VsGreg interview  BURN HOLLYWOOD BURN

Burn Hollywood Burn ... non ce n'est pas le nom du dernier film sortit sur Universal ! C'est le nom d'un groupe rouennais qui vient de rejoindre l'ecurie de Overcome Records. Interview avec Yann

VS1. Burn Hollywood Burn est un nom de groupe très original et accrocheur. Pouvez vous nous dire comment avez vous trouvé ce nom de groupe ? Aviez vous d'autres idées de ce style ? Pourquoi voulez vous brûler Hollywood ?
Bonjour, Burn Hollywood Burn est la convergence du mépris de cinq jeunes et beaux garçons pour ce que la société néo libérale peut vouloir faire de nos vies. Nous existons depuis mars ou avril 2000 je crois. L’origine du nom est une chanson de Public Enemy, groupe que certains d’entre nous appréciaient beaucoup lorsqu’ils étaient jeunes noirs et loubards. Après si on voulait faire les intellos on dirait que cela symbolise aussi notre rejet de la société spectaculaire-marchande qui organise nos existences autours de représentations, d’images et de codes et si nous voulions encore plus faire chier le monde nous dirions que les images qui se sont détachées de chaque aspect de la vie fusionnent dans un cours commun, où l’unité de cette vie ne peut plus être rétablie. La réalité considérée partiellement se déploie dans sa propre unité générale en tant que pseudo-monde à part, objet de la seule contemplation. La spécialisation des images du monde se retrouve, accomplie, dans le monde de l’image autonomisée, où le mensonger s’est menti à lui même. Le spectacle en général, comme inversion concrète de la vie, est le mouvement autonome du non-vivant et c’est pour cela que Burn Hollywood Burn est un nom qui déchire ahah! Sinon on avait eu une autre idée : Kill Kill Kill, mais ça faisait KKK et vu que certains d’entre nous ont un passé un peu délicat de National Bolchévique et de " renouveau étudiant " on a préféré s’abstenir.

VS2.  Présentez nous le line up du groupe ainsi que les raisons qui vous ont donné envie de former ce groupe ?
On a tous entre 27 et 32 ans. Il y a donc Jean-Alain à la gratte, Kwenteen à la basse, Tor à l’autre guitar, Michel Raoul à la batterie et Sacha au chant. Pour ce qui est de nos motivations… Un jour Sacha se galérait au Socrates, un bar constituant le QG de toute la scène HC/radicale Rouennaise… L’idée lui est donc venu de proposer à Jean-Alain de faire un groupe qui serait l’expression de la dureté de leur vies de losers et de leur volonté de détruire la racaille capitaliste… Ils ont ensuite proposé aux autres qui avaient eux aussi envie de boire à l’œil et d’aller jouer dans les pays du tiers monde pour 3 bières, un sous pull et 5 patates, de commencer ce groupe. Et donc nous voilà !!

VS3. Quels ont les influences de Burn HollyWood Burn autant au niveau de la musique que de l'attitude et des paroles ?
Musicalement parlant : Tool, Chokebore, La Funky Family, Magma, Gorilla Biscuits, Catharsis, Eye Hate God, Breach, NTM, Daft Punk, Burzum, NOFX, Bob Marley and the Wailers, Stormcore, Undone, Swing Kids, Madona, Kyuss et Prince.
Politiquement parlant : Debord, Marx, Sade, Miller, Baudrillard, Bakounine, L’internationale Situationniste, Manifeste de l’Unabomber etc.

VS4. Quelles est l'importance de vos paroles dans le concept de Burn Hollywood Burn ? Peut on aimer votre musique sans se soucier de votre concept et vos paroles ?
Les paroles retranscrivent en mots les émotions exprimées par la musique… L’un ne va pas sans l’autre et les deux sont le reflet de nos vies et de ce que nous voulons en faire dans ce monde pourri. On peut bien évidemment aimer la musique et s’en branler des paroles… nous pensons juste que Burn Hollywood Burn est, du moins à nos yeux, plus qu’un simple groupe de Rock n’ Roll mais un moyen de nous libérer de ce monde de cons…

VS5. Vous affirmez que les concerts sont la raison d'exister de Burn Hollywood Burn. Pourquoi ne pas avoir sorti un album Live ? Vous sentiez vous obliger de passer par la case studio ?
Lorsque nous disons cela, ce n’est pas parce que nous préférons le son live au son studio ou ce genre de truc, mais parce que ce qui nous plait c’est d’être capable de partager directement quelque chose avec les gens. Un disque restera toujours un disque, c’est à dire une représentation morte de notre créativité… Un concert cela signifie partager des émotions, rencontrer des gens, faire quelque chose de vivant! On ne méprise pas le fait de faire des disques mais on ne voit simplement pas là dedans une fin en tant que groupe mais plus un moyen de pouvoir jouer plus souvent et devant plus de gens. Ce qui nous intéresse avec ce groupe c’est de pouvoir vivre des choses et ça c’est en concert ou en tournée que ça se passe, plus que dans un studio.

VS6. Quelle est la principale différence entre Burn Hollywood Burn sur disque et sur scène ? Qu'attendez vous de la rencontre avec le public ?
Un disque est toujours réducteur, bien qu’il y ait moins de pains ! Et pis, pour l’instant, on est pas fort en disque…. Plus sérieusement nos morceaux ont toujours été composés dans l’optique de faire des concerts et non pas de les immortaliser directement sur un cd. On préfère être en contact direct avec le public, on se sent plus a l’aise dans des conditions de concert. Et c’est toujours plus sympa de faire la fête a la fin d’un concert avec les gens qui viennent vous voir plutôt que de rentrer chez soi a rien faire trop crévé par une séance d’enregistrement qui a duré toute la journée…

VS7. Comment avez vous atterrit sur le label Bisect Bleep Industries ? Que représente cette signature ?
Eh bien en fait, notre rencontre avec le Dr H fût plutôt incongrue. C’était un jour ou pinpin, la truie des parents de Tor était drôlement malade. On a donc voulu aller voir le Dr Quinn mais c’était son remplacent : le Dr H.

VS8. Vous sous opposez "à ce système réifiant qui ne crée que des produits et de la passivité." Musicalement, pouvez vous nous citer des exemples de "produits" et ce que vous entendez par "passivité" ?
Ce que l’on veut dire par là, c’est que pour nous la musique ne doit pas devenir un produit de consommation mais l’expression de la passion de certains qui veulent inspirer cette passion chez d’autres. Pour nous, une des valeurs les plus importantes du punk/HC c’est l’éthique Do It Yourself. Cela signifie ne pas attendre après qui que ce soit ou quelque structure que ce soit pour faire ce que tu as envies de faire. Faire les choses soit même, se réapproprier sa propre créativité et capacité à s’auto-déterminer, trouver des alternatives à tout le business de la musique.

VS9. Vous venez de Rouen. Pouvez vous nous en dire plus sur la scène normande ? Si il en existe une ?
Bin, il y a quelques groupes de hardcore comme The Electrocution, Killed In Action, Bukaro Banzaï et une asso Waiting for Singing Tomorows qui organise des concerts régulièrement sur Rouen. Si non, coté métal, il y a des groupes comme Luen-Ta , Hyadningar, Elistrae, Progeria, Ataraxie avec des concerts relativement souvent.

VS10. Violent Solutions est un webzine principalement axe sur la musique métal. Quelle est votre opinion sur ce courant musical ? Vous sentez vous proche de certains groupes ? Qu'aimez vous et haïssez vous dans le métal ?
Certains dans le groupe sont indifférents à cette musique, et il y a surtout Tor qui en écoute et qui est un peu impliqué dans le métal… Tor kiffe des groupes comme Emperor, Death, ou Notre-Dame (…) et joue dans des groupes de métal sur Rouen… Sinon, on trouve que c’est un courant musical comme un autre, à chacun d’aimer ou pas…

VS11. Quels sont vos objectifs a court et moyen terme ?
Déjà il y a la tournée de cet été, on joue dans les pays de l’est : République Tchèque, Slovénie, Slovaquie, Hongrie, Bosnie…On part en Ecosse début Août avec une troupe de théâtre pour jouer une dizaine de jours la pièce " Rouge, Noir et Ignorant ". Sinon, il va falloir une cure de désintox à la rentrée, et nous prévoyons de partir avant la fin de l’année voir les ours blancs de la Palmyre…

VS12. Votre playlist actuelle ?
Des trucs récents ou plus vieux : Psy4 de la rime, Mike Brant " complête discographie ", Hatebreed, No Time To Lose, Fugazi, la Funky Family, Neurosis, Laurent Voulzy, Breach, Naked City, Dan the Automator….

VS13. Un mot sur Internet, l'accès a une culture alternative de Internet, les mp3s et .... VS webzine ?
Nous pensons qu’internet n’est ni bon ni mauvais en soit. Cela peut-être une source d’aliénation tout comme une source de libération. Dans tous les cas, nous avons quand même tendance, bien que nous nous servons de ce média, à rejeter toute cette cyber-culture qui consiste à vivre nos vies sur un fauteuil devant un écran.

VS14. Un message ou un dernier mot pour nos lecteurs ?
Merci beaucoup à toi greg de nous permettre d’exposer nos idées et notre musique sur ton site. Si vous désirez plus d’informations sur nos idées, nos concerts, notre musique etc. n’hésitez pas à nous contacter à burnhollywoodburn@hotmail.com ou à aller sur notre site : www.burnhollywoodburn.com