Gorod Xerod Montpellier 15 novembre 2015

Un forum pour poster vos live report, faire des commentaires sur ceux qui sont postés sur VS et parler des concerts en general. Pour les concerts à venir, utiliser les sections Annonces concerts ou covoiturage et rencarts.
Avatar de l’utilisateur
RBD
Messages : 513
Inscription : mar. sept. 23, 2003 9:43 pm

Gorod Xerod Montpellier 15 novembre 2015

Messagepar RBD » lun. nov. 16, 2015 8:22 pm

Jamais je n'ai considéré que mes actes apparemment les plus ludiques soient vides de sens. Regarder ce qui se passe ailleurs quand tout va bien chez soi m'avait permis de toujours garder à l'esprit la portée d'une habitude aussi banale que d'aller au concert. Dans les circonstances historiques du moment, y retourner une fois de plus prenait un néanmoins inédite.
La cave du Black Sheep était bien remplie en ce dimanche soir. La conjonction entre un groupe local rabattant ses paroissiens et un habitué jouissant d'une bonne réputation a fait une nouvelle fois ses preuves, même dans un style distinct de ce qu'on voit plus habituellement en ce cher lieu.

C'était la première fois que je voyais le quintet local XEROD venant promouvoir devant les amis son premier EP, avec le poulpe en peluche fétiche posé sur la grosse caisse de la batteuse (oui, le batteur est une jeune femme). En un titre on saisit qu'il s'agit incontestablement de Death technique pur style, avec les samples plus ou moins spatiaux, la basse à cinq cordes bien mise à l'honneur par des solos en solitaire et quelques envolées de lead guitar ambitieuses que l'on peine à restituer. Si vous aimez Nocturnus, Obscura, Necrophagist, le dernier Death, Beyond Creation et caetera, notez ce nom car les compos sont prometteuses, il y a du riff. La maîtrise technique est encore perfectible, les guitares sonnaient encore salement pour ce style et le growl naturel était sous-mixé. Il n'empêche que le public conquis d'avance s'est assez méchamment lâché dans un pogo assez rude. Le répertoire est encore modeste et n'a permis de tenir qu'une bonne demi-heure de set, mais c'est prometteur.

Je vois GOROD à peu près tous les ans maintenant, mais je peux me montrer d'autant plus sévère qu'en plus d'avoir passé depuis longtemps la saveur de la découverte, je n'ai pas la dévotion du fan, n'ayant jamais été parfaitement charmé par le répertoire du groupe (tout en reconnaissant sa qualité).
Les nouveaux titres parsemés au cours du set ont l'avantage d'aller quelque peu en dehors de la zone de confort habituelle des Bordelais, aux sweeps en tous sens s'ajoutent des plans techniques plus originaux et exigeants. Mais l'attitude festive du groupe, bien connue des fans, est à présent clairement revendiquée – le mot est même employé. Le chanteur Julien est un growleur de qualité professionnelle, variant même ses effets, son charisme de ludion chaleureux, expansif et blagueur est en phase avec le reste du groupe… mais cet état d'esprit dépasse le simple effet d'énergie collective de leurs compères aquitains de Gojira, c'est carrément plus proche du Ska-Punk à fanfares de nos scènes estivales de plein air dénote franchement, par rapport à l'austérité sans prétentions qui est la norme dans le Death d'ici et d'ailleurs. La fosse s'est encore déchaînée, plus densément donc moins dangereuse encore que j'aie eu quelques frayeurs avec ces novices qui se tiennent en bordure du mini-pit avec leurs verres.
Une anecdote résumera pas mal de choses : en début de set un type dont la dégaine montrait qu'il n'était guère métalleux a réclamé avec insistance au groupe un hommage après le drame de Paris ; Julien a improvisé un mot assez bancal qui a fait partir le gusse furieux.
Le groupe a enchaîné efficacement ses titres avec la rigueur professionnelle des groupes de niveau international, pour le plaisir attendu du public et sans guère me surprendre pour ma part, qui espérait en fait une rupture plus franche venant enfin briser les réticences qui m'ont toujours empêché de devenir fan du groupe, qui évolue pourtant dans un style que j'ai apprécié de mieux en mieux au fil des ans. Qu'importe si les autres ont aimé, au point d'arracher un rappel imprévu qui a contraint Gorod à ressortir un titre non préparé avec une maestria notable, pour un set craquant ainsi les cinquante minutes.

On en retiendra une soirée sympathique sans être bouleversante, assez conforme à mes attentes. Pour la suite, on prendra la vie comme elle se présente, pour citer mon oncle.
http://rbdlivereports.blogspot.fr

"Verdades se descubren, mentiras se construyen".

Revenir à « Live Reports »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités