Irradiant .... 11 ans déjà
publication le : 10/04/2015
Il y a un an aujourd'hui, VsGreg me contactait pour une interview commémorant les 10 ans de l'album 'Irradiant' de SCARVE. Le but était que chaque membre du line-up de l'époque y réponde... Etant le seul à y avoir contribué, je pensais qu'il était dommage de la voir prendre poussière. La voici donc dans son intégralité, avec quelques photos d'époque ! Have fun folks !!




Avec "Luminiferous", le nom de Scarve avait commencé a vraiment circuler suite à la signature chez Listenable et cette tournée à travers l'Europe avec Nile.
Dans quel état d'esprit étiez-vous avant d'aborder son successeur 'Irradiant » ?


Pierrick: En ce qui me concerne, à cette époque, j'étais très jeune, 21 ans. Le plus jeune de la troupe, et le dernier arrivé. Irradiant allait être mon premier album avec le groupe, puisque même si j'avais tourné « Luminiferous" avec NO RETURN et DEW SCENTED, puis effectivement plus tard avec NILE sur une grosse tournée européenne, je ne chante pas sur cet album… J'avais 19 ans quand je suis arrivé, et tout est allé très vite. Mon état d'esprit était partagé entre une adrénaline folle et l'appréhension de me retrouver en Suède, chez Daniel, dans un studio de renom, et de devoir assurer et faire mes preuves… Tout était nouveau pour moi, je n'avais jamais vécu le processus d'enregistrement, du moins pas de façon aussi professionnelle…


Quels objectifs vous étiez-vous fixé avant d'attaquer la composition et l'enregistrement d'Irradiant ?
Je parle ici autant d'objectifs autant en termes de son ou de composition que d'objectif personnel pour chacun d'entre vous ?


Pierrick: J'imagine qu'on avait tous l'envie de se donner à 200%. On se mettait une pression de dingue, on avait vraiment envie de faire un super disque. On se levait, on mangeait, on dormait Irradiant. Toutes nos pensées allaient vers le disque. C'est le souvenir que j'en ai. On se voyait tous les jours, on bossait beaucoup. Comme je le disais, c'était mon premier disque avec SCARVE. Je devais donc être au top pour faire mes preuves. Je me souviens du premier jour de studio. Daniel avait invité des potes à lui, tous musiciens connus de grands groupes de metal de là haut. Je me retrouve dans la cuisine du studio avec tout ces gens et Daniel me demande de « growler », de lui faire écouter ma voix. Je ne savais plus où me mettre, la perspective d'hurler comme ça dans une cuisine avec tout ces mecs qui me regardaient avec un regard attentif, ça m'a mis mal à l'aise. Bon, j'ai ouvert la bouche et ce qui en est sorti leur a plu, mais c'était bizarre à vivre.


Quels étaient les éléments à simplifier/améliorer ou à changer vis à vis du Scarve Pre-Irradiant ?

Pierrick: J'ai toujours trouvé que Transluscence avait un meilleur son que Luminiferous. Et je pense que si Luminiferous avait bénéficié d'un son tel que celui d'Irradiant, l'album aurait eu le même succès que ce dernier. Parce que les titres de Luminiferous sont vraiment excellents.



Travailler tous ensemble dans un collectif de 6 personnes est un sacré challenge, comment gériez-vous le travail de compositions au sein de groupe ou encore le prise de décision sur certains choix au niveau du son, du placement des voix ou autres ?

Pierrick: Le placement des voix s'est fait sur le tard, on avait placé le chant uniquement sur Mirthless Perspective avec Dirk dans son appart sur son ordinateur. Le reste s'est fait en studio, car nous changions d'avis tout le temps. Daniel a beaucoup aidé à canaliser tout ça. Il était un peu le chef de chorale entre Guillaume et moi.

Quelle était l'ambiance au sein du groupe pendant la composition ?
Cela a été une partie de plaisir ou il y a-t-il eu des débats, tensions et échanges sur certains points


Pierrick: A l'époque, le studio de Daniel n'était pas vraiment équipé pour recevoir 6 personnes pendant un mois. Pas de douches, pas de lits, juste une salle de jeu/repos et une cuisine. On avait plus l'impression d'être des squatteurs, et les rares douches qu'on prenait se passaient au sauna du coin, et en ce qui me concerne chez les filles qui voulaient bien être sympa avec moi. Heureusement, les suédoises étaient très sympa. Mais bon, dans ces conditions, c'est sur que ça devenait facile pour six personnalités très fortes de se rentrer dans le lard. Comme on avait tous envie de bien faire, on ne se pardonnait rien, des tensions se sont fait ressentir. Mais avec le recul, c'était pour le bien de notre musique, rien de grave. Il y avait des débats sur qui devait chanter quoi, entre Guillaume et moi, car c'est dur de bosser à deux chanteurs. On ne peut pas artistiquement parlant assurer une répartition 50/50 sur chaque chanson. Du coup, une bataille d'égo a un peu éclatée, mais Daniel a su nous guider et tirer le meilleur de nous même.


Aviez-vous le sentiment de franchir un pas avec ce disque au moment de son écriture ? Aviez-vous des indicateurs qui vous permettaient de voir que les choses changeaient ?

Pierrick: Le simple fait de tout faire en Suède, des prises jusqu'au mastering, était déjà signe de progression. Et la qualité des riffs, des structures. J'étais vraiment confiant en entrant en studio. Les réactions des gens sur place aussi m'ont confirmé mes sentiments. Je savais que l'album allait plaire.



Il y a-t-il des titres qui ont énormément changés ou évolués lors du travail de compositions ? Existe-t-il des compositions abandonnées ? Ou des éléments que l'on retrouve sur d'autres disques ?

Pierrick: Je me souviens que pendant que l'on finalisait les voix sur Perfect Disaster, Sylvain bossait sur son solo de son côté car les guitares n'étaient pas enregistrées au même endroit. Nous avons du gérer les choses différemment et faire un choix entre un solo ou un passage de voix claire de Guillaume. Je me revois en train de somnoler à même le sol sur ma couchette de fortune et d'entendre Guillaume chanter ce fabuleux refrain. J'en avais la chair de poule. C'est mon titre préféré d'ailleurs.


Quel était l'état d'esprit et l'implication de Listenable pour tout ce qui a précédé l'enregistrement du disque ? Vous a-t-il donné des conseils, des orientations ou ... un gros chèque ?

Pierrick: Un gros chèque ?! La bonne blague ! Je n'ai jamais vu la couleur d'un chèque de la part de Listenable !!! Ni même le moindre relevé de vente… Ceci explique peut être cela ? Bon, Listenable est un super label, artistiquement parlant. Nous n'avions aucune contrainte.


L'enregistrement a été confié à Daniel Bergstrand, quel a été son apport sur le disque ?
De la même façon, on trouve en guests Gustaf Jorde de DEFLESHED sur "Molten Scars" et de Fredrik Thordendal de MESHUGGAH sur "Asphyxiate". Comment ces collaborations ont-elles eu lieu ?


Pierrick: La contribution de Daniel a été énorme. Il était le grand frère, le conseiller, le confidant de six musiciens aux personnalités très dures à gérer. Il a été d'une psychologie à toute épreuve. Sans lui, je ne pense pas que l'album aurait été si réussi. C'est quand même pour ça qu'on s'est fait chier à faire tout ce voyage, et à dormir par terre. Daniel est le septième membre de SCARVE. Il a contribué à en créer le son, l'ambiance, l'éthique, tout autant que nous six.
Je me souviens que Gustaf Jorde et moi, on était sorti faire les cons en boite à Uppsala. Je n'avais pas réussi à tenir l'alcool aussi bien que lui, et je m'étais écroulé sur une table. Les videurs m'avaient foutu dehors, et Gustaf m'avait aidé à retrouver mon chemin. On s'était vraiment bien marré, et ça s'est terminé en studio.



Quels moments vous viennent tout de suite à l'esprit quand vous repenser à l'enregistrement de cet album ?

Pierrick: Pleins de choses en fait ! Le concert des mecs de RECLUSION avec qui on avait déjà tourné, sauf qu'ils n'avaient fait que des reprises de METALLICA ! Les souvenirs de soirées arrosées, de rencontres géniales avec des musiciens excellents et des filles super sympa… Je me souviens d'avoir rencontré le frère de DEAD, les mecs de F.K.U, DEFLESHED… Le retour en France a été dur, en voiture, en une traite, un vrai calvaire… Je me souviens de la traversée de l'Allemagne sous un orage sans fin… On était tellement creuvé qu'on s'est même perdu au Luxembourg.


Quel est votre regard sur le son et la production d'Irradiant 10 ans plus tard ? Quels éléments changeriez-vous aujourd'hui ?

Pierrick: Je pense sincèrement que le son n'a pas vieilli. L'album pourrait bien sortir aujourd'hui, avec la même prod, personne ne s'en plaindrait.


Quelles ont été les réactions de vos proches et partenaires (labels etc.) quand vous leur avez fait écouté le master d'Irradiant ?

Pierrick: Je me souviens qu'à peine arrivé à Nancy, après 24 heures de route non stop, je me suis échoué chez Max, le bassiste de PHAZM. On s'est roulé un énorme joint et on a écouté l'album. Des potes sont venu, et je me suis endormi pendant l'écoute. Quand je me suis réveillé, tous étaient unanime: ça allait être un album qui allait faire du bruit. Tout mes proches étaient vraiment enthousiastes, et fier de nous.


La presse a très rapidement salué la réussite de l'album avec une ribambelle de bonnes chroniques et de papiers. Avez-vous été surpris de ces retours positifs, comment avez-vous géré cela ?

Pierrick: C'est pas vraiment dur de gérer les bonnes chroniques ! On était super heureux ! J'appelais mes parents pour leur dire d'acheter les mags ! J'étais super fier ! Et le plus étonnant, c'est que la presse étrangère nous aimait tout autant. C'était quand même bon tout ça...



SCARVE par l'intermédiaire de Dirk a même eu les honneurs de la couverture de Rock hard en compagnie de Mario de Gojira et de Stephane de LOUDBLAST. Vous rappelez-vous de cet article en particulier et de la séance photos ?

Pierrick: Je n'étais pas là. Ca nous a un peu fait chier à l'époque, Guillaume et moi. Notre égo de chanteur a été un peu titillé. Mais bon, le plus important: SCARVE était en couverture de ROCK HARD. Et puis il est vrai que Dirk est à SCARVE ce que Lemmy est à MOTORHEAD, mais ça, à l'époque, c'était plus dur à admettre, surtout pour deux frontman comme Guillaume et moi.


Avant Irradiant, Scarve était perçu comme un groupe qui sonnait comme une grosse bouillie sonore sur scène ... et après Irradiant, les choses ont complètement changés. Comment avez-vous travaillé tout cela ?

Pierrick: On a beaucoup bossé, et concert après concert, avec l'aide de Mathias Nilson, l'ingéson d'ANTHRAX, IMMORTAL, on a amélioré tout ça.


Les premières dates Post-irradiant ont commencé à avoir lieu avec un succès croissant. Vous souvenez vous de concert en particulier.

Pierrick: Le Fury Fest, le Graspop, le Dour Festival, le Tuska en Finlande, avec Max de PHAZM à la basse. Et le concert en Islande, à Reykjavik. On était le premier groupe français à jouer en Islande. On a même tourné une pub pour un energy drink là-bas. On était arrivé en retard à l'aéroport, à cause d'un chauffeur de taxi débile, et notre vol avait été retardé rien que pour nous. On avait réussi à prévenir le pilote de notre retard et il nous avait attendu. Les passagers ont applaudi quand on est arrivé dans l'avion. On avait l'impression d'être des stars. Ces dates étaient géniale, on avait vraiment l'impression d'accomplir des choses importantes pour le groupe, des expériences inédites, surtout pour un groupe français. Enchainer en deux jours le Fury et le Graspop, c'était magique.



Lors du VS FEST partagé avec LOUDBLAST et NO RETURN, SCARVE et GOJIRA ont été unanimement salué comme les 2 gagnants de la soirée avec des sets mémorables devant une salle pleine. Quels souvenirs gardez-vous du VS FEST ?

Pierrick: A l'époque, remplir une salle digne de ce nom avec uniquement des groupes français, c'était juste énorme. On arrivait à fédérer la scène dans notre pays, et c'était un honneur que de contribuer à tout ça. C'est quand même aussi grace à VS, à VouS, que tout ça s'est organisé. Sans VS, la scène metal française aurait été plus difficile à construire à cette période.


SCARVE est revenu 2 fois sur Paris courant 2004 tout d'abord à L'Elysée Montmartre (avec X-Vision, Oversoul, Dagoba, Anorexia Nervosa et Loudblast) le 1er novembre puis avec une dernière date en tête d'affiche à l'Escape Curial avec TEXTURES et YYRKOON organisé par VS Prod.
Avez-vous des souvenirs de ces 2 concerts parisiens ?


Pierrick: Beaucoup d'alcool, de sexe, de metal, de fun. Comme souvent en fait...



Fin 2004, Scarve remporte le referendum de VS. Vous étiez des devenu des habitués du site ou vous entreteniez de bons rapports avec les fans sur le forum officiel. De façon globale, qu'est-ce qu'internet à apporter à Scarve à cette époque la ?

Pierrick: J'ai écouté une interview radio de VsGreg il y a pas longtemps, justement. Il parle du lien entre SCARVE et VS, de façon très juste. VS a contribué à faire de SCARVE un groupe à suivre, à considerer. La presse écrite nous aimait beaucoup, mais VS nous adorait. On avait l'habitude d'aller quotidiennement sur le forum officiel du groupe et d'échanger avec nos fans. Grace à ce media, certains supporters du groupe pouvaient du coup vraiment faire parti de la famille SCARVE. Je pense par exemple à Shelly'sdead, une de nos plus grande fan. Il n'y avait pas de Facebook, mais VS faisait le boulot, et ça nous a surement aider à garder un intérêt constant pour notre musique. J'en profite pour vous remercier… Vous avez été géniaux.


L'année 2005 a été marquée par votre tournée avec Meshuggah. Comment vous êtes-vous retrouvé à cette affiche ? Comment s'est déroulée cette tournée ? Quels sont vos meilleurs et moins bons souvenirs ?

Pierrick: Les mecs de MESHUGGAH ont été géniaux avec nous. On avait deux days off à Amsterdam et on en a profité à mort. On a fait la tournée des coffee avec eux, et on s'est rendu compte à quel point ces mecs était cool et simple. Parce que les autres jours, vu qu'ils avaient leur propre tour bus et nous notre van, on ne se voyait que le soir, pour les concerts, on avait pas vraiment le temps de se rencontrer, d'échanger. Eux dormaient dans leurs couchettes dans leur bus, nous devions de notre côté gérer la route, les hotels pourris, c'était fatigant. Certains soir, comme les hôtels n'avaient pas de parking, nous devions tirer au sort qui dormait dans le van pour éviter les vols. Pas vraiment confort...



En 2005, vous avez également participé à différents festivals européens. Avez-vous quelques anecdotes à nous raconter ?

Pierrick: Durant la tournée avec MESHUGGAH, il y avait une date où nous n'étions pas censé jouer, celle du Waldrock Festival. MESHUGGAH était prévu à l'affiche, mais pas nous, ça devait être un jour off pour SCARVE. Du coup, la veille, nous en avions profité pour faire la fête encore plus violemment que d'habitude. On avait prévu de dormir tranquille et de rejoindre MESHUGGAH sur le site du fest plus tard. Mais le lendemain matin, très tôt, on a reçu un coup de fil des suédois nous annonçant que BLACK LABEL SOCIETY avait annulé sa participation et que nous avions la possibilité de les remplacer sur la main stage… Alors que MESHUGGAH jouait sur la petite !!! On avait une gueule de bois terrible, et juste le temps nécessaire de faire nos valises, quitter l'hôtel, prendre la route et installer le matos pour jouer devant des milliers de personnes ! Il y avait Devin Townsend et les mecs de S.Y.L qui nous regardaient décharger nos amplis de notre van pourri, ils se marraient et nous encourageaient ! C'était vraiment, mais vraiment rock 'n roll. Du grand délire, on y est arrivé, et le concert était furieux.


Nous sommes aujourd'hui en 2014. Quel place occupe Irradiant et l'année 2004 dans votre vie et votre mémoire ?

Pierrick: Peut être à ce jour la meilleure période de ma vie de musicien. Même si nous avons tous vécu pleins d'autres choses dans nos vie, je suis sur que nous y repensons comme on repense à sa première expérience sexuelle ou comme son premier joint. Un moment magique. Unique.


Pour conclure cette interview, aujourd'hui 10 ans après sa sortie, qu'est-ce qu'Irradiant a changé dans votre vie ?

Pierrick: Il y a eu un avant, et un après. Cet album a fait de nous des musiciens reconnus. Dirk en est le meilleur exemple, Sylvain aussi. Leur carrière avec SOILWORK est sans aucun doute liée à Irradiant. C'est cet album qui les a révélé et leur a permis de jouer dans la cour des grands. Des tas de musiciens comme Nergal de BEHEMOTH, MESHUGGAH, Devin Townsend ont avoué adorer ce disque. Quand j'apprend que Dirk remplace Frost et joue avec SATYRICON sur un paquebot en croisière pour metalheads, je suis fier, car indirectement, d'une façon ou d'une autre, je sais que c'est grace à ce disque. Il en fallait un, et c'était celui-là.
Nb affichages: 8737
Auteur
Commentaire
vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 11/04/2015 à 14h16 - (3194)
Juste un petite retour sur le contexte de cette interview. J'ai effectivement contacté les membres actuels de SCARVE il y a 1 an pour monter une dossier/reportage spécial pour les 10 ans d'Irradiant.

Loic et Dirk étaient partant pour participer au dossier et d'impliquer Sylvain et Patrick également. Ils étaient favorable à ce que les ex-chanteurs Guillaume et Pierrick y contribuent.

Pierrick a été le premier à répondre à mes questions. Puis le reste du groupe m'a recontacté pour m'informer que les choses évoluaient positivement autour de Scarve en ce moment et que le dossier passait un peu au second plan... je n'ai pas relancé le reste du groupe depuis.

Pierrick m'a proposé de publier cette interview que j'avais en rab. Elle est donc aujourd'hui disponible pour vous.



Couille . Molle
IP:82.216.132.150
Invité
Posté le: 12/04/2015 à 16h23 - (3196)
Putain ouais, quel disque ! Probablement un de ceux que j'ai le plus écouté. Absolument rien à jeter. Et "Mirthless Perspectives" quoi, le morceau parfait.
"Irradiant" et "From Mars To Sirius", sans oublier "Identisick", grande époque.

Et Behemoth qui débarque et défonce tout avec son "Demigod".

On connait la suite pour Gojira et Behemoth, Benighted continue à monter tranquillement. On saura jamais jusqu'où aurait été Scarve...


Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 12/04/2015 à 16h35 - (3198)
Super interview pour un super disque.



The_cyrhus
Membre enregistré
Posté le: 12/04/2015 à 17h32 - (3199)
Un album d'une si grande qualité - sans vouloir cracher sur nos groupes tricolores - c'est tellement énorme que j'ai encore du mal à croire que c'est bien français.
Une putain de fierté dans l'univers metal, une claque comme j'aimerais m'en prendre plus souvent.

CDMRecords
Membre enregistré
Posté le: 12/04/2015 à 20h52 - (3200)
Putain déjà 11 ans pour cet excellent album !!! Le temps passe vite...

DaisyGore
IP:82.234.144.129
Invité
Posté le: 13/04/2015 à 12h28 - (3202)
Ouah 11 ans déjà ! Ça reste pour moi l'album référence de ces 11 dernieres années.
Un chef d'oeuvre!
Et surtout Mirthless Perspectives le morceau ultime , avec un solo de guitare de legende.
Putain de génie ce Sylvain quand même!
Refaite nous un album les gars s'il vous plaît.


djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 13/04/2015 à 20h33 - (3207)
En dehors de la qualité du disque, je trouve ce genre de post sans langue de bois et super honnête excellent à lire (jusqu'ici les posts de pierrick sur VS c'est de la bombe !!!).

Et ça m'a donné envie de réécouter du scarve tiens.

Et Dirk et Sylvain démontent tout dans soilwork !

Guiyomus
IP:78.214.189.34
Invité
Posté le: 13/04/2015 à 23h48 - (3208)
Mortel!
Sinon, comment ça les choses évoluent positivement du coté de Scarve!? Les mecs bossent sur du nouveau matos? Si oui nouvelle de l'année bordel!
Découvert Irradiant avec un sampler en même temps que SYL je crois, c'était ouf d'entendre ça alors que je commençais a écouter du métal depuis genre un an, et que je découvrais un groupe, un son, un style par semaine. Demain je me le remet!

Franael
IP:88.176.209.113
Invité
Posté le: 14/04/2015 à 16h34 - (3209)
Interview très intéressante pour un IMMENSE album et un très grand groupe qui aurait dû durer

Schrissse
IP:77.146.7.76
Invité
Posté le: 03/05/2015 à 19h43 - (3242)
Un album jamais égalé, une pierre angulaire et une formation exemplaire ! ! Des souvenirs du Furyfest et des dizaines d'écoutes par jour ! Merci Scarve pour cette bande son de la vie !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker