Neige - ALCEST par BRAS CASSé - 5456 lectures
Alors qu'ALCEST (Post-Black/Shoegaze - France) a entamé la préproduction de son prochain album, Neige a bien voulu consacré un peu de son temps pour répondre à quelques questions de Bras Cassé évoquant son groupes, ses projets parallèles et ses influences.

Bonjour Neige, commençons par une question existentielle : Alcest, Metal ou pas Metal?
Ce n’est pas évident… Alcest comporte des éléments propres au Metal bien entendu mais n'est pas d'avantage influencé par ce style de musique que par d'autres tels que le rock indépendant, le shoegaze, la folk, les groupes mythiques du label 4AD (Dead Can Dance, Cocteau Twins), etc… Je ne sais pas si cela suffit pour ranger Alcest dans la catégorie "Metal", à toi de me le dire. Mon passé de musicien au sein de divers groupes de Black a eu une grosse influence sur la manière dont les gens perçoivent Alcest aujourd'hui, je trouve ça dommage d'ailleurs. Les étiquettes ne sont finalement pas très importantes, il faut écouter la musique pour ce qu'elle est.



J’ai assisté à votre show fin septembre 2011 à Toronto en ouverture d’Enslaved, où le public vous a crié son amour de fort belle manière avec une belle standing ovation, est-ce la même chose partout où vous vous déplacez?
Ce fut un bon concert et Toronto est une ville chaleureuse. De manière générale nous avons une relation particulière avec notre public, qui le plus souvent nous renvoie quelque chose de vraiment fort. Lors de nos concerts on assiste à toutes sortes de réactions : beaucoup de sourires, de pleurs, des gens qui dansent lentement, ou simplement immobiles les yeux fermés appréciant la musique. Plus surprenant, en Chine et en Australie on a même eu droit à quelques pogos! C'est curieux car je n'ai jamais été très à l'aise sur scène. Je préfère être chez moi et composer. En revanche cette émotion que nous renvoie le public à chaque fois est une raison suffisante pour me faire aimer la scène. Partager ma musique avec les gens et recevoir ça en échange est quelque chose d'incroyable.

Comment expliques-tu qu’Alcest fascine autant les nord-américains, et ce dès le premier album, alors que c’est un public qui aime pourtant taper du pied et lever le poing ? Et est-ce que l’Amérique du Nord est un marché sur lequel tu souhaites consacrer ton temps et ton énergie ?
Je ne sais pas, peut être le fait qu'aux U.S.A le public est plus motivé et ouvert d'esprit qu'en Europe. Les gens ne cherchent pas à nous donner une étiquette à tout prix. Nous y avons fait 3 tournées en deux ans et c'est à chaque fois un plaisir. Ce n'est pas un territoire auquel nous accordons d'avantage d'importance par rapport à un autre mais nous sommes évidemment ravis qu’Alcest plaise là-bas.

Un français aux cheveux longs qui tient une guitare, ça plait aux demoiselles outre-Atlantique. Lors de cette fameuse tournée, as-tu été un grand séducteur et fais honneur à notre statut ?
Désolé de te décevoir mais à part notre penchant pour la bonne bière et les cigarettes nous ne sommes pas un groupe très rock'n'roll dans ce sens-là eheh. De plus la plupart d'entre nous sont en couple!

Le site que tu as créé pour la tournée avec Les Discrets/Soror Dolorosa est suivi par des gens de tout horizon, la majorité s’exprimant en anglais. Alcest dépasse donc les frontières de notre beau pays. Comment expliques- tu cet engouement des autres pays et quels sont ceux où Alcest marche le mieux?
Je ne sais pas. En dépit du fait que cette musique soit déroutante je pense que les gens sentent que c'est un projet profond, sérieux et mené avec sincérité. J'ai créé Alcest lorsque j'avais 15 ans et mes obsessions, mes objectifs sont restés les mêmes après toutes ces années. Les émotions que j’exprime sont plutôt inhabituelles dans un milieu tel que celui du Metal car très positives, à la fois puissantes et fragiles, lumineuses. Il y a également beaucoup de spiritualité et de nostalgie dans ce que j’essaye d’exprimer. Je veux que mes morceaux soient le plus possible détachés de la réalité que l'on connait, le plus éthérés possible, comme venus d’ailleurs. Les pays dans lesquels Alcest marche le mieux sont l'Angleterre, les U.S.A, l'Italie, l’Allemagne, etc... Je ne sais pas pourquoi tels ou tels pays y sont plus sensibles que d’autres, mais ce sont sans doute pour les mêmes raisons que les gens nous apprécient ou pas. Egalement, le choix de chanter en Français divise. Ce qui est dommage je trouve, tellement peu de groupes chantent en Français… Ce n’est pas une langue facile à manier, je passe beaucoup de temps sur mes textes pour que leurs sonorités ne soient pas trop rugueuses et puissent s’adapter aux mélodies.



Le Hellfest a vu sa tente Valley archi bondée pour votre set. Comment as-tu trouvé l’accueil du public ? Est-ce particulier de jouer au Hellfest ?
En ce qui me concerne j’étais assez stressé, comme à chaque fois que nous jouons en France car jusqu'à présent ce n'était pas un pays avec qui nous avions particulièrement une bonne accroche. Il semblerait que les choses commencent à évoluer. On avait déjà été surpris par l'accueil très positif que nous avait réservé Paris lors de notre dernier concert avec Les Discrets et Soror Doloroa, et donc encore plus par celui du Hellfest car une bonne partie des gens présents ne nous connaissait sans doute pas. Le public était nombreux, attentif et chaleureux, ça nous a beaucoup touché.

Et ensuite, tu as/vas enchainer avec le Tuska, Brutal Assault, Summerbreeze, le festival Astral en Russie et Ukraine, de nombreux autres festivals, puis bientôt le Japon, suivi d’une longue tournée européenne avec Katatonia. Tu es très très demandé et je t’en félicite. 2012 est-elle l’année Alcest ?
Oui définitivement. Je crois qu'entre tout j'ai dû rester chez moi peut être 4 mois dans l'année, pas plus. Ce n’est pas de tout repos mais nous avons à présent la tête pleine de souvenirs. En ce qui concerne l'année prochaine, mis à part l'enregistrement du nouvel album on va se calmer sur les concerts. Nous ne commencerons vraiment les tournées pour promouvoir l'album qu'à partir de l'été prochain.

Quels retours as-tu eu pour les ”Voyages de l’Ame”, de la part de la presse, des fans et numériquement parlant avec les ventes?
Les retours de la presse et des fans ont été bons. Comme d’habitude avec Alcest, à chaque nouvelle sortie certains sont déstabilisé par notre nouvelle approche, notre nouveau son, mais au fil des semaines les retours changent de ton c’est étrange. Je pense que ce genre de musique demande une immersion totale. Ce n’est pas quelque chose que l’on écoute à la volée ou dans un état d’esprit qui n’est pas adéquat. Pour moi Alcest a toujours été un univers et un concept bien avant d’être un groupe de musique. Je ne fais pas ça pour m’amuser, et ce projet est autant ancré dans la spiritualité que ce que pourrait l’être à titre d’exemple un groupe de Black Metal. La différence étant que dans mon cas ce spirituel et cette vision se situent du côté diamétralement opposé. En ce qui concerne les ventes, elles furent bonnes. Nous avons d’ailleurs reçu une récompense de Impala (une société de musiques indépendantes) pour avoir vendu plus de 20000 copies du dernier album en Europe en moins de 6 mois, ce qui nous a agréablement surpris vu l’état actuel des ventes de disques.

Pas de réponse démago. Quel est ton album d’Alcest préféré?
Ca dépend vraiment des périodes mais en ce moment j'ai un faible pour le premier album "Souvenirs d'un autre monde" car en plus du facteur nostalgie c'est un album que je trouve abouti tout en étant très simple. Notre prochain album s’inscrira d’ailleurs dans cette lignée.

Ce que j’aime chez Alcest, c’est l’homogénéité, qualitativement parlant, de chaque album ? Composes-tu tout seul ?
Oui je compose l’intégralité de la musique et des textes, ensuite je me rends chez mon batteur et nous mettons en place les lignes de batterie. A l’époque du premier album j’étais seul mais depuis 2009 nous sommes deux musiciens en studio.



Comment se déroule ta collaboration avec Prophecy Productions ? J’ai l’impression que les germains mettent le paquet et croient en toi.
Oui, Prophecy ont fait un gros travail de promo pour la sortie de l’album. On les avait pas mal poussés dans cette direction au préalable. La collaboration se passe bien et ils sont ouverts à nos idées, c’est une chose importante de la part d’un label.

D’où te vient cette inspiration ? Un romantisme exacerbé ? Une vue imprenable depuis ton habitation qui te fais voyager intellectuellement ? Une admiration pour les éditions Arlequin ou les comédies romantiques ?
Ahah non…Cela me vient en fait d’une expérience assez « spéciale » vécue lors de mon enfance et qui a laissé en moi une marque indélébile, ayant encore aujourd’hui une grosse influence sur mes croyances et ma façon de voir la vie en général. En gros j’ai eu entre l’âge de 4 et 9 ans des sortes de visions, des « rêves » éveillés sur lesquels je n’avais aucun contrôle. Ces visions me montraient une réalité ne correspondant pas à la nôtre, une sorte de paysage magique, iridescent, aux couleurs différentes de celles que l’on peut voir ici, un « paradis » impossible à décrire par les mots et habité par des êtres de lumière. Avec les années et mes recherches j’ai remarqué que cette expérience se rapprochait beaucoup de ce que décrivent après coup les gens ayant eu une expérience de mort imminente (NDE), à la différence que dans mon cas j’étais conscient. Cette expérience a été quelque chose de suffisamment fort et important pour que j’y consacre une partie de ma vie et décide de créer un projet musical afin de pouvoir l’extérioriser. Tout dans Alcest tourne autour de cette idée: musique, textes, esthétisme, inspirations. J’ai conscience que ça peut paraitre étrange, c’est pour ça que je préfère mettre tout ça en musique plutôt que d’avoir à en parler car les mots manquent. Cette expérience ne concerne que moi, je ne cherche pas à la prouver, l’expliquer et encore moins l’imposer aux gens qui écoutent ma musique. Chacun est libre de ressentir et d’imaginer ce qu’il veut en écoutant Alcest. J’aime le fait qu’un auditeur puisse s’approprier une musique en l’a liant à sa propre sensibilité et à sa propre histoire.

En février dernier, tu as enregistré une session à la BBC à Londres, l'équivalent des John Peel Sessions. Peux-tu nous en dire plus ?
Ah oui, c’était génial. Comme tu peux l’imaginer, être invité par la BBC pour faire une session d'enregistrement live a été pour nous un honneur immense. Tous mes groupes préférés, Slowdive, Dead Can Dance, Joy Division, The Chameleons, Ride, etc... ont eu leur session à la BBC. Ce fut donc complètement surréaliste. Par contre nous avons enregistré la session le lendemain de la dernière date d'une tournée, on était claqués et ça se ressent sur le résultat mais bon… On se rattrapera la prochaine fois j'espère.

Pourquoi avoir formé Old Silver Key, pas si éloigné d’Alcest ? Le besoin de se challenger avec d’autres musiciens de renom? Le désir, après tant d’écoutes des albums de Drudkh, de mettre une touche romantique slave à ton son ? Ou Saenko et Neige ensemble, tu trouvais que cela aurait de la gueule ?
Je corresponds avec Roman Saenko depuis 5 ou 6 ans. On a beaucoup de respect l'un pour l'autre ainsi que pour nos groupes respectifs et lorsqu'il m'a dit qu'il montait un nouveau groupe justement dans la veine d'Alcest et me proposait de chanter j'ai immédiatement accepté. J'adore sa patte, son style de riff identifiable dans chacun de ses projets. Par contre, de la même manière que pour Lantlôs, par manque de temps je n'ai fait que poser du chant et n'ai participé à la composition d'aucun morceau.

Avec un peu de recul, comment trouves tu ce premier album d’Old Silver Key ?
Je pense que c'est un album qui n'a pas forcément été adressé au bon public. La critique a été dure à son égard mais de notre côté il aurait fallu passer un peu plus de temps dessus, notamment sur la forme, le son. Après je sais que Roman est un compositeur qui fait les choses de manière spontanée, et rapidement. C'est sa manière de bosser. En ce qui concerne mon chant, je n'en suis pas vraiment satisfait. Ce n’est pas encore naturel pour moi de chanter en Anglais, et la prochaine fois j'aimerais pouvoir me joindre au reste du groupe pour le mix du chant afin que l'on puisse faire ce que j'avais en tête lors des prises, à savoir quelque chose de plus atmosphérique, moins pop.

Toi qui a laissé l’univers black Metal derrière toi, quel est ton regard sur cette scène actuelle et plus particulièrement notre scène nationale?
Je trouve que la scène française en terme de Black Metal se porte très bien, on a Blut Aus Nord, Deathspell Omega, ou d'autres groupes comme Darvulia, Murmuüre, etc… Les groupes français ont tous une identité propre et de ce que j'ai pu entendre cette scène est très respectée à l'étranger.

La scène française se porte bien et tu en es l’un de ses artisans. Merci d’avoir répondu à mes questions. Que puis-je te souhaiter pour cette seconde moitié de l’année ?
Merci à toi et aux lecteurs de VS pour avoir pris le temps de lire cette interview. Que peux-tu me souhaiter pour la suite ? Si j’avais vraiment le choix je dirais un peu plus de temps libre ! J’en ai vraiment besoin je crois.
Auteur
Commentaire
Nekrofage
IP:92.161.204.5
Invité
Posté le: 23/08/2012 à 22h41 - (38)
Très bonne interview !
Dans le même genre, si vous aimé Alcest,je ne peux que vous conseillez "Lethian Dream" !!

Alexandra
IP:193.226.6.229
Invité
Posté le: 24/08/2012 à 08h44 - (39)
"De plus la plupart d'entre nous sont en couple!" :(

Ndklt
IP:188.154.76.196
Invité
Posté le: 27/08/2012 à 03h00 - (40)
"Neige a bien voulu consacré un peu de son temps pour répondre à quelques questions de Bras Cassé évoquant son groupes"

Deux énormes fautes en deux lignes, ça m'a coupé dans mon élan.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker