Fetus et Manard - ULTRA VOMIT par ARIS3AGAIN - 5053 lectures
Vous les aimez, ou bien vous adorez les détester. Voici pour vous une interview d’Ultra Vomit, réalisée peu avant leur concert à Issy-les-Moulineaux il y a quelques semaines. Ils sont tellement fans de VS qu’ils nous ont même fait un beau V et un superbe S pour la photo ! Entretien avec Fetus et Manard (et Flockos par intermittences).





A ton avis, pourquoi Ultra Vomit dérange-t-il certaines personnes ?
Fetus : A mon avis, c’est le côté un peu branleur, et le fait qu’on le revendique ! On dit qu’on est des feignasses, on le revendique ! Bon après, évidemment qu’il y a du travail, ça se sent quand même un minimum. Je pense que ces mecs sont à fond dans le metal « sérieux », qu’ils le voient comme du boulot. Ils ont un peu l’image du forgeron qui en sue, c’est le travail, la sueur, la souffrance. Alors quand on se ramène en plaquant trois riffs et plein de conneries, ça les énerve ! Ils n’acceptent pas ça, du coup, ils font partie de nos détracteurs…
Manard :Je pense que c’est indispensable à l’agriculture française…
Fetus :: On ne revendique pas grand-chose au final, il faut le dire.

Mais vous avez quand même aussi de bonnes critiques…
Fetus : Oui, bien sûr. Après, ce qui est dommage, c’est que si je lis vingt commentaires d’encensement et un qui nous chie dessus, je ne vais retenir que ce dernier ! C’est triste, parce qu’au final, il n’y a pas de raison pour laquelle celui là est plus puissant que tous les autres. Du coup, l’encensement passe à la trappe et tu ne retiens que le négatif. Un jour, un mec avait un compte facebook au nom de Fabien…
Flockos : Oui, il a usurpé mon identité. Il a mis mon surnom d’Ultra Vomit, il a retrouvé sur mon vieux myspace des photos de mon chat et moi, et il s’est fait passer pour moi ! J’ai été lui parler pour lui dire que c’est de la merde, et il m’a dit qu’il n’en revenait pas de devoir aller jusqu’à faire un « fake-book » sur toi pour qu’enfin je vienne lui parler !
Fetus : En fait, le mec a capté que c’est en nous chiant dessus qu’on va se rappeler de lui… Certains font ça juste pour rentrer en contact avec nous, c’est ça le pire…

Et dans l’autre sens, vous avez déjà eu des fans qui vous ont fait peur tellement ils sont à fond dedans ?
Fetus : Non, pas vraiment ! 95% sont des mecs cools. Assez jeunes, certes, mais ils sont cools ! Le public s’est peut-être rajeuni, mais on a vieilli aussi, il ne faut pas l’oublier ! (rires) J’ai 30 ans depuis une semaine ! (rires) Certains mecs viennent nous voir des fois en nous demandant si ça ne nous fait pas chier que notre public soit des lycéens ! Mais je m’en fous moi ! Je m’en fous de l’âge des gens en général, mais les lycéens sont supers ! Moi quand j’étais lycéen, c’est l’époque où j’allais le plus en concert, c’est là que j’ai pris mes plus grosses gifles. Ce n’est pas que les concerts étaient mieux, mais surtout que j’étais plus à fond dedans. Donc si ces mecs à cet âge là viennent nous voir, tant mieux !
Manard :En vrai, on n’a pas trop de problèmes avec nos fans. C’est surtout sur le net où on tombe des cassos. Je suis celui qui communique le plus sur le net, j’ai un compte public, et si un mec vient me parler, je lui réponds. Enfin, sauf si je suis en train de jouer à Battlefield ! (rires) Bref, c’est vrai que des fois, tu tombes sur un cassos, sur des gens bizarres.

Pour parler un peu du nouveau spectacle, qui est le thème central de l’interview tout de même, est-ce que vous prévoyez un nouvel album prochainement, ou c’est juste histoire de revenir sur scène ?
Fetus : Peut-être, mais pas prochainement !
Manard :On essaie avec certitude, ça, c’est certain !
Fetus : Mais le fait que nous ayons pas mal de projets à côté n’aide pas. Et puis on a eu la gueule dans les concerts tout le temps sans jamais répéter, pendant deux ans et demi. Au bout d’un moment, quand tu ne répètes plus, tu ne peux plus composer.
Manard : En fait, on a l’angoisse de la page blanche, de l’album blanc. On a peur de faire un album des Beatles quoi ! (rires)
Fetus : Plus sérieusement, le processus est déjà lancé, donc on n’a pas peur de la page blanche. Après, le truc, c’est que notre dernier album est sorti en 2008 et on est toujours enthousiaste dessus ! C’est plus facile quand tu te dis que ton disque a mal vieilli ou que tu as envie de nouveauté. Mais là, on est toujours à se dire que c’est un bon album, donc c’est dur de se dire « on va faire mieux ».
Manard : Je ne suis pas d’accord ! On est toujours à se dire que c’est un SUPER album ! (rires)
Fetus : C’est un peu plus difficile de passer à autre chose. Et puis les gens ne se rendent pas forcément compte que l’album qui sort en 2008, il n’est pas forcément composé en 2007, mais depuis cinq ans avant. Quand on a enregistré notre premier disque, on avait déjà des idées pour le deuxième ! Donc pour « Objectif Thunes », on a vraiment évacué toutes nos idées et on a tiré la chasse ! On a trouvé ce créneau de metal parodique qui est cool, mais ça ne suffit pas de se réunir et de se dire « tiens, quel groupe on va parodier ? » C’est trop calculé et pas assez naturel. Pour nous, ça vient très spontanément. Pour l’instant, on a des idées, mais rien de suffisant, on veut se forcer à rester exigeant avec nous-mêmes. Sinon, on aurait déjà pondu deux disques, on a largement assez de matière !

Mais vous avez tout de même quelques nouvelles chansons !
Fetus : Oui ! On a deux nouveaux titres. Ils ont de grandes chances d’être sur l’album, donc « Super Sexe » et « Chiant Géant ». Après, on a des idées musicales, des bouts de riff, mais on ne sait pas ce qu’on va en faire…
Manard :Mais c’est bon signe, parce qu’avant « Objectif Thunes », c’était pareil, on avait plein de bouts de riffs. Un peu comme le mec d’Annihilator, sauf que lui, il les enchaîne les albums !

Il y a aussi « Pink Pantera » ?
Manard : Oui, c’est un nouveau ancien morceau ! On le jouait pendant les balances pour tester les instruments avant. On l’avait composé comme ça, super rapidement.
Fetus : Le nom l’évoque, mais il s’agit du thème de la Panthère Rose, repris à la façon Pantera.
Manard : Il faudrait encore du travail avant de pouvoir avoir une version enregistrable sur un album. On a pas mal de reprises. Ca c’est un truc qui me fait un peu peur ! Plus on avance, et plus on aime faire des reprises dénaturées, mais ce n’est pas sûr que ça va suffire pour un disque !
Fetus : Mais ça reste quand même intéressant ! On a fait des reprises de Predator, de Batman, des Gremlins, Retour vers le futur… C’est un truc qu’on aime faire, on s’est même demandé si on allait faire un album composé uniquement de reprises de thèmes de cinéma dans ce genre. Mais on s’est dit que même si c’est super bien fait, les gens seront déçus, parce qu’ils veulent de vrais morceaux, comme « Poil de Cul ». On ne fera probablement pas de disque comme ça, mais ça ne nous empêche pas de jouer sur scène des morceaux de ce style.


Et là, le thème de la tournée, c’est Star Wars. Comment vous avez l’idée de détourner cette histoire ?
Manard : C’est parti tout simplement du titre de la tournée ! On cherchait un nom, et quelqu’un, il me semble bien que c’est moi d’ailleurs (rires), a sorti « The Renouvellement of Intermittence ». C’est un truc qu’on aime bien de mettre « the », « of » avec des noms français, c’est assez typique. Et ça nous a directement fait penser à un titre de Star Wars, comme « The Return of the Jedi ». Et comme on est des vieux et qu’on est fan des vieux Star Wars, on s’est lancé dessus. A partir de l’intermittence, on est vite tombé sur le Pole Emploi – Pole Empire. Et après, les vannes, on les trouve !
Fetus : Ca nous a semblé une bonne façon d’assumer le fait qu’on repart en tournée, même si on n’a pas de nouvel album ! Les gens vont peut-être râler, en disant qu’il n’y a pas de disque. Mais non seulement on n’a pas d’album, mais en plus on revient pour les thunes, et on le dit ! (rires) Nous, on trouve que c’est cool, c’est assumé, et c’est fait de façon marrante ! Après, le spectacle est cool ! Plein de groupes n’oseraient jamais faire ça, les techniciens et musiciens qui tournent tout le temps pour gagner leur vie. Jamais ils ne pourraient se marrer de ça ! Et nous, on peut se permettre de le dire, parce qu’on est toujours dans un second degré.

Comment faites-vous pour renouveler le spectacle, trouver de nouvelles vannes ?
Fetus : Ce n’est pas facile ! C’est du travail. Tiens, ça, je voulais vous le dire, mais je le dis en interview, à chaque fois que je signe un autographe des petits fanatiques, qui sont toujours très gentils, je leur demande s’il nous ont déjà vus, et ils me répondent souvent que non. A part les gueules que j’ai déjà vues, eux je ne leur demande pas bien sûr ! Mais les autres, je leur demande. Il faut aussi penser à ceux qui ne nous ont jamais vus ! Et il faut garder les trucs qui fonctionnent.
Manard : Il y aura forcément des gens qui vont nous tomber dessus en nous reprochant qu’ils connaissent déjà telle ou telle vanne.
Fetus : Mais bon, il faut penser à ceux qui ne nous ont jamais vus !
Manard : Pense à un mec qui va voir Bigard, qui ne l’a jamais vu, il veut voir le sketch de la chauve-souris ! Alors que moi, je connais !
Fetus : Pour les morceaux, c’est moins un problème, c’est des chansons, donc tu les joues et puis voilà ! Mais pour les entre-morceaux, les petites vannes, c’est sûr qu’il faut être vigilant. Les gens sont limites plus exigeants sur ça ! Alors que si on se fait avocats de… de Dieu, le contraire de l’avocat du Diable, c’est une plus value par rapport à un concert de Metal normal ! On joue nos morceaux et en plus, on essaie de faire des présentations marrantes, des petits sketchs. Et les gens sont plus exigeants sur ça et nous reprochent de faire les mêmes ! Alors que quand Slayer joue et que Tom Araya gueule « DEAD SKIN MASK ! », il dit toujours la même chose, mais personne ne critique ! On se fait critiquer sur un truc qu’on fait en plus !
Manard : Mais c’est le problème de l’humour. On est les seuls à avoir ce problème. Si on se contentait de faire nos morceaux sans se casser le cul, on se ferait moins chier dessus !

Vous arrivez quand même à trouver de nouvelles idées… Je vous ai vus plusieurs fois, et il y a toujours des petites variantes…
Fetus : Oui bien sûr ! Et puis c’est un nouveau spectacle, vu que ça fait un an qu’on n’a pas joué. Pendant la tournée 2009-2010, le set a bien évolué. Là, ça a encore changé, ça n’arrête pas d’évoluer. Mais après, je ne sais pas si on peut dire que c’est vraiment un nouveau spectacle… On parlait de Bigard, quand il te fait un nouveau spectacle, tous les sketchs sont différents ! Mais pour nous, c’est différent, vu que ça reste un concert.
Manard : On a un peu le cul entre deux chaises en fait. Et puis même si on avait plein de nouveaux morceaux, on ne pourrait pas tous les jouer, parce que les gens ne les connaîtraient pas !
Fetus :: Ca, c’est un truc qui m’a toujours cassé les couilles, pour parler poliment.
Manard : Pour être vulgaire, ça m’a toujours un petit peu ennuyé … (rires)
Fetus : Bref, quand j’étais plus jeune et que j’allais voir un groupe qui sortait un album et qui faisait la tournée de promotion du disque, ça arrivait souvent que j’adorais l’album d’avant, mais pas le nouveau. Et eux, ils jouaient plein de nouveaux morceaux, avec un nouveau backdrop, une nouvelle gueule, une nouvelle coiffure… Tout est fait autour de cet album, ils balancent 80% du nouveau CD. Moi, je ne connais pas, vu que c’est à peine ou pas encore sorti. Forcément, je me fais chier ! Je trouve ça normal, ça se fait, mais il faut penser aussi au fait que les gens ne connaissent pas forcément toute ta discographie.

Et est-ce que vous envisagez de refaire des morceaux du premier album sur cette tournée ?
Manard : Qui datent du XXe siècle ! Moi oui, les autres non ! (rires)
Fetus : Déjà, on ne joue plus « Poil Pubien », donc il y a une scission, c’était notre premier tube.
Manard : C’est difficile, vu qu’il y a une grosse cassure entre le premier et le deuxième album !
Fetus : On zappe « Poil Pubien », « Rouleau de PQ », « Captain Igloo », ça c’étaient des grands classiques du XXe siècle ! (rires) Bon un peu après… On n’assume plus trop tout ça, ou alors dans un petit medley, mais c’est tout.
Manard : Des fois, on se marre, on écoute nos vieilles chansons, ça nous fait rire. Peut-être qu’on fera quelques nouveaux morceaux un jour, mais ce n’est pas certain.

Du coup, votre possible futur album se dirigerait plus vers une suite d’ « Objectif Thunes » que vers un retour aux sources ?
Les deux : Oh oui !
Manard : Il y a à peu près 0% de chances qu’on revienne à un style comme celui de « M. Patate ».
Fetus : Oui, c’est exclu !
Manard : On l’a fait, on l’a très bien fait. A l’époque, on s’est éclaté, parce que c’est super bien fait. C’était très brutal, avec un esprit pénard quand même.
Fetus : Le concept, c’était de faire le truc le plus violent possible. Et je pense qu’on l’a bien fait. Il y a sûrement des trucs plus violents, bien sûr, mais en termes d’intensité, c’est quelque chose. Le disque dure 26 minutes, mais quand tu l’écoutes, tu as l’impression qu’il en fait le double, c’est un truc de malade !
Manard : Il fait le double, il fait 32 minutes quoi ! (rires) Mais c’est indigeste, c’est comme un putain de fondant au chocolat bien compacte.
Fetus : Il y aura beaucoup moins de différences entre « Objectif Thunes » et le suivant qu’entre « M. Patate » et « Objectif Thunes », c’est évident ! Comme je disais, on a passé la trentaine, on est devenu immuable en tant qu’être humain. A vingt ans, tu te cherches. A trente ans, t’es sûr de toi, ça y’est ! On a trouvé le style du groupe.
Manard : Après, le metal parodique, bon ce n’est pas joli à dire, mais c’est ça. Ou du Metal Pénard (rires).
Fetus : C’est trop bien ça ! Sur les affiches, ça serait top ! (rires) « Mais non voyons, le metal ça doit être bourrin ! » C’est vraiment ça. C’est une différence de point de vue.
Manard : Quand j’écoute du metal, je ne me dis pas que j’ai envie de faire chier le voisin, juste que je veux être pénard. C’est tranquille tu vois. C’est pénard.
Fetus : Je pense qu’on est vraiment pénard. On n’est pas dans la bagarre.
Manard : C’est limite du Reggae Metal, on est tranquille ! (rires)
Fetus : Mais il ne faut pas tomber dans le côté obscur de la flemme, ça peut te faire oublier les fondamentaux. C’est sûr que c’est cool de jouer à Fifa ou Battlefield, c’est cool d’être pénard ! Des fois, tu peux être trop pénard, il faut faire attention, la flemme peut être quelque chose de dangereux ! Je connais un copain qui a une flémingite aigue.
Manard : Il ne faisait plus rien, il a oublié de respirer.


Est-ce qu’on peut faire un petit track-by-track des deux nouveaux morceaux ?
Fetus : Deux chansons, ça va être dur, mais ça devrait aller !

« Super Sexe » ?
Fetus : C’est dans la veine d’un morceau comme Jack Chirac, un peu country adapté en Metal.
Manard : Il a été composé au Québec. L’établissement Super Sexe existe réellement, c’est un bar à Montréal.
Fetus : C’est le genre de chansons qui pourrait faire penser à un groupe que j’apprécie au demeurant, qui s’appelle Les Trois Accords. Ce n’est pas du tout du metal, mais c’est du rock québécois qui me plaît pas mal. Voilà pour « Super Sexe » ! C’est assez simple comme morceau, il n’y a pas de fioriture.
Flockos : On peut dire que mon thème à la guitare est très bon.

« Chient Géant » ?
Fetus :: Ca vient d’une phrase que j’ai lue sur le net, c’était une citation, mais je n’ai jamais retrouvé d’où ça venait. Ca disait : « nous vivons tous dans le ventre d’un chien géant, tout le monde le sait, mais personne ne dit rien ». Ca m’a blasté, j’ai trouvé ça énorme. J’ai imaginé un côté revendicatif. Et qui dit revendication dit Tagada Jones. Et de fil en aiguille, cette phrase dans sa bouche a été bien marrante. J’ai envoyé une petite démo et ils ont été assez séduits.
Flockos : Ca a fait un buzz entre eux quatre.
Manard : Il avait fait quelques petites démos, et c’est celle où on s’est le plus marré.
Flockos : Faut pas oublier le petit thème de guitare à la fin !
Fetus : Du coup, on a commencé à jammer en répèt’. On a bossé dessus et on en est très satisfait. T’inquiète pas, on va la chier ce soir !
Manard : Je vais chier le break (rires).
Fetus : Donc c’est cool.


Et vous avez d’autres nouveaux morceaux sous le coude que vous ne jouez pas encore ?
Fetus : Ils sont en gestation…
Manard : Ah bon, on a des morceaux en gestation ?
Fetus : Oui, on a des idées, des concepts… On a le train fantôme ! Je ne sais pas si on va lâcher nos idées en interview…
Manard : De toute façon, le train fantôme, personne ne peut savoir ce que c’est !
Fetus : Y’a des trucs alimentaires… Y’a des pistes. Mais on ne jouera rien de plus sur cette tournée. Et puis on a des trucs sur scène qui ne seront pas du tout sur l’album. On a envie de revenir aux sources du metal de toute façon, on veut les garder pour nous, pour les jouer dans notre chambre et ne jamais les faire écouter aux gens…

Oui, sinon c’est commercial !
Fetus : Oui, c’est ça le problème !
Manard : On les sortira sur cassette ! 66 exemplaires ! Tout fait à la maison.
Flockos : 666 exemplaires !
Fetus : Trop commercial ! Et puis on changera le nom du groupe, sinon les gens vont reconnaître.
Flockos : Et on change aussi tous les membres.

Donc beaucoup de changement à venir dans Ultra Vomit !
Fetus : (rires) Oui, il se passe des choses en ce moment…

Sinon, d’autres projets, d’autres choses à partager à nos lecteurs ?
Flockos : Oui, une petite piscine orthogonale semi-enterrée, ça serait parfait dans mon jardin. Vous pouvez me donner de l’argent pour m’aider dans ce projet.
Fetus : Je dis souvent aux fanatiques que pour travailler, il faut qu’on soit dans de bonnes conditions. Donc j’estime qu’ils peuvent se dire qu’on se fout de leur gueule en voulant une piscine, mais pas tant que ça ! Parce que s’ils réfléchissent vraiment bien, au moment où je badigeonne dans cette petite piscine…
Manard : Badigeonner ?! (rires) Ca veut dire peindre ! Il faut dire « batifoler » !
Fetus : Mais non, j’allais dire que je vais peindre dans ma piscine ! (rires) Pendant que je peins dans ma piscine, j’aurai des idées créatrices… (rires)

On va joindre un petit formulaire de donation directe du coup ?
Fetus : Fais toi plaisir, sur VS ! Tu dis que c’est pour une piscine ! Le mieux serait de dire « à partir de telle somme, vous avez gagné, on arrête le groupe ! » (rires)
Flockos : Comme ça, tous ceux qui nous chient dessus nous donnent des thunes pour qu’on arrête !
Fetus : T’imagines l’horreur, si on a toute la somme au bout d’une semaine ! (rires) Dans ce cas là, on rajoute un astérisque sur Paint en écrivant « en fait non, pour enregistrer l’album ».

Un dernier mot pour nos chers lecteurs ?
Manard : J’espère que « Ennemi » aura apprécié cette interview, que ta haine n’aura pas baissé. C’est le risque au bout d’un moment, que tu te dises un jour « finalement, ça va ». Je souhaite que ta haine reste toujours aussi forte. Et t’en fais pas, on sera toujours d’accord sur le batteur de Cannibal Corpse ! (rires)
Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker