On dirait le Sud ...
publication le : 09/11/2014
Je me souviens du temps de mes 15 ans, où bien des nuits, je partais au guidon de ma mob vers ma destination fétiche: le Garage. De Salon de Provence à Miramas, dans les années 90, c'était là qu'il fallait aller si on avait soif de metal, de fumette et de bières. Dimitri, mon pote d'enfance, bassiste de mon premier groupe, avait réquisitionné le garage de ses parents et réussi à en faire un squat idéal, avec canapés, tv, frigo etc…
On passait des nuits entières à écouter des disques introuvables, inédits… On se connectait à notre façon à un réseau interdit, voir occulte. Le mysticisme lié à la musique, son aura, son histoire naissante, tout était réuni pour que la magie opère. Souvent, dans l'euphorie de l'instant, quelqu'un renversait l'énorme bong en bambou qui trainait par terre prês des pack de Kro… Je dois avouer que l'odeur nauséabonde de son eau mélangée avec du cannabis froid répandu sur le tapis me manque parfois…

Sur la route du Garage menant à Eyguière, en venant de Salon de Provence, il y a une vue qui chaque soir me donnait des frissons. Au delà d'un vaste champs d'oliviers, sous les étoiles scintillantes d'un ciel dégagées par un mistral glacial, une colline similaire à celle des deux pages centrales du livret du Nightside Eclipse d'EMPEROR se dévoilait. A chaque fois que j'y repasse, le frisson revient. Et le souvenir qu'à ce moment de la route, je pestais souvent d'avoir oublié mes gants, et que le mistral, plus EMPEROR, en moto, ça fait cailler et ça transforme les doigts en glaçons.

Jo d'AGRESSOR me dirait: « De quoi tu te plains, trempe-les dans le pastis, blondin ! », mais j'ai jamais bu de pastis, c'est dégueulasse ce truc.

Le Sud de la France aura toujours une consonance black metal dans mon coeur. Pas loin du Garage, il y avait un autre squat, le « Chateau ». Le sud est parsemé de chateaux, mais celui-ci était abandonné. On pouvait y accéder en suivant un sentier à travers les collines et y passer des nuits magnifiques. Nous arrivions alors à vraiment nous couper du monde. Personne ne savait qu'on passait nos nuits dans un chateau à deux pas d'Eyguière, en écoutant les premiers EMPEROR, MAYHEM, BLOODTHORN, …AND OCEANS… Quand on racontait ça à nos parents, ils ne nous croyaient pas. Mais c'était la vérité, nous avions trouvé un chateau avec ses deux tours encore intactes, sa bergerie et sa chapelle… abandonées... On était dans le trip, malgré les cigales, les lavandes, le thym et les côtelettes d'agneaux.



Les puristes auront reconnu deux groupes de l'écurie SEASON OF MIST, qui commençait alors son ascension vers la gloire… Un label de Marseille, et ouais.

Je me souviens d'une nuit à Mallemort , village au nom évocateur... Nous avions mis en pratique le Necronomicon, en consommant des champignons, dans un champs où disait-on des centaines de victimes de la Peste avaient été enterrés à moitié mortes dans des fosses communes... Ca laisse des souvenirs impérissables.

On lisait le F.L.M.A (Front de Libération des Musiques Assourdissantes), le Bestiaire (auquel je pris part par la suite), Decibel Storm et d'autres fanzines excellents…
Pour choper des filles, c'était à Aix en Provence, au Sunset, cours Sextius, que cela se passait. La seule boite metal/gothique de la région, et pleine de filles en noir ultra-canon. On se mettait sur notre 41, on se maquillait même, parfois. Clous, chaines, spikes… Quand venait l'heure black metal, les filles arretaient leurs dances de sorcières batcave et nous prenions place sur la piste, headbangant en invoquant les fjords et les esprits démoniaques. WUMPSCUT, IMMORTAL, SUICIDE COMMANDO, MARDUK…

Parmi mes camarades figurait Slo, l'auteur des BDs "METAL MANIACS" et dessinateur dans UNE DOSE DE METAL sur L'ENORME TV. C'est lui qui pendant nos nuits mystiques m'a initié au spiritisme.

C'était vraiment une époque terrible, où sans internet on parvenait de chez nous en Provence à être connecté à une scène scandinave de metal underground satanique. L'Aura autour de tout ça n'en était que plus fort et plus intense, et cela a changé ma vie, je le ressent encore aujourd'hui. Je ne sais pas si de nouveau, le simple fait d'écouter un disque me procurera autant de sensations que celles vécues en ce temps-ci, mais c'est une chance inouïe que d'avoir vécu des moments comme ceux-là. Se sentir pionnier d'une façon ou d'une autre, à une époque où bien des mystères étaient encore sagement gardés... Au moment où toute une scène en ébullition se créaient à travers des incendies d'églises et des meurtres, où les pochettes de disques faisait références autant à Theodor Kittelsen qu'au Maleus Maleficarum...



On commence à parler d'un revival années 90. Putain les mecs, pour moi vous savez ce que ça veut dire.
Nb affichages: 9800
Auteur
Commentaire
bigxtra
Membre enregistré
Posté le: 11/11/2014 à 13h36 - (2930)
Moi j'écoutais de l'Eudorance à l'époque. C'était pas mal aussi, dans un autre genre.

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 11/11/2014 à 13h39 - (2931)
Il fait rêver, ce billet... :)

Quand les informations se font plus rares, ça laisse plus de place à l'imagination, je trouve... Internet, c'est bien, mais à cause de ça, un vrai revival me semble peu réalisable...



hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 11/11/2014 à 14h15 - (2932)
Et oui les 90's... bouhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh :(.

pyofan
Membre enregistré
Posté le: 11/11/2014 à 15h35 - (2933)
Excellent tout ça !!!!!!!

ça fait tjrs plaisir de lire ce genre de texte.... Ahhh y sont bien loin nos 20 ans, mais qu'est-ce que c'était bien !

merci pour ce grand moment de nostalgie/revival !

gg
IP:90.54.182.166
Invité
Posté le: 12/11/2014 à 01h13 - (2941)
De bons souvenirs! Et j'ai toujours la demo d'Atropos sur fond de repet de Burning Cloud à Mirams. T'as pas parlé des concerts à Salon. T'aurais pas une vidéo lide de BC a faire peter?

Célin
IP:88.165.237.212
Invité
Posté le: 12/11/2014 à 13h47 - (2943)
Ton billet m'a rappelé plein de souvenirs également. Le château abandonné, nous aussi on en avait trouvé un !! Ah la la nostalgie quand tu nous tiens

Sheol
IP:77.202.103.174
Invité
Posté le: 12/11/2014 à 19h43 - (2945)
Génial. Nous c'était un vieux moulin, quelques collines... Immortal en bandoulière, Emperor sur la bannière, Abigor en genouillère (dur les rimes). Texte très sympa à lire fleurant bon des années pas forcément regrettées mais formatrices à divers titres. Un regard pas nostalgique mais plein de tendresse que je partage.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker