Yann - NECROBLASPHEME par DARK RABBIT - 2685 lectures
Le dernier album de NECROBLASPHEME est là rien que pour vous en avant-première! Pour ceux qui auraient raté une marche, le lapin s'est mangé une sacrée claque visble au ralenti dans cette chronique. Histoire de comprendre d'où cette dernière était venue, il a demandé quelques éclaircissements à Yann, le sympathique vocaliste du combo!





A mon humble avis, vous aviez frappé fort avec la sortie de Destination : Nulle Part. Quels ont été les retombées en termes de progrès pour vous ?


Tout d'abord nous avons appris à composer de manière plus mature, bosser avec Xort au Drudenhaus Studio pour D:NP, qui est très pro nous a enrichi d'une grosse expérience de studio, et nous a fait pointer du doigt nos défauts que nous nous sommes efforcés de corriger dès la composition des morceaux de son successeur. Nous nous sommes ensuite rendus compte que l'on pouvait aller beaucoup plus loin dans nos compos, pousser nos concepts à l'extrême et atteindre une personnalisation totale de note musique.


Il semble que ce fut dur de sortir cet EP. Que s’est-il passé avec votre ancien label Agonia ? Est-ce que la décision de monter votre propre structure fut immédiate ou avez-vous démarché d’autres labels ?


Ce fut dur oui, mais on arrive au bout, enfin ! Il ne s'est rien passé avec notre label, et c'est bien là le problème. Nous avons tenté de signer ailleurs, dépensé beaucoup d'efforts pour essayer de convaincre des structures que l'on pouvait se rajouter à leurs catalogues, en vain. Et puis nous avons réfléchi au temps passé à démarcher, à ce que nous voulions vraiment pour « XXVI : The Deeper – The Better », l'autoprod' trottait dans nos têtes et nos discussions depuis un moment, la décision s'est prise naturellement.


Depuis le précédent opus, on sent que vous vous forgez une véritable identité que ce soit dans le choix du graphisme ou de l’intitulé des morceaux. Je trouve que l’idée de cette sorte de fuite en avant contenue dans la pochette convient bien à la musique. Quelle était l’idée au départ derrière cette illustration ?


Tu as super bien capté l'idée générale, la lecture de ta chronique nous a surpris, parce que ce que l'on voulait communiquer à travers ces titres et cette imagerie est une bonne partie de ce que tu mets en avant dans celle-ci. Une fuite en avant oui, mais vers quoi ? Tu tombes, tu t'enfonces, tu es en mouvement, tout en restant prisonnier, c'est un peu ma version de cette pochette, chacun peut y voir son interprétation, on essaie de rester sur une logique de ressenti ouvert dans les visuels que l'on utilise...




De même pouvez-vous apporter quelques éclaircissements sur la thématique de certains titres aux noms assez étranges comme H vs H : Last Exit- I, Shemale ou XXVI The Great Dead Moose ?


H pour humains, toujours en combat, en mouvement vers l'autodestruction, le néant et la futilité, prisonnier d'une chair qu'il mutile et s'approprie, tout en y restant esclave. S'identifier grâce à son corps, l'esprit s'enfonçant dans des certitudes, pour finalement crever à tout moment, 26 ans … R.I.P poto.


Dans la même idée, depuis le précèdent, vous semblez jouer sur le contraste et le paradoxe entre d’un côté l’absence, le vide, le néant inscrite dans les thématiques voire le graphisme et de l’autre votre musique brutale et riche. Finalement, je trouve que la reprise de The Sound Of Silence paraît couler de source d’une certaine manière. Comment vous est venu cette idée et pourquoi ce titre en particulier ?


C'est la concrétisation d'une obsession, Lychar (guitares) n'arrivait plus à sortir cette chanson de sa tête, elle l'empêchait de dormir, de penser sans musique, alors il l'a prise, l'a retournée, et maquettée. Il est venu nous voir et nous a contaminés. Nous avons lu les paroles de cette chanson, elles reflétaient complètement les idées retenues pour les autres titres, les complétaient, et venaient s'y mêler... C'était comme s'exorciser des influences musicales que nous avions tous pour les projeter une bonne fois pour toute en avant dans toute cette violence. Si elle est au milieu de l'album, c'est pour cette raison.


-Sur cet EP, on s’aperçoit vite que vous avez ouvert bien plus encore votre Death à différents styles. Je trouve que cela apporte un véritable plus en termes d’émotion dégagée. Etait-ce le but initial ou est-ce l’influence de vos écoutes du moment ? Comment s’est faite cette évolution ? Y a-t-il des groupes qui vous ont influencés dans cette voie ? N’avez-vous pas eu peur de perdre certains de vos auditeurs ?


Le Death Metal est un style assez difficile à désincarner, en repousser les carcans et les frontières est un défi plutôt bandant ! Nous n'écoutons que peu de groupes de metal en fait, qui souvent partent d'un esprit de révolte et d'anticonformisme mais qui ne s'en retrouvent que plus banalisés et fondus dans un moule trop conservateur. Donc oui, volonté de faire bouger les lignes, pour pouvoir mieux nous exprimer et sortir nos tripes... Peur ? Non, notre démarche est sincère et jusquauboutiste, on est honnête envers les gens et nous même. La mise en ligne gratos de l'album à partir du 02/04 fait partie de cette vision de notre musique : écoute ce qu'on te propose, si tu aimes soutiens nous en partageant nos liens, en venant à nos concerts, en parlant de nous, en achetant notre merchandising, en portant nos couleurs... Acheter notre CD en devient presque un acte militant


J’ai l’impression aussi que ton chant a vraiment gagné en nuances et en émotions. Il y un véritable travail d’interprétation. As-tu travaillé spécifiquement en ce sens ? D’ailleurs, quels sont les chanteurs qui t’inspirent ?


C'est une des parties que l'on a le plus bossé. On n'y prêtait que peu d'attention jusque là, sur « XXVI : The Deeper – The Better », ce n'est pas encore parfait, mais nous sommes sur la bonne voie !
Niveau inspiration, cela va de Mike Patton à Arioch, en passant par Casey ou Martin Van Druunen, là aussi je fais bouger les lignes de mes influences





Cette-fois, vous avez choisi d’aller enregistrer chez Francis Caste. Qu’est-ce qui a présidé à ce choix ?


Francis « Germain » Caste est un bon pote, il était là au début (première démo et premier album avec lui déjà), il parle notre langage, il a compris en 2 Tipunchs au café Chéri ce que l'on voulait faire et où on voulait aller. Il nous a apporté son expérience, et sa collaboration va bien plus loin que bouger trois potards. Je ne pense pas qu'on sortira de chez lui.


Vous avez joué récemment les remplaçants de luxe en ouvrant pour Napalm Death à Paris. Ce ne fut pas trop difficile de se mettre en condition pour assurer la date vu le court délai dont vous avez bénéficié ? Pas trop de pression à l’arrivée ?


Grosse pression, week-end fou ! On n'a pas rendu copie parfaite, loin de là, mais on a essayé de communiquer notre joie d'être présents, partager l'affiche avec ces gars là ! Priapisme. Baptême du feu pour notre nouveau batteur Arnaud (Ex-Enthroned, Ex-Leng Tch'é) après seulement 2 répètes dont une improvisée avant les balances, cela nous a reboostés pour repartir sur les routes !


D’ailleurs, quel est le planning pour la suite ? Un album ? Une tournée pour défendre l’EP ? En cas d’album, est-ce que vous comptez aussi le sortir vous-même ?


On démarche comme des gorets pour tourner le maximum, la scène est notre objectif ! Si vous avez des plans concerts, contactez-nous (necroblaspheme@hotmail.com ou www.facebook.com/necroblaspheme.page.officielle). Nous voulons présenter aux gens notre musique, et c'est en live qu'elle prend son ampleur.
On considère « XXVI : The Deeper – The Better » plus comme un album que comme un EP en fait. Il est certes court (29 min.), mais il est complet et intense... Je pense que nous allons systématiquement nous orienter sur ce format en auto production, pour permettre des sorties plus régulières de notre travail.




Tout autre chose, histoire d’envahir un peu plus mon appartement et de faire grossir ma collection. Est-ce qu’il y a des albums qui vous ont particulièrement marqués récemment ?


On m'a fait découvrir la semaine dernière Madrugada, du rock norvégien (grosse influence Nick Cave) et ça tourne en boucle chez moi. Voix incroyable, gratteux inspiré (mort, mais inspiré ^^).
Le dernier Haemoth tabasse, et le split Temple of Baal/Ritualization est juste monstrueux


Y a-t-il une question que je n’ai pas posée à laquelle vous auriez aimé répondre ? Si ce n’est pas le cas je vous laisse le mot de la fin…


On a bien fait le tour je crois, j'espère t'avoir convaincu de la sincérité de nos démarches musicales, le soutien de VS pour la scène metal française est primordial, et vous faites un super travail !
Vous voulez nous connaître un peu plus, écoutez simplement notre album, faites vous plaisir, venez nous parler (FB+ mail), faites nous jouer, soutenez nous, et on continuera à vous en foutre plein la gueule !


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker