sinon c'est toujours super interessant ces track by tracks ! Bien joué !



Kane
IP:82.120.4.251
Invité
Posté le: 31/10/2013 à 09h52 - (914)
Je l'attendais énormément ce nouvel album. Après avoir été conquis par Lightslaying Rituals, bluffé par l'évolution du groupe sur le split avec Ritualization, je suis achevé par Verses of fire. Excellent album qui fout d'emblée la pression pour le prochain qui devra être encore meilleur (ou différent). Verses of fire est conforme à ce que j'en attendais, voire plus, car il y a quelques petits passages bien sympas auxquels on s'attend pas vraiment (le texte en français, ou bien Amduscias qui pousse un cri de banshee sur Golden wings of Azazel.

Jotun
IP:90.1.15.51
Invité
Posté le: 01/11/2013 à 13h05 - (918)
Effectivement très bon album par contre ce n'est as vraiment du black... mais plutôt death maintenant...SVPPORT TOB !

Kane
IP:82.243.244.3
Invité
Posté le: 02/11/2013 à 07h44 - (920)
Ni totalement black ni totalement death. Vraiment pile poil entre les deux.



cherokkee
Membre enregistré
Posté le: 08/11/2013 à 13h30 - (936)
Oui et puis d'ailleurs, on s'en fout.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker




TOP5
ANDREAS MARSCHALL
Un article consacré à cet illustrateur, scénariste et réalisateur allemand.

REMEMBER
REFUSED - The Shape Of Punk To Come
La chronique de l'album par DaleNixon.

REMEMBER
TYPE O NEGATIVE - October Rust
La chronique de l'album par forlorn.

LIVE REPORT
MACHINE HEAD à Paris
Machine Head présente son nouvel album au public parisien !

LIVE REPORT
MORBID ANGEL à Limoges
DaleNixon vous raconte le concert special "Covenant"

REVELATIONS
ZAPRUDER - Fall in Line
"un groupe qui pilonne les murs en essayant d'y dessiner des œuvres d'arts"

LIVE REPORT
HELMET à Paris
La tournée célébrant "Betty" était de passage à Paris !

LIVE REPORT
DesertFest Belgium
Compte rendu de l’édition belge du DESERT FEST

REMEMBER
MUDHONEY - Superfuzz Bigmuff + Early Singles
La chronique de l'album par DaleNixon.

REMEMBER
FEARED CREATION - Five Reasons to Hate
La chronique de la Demo par forlorn.

INTERVIEW
BETRAYING THE MARTYRS
Le groupe nous parle des tournées aux USA et les différences avec les concerts en Europe.

INTERVIEW
PSYKUP
PSYKUP est de retour !

Une petite interview sympathique s'imposait.

TOP5
Spécial Hellfest : Les reformations
Retrouvez un article consacré aux reformations au Hellfest.

INTERVIEW
ELECTRIC WIZARD
Jus et Liz nous parlent de l'actualité du groupe, à l'occasion de leur nouvel album, "Time to Die".



 


Saisir une DATE
(format AAAA-MM-JJ)


 
VS partenaire du HELLFEST

NEWS
KRONIKS
KRONIKS REMEMBER
LIVE REPORTS
INTERVIEWS
BLOGS



a
 


MACHINE HEAD

Bloodstone & Diamonds

REVOCATION

Deathless

DEVIN TOWNSEND



EXODUS

Blood In Blood Out

DARKSPACE

Dark Space III I

NESSERIA

Fractures

AqME

Dévisager Dieu

IRON REAGAN

The Tyranny of Will

OBITUARY

Inked In Blood

CAVALERA CONSPIRACY

Pandemonium

SOLSTAFIR

Ótta